§8 «S’ils ne veulent pas s’intégrer…» «Vous avez le droit de partir !»








télécharger 0.55 Mb.
titre§8 «S’ils ne veulent pas s’intégrer…» «Vous avez le droit de partir !»
page2/4
date de publication06.06.2017
taille0.55 Mb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4



Quand la famille empêche l’intégration de ses membres.
Garde ton voile, Saulati !
J’emmène Saulati en ballade avec moi. Je l’ai toujours vue voilée. Je ne sais pas pourquoi, cette fois-là, quand j’arrive chez elle, elle retire son voile et arrange soigneusement ses longs cheveux bouclés. Je lui fais remarquer que sa chevelure est bien belle mais j’ajoute que son voile bleu clair finement brodé est très joli et qu’elle peut le garder sans problème : « Les personnes que nous allons rencontrer ne te feront aucun reproche si tu portes le voile ». Lors du retour, elle m’invite à boire un thé chez elle. Son fils aîné est revenu à la maison. Voyant sa mère sans voile, il entre dans une violente colère.
A la télévision, des femmes disent qu’elles portent le voile librement. Je le crois, certaines femmes le font par conviction, et j’admire leur foi tout comme j’admire la foi des chrétiens qui portent une croix au cou avec autant de conviction. D’autres, comme Salauti, portent le voile par obligation. Et d’autres le font pour de l’argent.
« Un milliardaire arabe donne de l’argent aux femmes qui portent le voile en Europe, dénonçait un demandeur d’asile Musulman. Pour de l’argent, les familles font pression sur elles. Chez nous, la burqa est défendue. »

Quand les hommes ne veulent pas reconnaître l’égalité des sexes.

Les hommes surveillent les femmes. Dans certains pays, quand elles quittent la maison, les filles et les femmes doivent être accompagnées d’un homme de leur famille et cette tradition est maintenue dans les pays d’accueil. Difficile de se faire des copines dans ces conditions. Est-ce par manque de confiance à leur égard ? Qu’un homme soit « modérément jaloux » de son épouse, c’est tout à son honneur, mais inversement, la femme n’a-t-elle pas aussi le droit d’être jalouse de son mari ? Or celui-ci peut avoir plusieurs épouses ! L’inégalité entre les sexes entrée dans les coutumes est blessante pour les femmes qui ont le même goût de liberté que l’homme. Bien des hommes abandonnent cet esprit machiste en arrivant en Europe; d’autres s’accrochent à leurs traditions.

Cette histoire de Katia  se vit aussi chez nous. . http://www.youtube.com/watch?v=K7FhjlXm9D8.

Actualité : Une information vient de tomber. En Afghanistan, des femmes ont osé faire une manifestation pour dénoncer l’assassinat de leur sœur accusée d’adultère ! J’en tremble d’émotion ! Mon Dieu ! Pourvu qu’elles ne paient pas cher cet élan vers la liberté comme ce fut le cas pour Katia! Et l’homme qui a découché, quelle punition lui est-il réservée ?

« Courage et espérance ! Yalla ! Il faut y aller, les femmes ». 

«  Et vous, les hommes, quand allez-vous vous mettre dans la peau de vos filles, de vos femmes ? Connaissez-vous la règle d’or universelle? »


"La règle d'or" : "Ne fais pas à autrui ce que tu n'aimerais pas que l'on te fasse."

« On la retrouve sous des formulations voisines dans la plupart des religions, philosophies ou cultures du monde. C'est la barrière que la morale dresse contre l'égoïsme et contre ceux qui pensent ne pouvoir réaliser pleinement leur liberté qu'en piétinant celle des autres ». http://atheisme.free.fr/Religion/Regle_or.htm.



L’amour, pas si aveugle que ça !

Des filles musulmanes aiment des garçons qui ne sont pas musulmans, mais ce n’est pas permis ! Malgré leur amour pour une personne du pays d’accueil, des filles, comme Sadia Sheikh, sont données en mariage à des cousins restés au pays. Ou le contraire : des jeunes hommes naturalisés belges sont mariés de force avec une cousine lointaine, quitte à divorcer ensuite. Ainsi, on regroupe les familles. Philippe Dembour exprime son inquiétude :
« Ces mariages entre cousins germains permettent de faire venir en Belgique, par le regroupement familial, les frères et sœurs des parents restés dans le pays dorigine. Dans ce domaine nous devons être très respectueux de nos amis musulmans, mais les conséquences de ces mariages peuvent être très graves. Cela peut entrainer laffaiblissement des fonctions intellectuelles des enfants nés de telles unions ou des handicaps physiques. Or sans instruction, comment assurer lintégration dans le tissu économique-social ? Si une proportion importante des jeunes ne terminent pas leurs humanités (il y en a plus de 70 000 à Bruxelles), nous allons au-devant de très graves problèmes. » (Dimanche express 13 nov.2011).
Fatima : « Mon avocat m’a dit que pour avoir des papiers, il fallait que j’épouse un Belge, sinon je n’ai aucune chance d’être régularisée. Mais mon mari ne me lâche pas. Or je ne me remettrai jamais avec lui, il m’a fait trop souffrir ! Pour l’instant s’il est en prison, ce n’est pas pour rien !! Dans notre pays, une femme ne peut pas changer de mari, tandis que les hommes peuvent avoir plusieurs femmes. Je ne suis pas d’accord ! Qu’est-ce qui empêche qu’une femme se remarie? J’ai juste 18 ans, je voudrais être heureuse ! Dans mon pays, ce n’est pas possible ! »
70 000 mariages forcés … en France !

Un chiffre a récemment déclenché la stupeur en France. Selon le Haut Conseil à l’Intégration, 70 000 adolescentes seraient concernées par le mariage forcé. Il y a environ deux ans, le Sénat français a relevé l’âge légal du mariage à 18 ans pour les filles, au lieu de 15 auparavant. Relever l’âge du mariage : un moyen de lutter contre les mariages forcés et de rendre égaux filles et garçons devant l’union, puisque l’âge légal chez les garçons est fixé à 18 ans depuis 1804.

(La Lucarne. N° 343. Tél : 069/222507)
Pas permis de se marier avec une non-musulmane.
Témoignage:

Christine, la fille de ma copine, et Mohamed (noms d’emprunt) sont vraiment amoureux l’un de l’autre. Dix ans plus tard ils se marient et nous sommes invités à la fête! C’est à cette occasion que les parents de Christine nous apprennent le calvaire que les jeunes ont vécu pour arriver à concrétiser leur amour.

« Christine n’a jamais été acceptée par la famille de Mohamed. De son côté, Mohamed était sans cesse harcelé pour épouser une fille de son pays d’origine. Il a finalement rompu avec Christine et il a épousé une Marocaine. Mais il restait amoureux de Christine, et il a quitté son épouse pour revenir vers la femme de sa vie. …
Un jour où les deux jeunes se promenaient en ville, main dans la main, des Nord-Africains les ont interpelés et ils ont tabassé Mohamed.  »
Venons-en maintenant à leur mariage. « Les parents de Mohamed ne voulaient pas d’alcool à la fête. Nous avons exigé qu’il y en ait à l’apéritif. Nous avons obtenu gain de cause, mais… il n’y eut aucun Magrébin à l’apéro,  or nous avions prévu des limonades, du thé, …»
« Nous avons découvert les pratiques musulmanes. Dès qu’un couple marocain arrivait, ils étaient séparés : les femmes et les enfants d’un côté, les hommes de l’autre et la troisième salle était réservée aux non-musulmans !!

Quand nous sommes repartis, il n’y a pas eu besoin de bob au volant. Nous n’avions bu que de la limonade ! Cela a du bon, mais…. c’est exagéré !»

Réfléchissons :
-Il y a des Musulmans ouverts d’esprit comme Mohamed, le mari de Christine. Le combat qu’ils mènent mérite notre admiration. Alors prudence dans nos paroles. Ne généralisons pas.
-Il y a une bonne et une mauvaise liberté. L’islam interdit l’alcool, mais permet la drogue.

La Bible n’interdit pas l’usage de l’alcool, mais elle invite à la modération. Boire sans faire d’excès n’est pas péché pour les chrétiens. La Bible dit :
« Vous, frères, vous avez été appelés à la liberté ; seulement, ne faites pas de la liberté une occasion pour la chair ». (Ga 5 :13)

Des immigrés pourraient s’intégrer et ils se retrouvent en centre fermé, … en prison quoi !

Rozemarijn Vanwijnsbergue, directrice du centre « Jesuit Refugee Service » (JRS) souhaite attirer notre attention sur leur sort.


« Notre travail est daller rencontrer ceux qui ont dé fait des démarches. Ils ont demandé lasile, mais ne peuvent pas rester; ils nont pas de résidence légale dans le pays, et sont donc détenus dans des centres fermés. On essaie d’être une présence auprès deux et leur redonner la digni quils perdent dans ces prisons. Ils vivent des choses épouvantables. Ils sont dans des situations alarmantes et très précaires. Et pourtant, il y a en eux une force incroyable. Une envie de s’en sortir, despérer, de croire dans le futur. Ils nous donnent une belle lon de vie. Je voudrais que nous soyons plus visibles en Belgique. Nous sommes à côté dhommes, de femmes, denfants, complètement invisibles dans la société. Je voudrais les aider à recommencer une nouvelle vie et être la voix de leurs désarrois. »
(D’après Anne LECONTE. Dimanche, 20 nov. 2011) JRS Belgium, rue Maurice Liétart, 31/9 à Bruxelles. Tél. 02/738 0818. www.jrsbelgium.org (NB. Ce service propose beaucoup d’activités aux jeunes. « Allez, on y va, les jeunes ! »)

Apprenons à connaitre un immigré.

Oui, je suis d’accord pour dire : certains immigrés ne veulent pas s’intégrer ! Mais je dis aussi : D’autres souhaitent vivement faire partie intégrante de la population belge, mais ils ne le peuvent pas pour autant.


Allons au-devant des immigrés et nous aurons une idée plus juste de la situation. Si au lieu de critiquer les personnes différentes, on essayait de les connaître, si on essayait de les rencontrer en profondeur, on arriverait à s’aimer les uns les autres, des liens forts se créeraient entre tous, remparts puissants que la folie humaine, sous toutes ses formes, ne pourrait pas détruire.
Il y a, parmi les immigrés, des personnes très ouvertes d’esprit. Il en est qui pourraient devenir des amis, des amies. Puisqu’il y a des immigrés qui font leur possible pour devenir de bons citoyens belges mais qui en sont empêchés, à cause de ceux-là, il est injuste de dire : « Ils ne veulent pas s‘intégrer. » Bougeons-nous, créons des ponts entre tous et on en reparlera dans dix ans.
« A toi, mon frère immigré, je dis : “Non, tous les Belges ne sont pas racistes ! Il y en a qui aiment côtoyer les immigrés et qui les aident à VIVRE – et non survivre –, au milieu d’une société compliquée. Va vers eux, propose-leur tes services, non pas pour gagner de l’argent mais pour créer des liens avec eux… mais ne refuse pas la pièce quand même ! Et sois content si ton ami belge consacre aussi du temps avec d’autres immigrés. Ne sois pas jaloux ! »
« Toi, l’Européen de souche comme moi, apprends à connaître UN immigré ! Découvre pourquoi il est venu chez nous, ses motivations, ses déceptions, ses espérances. Epaule-le dans ses démarches. Deviens l’appui sur qui il peut compter le temps nécessaire. Ensuite, laisse-le s’éloigner, s’il le souhaite, laisse-le vivre SA vie. Tout homme a besoin de liberté pour vivre. La liberté, c’est aussi vital que l’air que l’on respire. Peut-être retournera-t-il un jour dans son pays de son plein gré. Que ce ne soit pas sous les coups ou la menace, mais après réflexion, préparation au retour, soutien d’amis belges. »

1   2   3   4

similaire:

§8 «S’ils ne veulent pas s’intégrer…» «Vous avez le droit de partir !» iconUn matin, quelqu’un vous dit : on ferme l’usine, vous avez un an,...

§8 «S’ils ne veulent pas s’intégrer…» «Vous avez le droit de partir !» iconCédric mon chéri c’est moi Hadrien ton frère du cosmos. Vous avez...

§8 «S’ils ne veulent pas s’intégrer…» «Vous avez le droit de partir !» iconDeuxième séance du mardi 25 mai 2010
«vivre ensemble». Malgré tout, vous avez choisi de ne pas faire de la solidarité territoriale un pilier de votre réforme. Malgré...

§8 «S’ils ne veulent pas s’intégrer…» «Vous avez le droit de partir !» iconCe que vous m’avez dit, je l’ai entendu. Ce que je savais, vous l’avez...

§8 «S’ils ne veulent pas s’intégrer…» «Vous avez le droit de partir !» iconLa terreur au cœur d’une famille marocaine, par Abdellah Taïa
«Ce n’est pas seulement haram [interdit, impur], comment vous vivez, c’est pire, c’est du kofr [de la mécréance]. Et moi, je ne veux...

§8 «S’ils ne veulent pas s’intégrer…» «Vous avez le droit de partir !» iconRésumé : a partir d’un corpus de cinquante albums de chansons francophones...
«Encore un chanteur. J’en ai marre. Mais qu’est-ce que vous avez tous à chanter ? Pourquoi vous faites pas de la peinture ? D’accord,...

§8 «S’ils ne veulent pas s’intégrer…» «Vous avez le droit de partir !» iconBrise les chaînes du stress
«Car ainsi parle le Seigneur, l’Eternel, le Saint d’Israël : «C’est si vous revenez à Moi, si vous restez tranquilles, que vous serez...

§8 «S’ils ne veulent pas s’intégrer…» «Vous avez le droit de partir !» iconBulletin gratuit de liaison de la communauté de la Cathédrale de Papeete n°26/2017
«Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’avais faim, et...

§8 «S’ils ne veulent pas s’intégrer…» «Vous avez le droit de partir !» iconProgrammes de tiers
«multiplexage» ou de «concentration», ne réduit pas le nombre de licences de tout type dont vous avez besoin

§8 «S’ils ne veulent pas s’intégrer…» «Vous avez le droit de partir !» iconProgrammes de tiers
«multiplexage» ou de «concentration», ne réduit pas le nombre de licences de tout type dont vous avez besoin








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com