Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite








télécharger 1.07 Mb.
titreRapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite
page22/31
date de publication10.10.2017
taille1.07 Mb.
typeRapport
l.21-bal.com > loi > Rapport
1   ...   18   19   20   21   22   23   24   25   ...   31

M. GRICOURT - Il va falloir conclure, cher collègue.

M. ROULLET - Sur d’autres sujets, comme le POLT et le POCL, quand on prend une carte, le bon sens consiste à dire que le POLT est une ligne majeure de l’aménagement du territoire, ou alors on ne comprend plus rien !
LIMOGES-POITIERS, c’est une aberration.
Pourquoi est-ce pensé de cette manière ? Parce que, pour TOURS-BORDEAUX, il subsiste des craintes en ce qui concerne la fréquentation de voyageurs et c’est une ligne de rabattement. Si cela devait se faire, cela voudrait dire que LIMOGES serait dans un cul-de-sac.
Il est indispensable de moderniser la ligne POLT - des engagements sont pris pour cela – pour la bonne raison que, dans quelques années, peut-être dans vingt ans, on ne nous dise pas : « Le POCL se fera mais vous ne serez pas raccordés parce que regardez dans quel état vous êtes ! » C’est ce qu’il se passera.
En revanche, je suis d’accord avec ce que disait le Président, il ne faut pas hypothéquer l’avenir sur la grande vitesse, mais ne pas tirer un trait dessus ne signifie pas faire n’importe quoi. La ligne PARIS-ORLÉANS-CLERMONT-LYON sera parce que c’est saturé : c’est à démontrer.
On ne va pas lancer le débat, mais c’est exactement pareil que pour l’aéroport de NANTES : on nous dit que c’est saturé, puis que cela ne l’est pas mais le sera. Qui raconte la vérité par rapport à cela ?
Si cette ligne permet de résorber un problème de saturation, ce ne sera pas une ligne d’aménagement du territoire. Si c’est une ligne d’aménagement du territoire, cela coûtera plus cher mais c’est un choix d’aménagement national. Le seul tracé qui vaut est ouest/sud avec le problème de la Sologne.

M. GRICOURT - Merci, Dominique ROULLET, de conclure.

M. ROULLET - Juste un dernier point sur les routes et le ferroviaire.
C’est extraordinaire, on nous parle toujours de clarification de compétences. Les routes nationales ressortent de l’État, les routes départementales du Département, mais je ne connais pas de route régionale.
Vous avez dit, Monsieur FORISSIER, que le SRADDT comprenait des routes d’intérêt régional. D’accord mais lorsque nous sommes allés sur le ferroviaire du Blanc-Argent, que nous avons mis 4,5 millions d’euros, le Département de l’Indre a mis zéro. Pour les passages à niveau, nous avons ajouté 2,5 millions d’euros parce que c’est ce qu’il manquait. Cela n’a rien coûté au Département.
Nous ne demandons pas aux Départements de venir sur le ferroviaire, nous remplissons pleinement notre compétence.
En particulier dans l’Indre concernant les déviations, je leur ai dit que, depuis dix ans, s’ils avaient fait un peu de prospective et emprunté, nous n’en serions pas où nous en sommes à présent.

M. le Président - Merci, Monsieur ROULLET, de ces compléments.
Monsieur Xavier NICOLAS a la parole.

M. NICOLAS - Monsieur le Président, mes chers collègues, je souhaite intervenir pour dire que je souscris pleinement à la politique régionale dans le domaine du déploiement du haut débit. C’est un accompagnement financier indispensable pour réaliser ces équipements qu’attendent nos territoires, ruraux comme citadins.
Je voudrais revenir sur deux sujets.
L’un a été évoqué par Fabien VERDIER et concerne la ligne CHARTRES-COURTALAIN.
Avec Harold HUWART, nous étions la semaine dernière à une réunion à BROU où divers élus nous avaient demandé de venir pour exprimer leurs inquiétudes sur cette ligne.
Vous savez bien, Monsieur le Président, que la dérogation qui permet aux trains de rouler à 100 kilomètres/heure prendra fin dans deux ans. Les élus concernés par cette ligne exprimaient leurs inquiétudes. Harold HUWART leur a répondu mais il serait peut-être judicieux, une fois ce contrat de plan validé, que la Région apporte une réponse officielle pour rassurer les élus concernés et surtout les populations.
Je voudrais revenir sur ce débat qui concerne la démographie médicale.
Certes, Monsieur le Président, vous avez dit, à juste titre, que ce n’était pas la responsabilité de la Région ; c’est une responsabilité nationale.
Monsieur le Premier Vice-président dans sa réponse a rappelé, et cela vient d’être fait par notre collègue, les responsabilités des institutions professionnelles. Or, elles ont parfois des visions, comme tout organisme professionnel, un peu égoïste et on ne voit pas nécessairement l’intérêt général.
Vers qui se tournent les citoyens lorsqu’ils sont en difficulté ? Vers nous, les élus locaux, en exprimant les problèmes qu’ils rencontrent.
Même si ce n’est pas notre responsabilité, des pistes peuvent être conduites au niveau de la politique régionale.
J’adhère aux propos de Christine GOIMBAULT. La solution passe, comme cela a été dit pour d’autres professions – Christine l’a rappelé avec les infirmiers –, par la convention médicale. Ce n’est même pas par recours au législateur, ou alors cela l’est comme pour les pharmaciens avec une loi de répartition démogéographique.
Rappelons-nous, l’expérience des infirmiers est intéressante parce que c’est par la convention médicale que ce problème a été traité.
Néanmoins, que pouvons-nous faire, nous, à l’échelle régionale ? Il y a peut-être des pistes. Il y en a une à laquelle il faut travailler : c’est l’internat.
Monsieur GRICOURT, Monsieur le Premier Vice-président, vous avez dit : on augmente le nombre de place à TOURS à la fin de la PACES, la première année commune aux études de santé (médecine, pharmaceutique, dentaire, maïeutique).
D’accord, mais comme en sixième année, on redistribue toutes les cartes à travers l’examen national classant, que l’on appelait avant le concours de l’internat, en réalité, cela ne sert à rien. On peut augmenter de 50 places à TOURS en fin de première année mais, comme on redispatche tout au plan national en sixième année, nos étudiants peuvent partir à PARIS, à MONTPELLIER, à MARSEILLE et ailleurs. Ceux que nous accueillons dans notre territoire en Centre-Val de Loire viennent également d’autres régions en fonction de leur classement. Ils peuvent venir chez nous par défaut, avec la ferme intention, au terme de leur internat, de retourner dans leur région d’origine.
Si nous voulons que l’augmentation du nombre de places au numerus clausus porte ses fruits, il faut également régionaliser l’internat ou l’interrégionaliser éventuellement. C’était le cas autrefois, cela a été modifié. C’est une piste à laquelle il faut travailler.
Une autre piste que je vous suggère serait de faciliter de manière provisoire le cumul emploi-retraite. Des médecins prennent leur retraite. Ils avaient une charge de travail importante et celle-ci passe d’un coup à zéro, donc les revenus chutent fortement.
On peut, le temps nécessaire, jusqu’à ce que l’augmentation du numerus clausus porte ses fruits…

Mme MÜNSCH-MASSET - Cher collègue, je vous remercie de conclure, s’il vous plaît.

M. NICOLAS - Il me reste deux points à évoquer. J’essaie d’apporter un peu de valeur ajoutée dans ce débat, si vous me le permettez, en termes de valeur ajoutée de notre Région.
(Brouhaha)
J’essaie de donner des pistes applicables, au-delà du constat, car nous sommes tous d’accord sur le constat.
Quel est le problème au cumul emploi-retraite ? C’est qu’il y a un niveau de charges sociales pour les professionnels qui annule à peu près leurs revenus. Si nous pouvions les accompagner dans ce domaine, nous pourrions avoir des médecins qui assureraient non pas 70 heures mais 20 ou 25 heures/semaine et qui nous dépanneraient bien parce qu’ils accepteraient de le faire.
Troisième piste que je vous suggère et que la Région peut accompagner : cela a été dit, il faut accueillir des internes au niveau du territoire, dans les maisons de santé ou ailleurs. Pour cela, que faut-il ? Il faut des maîtres de stage universitaires. Or, nous en manquons énormément.
Nous pouvons peut-être travailler avec les instances professionnelles. L’accueil des internes en stage fonctionne par trinôme, c’est-à-dire qu’il faut trois maîtres de stage et ils tournent chez les trois. Si l’on veut 20 trinômes, il faut 60 maîtres de stage dans chaque département.
Là, nous pouvons peut-être les accompagner en aidant les médecins à devenir maîtres de stage, même en les indemnisant un peu pour le temps qu’ils y passent, et favoriser ensuite l’accueil de ces internes.
Je vous remercie de votre patience.

M. le Président - Merci.
Dernier orateur inscrit, Monsieur FOURNIÉ, vous avez la parole.
Je ne vous avais pas vue, Madame, je suis désolé, mais je ne veux priver personne de parole.
Chers collègues, vous l’avez vu, nous étions convenus d’un temps de parole pour chaque sujet. Les présidents de groupe étaient garants, au sein de leur groupe, de son respect et cela passait par un nombre d’intervenants.
Pour le groupe UDC, nous sommes déjà sur trois prises de parole ajoutées après les demandes et nous avons très largement dépassé. Si nous entrons là-dedans, vous voyez bien que vous soulevez un sujet et il y a légitimement le souhait pour les autres groupes d’apporter un point de vue. On entre alors dans une spirale qui risque de donner de nos débats – je regarde la presse – une conduite un peu au fil de l’eau et cela perdra de l’intérêt, de la visibilité et de la densité.
Monsieur PELTIER, vous avez la parole pour le groupe UDC.

M. PELTIER - Monsieur le Président, je soutiens totalement et à cent pour cent ce que vous venez de dire et je demande aux membres de mon groupe de respecter beaucoup plus strictement les temps de parole.
Quand on est efficace, on parle rapidement et efficacement.

M. le Président - Je mettrai en œuvre la position qui vient d’être rappelée par votre président de groupe mais cela vaut pour l’ensemble ; c’est une règle collective, bien évidemment.
Sur le temps de parole du groupe SRD, qui n’est pas épuisé, me semble-t-il, nous avons Philippe FOURNIÉ qui doit intervenir en trois minutes.
Monsieur FOURNIÉ, vous avez la parole.

M. Philippe FOURNIÉ - Je sens que Patrick GILLE me regarde. Je ne suis pas épuisé non plus !
Je vais aller rapidement pour ne pas être redondant.
Premièrement, arrêtons de dire que toutes les lignes régionales sont pourries et que nous aurons des limitations de vitesse. Effectivement, mais il y a des investissements partout, notamment 1 milliard d’euros sur le POLT, et des travaux sont en cours sur BOURGES-SAINT-AMAND. S’il y a quelques suppressions de trains et des difficultés sur les lignes, c’est qu’il y a des travaux. Avant, il n’y avait pas de difficultés parce qu’il n’y avait pas de travaux.
Deuxièmement, concernant le POCL, il faut le rappeler, nous sommes sur le tracé Ouest. J’ai dit à l’association TGV Grand Centre : « Si c’est le tracé médian, nous ne paierons pas. »
Troisièmement, s’agissant des navetteurs de DREUX, le sujet revient aujourd’hui puisque la Région Île-de-France est beaucoup plus dure au niveau des règles de soudure.
Je n’ai pas le temps de vous expliquer ce qu’est la soudure, mais nous avons un projet d’étendre le tarif du STIF jusqu’à DREUX, DORDIVES et FERRIÈRES, donc c’est un sujet. Nous l’avons envoyé à la Région Île-de-France et au STIF, pour qu’ils le valident.
Cela ne nous gêne pas, nous pouvons l’appliquer unilatéralement mais si nous sommes en renégociation avec la convention du STIF, ils peuvent nous appliquer des pénalités qui nous coûteront plus cher, donc il faut que ce soit accepté par l’Île-de-France. Nous y travaillons et, dans quelques semaines ou mois, nous aurons cette application.

Mme PHILIPPE - Quand ?

M. Philippe FOURNIÉ - Je connais le président du STIF, donc… !
Pour CHARTRES-COURTALAIN, nous travaillons avec tous les élus d’Eure-et-Loir de tous les bords pour trouver une solution parce qu’il y a une urgence. Nous ne voulons pas entrer dans des politiques électorales, parce que nous n’en sommes pas là, nous travaillons sur le fond.
Sachez que, pour nous, il y a actuellement une urgence sur cette ligne. Elle est en plein développement et il est hors de question qu’il y ait une limitation à 40 kilomètres/heure. Nous sommes en train d’élaborer un montage financier, oui ; nous n’avons pas tous les chiffres exacts, mais nous connaissons les grandes masses. Nous avons demandé à SNCF Réseau de travailler sur un projet de travaux.
Enfin, je veux quand même revenir sur les maisons de santé pluridisciplinaires, mes chers collègues, pour vous dire qu’elles représentent la pluridisciplinarité qui est l’avenir de la médecine de premier recours des territoires. Elle se construit dans ces maisons de santé pluridisciplinaires.
Je vous conseille d’aller à SANCERRE voir des protocoles de chimio qui se font dans les territoires. Oui, pas uniquement pour boire… mais aussi pour boire !

Mme MÜNSCH-MASSET - Monsieur FOURNIER, merci de conclure.

M. Philippe FOURNIÉ - Oui.
Je vous conseille également d’aller à SANCOINS voir le travail réalisé sur de nouvelles problématiques de santé publique liées au vieillissement.
Ce ne sont pas des réponses financières que nous devons apporter pour la présence des médecins, c’est du courage. Cependant, si nous voulons œuvrer sur le fond, dans un territoire, pour travailler avec des cabinets secondaires, des EHPAD et des MARPA sur un vrai projet de santé publique dans un territoire, cela se fait dans ces maisons de santé pluridisciplinaires ; c’est leur intérêt.
Je vous conseille d’aller en voir, d’aller discuter sur des projets de santé dans les territoires. Ainsi, on sortira de ces fantasmes de dire qu’une maison de santé, ce n’est que du bricolage. Non, ce n’est surtout pas du bricolage. Quand je vois d’autres collectivités payer des cabinets médicaux où ce n’est que de l’immobilier, je peux vous dire que là, c’est du bricolage.

M. le Président - Merci, Monsieur FOURNIÉ.
Nous en avons terminé pour les prises de parole au sujet de ce point d’étape et sur les approbations des avenants au CPER et au CPIER.
Je vous demande de bien vouloir prononcer votre vote.
(Mis aux voix, le rapport est adopté à l’unanimité)
Pour : Socialistes, Radicaux et Démocrates / Union de la Droite et du Centre / Écologiste / Front National


M. le Président - Je vous remercie, c’est un message fort que nous adressons à la fois à l’État et aux territoires.
(Applaudissements)

M. le Président - Nous passons au rapport suivant, qui porte sur la modification et l’élargissement du dispositif « ID en Campagne » avec son évolution, un nouveau cadre d’intervention et un nouvel intitulé « À vos ID ».
Monsieur Charles FOURNIER, vous avez la parole.


Modification et élargissement
du dispositif « ID en campagne » aux agglomérations
- Adoption du nouveau cadre d’intervention « À vos ID »

(RAPPORT N°7)

M. Charles FOURNIER - Mes chers collègues, je suis très heureux de venir présenter l’évolution du cadre « ID en Campagne » et finalement l’adoption d’un nouveau cadre qui s’appellera « À vos ID ».
Je suis très heureux à la fois parce que ce qui a conduit cette évolution en premier, c’est la volonté d’étendre aux territoires urbains ce dispositif qui, jusqu’à maintenant, était limité aux territoires des Pays.
Je suis très heureux aussi parce que, finalement, l’aboutissement de ce rapport est le fruit d’un vrai temps de démocratie participative, puis-je permettre de dire en guise de clin d’œil. En effet, il s’agit de plusieurs mois de concertation, d’échanges avec les présidents de Pays et les agents de développement dans les Pays mais aussi avec les acteurs qui portent des initiatives dans les territoires. C’est la résultante d’un temps d’échanges approfondis. Nous n’étions pas d’accord sur tout, cela a permis de se le dire, mais nous avons tracé ensemble des perspectives et cela a été un moment où la démocratie a parlé.
Pouvoir étendre ce dispositif aux territoires urbains, c’était aussi l’occasion de le passer en revue et d’en tirer quelques éléments de bilan. Il y avait une forme d’unanimité dans cette période de concertation pour dire que ce dispositif reposait sur des valeurs reconnues et a été l’occasion de multiples expériences, de très belles histoires qui s’inscrivent dans nos territoires et dans nos territoires ruraux.
Je voudrais en donner quelques exemples, au moins thématiques. À travers « ID en Campagne », nous avons pu :


  • soutenir l’émergence d’espaces test agricoles ;

  • soutenir des solutions de mobilité en milieu rural ;

  • développer de la gestion prévisionnelle d’emplois et de compétences ;

  • aider l’émergence d’épiceries sociales et de dispositifs solidaires ;

  • assurer la reprise de commerces dans des formes originales, avec une implication des habitants et des acteurs ;

  • etc.


Je pourrais continuer à l’envi. Dans la précédente mandature, ce dispositif représentait 144 initiatives et 450 projets réalisés dans notre région.
L’un des enseignements forts, c’est que ces initiatives et ces projets nous disent quelque chose de nos politiques publiques et du développement rural ; j’y reviendrai. C’est sans doute cela, la deuxième étape dans la mise en œuvre de ce dispositif : de ces expériences singulières dans chacun de nos territoires, il s’agit de tirer des enseignements plus larges sur nos politiques publiques.
De cette concertation sont ressortis plusieurs points, qui ont été la base du travail pour refondre le dispositif.
L’un concernait la complexité du dispositif et une demande de simplification. Je dois rappeler au passage que ce cadre a évolué plusieurs fois. C’est sans doute l’un de ceux qui a le plus évolué dans la dernière mandature, justement pour tenir compte des remarques émises dans les territoires.
Pour aller encore plus loin sur cet aspect, un reproche formulé à « ID en Campagne » était le fait qu’un projet devait être déposé en plusieurs étapes : tout d’abord, l’initiative, puis le projet, ce qui était lourd pour les acteurs et compliqué pour les services internes de la Région.
Le nouveau cadre permettra de déposer une initiative en une ou plusieurs étapes, puisque l’idée reste maintenue. Ce dispositif porte notamment comme valeur centrale la coopération ; j’y reviendrai.
La deuxième critique formulée vis-à-vis de ce dispositif en matière de simplification était l’articulation insuffisante avec LEADER. Vous le savez, nous avons étendu les programmes LEADER quasiment dans tous les territoires de la région. Nous avons cherché, dans le nouveau cadre, à avoir des règles similaires ou qui puissent fonctionner ensemble entre le programme LEADER et le programme « À vos ID ».
Je veux dire tout de suite qu’ « À vos ID » est le cofinancement naturel du programme LEADER. Lorsque nous mobilisons des fonds européens, il faut une contrepartie de politique régionale et, tout naturellement, de nombreux projets trouvent financement à la fois avec LEADER et avec « À vos ID ».
Ce qui était évoqué également au travers de la simplification concernait les critères pour reconnaître les initiatives, avec le sentiment parfois de leur nombre important mais aussi de leur lisibilité, en tout cas de leur compréhension.
Pour aller vraiment dans le détail, nous avons fait un travail avec les agents de développement, qui ont eux-mêmes participé à l’écriture des nouveaux critères qui restent finalement au nombre de trois, alors qu’ils étaient cinq dans le précédent dispositif.
Le premier critère, valeur clé de ce dispositif, est l’encouragement de la coopération entre les acteurs dans les territoires. Ce dispositif porte la coopération, soit dans la manière d’élaborer l’initiative, soit dans les résultats de l’initiative. Autrement dit, ce n’est pas un système plus classique de guichet avec « j’ai un projet, je le dépose et j’ai une subvention », c’est un dispositif où l’on élabore collaborativement des initiatives dans les territoires afin de répondre à des enjeux de développement rural.
Ce critère restera et nous serons d’ailleurs très attentifs à ce que cela ne soit pas du partenariat annoncé mais bien du partenariat réel, qui pousse à travailler ensemble les collectivités, les acteurs associatifs, les entreprises et les acteurs consulaires pour des initiatives de développement.
Cela restera un critère très important.
Le deuxième critère est l’impact durable dans les territoires. L’idée est de soutenir des initiatives qui portent du changement et de la nouveauté dans les territoires, donc d’écarter tout ce qui relèverait d’événementiels et d’actions ponctuelles ou récurrentes. Nous sommes bien à porter du développement rural.
Le troisième critère est thématique. Il y a cinq thèmes ; vous les avez dans le cadre, je ne vais pas les commenter mais simplement les rappeler brièvement :


  • la structuration de nouvelles activités et filières économiques, en particulier l’économie sociale et solidaire ;

  • les aspects alimentaires, avec les systèmes alimentaires territoriaux et le travail autour des circuits courts qui appelle à l’invention dans les territoires pour œuvrer sur ces thématiques ;

  • les services et les commerces en milieu rural, mais cela a été rappelé par Dominique ROULLET, n’opposons pas les problématiques de la ruralité aux problématiques urbaines, on retrouve des similitudes ;

  • les villes et les campagnes durables, c’est-à-dire tous les aspects qui peuvent porter cette durabilité au sens du développement durable, avec les enjeux d’énergie, de mobilité et d’aménagement des espaces publics ; cela ouvre un champ assez large ;

  • le renouvellement des formes de participation pour les habitants : ce thème a été ajouté.


Je dois noter que, dans les temps de concertation, la participation à une forme de démocratie participative a occupé au moins la moitié du temps de nos échanges et tous les présidents de Pays étaient demandeurs d’échanges autour de ce sujet.
Le critère de l’innovation a été retiré car il conduisait à des ambiguïtés permanentes. Ce qui existe ailleurs peut-il être innovant dans mon territoire ? Est-on nous réellement dans l’innovation lorsque l’on réinvente quelque chose qui a existé hier ? Bref, nous n’en finissions pas dans les discussions et, d’un avis commun, nous avons enlevé ce critère.
Autre point soulevé dans la concertation : le surdimensionnement des enveloppes. Les situations étaient variées d’un territoire à l’autre. Beaucoup d’éléments expliquent cela : un manque d’ingénierie dans certains territoires ou parfois des blocages à l’égard de ce dispositif, qui ont duré dans le temps. Toutefois, nous avons considéré que les enveloppes étaient sans doute trop importantes. En tout cas, le fait qu’elles ne soient pas consommées totalement ne donnait pas un bon signal du dispositif et il fallait y remédier.
Un nouveau système a été proposé. Il ne repose plus sur un pourcentage des contrats régionaux de solidarité territoriale, mais sur un système d’enveloppe en fonction de l’enveloppe globale des CRST.
Voilà les points essentiels d’évolution.
Si nous avons fait le choix d’avoir un dispositif unique et non pas un dispositif « ID en Campagne » et, à côté, un dispositif « ID en Ville », c’est parce qu’il y avait une forme d’incohérence. Puisque l’on travaillait avec les Pays, toutes les communes rurales des agglomérations étaient exclues du champ du dispositif qui s’appelait « ID en Campagne ». Pourtant, certaines communes rurales périurbaines sont complètement concernées par les problématiques. Si nous avons fait deux dispositifs, nous aurions eu, d’un côté, les Pays avec parfois des villes moyennes et des quartiers en politique de la ville et, de l’autre côté, des agglomérations avec parfois des communautés rurales. Il était plus simple d’avoir un dispositif unique et lisible dans l’ensemble du territoire.
Pour terminer cette présentation, je voudrais ajouter deux éléments.
À travers ce dispositif, il est ressorti que toutes les belles histoires qui s’inscrivent dans notre région et nos territoires avaient une difficulté : c’est une forme de laboratoire duquel les expériences ne sortaient pas. Pourtant, elles nous disent beaucoup de choses de nos politiques publiques. Nous avions besoin d’un outil pour capitaliser, pour tirer enseignement, parfois pour pousser à des coopérations renforcées entre territoires afin de faire avancer les sujets. Lorsque quatre ou cinq initiatives dans un territoire portent sur la mobilité rurale, cela nous dit quelque chose et on a intérêt à les faire travailler pour peut-être intégrer cela demain dans nos politiques publiques.
D’où cette idée d’un outil régional qui permettra de faire circuler les initiatives. Ce sera essentiellement un outil d’animation qui mettra dans le tour de table les acteurs de la ruralité et ceux des territoires urbains.
J’insiste parce qu’il portera ce que l’on appelle le « réseau rural régional », prévu dans le cadre du programme FEADER. Ce sera donc l’occasion d’avancer ensemble sur le sens que nous accordons au développement rural.
Dernier point de ma présentation, je voulais particulièrement remercier les services avec lesquels se construit et se fait vivre ce dispositif, notamment Isabelle VALMAGGIA de la DAT et sa collègue Tiffanie ROUSSEAU.
Les délais de réponse ont souvent été critiqués. Je voudrais vraiment m’inscrire en faux par rapport à cela parce que c’est un travail extrêmement précis ; nous ne pouvons pas à la fois consulter tout le monde et faire tout rapidement, c’est compliqué ; il est même contradictoire d’exiger cela. Nous prenons le temps de concerter les Pays et des acteurs, et de vérifier la pertinence de l’initiative. Cela demande beaucoup d’énergie et cela repose sur peu de personnes, comme vous pouvez vous en rendre compte. Je voudrais souligner la qualité de leur travail et le plaisir de travailler avec elles.
Je voudrais aussi saluer Michelle RIVET qui a été à l’origine de ce dispositif, à un moment où ce n’était pas simple ; elle l’a fait vivre. Si nous pouvons aujourd’hui lui donner une deuxième étape, c’est évidemment parce qu’elle a été à l’origine de ce projet.
Voilà pour la présentation, Monsieur le Président.
1   ...   18   19   20   21   22   23   24   25   ...   31

similaire:

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconRapport du groupe de travail
«Garantir la qualité des services» se décline en 6 projets dont le premier est intitulé 6 «Plan de développement de la bientraitance...

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconL'Assemblée nationale a voté, vendredi 21 octobre, lors de l'examen...
L'Assemblée nationale a voté, vendredi 21 octobre, lors de l'examen du projet de loi de finances un amendement présenté par le groupe...

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconPlan local d’urbanisme
«verdissement» des plu avec de nouvelles exigences en ce qui concerne la protection de l’environnement. Ainsi par exemple, IL est...

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconRapport d’activités Mednet 2012 Introduction Le Groupe Pompidou a...
«renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» pour la période 2012-2014

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconRoyaume du Maroc
«L'écosystème cédraie, enjeu stratégique pour le développement régional», par le Haut Commissaire aux Eaux et Forêts et à la Lutte...

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconDepuis des mois le gouvernement a lancé une campagne d'accusation...
«la fraude sociale» Un groupe de députés ump s’est lancé dans l’affaire, ils se sont intitulés «la droite populaire» En plus de certaines...

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconRendre un drame public : le rôle de l’association «Marilou» dans...
«Marilou» dans l’élaboration d’une politique de lutte contre l’insécurité routière

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconGroupe de recherche et d’etudes sur le congo
«première croisade» n'était pas appelée ainsi par ses contemporains. Du point de vue musulman, les croisades ne sont d'ailleurs pas...

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconContextualisation
«toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à...

Rapport Une Région engagée dans la lutte contre le travail détaché et la protection de l’emploi local 159 Amendement présenté par le groupe Union de la Droite  iconAn 1 : proposition de loi «renforçant la lutte contre le système prostitutionnel»
«visant à la lutte contre la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle, contre le proxénétisme et pour l’accompagnement...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com