Notes prises en cours de séance








télécharger 117.14 Kb.
titreNotes prises en cours de séance
page1/3
date de publication22.12.2016
taille117.14 Kb.
typeNote
l.21-bal.com > loi > Note
  1   2   3

3721.doc jean-gabriel Page 16/12/2016

COLLOQUE DE LA SFRP ; LES LECONS DE FUKUSHIMA


PARIS Le 8 Février 2012

plan

Session 1 L’ Accident et les actions de mise en sécurité des installations


Déroulement de l’accident T Charles

Le suivi sanitaire des intervenants japonais B Le Guen

L’action du GIE intra M Chevalier et Frederic Mariotte

Le traitement des effluents G Pagis

Session 2 L’impact sur l’environnement


Les conséquences sur le milieu terrestre D Champion

Les conséquences sur le milieu marin D Boust

Les perspectives de décontamination des sols P Chavardieff

Session 3 L impact sur les populations


Les actions engagées par les autorités japonaises F Gallay

Le suivi de la population japonaise pour les enjeux sanitaires P Prard

Les actions de surveillance citoyennes mises en place au japon D Boiley

La mise en œuvre des recommandations de la CIPR pour la gestion à long terme par les autorités J Lochard

contrôle de denrées alimentaires D Broloque

Bilan des questions posées par la population en France et en Allemagne pascale Monti

A Busset nathalie Snetuck

Session 4 La protection des travailleurs francais intervenant au Japon


Droit du travail applicable aux travailleurs nationaux exerçant à l’étranger T Lahaye

L’experience d ‘Areva A Acker

Session 5 Perspectives pour la gestion post accidentelle en France


Les premiers enseignements de l’accidents de Fukushima JL Godet
conclusions

notes prises en cours de séance

Session 1 L’ Accident et actions de mise en sécurité des installations
Déroulement de l’accident : Faits et gestes Th Charles

Le tremblement de terre et surtout le Tsunami ont entraîné la mise hors service des fonctions vitales et de secours par une vague de 4 m de haut d’où dégradation des bâtiments des 4 premiers réacteurs (les deux derniers, plus récents ayant été construits un peu plus haut !


Informations nombreuse mais non exploitées : interprétation de l’Irsn :

=> dénoyage des combustibles d’où échauffement et oxydation d’où montée en pression (8 bars pour une normale de 4 bars et besoin rapide de faire baisser la pression) mais explosion  liée surtout à l’hydrogène présent plus qu’à la pression,  elle même: d’abord du réacteur N°1 : avec éventage de l’enceinte par explosion dans le bâtiment et non dans la cheminée d’où explosion en partie haute du réacteur N° 1, mais en partie basse du N° 3 puis flamme d’hydrogène de 300m sur le réacteur N° 3 et problème de risque de découvrement de la piscine du N° 4 déchargé au maximum avec probable passage d’ hydrogène du N°3 vers le N° 4.(communication entre les deux structures !)

=> Négligences initiales vis-à-vis des piscine avec ébullition de l’eau d’où essais d’injection d’eau par les hélicoptères et la pompe à béton ! : il ne semble pas qu’il y ai eu un dénoyage complet du combustible donc pas de dégradation évidente des barres stockées.

=> Appréciation des rejets par les mesures sur la clôture (à 1 km des cœurs) : => rejets évalués à environ 10% de ceux de Tchernobyl mais problème des retombées, du fait des conditions atmosphériques (neige) => cinétique et estimation des rejets avec bonne prévision des rejets atmosphériques , plus difficile de prévoir les zones de fixation.

=> Mais fuites d’eau avec écoulement en partie basse avec retour vers l’océan

Actuellement : inquiétudes sur l’état des installations, qui sont très dégradées.

  • Fusion des cœurs des réacteurs N° 1 , 2 et 3 d’où percement de la cuve du N° 1 et écoulement de corium : (70 cm à 1m) bloqué dans le béton de la base du réacteur

  • Peu de dégradation des piscines mais sous réserve d’évaluation ultérieure : mais reste le problème des ruptures de gaines , rendant le combustible récupérable ou non

  • Problèmes encore actuellement du maintien sous contrôle donc du refroidissement permanent des cœurs pour éviter les risques d’explosions, qui restent non négligeables.

  • Persistance de rejets diffus de l’ordre du Mega Bq/h

  • Stabilisation de l’état des piscine



Plan d’action en 3 phases


  1. Reprise du contrôle et injection d’eau mais en évitant l’apport d’eau perdue par la  mise en place de circuit de récupération et de traitement de l’eau : circuit presque fermé mais il faut encore limiter les rejets et à défaut réaliser une fixation des rejets du le site (épandage !) Problème d’un semblant d’arrêt à froid mais qui nécessite néanmoins l’injection de 10 m3 par heure d’eau et de rendre inertes les enceintes par l’injection d’azote pour éviter de nouvelles explosions

  2. Reconquête des installations avec confinement provisoire et renforcer certaines installations (en particulier la piscine : étayage et bétonnage)

  3. Problèmes ultérieurs de l’évaluation de l’état des cœurs avec problème des moyens de manutention ( robots) et ultérieurement démantèlement et assainissement ( demandera peut être de 40 à 50 ans !)

Donc en pratique actuellement :

Problème du pompage de l’eau accumulée en partie basse.

Premiers travaux de confinement mais imposent l’élimination des gravas , qui jonchent le site, gênant les accès aux batiments

Difficulté d’intervention sur un site fortement contaminé à l’intérieur mais aussi à l’extérieur des bâtiments ,donc conditions d’interventions difficiles ( voir l’ avant dernière présentation sur le reportage de l’équipe d’AREVA qui installe un système d’épuration de l’eau ) dans un bâtiment annexe
Conclusion : Situation nettement améliorée mais encore précaire en l’absence d’étanchéités des cuves et des enceintes : le plan proposé par Tepco semble cohérent mais sera très prolongé et il reste des faits à mieux connaître et de multiples gestes à réaliser rapidement. retour
Le suivi sanitaire des interventions des japonais Bernar leguen 
Un contexte particulier car le tsunami a fait 23000 morts mais seulement 2 disparus sur le site de Fukushima

A Tchernobyl : 600 pompiers irradiés dont 237 avec un sd aigu d’irradiation et 28 morts rapidement alors qu’ à Fukushima , on ne note , aucune irradiation massive et 2 irradié atteignant le Sv, ce qui n’est pas négligeable , et 2 irradiations locales au niveau des pieds.

Problème des effets retardés : 4 cancers comptabilisés à Tchernobyl mais pas la même gamme de dose : avec au maximum à Fukushima 1 Sv ( dose vie entière tolérable)

Conditions d’intervention particulièrement difficiles : stress, chaleur mais aussi fatigue

Initialement : 400 personnes présentes pour gérer les 3 réacteurs donc très insuffisant.

  • Problème de l’urgence de la remise en route de l’électricité ! extrêmement difficile du fait de l’état du site : inondé et dégradé avec manque de matériel de rechange.

  • urgence de la cartographie des doses sur le site malgré l’ encombrement du fait des gravas et la dégradation des installations et de l’informatique.

  • problème de la mise en place de poste de supervision pour ne pas être au plus près.

  • Problème de l’accès à l’intérieur du réacteur : importance de disposer de robots

  • Problème de l’inondation par l’eau de fuite et risque d’irradiation locale avec brûlure des pieds , en fait limité à 2 personnes , ce qui parait faible compte tenu des conditions !

Non disponibilité des données de contamination interne mais problème de la nécessité de disposer de zones de repos et d’alimentation donc de disposer de locaux protéger, accessibles en dehors des périodes de travail  et de l’augmentation du nombre de contrôle de contamination réalisables par jour. :

Au total : 12 personnes ont reçu une dose > 120 mSv avec maximum 590 mSv : ce qui est toujours excessif mais faible dans les conditions constatées.

Problème de la gestion de la base de données car sans courant donc sans informatique. : : importance de disposer d’abaque pour l’évaluation rapide même si approximative des doses 

Donc nette volonté de maîtriser les expositions des travailleurs exposés .

L’effectif sur le site initialement de 400 personnes est monté à 4000 en juin et actuellement 20 000 travailleurs impliqués ( roulements) avec des doses modérées, inférieures à 100 mSv : donc très nettement moindre que celles délivrées à Tchernobyl 

Bilan actuel: 9 personnes > 200 mSv dont les 2 contaminés à l’iode :

mais les conséquences immédiates : 2 noyés, 1 chute de grue , 1 décès brutal (cardiaque ?) et 25 blessés par l’explosions sont essentiellement de type industriel.

Conscience de la nécessité d’un suvi à long terme avec un risque théorique estimé de 4% de cancer pour 1Sv :

Les doses les plus élevées ont été prises uniquement le premier mois mais problème des conditions d’intervention encore imposées par le risque ambiant : port de tenues difficilement supportables surtout en cas d’intervention à la chaleur, avec nécessité d’hydratation et de repos

Hors, le manque d’effectif a imposé une surcharge de travail pour la période initiale très préjudiciable. La chaîne de décontamination étant installée à 20 km : importance de la prise en compte et d’équipement des personnes de  sécurité (pompiers)

Conclusion :importance particulière du Rex pour calibrer les besoins pour un accident éventuel , qui surviendrait en France 

:=> problème essentiel de la maintenance et de la logistique pour amener le matériel et aussi les hommes (prévoir des dispositifs plug and play !) pour assurer une relève rapide des équipes en place et de réserves professionnalisées, ( en plus de l’existence de cellules de crise,  qui avaient été bien pris en compte ), pour assurer le suivi post-crise immédiat.

Discussion : limite de dose d’urgence sur site ramené de 250 à 120 mSv mais encore loin des 20 mSv de la réglementation de base !
retour
Groupe GIE Intra ( groupe d’intervention mis en place après Tchernobyl) EDF, Areva et CEA M Chevalier et Frédérique Mariotte
  1   2   3

similaire:

Notes prises en cours de séance iconCours de mme tenenbaum
«bis». IL n’y aura pas de résumé ou topo du cours présenté par le(a) chargé(e) de td au début de chaque séance. Le cours doit donc...

Notes prises en cours de séance iconNotes de cours

Notes prises en cours de séance iconNotes de cours

Notes prises en cours de séance iconNotes de cours

Notes prises en cours de séance iconNotes du cours de

Notes prises en cours de séance iconNotes prises par Christine Bourne-Chastel Avant-propos
«américaine» mais celle du groupe des bric (Brésil/Russie/Inde/Chine). La Chine cherche à se positionner partout. Ex. Installation...

Notes prises en cours de séance iconNotes de cours collectives

Notes prises en cours de séance iconNotes de cours établies par

Notes prises en cours de séance iconNotes de cours du thème nº 2 I. Habitudes et programmations

Notes prises en cours de séance iconNotes de cours retranscrites d’après enregistrement par








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com