Les règles générales exposées au paragraphe 2 sont appliquées dans le cas de ce projet en retenant les hypothèses particulières suivantes








télécharger 188.61 Kb.
titreLes règles générales exposées au paragraphe 2 sont appliquées dans le cas de ce projet en retenant les hypothèses particulières suivantes
page1/4
date de publication23.12.2016
taille188.61 Kb.
typeLes règles générales
l.21-bal.com > loi > Les règles générales
  1   2   3   4

CCTP type de DCE de réparation ou de renforcement par matériaux composites collés – annexe 2 - version 2.2 de mars 2007


CCTP - ANNEXE II

méthodes de calcul applicables aux ouvrages d'art en béton armé réparés ou renforcés par matériaux composites



1 HYPOTHESES PARTICULIERES 2

2 REGLES GENERALES 2

2.1 Généralités et limites d'utilisation 2

2.1.1 Domaine d'application 2

2.1.2 Documents de référence 3

2.1.3 Notations 3

2.2 Caractéristiques des matériaux 5

2.2.1. Béton 5

2.2.2. Aciers 6

2.2.3 Composites 6

2.2.4. Loi de comportement de l'interface composite-béton ou de la colle 7

2.3 Actions et sollicitations 8

2.4 Justification des pièces prismatiques soumises à des sollicitations normales 8

2.4.1 Règles générales 8

2.4.2 Etat limite ultime de résistance 8

2.4.3 Etat limite de service vis-à-vis de la durabilité de la structure 11

2.4.4 Calcul des déformations et état limite des déformations 13

2.4.5 Condition complémentaire dans le cas de l’incendie sous ouvrage : 13

2.5 Justification vis-à-vis des sollicitations tangentes 13

2.5.1 Longueur d’ancrage du composite 13

2.5.2 Dimensionnement à l’effort tranchant 14

2.5.3 Vérification du cisaillement de glissement en flexion aux ELU 16

2.5.4 Vérification du délaminage à l'extrémité du renforcement – rupture interface béton-composite 16


Préambule
La présente annexe reprend, en modifiant légèrement les notations, les parties relatives au dimensionnement du document de l'AFGC "réparation et renforcement des structures en béton au moyen des matériaux composites – recommandations provisoires de décembre 2003".

Il s'agit pour la plupart de modifications de forme pour améliorer la clarté du texte et lever quelques ambiguïtés. Les notations retenues ici sont conformes à celles du BAEL.
Seul le paragraphe 2.4.3 "État limite de service vis-à-vis de la durabilité de la structure" pour sa partie relative au coefficient d'équivalence diffère du document AFGC.
L'utilisation de cette annexe ne saurait dispenser le projeteur de la lecture du document de l'AFGC qui est plus complet.
La présente annexe concerne uniquement les ouvrages d'art.

1HYPOTHESES PARTICULIERES


Les règles générales exposées au paragraphe 2 sont appliquées dans le cas de ce projet en retenant les hypothèses particulières suivantes :
- fissuration : A compléter (non préjudiciable, préjudiciable, très préjudiciable)

- coefficient d'équivalence du matériau composite : A compléter éventuellement

- les zones soumises à des risques d'incendie sont les suivantes :

A compléter zones pour lesquelles s'applique l'article 2.4.5. ci-après

- efforts ELS et ELU à reprendre par le renforcement par partie d’ouvrages : A compléter

2REGLES GENERALES

2.1Généralités et limites d'utilisation


Une section renforcée ou réparée avec un composite fonctionne de façon similaire à une section de béton armée classique. Le composite se comporte en armature passive externe.

2.1.1Domaine d'application


Le domaine d'application des méthodes de dimensionnement et de justification présentées dans ce chapitre couvre le calcul des ouvrages d'art en béton armé renforcés ou réparés avec des matériaux composites (fibres de carbone, fibres de verre et Kevlar) par collage ou par polymérisation directe sur le support.

Ces méthodes ne couvrent pas le béton précontraint.
Le support doit être sain et exempt de toute pathologie susceptible de dégrader la capacité du béton de surface à transmettre les efforts de cisaillement indispensables au fonctionnement du composite dans le temps. Ainsi, les supports souffrant de pathologies telles que l’alcali réaction, l’attaque sulfatique, une lixiviation, un écaillage avancé, une corrosion active pouvant provoquer un délaminage de la couche d’enrobage ne peuvent recevoir un renfort sans un examen et un traitement spécifique garantissant leur fonctionnement dans le temps.
Les produits composites concernés par ce texte doivent présenter un allongement à rupture en traction supérieur ou égal à 0,85%, afin de garantir un minimum de ductilité à la structure, provenant des armatures passives existantes, qui permet à l’ELU une redistribution salutaire des efforts vers les zones moins sollicitées.
Les colles utilisées doivent conduire dans tous les cas à une rupture cohésive dans le béton de support pour une large gamme de résistances (B20 à B50). Ce mode de rupture devra être systématiquement atteint pour toute les plages d’hygrométrie et de température préconisées dans leurs domaines d’emploi.
Pour certaines applications, les sollicitations d'origine thermique peuvent être prépondérantes. Ces cas ne sont pas traités ici.
La mise en équation de l’équilibre des sections fléchies reprend les mêmes hypothèses que celles retenues dans BAEL et les expressions de calculs proposées dans ce chapitre s’appuient sur des hypothèses d’adhérence parfaite entre composite et béton compte tenu des niveaux de contraintes de l’interface et du composite (définies dans les paragraphes suivants). Par ailleurs les déformations des sections et les diagrammes de répartition des contraintes normales qui en résultent sont développés suivant les mêmes hypothèses que celles retenues dans le BAEL.
Les règles de dimensionnement définies ci-après ne sont valables que pour les structures soumises à des conditions de températures tempérées.
A défaut de spécifications particulières de la part du fabricant, on retiendra comme valeurs extrêmes pour la température T les valeurs suivantes :
-20°C < T< TG – 10°C (avec TG : température de transition vitreuse)
Les matériaux composites peuvent être mis en œuvre sur plusieurs couches. Le nombre maximal de couches est défini par produit et il figure sur la fiche technique du produit.

2.1.2Documents de référence



Règlements de calcul

Fascicule 62 titre 1 section 1 du CCTG – Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états limites - BAEL 91 révisé 99

2.1.3Notations


Les notations utilisées par la suite sont celles du BAEL complétées par celles spécifiques aux matériaux composites


BAEL

DOC

DEFINITION

Caractéristiques des matériaux et de l’interface

Eb

Eb

Module d’Young du béton

fbu

fbu

Valeur de calcul de la résistance à la compression du béton aux ELU

fcj

fcj

Résistance caractéristique du béton en compression à j jours

fc28

fc28

Résistance caractéristique du béton en compression à 28 jours

ftj

ftj

Résistance caractéristique du béton en traction à j jours




bcu,d

Valeur de calcul de la résistance au cisaillement du béton à l’interface avec le composite aux ELU




bc,d

Valeur de calcul de la résistance au cisaillement du béton à l’interface avec le composite aux ELS

fe

fe

Limite d’élasticité de l’acier




fsu

Valeur de calcul aux ELU de la résistance de l’acier




su

Valeur de calcul aux ELU de la limite entre les domaines élastique et plastique de l’acier

s

s

Coefficient partiel de sécurité sur l’acier

b

b

Coefficient partiel de sécurité sur le béton comprimé

bt

bt

Coefficient partiel de sécurité sur le béton tendu

Es

Es

Module d’Young de l’acier

n

n

Coefficient d’équivalence acier-béton




ff

Résistance garantie à la rupture en traction du composite




Ef

Module d’Young en traction du composite




fu,d

Valeur de calcul de la déformation limite du composite




ffu,d

Valeur de calcul de la résistance en traction du composite aux ELU




ff,d

Valeur de calcul de la résistance en traction du composite aux ELS




ad,e

Déformation de cisaillement pour la contrainte moyenne à la limite de linéarité de l’interface composite-béton




Gad

Module de cisaillement de l’interface




adu,d

Valeur de calcul de la résistance au cisaillement de l’interface béton-composite ou de la colle aux ELU




ad,d

Valeur de calcul de la résistance au cisaillement de l’interface béton-composite ou de la colle aux ELS




ad,e

Contrainte moyenne de cisaillement à la limite de linéarité de l’interface composite-béton




ad

Coefficient de réduction sur l’interface pour tenir compte des effets différés




f

Coefficient de réduction sur le composite pour tenir compte du vieillissement du composite




v

Coefficient minorant la contrainte de traction dans le composite sous l’effort tranchant




nf

Coefficient d’équivalence composite-béton




TG

Température de transition vitreuse des matrices polymères et adhésifs




C

Cohésion de l’interface






Angle de frottement de l’interface

Caractéristiques de la section à justifier

b

b

Largeur d’une poutre

bo

bo

Epaisseur brute de l’âme d’une poutre

c

c

Epaisseur de la couche de béton située entre le composite et les aciers

As

As

Aire de la section d’aciers tendus

A’s

A’s

Aire de la section d’aciers comprimés

At

At

Somme des aires des sections droites d’un cours d’armatures transversales

d

ds

Hauteur utile de la poutre (distance fibre comprimée / aciers tendus inférieurs)




d’s

Hauteur utile de la poutre (distance fibre comprimée / aciers comprimés supérieurs)




Af

Aire de la section de composite




bf

Largeur d’une bande de composite




sf

Espacement horizontal entre des bandes de composite verticales




tf

Epaisseur du composite




tad

Epaisseur de l’interface

Autres valeurs calculées




Ff

Effort de traction repris par le composite




Fs

Effort de traction repris par les aciers




F’s

Effort de compression repris par les aciers




Fb

Effort de compression repris par le béton




Mo

Moment fléchissant appliqué à la section avant renforcement




No

Effort normal appliqué à la section avant renforcement




Mu

Moment fléchissant appliqué à la section aux ELU




Nu

Effort normal appliqué à la section aux ELU




Mur

Moment fléchissant résistant de la section en béton aux ELU




fo

Déformation de la sous-face de la section au droit du composite avant renforcement




FfELS

Effort repris dans le composite aux ELS




FfELU

Effort repris dans le composite aux ELU




lanc

Longueur d’ancrage réelle




lanc,exp

Longueur d’ancrage déterminée à partir des données expérimentales




lanc,th

Longueur d’ancrage théorique du composite pour l’effort Ff




lanc,d

Longueur d’ancrage de calcul




ltrans

Longueur de transfert d’effort entre le composite et le béton




l’trans

Longueur de transfert d’effort entre le composite et le béton majorée par l’effort tranchant




lp

Hauteur de la section de la poutre cantilever prise égale à st




Vu

Effort tranchant appliqué à la section aux ELU




VRu

Résistance à l’effort tranchant aux ELU




Vs

Effort tranchant repris par les aciers




Vf

Effort tranchant repris par le composite




Vb

Effort tranchant repris par le béton



  1   2   3   4

similaire:

Les règles générales exposées au paragraphe 2 sont appliquées dans le cas de ce projet en retenant les hypothèses particulières suivantes iconObligations qu’il enrichit. IL s’articule donc avec le
«Les contrats, soit qu’ils aient une dénomination propre soit qu’ils n’en aient pas, sont soumis à des règles générales, qui sont...

Les règles générales exposées au paragraphe 2 sont appliquées dans le cas de ce projet en retenant les hypothèses particulières suivantes iconNote juridique : selon les usages, les dimensions suivantes sont appliquées
«le Contrat» est de déterminer les conditions de mise à disposition par le Bailleur, d’un emplacement d’affichage publicitaire, au...

Les règles générales exposées au paragraphe 2 sont appliquées dans le cas de ce projet en retenant les hypothèses particulières suivantes iconAdresse de l’espace
«Contrat de Prestations» ou le «Contrat») est constitué des conditions particulières prévues dans la partie a ci-dessous (ci-après...

Les règles générales exposées au paragraphe 2 sont appliquées dans le cas de ce projet en retenant les hypothèses particulières suivantes iconCompétition politique en démocratie ? Notions
«règles du jeu» sont devenues «naturelles» dans les pays où elles sont institutionnalisées suite au processus d’institutionnalisation...

Les règles générales exposées au paragraphe 2 sont appliquées dans le cas de ce projet en retenant les hypothèses particulières suivantes iconPartie 2 : Ateliers de méthodologie de recherche et de projet avec Mme. Tirloni Valentina
«Bibliographie» par ordre alphabétique; si elles sont nombreuses, on peut en plus les ranger par domaines. Les règles typographiques...

Les règles générales exposées au paragraphe 2 sont appliquées dans le cas de ce projet en retenant les hypothèses particulières suivantes iconSatisfaire aux conditions suivantes : être exposées dans l'intérêt...
«le contribuable n'est jamais tenu de tirer des affaires qu'il traite le maximum de profit que les circonstances lui auraient permis...

Les règles générales exposées au paragraphe 2 sont appliquées dans le cas de ce projet en retenant les hypothèses particulières suivantes iconGaranties
«Conditions Spéciales» les «Conditions Générales» et les informations portées sur les «Conditions Particulières», a pour objet de...

Les règles générales exposées au paragraphe 2 sont appliquées dans le cas de ce projet en retenant les hypothèses particulières suivantes iconGaranties
«Conditions Spéciales», les «Conditions Générales» et les informations portées sur les «Conditions Particulières». IL a pour objet...

Les règles générales exposées au paragraphe 2 sont appliquées dans le cas de ce projet en retenant les hypothèses particulières suivantes iconGaranties
«Conditions Spéciales», les «Conditions Générales» et les informations portées sur les «Conditions Particulières». IL a pour objet...

Les règles générales exposées au paragraphe 2 sont appliquées dans le cas de ce projet en retenant les hypothèses particulières suivantes iconRapport final Préparé par Stéphanie Tremblay Chargée de projet (2013-2014)...
«Universal Design for Learning» ou cua aux réalités québécoises de nos établissements francophones d’enseignement supérieur 19








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com