La nécessité du travail philosophique sur les concepts








télécharger 109.77 Kb.
titreLa nécessité du travail philosophique sur les concepts
date de publication29.11.2016
taille109.77 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos

14.09.11

UE 1.3 : philosophie (Intégralité)
La nécessité du travail philosophique sur les concepts

a. La vulnérabilité des malades

b. La complexité de certaines situations : on a besoin d’une pensée plus claire pour prendre une décision. Sur quelle valeur on prend une décision pour ne pas faire n’importe quoi dans une situation difficile ?

c. La réflexion collégiale : que ce ne soit pas des décisions uniquement Personnelles. Il est important de prendre divers avis afin de voir différentes Façons d’aborder la situation. On évite la subjectivité. Tout n’a pas le même

Sens selon les personnes.

3 dimensions :

- ce qui l’on doit au patient,

- ce que l’on doit à nous-mêmes

- ce que l’on doit à l’hôpital.

La philosophie ne donne pas de réponses, mais donne un meilleur aperçu la difficulté d’une situation.
1) INTRODUCTION À LA PHILO ET A LA REFLEXION ETHIQUE


  • La philosophie :

  • Pas de soins sans éthique

  • Pas d’éthique sans philosophie

  • Pas de philosophie sans travail sur les concepts

  • L’étonnement philosophique (Aristote) : il faut s’émerveiller toujours de choses dont ne s’émerveille plus personne. Le philosophe, continue à s’étonner. Il est prêt aussi à s’inquiéter.

  • La modestie (Pythagore) :

  • « oh non, certainement pas, je ne suis pas un sophos, je suis une philosophis » (= j’aime le savoir, la sagesse, sans les posséder) à l’origine de la modestie. La philosophie c’est aussi aimer le travail. C’est ce qu’on appelle le travail philosophique.

  • « Rien ne va de soi, s’en convaincre c’est être philosophe » (V. Jankélévitch)

  • Le travail philosophique (c’est essayer de se hisser au-dessus de soi-même) :

  • Le travail sur soi : il y a toujours à travail à faire sur soi-même

  • Penser contre soi-même: Il faut avoir un esprit critique de soi-même pour avancer. Il faut savoir se remettre en question. D’essayer de garder une certaine distance, examen critique de ses propres convictions. Se dire que ses convictions ne sont pas des vérités absolues. La philosophie permet d’interroger sa propre pensée parmi les pensées.

  • « il faut limer sa cervelle contre celle d’autrui » (Montaigne)

  • Le questionnement des « vérités » : La philosophie se méfie des textes qui clament la vérité. Elle questionne ces textes.

  • Le refus des idées reçues et des idéologies : interrogation sur les idées reçue comme « la vie est-t-elle toujours sacrée ? ».




  • La réflexion philosophique amène à se demander : que valent mes valeurs, mes morales, mes idées ?


- L’interrogation socratique :

  • « une vie qui ne s’interroge pas, qui ne se soumet pas à l’examen critique, n’est pas digne d’être vécue » (Socrate)

  • Une vie qui s’interroge, qui se soumet à l’examen critique

  • Chercher autour de soi la contradiction


Avant Socrate, tous étaient des sophistes. De Socrate vient le discours critique. Pour Socrate, l’important c’est les questions mais pas les réponses. Pour Socrate, la maladie la plus grave c’est les préjugés, les vérités fausses…

Pour Socrate, être philosophe, c’est la recherche de la vérité que la vérité elle-même. Socrate dit toujours : quelle est la question préalable ? Avant de répondre à la question, il va toujours chercher d’où vient la question ? Il faut aussi définir les termes de la question, afin de ne pas répondre à la hâte, sans avoir pris en compte toutes les dimensions de la question. Socrate est plus intéressé par des gens qui le contredisent que des gens qui l’acquiescent ses

Pensées. Cela permet de mieux construire la pensée. Aristote se méfie de l’homme seul, dans le sens où l’homme seul ne peut acquérir. L’humanité sans interactions avec son prochain. Pour connaître, on a besoin de l’autre. Le travail philosophique chez les grecs repose sur la perfectibilité de l’homme.

L’homme a toujours la possibilité de s’améliorer. On peut s’enrichir de la parole des autres. L’humanité ne se réalise pas par le simple passage du temps. L’homme doit développer en lui des vertus. L’homme est parfois dépourvu d’humanité. Mais qu’est-ce que l’humanité ? Sommes-nous naturellement bons ? Ou sommes-nous des montres avec une goutte d’humanité en nous ?
2) L’ETHIQUE DU SOIN
L’éthique du soin se révèle à travers :

- L’Attitude

- La Réflexion, questionnement

- 3 dimensions (soi, patient, l’hôpital)

- L’Ethique (=Ethos) = une démarche qui cherche à faire du monde un lieu humainement Habitable.

  • demeure, habitat : manière dont on habite le monde

  • Mœurs, Habitudes.

Pour le malade, sa chambre d’hôpital serait un lieu à lui, pour qu’il y vivre

- Construction de soi, désir du sujet, manière de vivre, d’habiter en soi pour mieux y vivre. Chez les grecs, le devoir envers soi même est très important. On doit avoir une existence tournée vers le bien. Quel genre de vie doit-on adopter pour bien vivre ? La philosophie antique ne signifie pas de vivre mais de bien vivre. C’est une éthique de connaissance de soi, de soucis pour soi. Pour les Grecs, en étant humain, on est commis à un devoir de soi.

  • « Connais-toi toi-même » Socrate = essaie de connaître ta fonction d’homme, essaie de connaître les vertus qui t’amèneront à ta condition d’homme.

- Réflexion et délibération sur l’action bonne, sur les valeurs qui la fondent, dans la singularité d’une situation. Lorsqu’on parle d’éthique, on est toujours dans la singularité des situations car chaque personne est différente. Etc.


  • RELATION DE SOIN ET ETHIQUE


- Le malade réduit à la pathologie : l’attitude éthique lutte contre cette réduction. Le malade n’a pas que la maladie. Il reste un homme.

- La parole défaillante : l’homme est avant tout un être de parole. Il a besoin de symboliser (= réunir des choses). Il faut prendre le temps de lui expliquer sa

Pathologie. Mais il y a un réel manque de temps pour l’explication à l’hôpital.

Plusieurs explications : parfois le soignant ne s’intéresse qu’à la pathologie et pas au malade, le malade qui ose pas déranger le soignant, le médecin qui pense que son patient ne pourra pas comprendre… Ça fait partie du soin que de parler au patient.

- La compétence face à l’incompétence : la relation de soin est une vulnérabilité face à une compétence. Mais c’est une relation qui doit rassurer. Ce n’est pas la relation d’un savant à un ignorant. Y’a une possibilité de violence. Parfois, dans certaines maladies graves, le patient est enfermé par sa maladie.

- Un être diminué dans sa liberté (Ricœur : « On entre en éthique par la volonté que la liberté de l’autre soi »)

- L’éthique comme effacement de soi, comme rehaussement de l’autre : il faut que le soigné puisse exprimer sa volonté dans le cheminement thérapeutique. Et le soignant doit se retirer du champ. En tant que soignant, il faut connaître ses aprioris, ses idées afin de mieux comprendre ses réactions. Réfléchir pourquoi on fait des choses, ou qu’on n’en fasse pas d’autres dans d’autres situations (quelqu’un qui ne veut pas faire de soin à un toxico par exemple)

- Prendre soin (=Care) : sollicitude, s’occuper de, prendre en charge. Différent de cure qui ne s’occupe que de traiter. Il faut s’occuper de la personne en la connaissant. En sachant ses priorités, ses sentiments, etc. il faut être dans le soin et dans la cure.

- Nécessaire objectivité et l’attention à la subjectivité (LERICHE différent

CANGUILHEM)

  • Vocabulaire/origine :

  • OB : placer sur ;

  • SUB : placé sous

« Y’a des médecins pour soigner le cœur, des médecins pour soigner le foie mais qui soigne le malade ? » SACHE GUITRY

  • Pour LERICHE : le malade présente une gène pour le soin du malade, pour la guérison du malade « si l’on veut définir la maladie, il faut la déshumaniser, dans la maladie, ce qu’il y a de moins important c’est l’homme »

  • Pour CANGUILHEM, c’est la maladie du malade. Le malade est atteint d’une maladie est aussi atteint d’angoisse. « L’acte médicochirurgical n’est pas qu’un acte scientifique car l’homme malade n’est pas seulement un problème physiologique c’est surtout une détresse à secourir »

  • Epictète « Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les évènements mais l’idée qu’ils se font de ces événements »

  • Savoir, savoir faire, savoir être

  • Science, patience, prudence : il faut être patient dans le soin pour du temps de rencontrer l’autre.

  • Réflexion éthique sur le sens et la valeur du soin, sur ce que l’on fait à cette personne.

  • Ethique comme réflexion (collective ?) sur l’action. La phronesis pour les grecs = c’est la vision en amont de l’action pour viser le bon moment et la bonne action.

  • Ethique


- que faire pour le mieux ? Il faut délibérer

- La chose, l’animal, l’homme. La chose est soumise à des forces. L’animal est soumis à son instinct (il trouve sans même chercher). L’homme est pauvre en instinct et est donc condamné à l’intelligence et à la réflexion, sinon il mourrait. Il doit utiliser sa conscience).

- La délibération rationnelle

- Anne Fageot-Largeault : « L’éthique c’est réfléchir, c’est choisir, c’est pouvoir expliquer ses choix, ce n’est pas obéir. »

- La cause qui entraine l’effet (dans la nature)

- Le mobile qui n’entraine pas toujours l’action (délibération) (chez l’humain). Chez l’humain, le mobile n’entraine pas toujours la même action. Entre le mobile et l’action, il y a la délibération de l’humain. Le statut d’humanité se caractérise par le fait de se déterminer par des objectif et non pas par des causes qui nous déterminent antérieurement. Le philosophe met en forme le fondement de la dignité. « Est digne l’agent moral qui obéit à la loi qu’il institut »

- « la liberté c’est ce petit mouvement qui fait d’un être totalement conditionné quelqu’un qui ne respecte pas la totalité de ce conditionnement » Sartre

- La délibération : (est nécessaire par un conflit de valeurs)

  • Rationalité

  • Sensibilité

  • Intérêt

  • Plaisir

Même si la liberté est faible en pourcentage, elle est importante pour se différencier de l’animal. « L’important ce n’est pas ce qu’on a fait de nous mais ce qui fait que l’on a fait De nous ? » La responsabilité c’est pouvoir prendre une décision sans en référer à une Personne supérieure et de pouvoir en assumer les conséquences.
3) LA DIFFERENCE ENTRE LA MORALE, LA DEONTOLOGIE, LA LOI ET

L’ETHIQUE


  • LA MORALE


- « Tout ce qui est dans l’ordre du bien et du mal se rapporte à des lois, des normes, des impératifs » (Paul Ricœur)

- Elle s’exprime par des lois, des commandements, et fait apparaître un impératif : « Il faut »

- C’est un ensemble d’interdits pour permettre le vivre ensemble. (Permet qu’on ne s’étripe pas les uns les autres) (La morale constitue le sujet, elle calme nos pulsions et nous permet de vivre en communauté.)

- Triple héritage : grec, judéo-christianisme. (Respect de l’individualité), lumières (pensée critique)

- Fait de l’Homme une valeur absolue.
La morale n’offre jamais de satisfaction : on ne peut jamais se reposer. C’est une existence inquiète, ce serait la sainteté. La morale nous dit toujours : tu n’as pas été à la hauteur de ce que tu aurais dû faire.

La morale, c’est le rapport à soi, un rapport à l’autre et au monde environnant (monde commun)

Ex d’acte morale : « non moi je ne peux pas faire cela » (les justes qui protégeaient les juifs des nazis)

  • « Qui sauve une vie, sauve l’humanité » (la liste de Schindler)

La morale permet de voir dans quel type d’humanité je me situe.

  • Einstein « le monde ne sera pas détruit seulement par ceux qui font le mal mais aussi par ceux qui les regardent agir et ne font rien »

Les normes morales :

- versants négatifs

- Interdits

Valeurs morales :

- Qu’est-ce qu’une valeur ? C’est ce à quoi on donne de l’importance. Mais c’est très subjectif.

- Versant positif : les valeurs morales sont plutôt des buts, des idéaux.

- But : Idéal de vie :

  • « Comment doit-on vivre ? »

  • « Qu’est-ce qu’une vie réussie ? »

  • « Quelles valeurs faut-il développer ? »

- Milieu de vie idéal : « Dans quel monde voulons nous vivre ? »

  • LA DEONTOLOGIE


- Les règles, devoirs, obligations d’une profession : Elles sont établies dons un

Contexte particulier.

- Ensemble de normes issu d’un consensus professionnel

- Serment d’Hippocrate, Code de Nuremberg (1947) « Primum non nocere » tout d’abord ne pas nuire.

Pourquoi des codes de déontologie ? On se méfie d’agissement qui serait de la conscience de chacun. On n’est pas naturellement bienveillant. Le code nous rappelle qu’il y a des impératifs : « on ne doit pas » « on doit ».

Le code de déontologie : caractère assez figé de la morale, de la déontologie. Or il y a un caractère non figé de l’éthique.

  • LA LOI, LE DROIT


- Ensemble de règles obligatoire déterminant les rapports sociaux dans une dimension locale et historique

- Différence entre le droit positif et le droit naturel

  • Le droit positif : local et historique, varie selon les cultures

  • Le droit naturel, au-delà des cultures, qui inspire la Déclaration des droits de l’Homme (dégage ce qui est universelle à tous, dépasse les imaginaires culturels ou religieux.) (ce qui est nécessaire à tout Homme pour son épanouissement). (ex : Le respect de sa liberté et de sa dignité) Tout être biologique doit son existence à …) ce dont tout homme a besoin.

« Les droits sacrés de l’homme auxquels nuls autres n’a le droit

N’atteindre » Tous les humains ont une commune condition. Les droits de

L’Homme c’est une idéologie selon d’autres idéologies.

Dans les droits de l’Homme on ne parle pas de valeurs mais de principes.

- Une valeur : ce qui a du prix pour un individu ou être humain et peut varié selon les époques ou cultures

- Principe : une proposition nécessaire (ne peut pas ne pas exister), absolue et

Universelle. La loi peut être très éloignée de la morale. (ex : un acte morale, ce n’est pas craindre de se faire attraper, réprimander : c’est savoir pourquoi on fait cet acte)

(Dans certains pays, les soignants participent à des actes qui sont contre la morale : En Chine, En URSS etc.…) Toutes nos valeurs sont relatives. La Laïcité : coexistence de liberté religieuse et spirituelle. Elle ne s’impose pas aux religions elle-même mais évite pour les lieux communs que tous imposent leurs croyances aux autres.

  • L’ETHIQUE


La liberté de l’éthique.

- la singularité de la situation : (à différencier : particulier = partie d’un tout ; Le

Singulier = ce qui est irréductible : ne rentre pas dans un ensemble) chaque patient est différent. Ils ne réagissent pas de la même façon.

Comment doit vivre au singulier avec cette personne en face de nous, en tenant compte de notre personnalité. Ethique s’occupe du monde pratique.

- Interrogation, recherche, sagesse pratique

- Quand la morale et le droit ne répondent pas. Quand la pensée est en crise.

- Instance critique de l’action et de ses conséquences = éthique.

- Les choses ne vont pas d’elles-mêmes. Il faut délibérer (mais pas toujours de réponse), parfois choisir dans l’incertitude. « Quoi qu’on fasse on le regrettera »

Morale : fait en sorte que les décisions soient arbitrées par l’éthique.

- extérieure au sujet

- Nous oriente vers des devoirs et nous soumet à des interdits

- Ethique (Référence absolue): se méfie toujours des vérités absolues. Elle est plus modeste que la morale. Plus humaine. Qui est ajustable.

- Intérieur au sujet

- Réflexion, discernement, jugement éclairé

- Cas par cas, s’inscrit dans un contexte singulier

Une décision prise à cause de la religion n’est pas nécessairement éthique. Ce n’est pas éthique de refuser un avortement pour un enfant qui a une tumeur cérébrale.

- Déontologie : ce qu’on doit à son patient

- Ethique : La délibération sur la façon dont on doit

- se dérober à la déontologie ; sanctions juridiques

- se dérober à l’éthique, remords de la conscience

- morale, déontologie, loi, éthique

- La responsabilité individuelle

- La réflexion collégiale : quelque chose que je veux faire mais que je ne peux pas

justifier devant les autres n’a pas lieu d’être.

Histoire de Mme Sébir : atteinte d’une tumeur de la face qui la déformait progressivement. Il

n’y avait pas de traitement. Et la patiente ne voulait pas devenir cette personne qui sera

déformée etc.

On lui proposait de lui apporter une sédation et de se laisser mourir. On n’a pas le doit de la tuer. Elle voulait le suicide médicalement assisté (qu’on lui donne des médicaments pour qu’elle se suicide elle-même) ou l’euthanasie.

« Ce n’est pas à un homme de donner la mort à un autre homme »

L’éthique questionne tous les principes. Elle essaie de prendre en compte des histoires de vie différentes. Montre qu’il y a différentes figures du mourant. Il y a différente situation pour mourir.

La déontologie et la loi : Veulent adapter à la situation d’une culture.

CCl : dans certaines situations complexes, on peut interroger nos principes moraux. Ils ne sont parfois pas adaptés à certaines situations singulières.

Ya certaines situations qui autoriseraient certains actes. Mais cela ne doit pas se généraliser en un acte moral. Loin de là.

L’interrogation éthique amène parfois à transgresser des valeurs morales.

Paul Ricœur : « L’éthique comme une sagesse pratique qui consiste à inventer les conduites qui satisferont plus à l’exception que demande la sollicitude face à la personne singulière, en trahissant le moins possible la règle »

Ricœur a pensé la sagesse pratique.

4) LES CONCEPTS

a. Le respect de la dignité

Principes et valeurs

- respect de la dignité

- Autonomie

- Bienveillance

- Non malveillance

- Justice

LES PRINCIPES DE RESPECT DE LA DIGNITE DE LA PERSONNE

- C’est l’idée de dignité qui fonde nos devoirs de respect et de solidarité

- Obligation morale de considérer la personne comme sujet et non comme un objet de recherche ou de soins et de la respecter en raison de son appartenance à la famille humaine

- Quels que soient l’état ou la situation de la personne (ex : ce n’est pas parce qu’une personne est âgée qu’on doit mélanger tout son repas)

- Qu’est-ce que respecter ? : reconnaitre la dignité d’autrui (spectro = regarder, res = la chose --> regarder quelque chose d’inaltérable dans une personne quelque soit son état physique et sa conduite) Le respect de la personne, c’est la conséquence de la reconnaissance de sa dignité. La dignité est une qualité liée au fait d’être un homme.

- Ricœur : « Quelque chose est du à l’être humain du fait qu’il est humain »

- Le considérer comme sujet (sub : sous ; jet = jeté devant moi) : ça évite de ne pas réduire l’autre à son physique, ni à ses capacités, ni à ses actes, ni à sa présentation).

On traite la personne comme quelqu’un à part entière.

- Respecter son unicité, son vécu, son altérité

- Respecter l’intégrité et l’inviolabilité

- Respecter l’intimité, l’espace personnel, la confidentialité.

On peut respecter quelqu’un tout en étant dégouté par son aspect (ou ses actions). Quand on est en face de quelqu’un, on a une part émotionnelle, et un part rationnelle.

Ce qui s’adresse à la personne : c’est le respect qu’on doit lui porter et c’est un respect rationnel.

CONTROVERSE AUTOUR DU CONCEPT DE DIGNITE

- La dignité, sens absolu ou relatif ? est-ce que chaque Homme est digne à chaque moment de sa vie ? à chaque étape ? Est-ce qu’on doit estimer la dignité en fonction des différentes conditions dans lesquelles chaque personne vis sa vie (sens relatif) ? La dignité peut être relative à la pensée etc. ? Ou absolue, en dehors de tout contexte ?

- Qu’est-ce que en tout homme serait porteur d’une valeur absolue ?Lorsque l’Homme perd sa conscience, sa connaissance, qu’est-ce qui fait qu’on accorde une dignité de l’homme par exemple atteint d’Alzheimer ?
- Que respect-on en l’Homme ? Unicité ? Valeur ? Aptitudes ? Vulnérabilité ? Est-ce que

la dignité c’est l’autonomie ? (dans ce cas, qu’en est-il des grands vieillards)

- Respecte-t-on la personne singulière ou l’idée de la personne en elle ?

- Qu’en est-il du sentiment subjectif de perdre sa dignité ?

Dignité intrinsèque à l’être humain = celle qui appartenait au droits de l’Homme

et Le sentiment dignité personnelle = spécifique à chacun. Certaines conditions sont

indignes de cette dignité ci.

Dignité ontologique = qui appartient à l’être humain quelque soit sa condition.

En l’Homme, il y a du misérable et du Grand.

On ne perd pas sa dignité, mais on peut perdre le sentiment de dignité.

- L’importance du regard d’autrui dans le sentiment de sa propre dignité

- Le problème de l’identification et de la représentation : Il est plus difficile de respecter

qqn qui ne me ressemble pas que qqn qui me ressemble.

Le vivant respecte le vivant aussi par identification.

Pour maltraiter quelqu’un, il faut déshumaniser la personne.

Sartre : « On n’a jamais honte tout seul » c’est l’autre par son regard qui va nous descendre

ou nous rehausser dans notre dignité que nous, on pense avoir perdu.

DIFFERENTES CONCEPTIONS DU FONDEMENT DU RESPECT DE LA DIGNITE

- Le respect d’une dignité sacrée dans l’Homme :

o Conception religieuse :

 Chaque Homme est une personne, un être unique, irremplaçable.

 Transcendance de l’enracinement dans la cité : on devient Homme par

la cité (Aristote).

 Concept de fraternité, l’humanité comme « une ». On a tous le même

père, donc on est tous frères.

 C’est la création à l’image divine qui confère la dignité.

« De la dignité de l’Homme » (Pic de Mirandole – 1490) L’Homme est

digne car il est issu de Dieu mais aussi parce que Dieu lui a donné une

certaine liberté.

o Conception Kantienne : (+++ Question au partiel)

 L’Homme comme être de raison (faculté de juger du point de vue de

l’universel et d’accéder à la moralité) En chaque Homme, il y a la Loi

morale. Chaque homme peut se fixer en lui même des cadres de

conduites, et de juger. Il doit savoir où est son devoir moral. C’est

l’existence de cette loi morale en lui qui lui donne sa dignité. C’est ce

qui le différencie de l’animal. La capacité d’acceder à des jugements

fonde la dignité.

 Sa dignité repose sur son autonomie, c’est la liberté qui fonde la dignité

 Les choses ont un prix (variable), l’Homme une dignité absolue

 Une fin en soi (pas de finalité supérieure)

 De la dignité au respect.

« Respicère » : avoir égard pour, examiner la part inaltérable de dignité

à ses possibilités ou à ses actes

9

PHILOSOPHIE

« Agis seulement d’après la maxime grâce à laquelle tu peux vouloir

en même temps qu’elle devienne une loi universelle »

Obéissance à la raison (et non à ma raison)

« Agis de telle sorte que tu traites l’humanité aussi bien dans ta

personne que dans la personne de tout autre toujours en même temps

comme une fin et jamais simplement comme un moyen » (+++

question Validation)

Savoir expliquer et commenter.

- Le respect d’une dignité de l’Homme fondé sur la conscience, la raison, la liberté :

La dignité d’un Homme est plus subjective. 2 positions schématiques pour le corps :

« J’ai un corps » = C'est à dire que mon âme mon esprit fait de moi le pilote. Conception

dualiste. Même si mon corps est pourri, je conserve ma dignité. Le « Je » est indépendant

du corps.

2ème philosophie : « Je suis mon corps » (Spinoza, Nietzche) Si mon corps est atteint. Je

suis entièrement atteint. Une non dépendance, et une non déchéance. Si je deviens

grabataire, je n’ai plus de dignité. La dignité est un corps présentable.

- Le respect de la fragilité et de la vulnérabilité (Levinas)

b. L’engagement pour autrui :

b.i. La sensibilité (Rousseau, Hume), la compassion, la pitié

La sensibilité naturelle :

- Rousseau : la répugnance instinctive à la souffrance du semblable. Il y a une

répugnance lorsqu’on voit souffrir l’autre. Ce qui amène l’homme à s’occuper de son

semblable. Y’a 2 principes essentiels qui régissent la vie de l’homme :

o L’amour de soi

o La pitié pour l’autre

Les 2 ne sont pas incompatibles. On peut apporter de l’aide à l’autre pour qu’on ne se

sente pas bien.

Pour Rousseau, l’homme est bon naturellement et donc n’aime pas voir les autres

humains souffrir ni un autre être vivant.

- Hume (1711-1776) et la partialité : y’a une sensibilité naturelle de l’homme. L’homme

est très sensible à la souffrance de l’homme, mais il est partial. On est plus sensible à

la souffrance de nos proches que de nos lointains. Pour Hume, y’a qu’une sphère de

sympathie limitée aux proches et aux semblables. Selon lui, le problème est de savoir

faire passer la sensibilité qu’on a pour nos proches à l’humanité.

- La compassion, l’empathie. La compassion (vient de cum : avec et pathein=

sentiments, affects) c’est que la souffrance de l’autre est la mienne. Ça me fait souffrir

de voir l’autre souffrir. Y’a une participation à la souffrance d’autrui. Mais ce n’est

qu’une faible participation à la souffrance d’autrui. On observe une connaturalité.

empathie : souffrance virtuelle qu’on partage avec l’autre. Est-ce que la compassion

et l’empathie peuvent m’aider dans ma souffrance ? savoir que qqn accorde de la

valeur à notre condition, ça nous apaise.

- La pitié : y’a une sorte d’extériorité. On est étranger à ce qui arrive à l’autre. La pitié

c’est le fait de ne pas supporter qu’un humain soit dans ce genre d’état. C’est une

10

Le 14 Sept 2011

PHILOSOPHIE

(D. DUBOIS)

relation à une déchéance. Lorsqu’on voit qqn qui a perdu sa dignité, on ne supporte

juste pas qu’un humain soit dans cet état.

- Les émotions dans le soin : peut-on faire confiance aux sentiments dans le soin ?

b.ii. Le devoir moral (Kant)

- Kant et le respect : pour Kant, les sentiments peuvent disparaître dans le temps, la

fatigue etc. Donc selon Kant, on ne doit pas se laisser dominer par les émotions. C’est

la raison qui importe. C’est par raison qu’on va respecter l’autre. C’est un devoir

moral quelque soit autrui. Il y a une sorte de rigidité systématique qui permet de voir

un universel --> quelques choses qui doit être sauvé et non pas quelque chose qui

m’émeut. Pour accéder au sens moral, il faut un minimum d’émotion.

- La raison qui fait accéder à la morale :

- Agir par devoir moral : Les émotions permettent l’accès au devoir moral. C’est

nécessaire. L’homme est un logos = raison et de pathos = passion

- Les limites ( ?)

b.iii. La responsabilité pour autrui (Levinas)

- Emmanuel Levinas (1906-1995) : il ne s’agit ni de raison, ni de sentiments mais de

responsabilité pour autrui.

- La rencontre du visage et ma responsabilité éthique, le visage est une parole, la nudité

et la fragilité du visage : Le visage nous montre la fragilité de l’humain, et l’interdit de

la violence. Permet de comprendre ce qu’il y a de violent sur moi. Car on a une

puissance et le visage de l’autre nous dit de lui porter secours. Donc regarder l’autre

c’est l’écouter. Le visage ne se voit pas, il s’entend. Et ce qu’on entend : tu ne me

tueras pas, tu ne me feras aucune violence. Le visage de l’autre est une instance

éthique qui m’oblige à le respecter et à ne pas le frapper. Pour lui, l’humanité de

l’homme est concentrée dans son visage. Le visage est nu, fragile et m’intime l’ordre

de ne pas lui nuire. Il dit aussi que le regard de l’autre m’oblige à détourner les yeux.

On ne regarde pas le visage de qqn comme la photo de quelqu'un. Si on regarde

quelqu'un trop longtemps le visage de quelqu'un c’est qu’on le considère comme un

objet.

- L’inconnu, l’étrangeté, l’infini : le visage de l’autre est étrangeté. Il nous montre ce

qu’il y a d’insaisissable dans l’autre. On peut connaître la personne, mais il y aura

toujours quelque chose qui nous échappe. Cette partie qu’on ne connaitra jamais est

infinie et c’est la partie essentielle de l’autre. Il y a un visage éthique (=va au delà de

la forme, on rencontre avant tout une présence) et un visage esthétique (= réduit la

personne à une forme). Quand on respecte autrui, on ne le dévisage pas. Il faut

accueillir l’autre tel qu’il est. Il faut être hospitalier. Ce n’est pas accueillir ceux que

j’aime bien. C’est accueillir tout le monde qui en a besoin.

- « Malgré soi pour l’autre » : il y a une sorte de sainteté chez l’être humain. Levinas

(l’autrui qui atterri dans ma vie m’empêche d’être tranquille) mais il dit « après vous,

je vous en pris ». Je me mets en dessous de vous. C’est s’effacer pour laisser passer

l’autre avant soi. On est arrêté par la rencontre avec le visage d’autrui. On est

« malgré soi pour l’autre » mais sans attendre rien de l’autre. Ça donne une impression

de sainteté. C’est accueillir l’autre quelque soit notre situation.

- Levinas et le tiers : Y’a d’autres « autres ». On n’aura pas à tout donner à l’autre.

11

PHILOSOPHIE

- Levinas et le soin : même si je ne peux plus rien faire pour l’autre, on doit toujours se

sentir responsable pour l’autre.

- « Rencontrer un homme, c’est être tenu en éveil par énigme »

- Nietzche « tout homme est un secret pour les autres et pour lui-même »

Pour Levinas, on doit accepter l’étrangeté d’autrui.

b.iv. La sollicitude (Ricoeur)

- Paul Ricoeur (1913-2005) : voir un « Autre » qui est une appartenance à l’humanité et à qui on doit ce qu’on doit à tout humain. Et un « autre »

Pour lui, la Sollicitude est à la fois les émotions que me procure l’autre et la raison que je dois à autrui. Une sorte d’amour qu’on peut éprouver pour l’autre.

- La question de l’amour dans le soin : Aimer les autres comme soi-même c’est impossible. Donc on a besoin de respect. Si on aimait tous nos patients, on n’aurait pas besoin de devoir moral. Le soin est un agir compassionnel.

5) L’HUMANITÉ

6) LA TECHNIQUE

7) LA SPIRITUALITÉ, LA MORT

Pour la validation : une question ouverte au choix parmi 3 questions :

- une question sur KANT

- une sur SOCRATE

- Une sur LEVINAS : ex : qu’est-ce que rencontrer un visage ?

similaire:

La nécessité du travail philosophique sur les concepts icon«Essai philosophique sur les probabilités»

La nécessité du travail philosophique sur les concepts iconCentre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale
«Recherches sur les régimes sociaux contemporains», sans jamais se départir de l’élaboration d’une œuvre philosophique dont le projet...

La nécessité du travail philosophique sur les concepts iconRésumé : Partant d’un document sur le gps, les élèves sont amenés...

La nécessité du travail philosophique sur les concepts iconEn effectuant ce dossier sur les accidents du travail, notre objectif...
«est considéré comme «accident de travail», quelle qu’en soit la cause, l’accident survenu par le fait ou à l’occasion du travail...

La nécessité du travail philosophique sur les concepts iconLe harcèlement et la violence au travail diagnostic action et réaction
«Le harcèlement survient lorsqu’un ou plusieurs salariés font l’objet d’abus, de menaces et/ou d’humiliations répétés et délibérés...

La nécessité du travail philosophique sur les concepts iconRésumé La sélection d’un mode d’entré sur un marché étranger est...

La nécessité du travail philosophique sur les concepts iconRésumé La sélection d’un mode d’entré sur un marché étranger est...

La nécessité du travail philosophique sur les concepts iconPrésent(e)s
«Drogue et Alcool sur le lieu de travail» propose une journée de sensibilisation sur la cct 100 avec le support d’une asbl externe...

La nécessité du travail philosophique sur les concepts iconLa médecine indique que le sida, ayant officiellement causé 28 millions...
Nécessité d’organiser des "fléaux" contre la population noire. En 1931, des tests sont faits secrètement sur les Afro-Américains...

La nécessité du travail philosophique sur les concepts iconAlors que le Grenelle de l'environnement entre dans sa phase finale,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com