Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne








télécharger 14.04 Kb.
titreDéclaration des droits de la femme et de la citoyenne
date de publication13.11.2016
taille14.04 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne

Introduction

Olympe de Gouges, de son vrai nom Marie Gouze, qui a été fermement engagée dans la Révolution de 1789, est une personnalité emblématique des débuts du féminisme. Deux ans après, elle s’inspire de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen pour publier sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, destinée à l’ex-reine Marie-Antoinette. Elle l’écrit dans l’espoir d’obtenir les droits que la mise en place d’une nouvelle constitution n’a pas accordés aux femmes.

Problématique : Par quels procédés Olympe de Gouges exprime-t-elle sa dénonciation de la condition féminine et sa revendication des droits des femmes ?

Nous étudierons comment, en mêlant l’émotion et l’indignation à l’argumentation méthodique, l’auteure va dénoncer la condition féminine et revendiquer une amélioration de celle-ci.

  1. Une dénonciation émue de la condition féminine

  1. Une déclaration empreinte de passion

utilisation d’un lexique politique pour contester la primauté masculine : « souverain empire » (l. 2), « opprimer » (l. 3), « empire tyrannique » (l. 5), « commander en despote » (l. 13) → L’emprise de l’homme sur la femme est assimilée aux formes les plus contestables du pouvoir, que la Révolution prétend abattre.
Décalage entre les hommes et leur temps : antithèse entre « ce siècle de lumières et de sagacité » (l. 12) et l’hyperbole « l’ignorance la plus crasse » (l. 13) → l’homme est en opposition avec le siècle des Lumières. Il n’est pas en accord avec son époque. Son pouvoir est obsolète.
Elle défend l’ensemble des femmes et souligne leur dignité : « le sexe supérieur en beauté comme en courage dans les souffrances maternelles » (l. 39-40).

  1. Un discours marqué par l’indignation

questions oratoires, apostrophes adressées à l’homme : « Homme, es-tu capable d’être juste ? » (l. 1)
registre polémique → elle entre en débat en tant que femme avec celui qui selon elle exerce un pouvoir injuste. Elle remet en cause ce pouvoir.
accumulation de termes péjoratifs et dépréciatifs associés à l’homme : « bizarre, aveugle, boursouflé de sciences et dégénéré » (l. 11-12) → l’homme en son temps paraît comme un monstre.
Changement de ton au 3ème paragraphe : plus solennel, avec des phrases déclaratives → sa véhémence se transforme en gravité. Elle n’apostrophe plus l’Homme, il est sujet (troisième personne du singulier).
Olympe de Gouges exprime en somme une dénonciation émue de la condition féminine, en s’impliquant personnellement dans ses propos. Mais au delà de l’émotion, elle écrit son discours comme un plaidoyer et travaille avec soin son argumentation en faveur des femmes.

  1. Un plaidoyer argumenté en faveur des femmes

  1. L’expression d’une revendication

Elle revendique une représentation politique égale à celle des hommes : l. 20 à 23.
Le 1er article de la Déclaration vise à obtenir le droit à l’égalité.
« Les mères, les filles, les sœurs » : groupe ternaire pour légitimer sa revendication et rappeler les liens étroits qui unissent les hommes aux femmes. Ce sont elles qui parlent, et non pas une seule femme (emploi de la troisième personne du pluriel : « demandent » à la l. 22, « ont résolu » à la l. 28). Olympe de Gouges s’exprime au nom de toutes.
Sa revendication est solennelle voire pompeuse : « une déclaration solennelle » (l. 29-30), « les droits naturels, inaliénables et sacrés de la femme » (l. 30-31), « des principes simples et incontestables » (l. 36-37), « reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Etre suprême » (l. 40-41).

  1. Une argumentation méthodique

Raisonnement par analogie dans l’avant-propos : elle prend pour exemple toutes les formes de vie naturelle (« la nature dans toute sa grandeur » à la l. 4, « animaux », « éléments », « végétaux » à la l. 6) pour faire ressortir la singularité de l’espèce humaine qui est la seule à séparer et à opposer les sexes. L’homme est une anomalie dans la nature : « seul », « exception » (l. 11), anaphore « partout » (l. 9-10) → harmonie universelle à laquelle l’homme se dérobe.
Elle pousse son lecteur à suivre une démarche expérimentale, à mener une enquête grâce aux impératifs « observe » (l. 3), « parcours » (l. 4), « remonte », « consulte », « étudie », « jette un coup d’œil » (l. 6), « cherche, fouille et distingue » (l. 8) pour arriver à sa conclusion.

argument historique et politique : « l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de la femme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements » (l. 24 à 28)
Sans les femmes, les hommes ne pourront pas atteindre le bonheur politique. Elles n’ont pas la place qu’elles méritent. « l’ignorance, l’oubli ou le mépris » → absence des droits de la femme

Conclusion

Olympe de Gouges conteste avec force l’inégalité des sexes et la domination des hommes sur les femmes. Elle montre que cette domination n’a aucun fondement, et surtout pas dans la nature. Elle défend l’idée que l’inégalité des sexes cause le malheur des nations.
Ses idées féministes et l’audace dont elle a fait preuve pour exprimer ses revendications lui causeront la mort : elle sera guillotinée deux ans après avoir rédigé sa Déclaration. D’autres auteurs féministes lutteront pour une amélioration de la condition féminine. On peut notamment relever Simone de Beauvoir, avec son essai philosophique Le Deuxième Sexe (1949) et sa célèbre phrase « On ne naît pas femme, on le devient. ».

Termes à connaître

despote : souverain qui gouverne avec une autorité absolue et arbitraire

sagacité : finesse d’esprit

obsolète : dépassé, désuet

véhémence : emportement, violence

emphatique : s’exprime avec exagération dans le ton, les gestes, les termes employés

pompeux : avec une emphase personnelle

similaire:

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne iconOlympe de Gouges, Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (1791), p. 258-259

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne icon1215- la Magna Carta (Le roi Jean sans Terre) 1869 – Déclaration...

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne iconAssurer l’égalité d’accès à l’éducation
«Charte Internationale des Droits de l’Homme», la «Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples» et les «Conventions relatives...

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne iconDes droits de la femme camerounaise

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne iconDéclaration universelle des droits des sorcières. Des ogres : Déclaration...

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne iconDéclaration universelle des droits de l'homme

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne iconLa déclaration des droits de l'homme et du citoyen

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne iconDéclaration des droits de l'homme et du citoyen

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne iconDeclaration des droits de l’homme et du citoyen

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne iconDéclaration universelle des droits de l’animal








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com