Rapport au premier ministre








télécharger 240.91 Kb.
titreRapport au premier ministre
page8/13
date de publication22.12.2016
taille240.91 Kb.
typeRapport
l.21-bal.com > loi > Rapport
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

[4] construire une nouvelle offre « aménagement- accompagnement » pour favoriser l’emploi en milieu ordinaire de travail


Près de 10 ans après le vote de la loi de 2005, le temps est venu de concevoir et de mettre en place des outils pour accueillir beaucoup plus largement et durablement les personnes handicapées, quel que soit le type de déficience, dans un environnement professionnel ordinaire.

Il serait inexact de dire, comme on l’entend parfois, que les difficultés d’insertion professionnelle des personnes handicapées physiques et des personnes handicapées sensorielles seraient en grande partie derrière nous. Ce discours se révèle plus un vœu pieux qu’un fait statistique : la réalité de la vie professionnelle des personnes handicapées au quotidien est toute différente.

Les personnes handicapées, quel que soit le type de handicap, sont durement touchées par le chômage et par la précarité des emplois. Les exigences de rentabilité, d’efficacité, de productivité, de rapidité, d’adaptabilité pénalisent massivement voire écartent brutalement de plus en plus les personnes ayant un handicap, et ce y compris pour les handicaps qui, naguère, paraissaient légers. Les fonctions publiques n’échappent plus, dans les faits, à ce type de gestion des ressources humaines.

Ces évolutions socio-économiques qui excluent, au nom de la performance et de la productivité, des centaines de milliers de personnes se révèlent un calcul à courte vue dont les coûts humains, sociaux et budgétaires sont très lourds. Les licenciements pour inaptitude au travail se multiplient et à leur suite, les difficultés pour retrouver un emploi sont particulièrement sévères49.

Ces faits heurtent de plein fouet l’ambition que nous nous sommes collectivement fixée en votant la loi de 2005 à l’unanimité de la représentation nationale et qui demande explicitement d’assurer « l'accès de l'enfant, de l'adolescent ou de l'adulte handicapé aux institutions ouvertes à l'ensemble de la population et son maintien dans un cadre ordinaire de scolarité, de travail et de vie ».

Comme le comité interministériel du handicap (CIH) du 25 septembre 2013 l’a rappelé, cet objectif législatif ne peut naturellement pas rester lettre morte. À l’image, mais non à l’identique, de ce qui s’est fait pour l’école depuis une décennie maintenant50 , le cadre ordinaire de travail doit devenir l’objectif premier à regarder. Il ne s’agit nullement d’opposer le milieu ordinaire de travail au secteur protégé, mais de permettre aux personnes d’exercer un métier selon les modalités qui leur conviennent le mieux à tel ou tel moment de leur vie et qui donc peuvent varier.

La mise en œuvre de ce vaste chantier vaut pour la définition du handicap telle qu’elle est inscrite dans la loi de 2005 : constitue ainsi « un handicap : toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant ». La loi a ainsi reconnu les handicaps psychiques, les dyslexies et les maladies chroniques invalidantes dont les problématiques d’emploi sont dorénavant à intégrer pleinement dans les dispositifs d’emploi.

Si les problèmes sont complexes et individualisés par nature, les politiques publiques, les entreprises, les établissements médico sociaux se doivent de conjuguer leurs efforts pour parvenir à lever, une à une, les rigidités actuelles des parcours des personnes, des financements, des organisations, des structures et des comportements qui entravent le développement de l’emploi des personnes handicapées en milieu ordinaire de travail aussi bien dans le secteur privé que dans les fonctions publiques.

Au terme de ce travail d’écoute et d’analyse, les propositions présentées au Premier Ministre et plus largement aux acteurs de terrain et aux partenaires sociaux doivent être prises dans leur ensemble, sachant qu’aucune d’entre elles ne saurait suffire à améliorer significativement l’emploi en milieu ordinaire.

Sans un mouvement de tous les acteurs et plus largement de la société en général, il est à craindre que les efforts des uns et des autres rencontrent vite des limites et des blocages difficiles à surmonter. C’est le plus en amont possible que la question de l’emploi des personnes qui deviennent handicapées au cours de leur carrière doit être prise en compte. La mobilisation de la CNAM51 et de la MSA autour des assurés dont les arrêts de travail dépassent 3 mois, et ce quelle que soit la maladie, est essentielle pour prévenir la désinsertion professionnelle. Le suivi de ce type d’arrêts-maladie est un indicateur central pour alerter sur les maladies psychiques aux lourdes conséquences professionnelles.

Selon le principe même de la loi, les entreprises et les administrations employeurs ont la première - mais pas la seule - responsabilité de l’ouverture du milieu ordinaire de travail au plus grand nombre ; l’employeur doit y être aidé au même titre que le salarié afin que les charges éventuelles soient compensées. Ce chantier suppose un engagement fort des services de l’Etat, en premier lieu du ministère de l’emploi pour lutter contre les inerties.

1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

Rapport au premier ministre iconRapport au premier ministre

Rapport au premier ministre iconRapport à Monsieur le Premier ministre

Rapport au premier ministre iconRapport à Monsieur le Premier ministre

Rapport au premier ministre iconSur le rapport du ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et de...

Rapport au premier ministre icon«Rapport à monsieur le Premier Ministre sur le fonctionnement du...

Rapport au premier ministre iconLe ministre déLÉGUÉ auprès du premier ministre chargé de l'Économie et des finances
«contrat d'entreprise», apporte une précision complémentaire de nature à clarifier la situation

Rapport au premier ministre iconLe programme économique du Premier ministre

Rapport au premier ministre iconTexte intégral de la Déclaration de politique générale du Premier ministre, Abdoul Mbaye

Rapport au premier ministre icon Quel président du conseil français (= premier ministre) est enterré à Nice ?

Rapport au premier ministre iconJean-Marie colombani, Annick morel, Bénédicte vassallo, Philippe...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com