Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite








télécharger 1.07 Mb.
titreRapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite
page23/31
date de publication10.10.2017
taille1.07 Mb.
typeRapport
l.21-bal.com > loi > Rapport
1   ...   19   20   21   22   23   24   25   26   ...   31

M. le Président - Merci, Charles FOURNIER.
Je prends les demandes de parole.
Monsieur PELTIER, vous avez la parole.

M. PELTIER - Merci, Monsieur le Président.
Chacun aura remarqué que, depuis le début de ce mandat, j’aime particulièrement échanger avec Charles FOURNIER parce qu’il défend une vision de la société différente de ce que l’on a l’habitude d’entendre.
À ce titre, même si nous avons des divergences importantes sur divers sujets, nous pouvons, dans la volonté d’inventer un autre monde et une autre société, nous retrouver sur des thématiques.
Ce que vous avez évoqué dans votre présentation m’interpelle, Charles, entre autres cette idée, si l’on part du général pour aller vers les questions particulières, d’inventer une troisième voie sur les questions économiques à travers ce dispositif, que vous avez réinventé et réaménagé, compte tenu des difficultés qu’il rencontrait, comme tout dispositif.
Chacun a compris les échecs monumentaux de l’économie administrée ces dernières décennies. Tout le monde doit avoir le courage, l’honnêteté et la lucidité de reconnaître aussi les échecs fondamentaux d’une vision ultralibérale de la société, d’une économie financiarisée. Nous croyons à l’économie réelle et non pas à l’économie financière. Nous ne croyons pas à une vision uniquement marchande de la société et cela nous oblige et nous commande à réhabiliter l’humain, la proximité, la simplification dans diverses thématiques.
L’idée générale que vous avez portée sur une Région stratège, c’est-à-dire une Région qui ne fait le choix ni d’être absente, laissant uniquement les jeux de la consommation, de la marchandisation ou de la concurrence s’exprimer, ce qui est dangereux, ni d’être systématiquement interventionniste, ce qui est aussi dangereux. Cette idée de réinventer ensemble la vision d’une Région stratège correspond politiquement, et même philosophiquement, à ce que nous souhaitons nous aussi développer.
Vous ne nous trouverez pas face à vous mais à vos côtés pour continuer à imaginer cette nouvelle vision économique du monde.
Dans le détail, sans être trop long, je trouve qu’il est toujours important d’essayer de retracer des caps généraux pour comprendre à quel endroit se situent à la fois nos convergences et nos divergences.
J’ai une crainte que j’exprime, pas face à vous mais de manière générale, en tant qu’élu et maire d’une commune rurale, membre d’un Pays, celui de Grande Sologne, échangeant avec différents acteurs, comme vous le faites au quotidien : cette extension du dispositif aux territoires urbains ne va-t-elle pas abîmer, limiter, minorer la priorité qui doit être la nôtre des territoires ruraux ?
Vous l’avez dit hier, à juste titre, Monsieur le Président, sur d’autres sujets ; il est tellement facile de voir tout en blanc ou tout en noir et d’opposer de manière parfois caricaturale les situations. Il n’est pas question d’opposer la ruralité au monde urbain ; nous avons besoin d’agglomérations puissantes et de métropoles puissantes. Toutefois, le rôle des politiques, surtout au XXIe siècle, est d’aider ceux qui ont moins et, entre autres, les habitants du monde rural.
Le dispositif nouveau ne va-t-il pas inquiéter ou limiter les effets dans le monde rural ? Quelles garanties pouvez-vous nous donner à ce titre ? Non pas pour exclure les centres urbains mais, comme ceux-ci bénéficient déjà et par ailleurs de moyens financiers conséquents, comment garantir que les territoires ruraux conserveront cette priorité d’action de la part de l’entité régionale ?
Nous avons plusieurs propositions à vous faire, dans cet esprit participatif et collaboratif, afin de continuer à améliorer ce dispositif essentiel pour le développement de notre région, autour de deux idées simples : la simplification et la proximité.
1/ La simplification : certes, vous avez évoqué les délais. Il n’est pas question de remettre en cause le travail des fonctionnaires, nous avons besoin d’eux pour nous aider à valider les dispositifs que vous avez présentés. Cependant, ne pourrait-on pas, là encore collectivement, améliorer les délais de réponse ? Cela vaut pour notre pays tout entier. Il y a souvent de la part de nos concitoyens une impression que le système administratif, et je parle bien du système et non pas des hommes qui le composent, est lourd, pointilleux et lent.
Ne pourrait-on pas, symboliquement, dès aujourd’hui, dans votre dispositif, l’accompagner d’un engagement clair sur un délai clair de réponse de l’administration à un projet, afin de démontrer que ce sont les élus, la politique qui dirigent l’administration et qui s’engagent à ce titre à apporter des délais de réponse à toutes celles et ceux qui portent ces projets ?
2/ La proximité : vous avez édicté un nouveau cadre plus souple et plus élargi mais ne pourrait-on pas, au nom de la proximité, célébrer un concept, une valeur qui est la subsidiarité ? Autrement dit, lorsque des élus d’un Pays vous proposent un sujet qui vaut la peine mais qui ne ferait pas partie du cadre étiqueté, ce projet ne pourrait-il pas être intégré au dispositif général, c’est-à-dire que l’on accorde une liberté supplémentaire aux comités syndicaux ou aux Pays afin de pouvoir porter ce type de projet ?
Je ne dis pas que nous avons raison sur tout ; je voulais simplement vous dire que nous soutiendrons cet aménagement, cet assouplissement, cet élargissement du dispositif « À vos ID ». Pour autant, nous demandons, dans un esprit donnant-donnant, qui n’est pas marchand mais de collaboration et de coconstruction de ce dispositif au service de nos territoires, à améliorer ensemble autour de la simplification et de l’idée de proximité, tout en garantissant notre priorité pour les territoires ruraux.
Je vous remercie.

M. le Président - Merci, Monsieur PELTIER.
Madame RIVET a la parole.

Mme RIVET - Merci, Monsieur le Président.
Chers collègues, c’est avec beaucoup de plaisir et un plaisir assez particulier que j’interviens sur l’évolution du cadre de « ID en Campagne » vers celui de « À vos ID », non plus en tant que Vice-présidente mais en tant qu’élue régionale écologiste, élue locale et militante associative rurale.
Je voudrais féliciter à la fois le Vice-président et les services de la Région sur ce nouveau cadre qui remet à plat le dispositif, avec des modifications dont certaines étaient déjà en germe, telles les enveloppes et la simplification des critères. D’autres sont nouvelles et bienvenues : c’est le cas de l’allongement de la durée du dispositif, de l’élargissement du périmètre et de celui des thématiques.
« À vos ID » reste un dispositif unique dans le paysage national, ce qui explique l’évolution nécessaire d’un dispositif complètement expérimental. Sa mise en place, très décriée au départ, est à présent beaucoup moins contestée – on le constate avec l’intervention de Monsieur PELTIER – parce qu’elle a permis l’émergence de très beaux projets qui ont réconcilié les Pays avec le dispositif.
Si l’on veut être honnête, ce sont tout de même les Pays qui se sont lancés dès le départ dans le dispositif, qui ont compris l’intérêt qu’ils pouvaient en tirer, qui ont bénéficié du plus grand nombre d’initiatives et des dynamiques qu’elles ont suscitées.
Le financement de « ID en Campagne » permet de faire tomber les obstacles aux expérimentations territoriales et certains des projets ont parfois essaimé largement. J’entendais assez récemment à la radio que l’initiative autour des aidants familiaux en Touraine avait trouvé un écho au niveau national, puisqu’elle est reprise bien plus largement par des associations d’aidants.
Le bilan fourni dans le rapport montre la richesse de ces initiatives et leur diversité.
Dans cette évolution, je note très favorablement la montée en puissance des services à la population, en liaison sans doute avec une plus grande implication des élus et des collectivités dans le dispositif. Cet engagement croissant des collectivités permet d’assurer la solidité des initiatives et de garantir leur pérennité, puisqu’elle devient aussi l’un des critères de « À vos ID ».
Les activités économiques portées par « ID en Campagne » permettent d’être adaptées au territoire ; je pense aux trois ou quatre initiatives sur le bois énergie : elles sont effectivement adaptées à chaque territoire qui les a portées.
Je vais m’arrêter un moment sur l’extension du périmètre de « ID en Campagne » vers la ville, ce qui justifie en soi le changement de nom du dispositif. Je trouve qu’il n’est pas si fréquent qu’un dispositif suive ce chemin, c’est-à-dire que ce soit la campagne, la ruralité qui donne un dispositif à la ville. Cela doit être non seulement soutenu mais vraiment mis en exergue.
C’est d’ailleurs l’une des demandes souvent faites par les élus des territoires urbains que d’avoir à disposition un dispositif comme « ID en Campagne ». Par conséquent, c’est une très bonne nouvelle pour ces acteurs.
Je remercie le Vice-président d’avoir poursuivi le travail de concertation avec ces acteurs et pas seulement avec les élus. C’est la raison pour laquelle il faut mettre ensemble autour d’une table tous les acteurs, donc merci au travail des services.
Quand on remercie les services de la Région pour « ID en Campagne », il faut remercier particulièrement la cellule et tous les services, parce que je rappelle qu’ils interviennent à peu près tous sur le dispositif pour donner un avis.
Je vais saluer aussi le rapprochement avec le projet LEADER. Charles FOURNIER vient d’en parler, la Région a fait le choix de faire bénéficier le plus possible de territoires et « ID en Campagne » est de même nature que le dispositif LEADER en termes d’animation du territoire. Il était donc tout à fait approprié de l’adapter en fonction de ce dispositif.
Je salue également l’idée de mutualisation.
Je souhaite dire un petit mot sur l’élargissement des critères. Je me félicite que la démocratie, après les attaques répétées d’hier, trouve sa place dans « ID en Campagne ». La durabilité et la démocratie sont les sujets de demain et il est tout à fait légitime qu’elles trouvent leur place dans les critères et les thématiques.
Merci.

M. le Président - Je vous remercie.
Madame PÉAN a la parole.

Mme PÉAN - Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les conseillers régionaux, il nous est proposé d’élargir le dispositif « ID en Campagne » aux agglomérations. Par agglomérations, nous entendons, comme vous, communes périurbaines et banlieues.
Alphonse ALLAIS préconisait d’installer les villes à la campagne ; voilà que vous faites le chemin inverse et que vous voulez installer en ville des dispositifs réservés aux campagnes.
À l’origine, devant la désertification, la paupérisation des campagnes et la détresse de leurs habitants, la nécessité d’enrayer la montée des inégalités territoriales s’était fait sentir. Il fallait trouver des moyens spécifiques pour les campagnes. Là se trouve l’origine de « ID en Campagne » dans cette volonté de trouver quelques compensations au déficit d’attention dont souffrent les zones rurales. C’était là toute la raison d’être du dispositif « ID en Campagne ».
De fait, les déclarations, les affirmations, les professions de bonne foi n’ont pas manqué sous votre plume. Je peux citer des documents publiés par le Conseil : « C’est pourquoi depuis 2011, la Région souhaite accompagner à l’échelle des Pays, hors agglomérations, des initiatives de développement rural » ; plus loin, on lit : « Pour soutenir les initiatives de développement rural », « pour le développement spécifique des territoires ruraux », etc. Ces affirmations sont sans équivoque.
Aujourd’hui, vous changez de braquet… mais pourquoi ? Les villes et leurs banlieues manquent-elles de possibilité de développement économique ? Manquent-elles de services de proximité, d’activités culturelles ou de lien social ? Ce n’est pas du tout notre impression, surtout quand nous constatons l’application brutale de la loi NOTRe et cette concentration extrême des moyens et des pouvoirs qu’elle organise au profit des centres urbains.
Il serait singulier, par exemple, que l’Agglomération de TOURS, qui prétend au statut de métropole, puisse en même temps revendiquer les humbles privilèges avec lesquels le Pays Chinonais tente de pérenniser ses activités millénaires autour de l’osier et de la vannerie.
Le CESER se demande si l’élargissement permettra encore de lire une priorité. Nous sommes sûrs que « non ».
Notre malaise se renforce en découvrant ce nouvel enjeu, que vous inscrivez dans le cadre d’intervention. Aux trois thèmes majeurs, vous en ajoutez un quatrième, tout à fait flou, qui s’appelle « renouvellement des formes d’expression de la population ». Vous citez « la création d’espaces numériques collaboratifs », parfaitement illusoire dans des campagnes victimes de maltraitance numérique. Ces thèmes n’ont de sens qu’en ville et dans les banlieues, où ils sont déjà servis à satiété par les millions d’euros de la politique de la ville.
En outre, l’élargissement projeté s’accompagnera de la mise en place d’un outil de veille et de capitalisation, outil externe financé sur les crédits « ID en Campagne ». Manque-t-on à ce point de ressources internes pour simplement partager des informations et échanger sur les expériences ? Le coût de cet outil, c’est autant de moyens qui n’iront pas sur le terrain. Priver chaque initiative d’une partie de ce qui est censé lui revenir, pour qu’elle puisse se réaliser concrètement au profit d’une cellule externe, cela ressemble à un détournement de fonds.
Pour résumer, et pour ne pas une fois de plus léser les campagnes au profit des villes et des banlieues, le Front National s’opposera à l’élargissement du dispositif « ID en Campagne ».
Je vous remercie.

M. le Président - Merci, Madame PÉAN.
Madame BONTHOUX a la parole.

Mme BONTHOUX - Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, je commencerai mon intervention par un simple rappel de la signification du mot « idée », repris dans le titre du dispositif « ID en Campagne » et demain « À vos ID ».
Dans le langage courant, une idée est une solution nouvelle et adaptée à un problème donné. C’est donc aussi quelque chose d’efficace en réponse à un problème jusque-là non résolu.
Mesdames et Messieurs, c’est bien de cela dont il s’agit.
Le rapport qui nous est proposé aujourd’hui s’inscrit dans le prolongement de la session du 23 juin dernier, dans lequel nous avons décidé d’élargir le dispositif « ID en Campagne » à l’ensemble du territoire régional et de renforcer l’implication des habitants dans les initiatives.
Ces initiatives construites collectivement répondent avant tout à un besoin et ciblent des domaines d’intervention très divers, telles que la mise en place de circuits d’approvisionnement de proximité pour la restauration scolaire, l’expérimentation d’approches innovantes en matière d’insertion, de création d’activités et de service pour les jeunes et les seniors, et bien d’autres.
Nous sommes bien là au cœur du développement territorial et des solutions à y amener.
« ID en Campagne », ce sont donc 144 initiatives soutenues, soit 454 projets accompagnés, pour un montant de près de 5 millions d’euros.
En préparant cette intervention, j’ai recherché les rapports des Commissions permanentes de juillet et de septembre concernant ce dispositif. La lecture des différentes initiatives soutenues parle d’elle-même et montre la diversité, leur richesse et leur créativité. Elles illustrent parfaitement les dynamiques locales qui se mettent en place.
Une nouvelle fois, cette délibération démontre notre méthode, à savoir : la concertation, la coconstruction et le respect de l’intelligence collective.
Cette large concertation avec les Pays, les Agglomérations et les porteurs de projet dans les territoires a eu lieu grâce à l’initiative du Vice-président Charles FOURNIER que je tiens à saluer ici pour son investissement, ainsi que les services de la Région.
Nous ne pouvons que nous féliciter. Ce dispositif couvre désormais l’ensemble du territoire et des éléments de souplesse sont introduits ou confortés. La mise en place d’un dispositif régional de veille et de capitalisation sur le développement territorial est également à souligner. Son objectif est de raconter l’avenir qui s’invente aujourd’hui, partout dans notre territoire, en milieux urbains, périurbains ou en campagne, pour les habitants d’aujourd’hui et de demain, et cela sans les opposer.
Pour conclure, je citerai EMERSON, philosophe américain du XIXe siècle, qui disait ceci : « Aller là où il n’y a pas de chemin et laisser ainsi une trace. »
Soyons sûrs que ce dispositif « À vos ID » permettra de laisser de nombreuses traces pour tous dans notre territoire régional.
Merci.
1   ...   19   20   21   22   23   24   25   26   ...   31

similaire:

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconRapport du groupe de travail
«Garantir la qualité des services» se décline en 6 projets dont le premier est intitulé 6 «Plan de développement de la bientraitance...

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconL'Assemblée nationale a voté, vendredi 21 octobre, lors de l'examen...
L'Assemblée nationale a voté, vendredi 21 octobre, lors de l'examen du projet de loi de finances un amendement présenté par le groupe...

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconPlan local d’urbanisme
«verdissement» des plu avec de nouvelles exigences en ce qui concerne la protection de l’environnement. Ainsi par exemple, IL est...

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconRapport d’activités Mednet 2012 Introduction Le Groupe Pompidou a...
«renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» pour la période 2012-2014

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconRoyaume du Maroc
«L'écosystème cédraie, enjeu stratégique pour le développement régional», par le Haut Commissaire aux Eaux et Forêts et à la Lutte...

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconDepuis des mois le gouvernement a lancé une campagne d'accusation...
«la fraude sociale» Un groupe de députés ump s’est lancé dans l’affaire, ils se sont intitulés «la droite populaire» En plus de certaines...

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconRendre un drame public : le rôle de l’association «Marilou» dans...
«Marilou» dans l’élaboration d’une politique de lutte contre l’insécurité routière

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconGroupe de recherche et d’etudes sur le congo
«première croisade» n'était pas appelée ainsi par ses contemporains. Du point de vue musulman, les croisades ne sont d'ailleurs pas...

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconContextualisation
«toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à...

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconAn 1 : proposition de loi «renforçant la lutte contre le système prostitutionnel»
«visant à la lutte contre la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle, contre le proxénétisme et pour l’accompagnement...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com