A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily








télécharger 302.74 Kb.
titreA messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily
page5/29
date de publication21.12.2016
taille302.74 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   29

La mauvaise conscience comme gaz paralysant



Il nous reste maintenant à faire une remarque et à conclure.

La remarque d'abord.

Coller l'étiquette fasciste sur un homme public, ou tenter de le faire, nous l'avons dit, c'est, la plupart du temps, intellectuellement une contre-vérité, et moralement une imposture. Mais que nous apprend le procédé sur ceux qui le mettent en oeuvre ?

L'analyse comparative des cas majeurs d'emploi de cette épithète de malédiction, "fasciste", si elle est elle-même interprétée, nous indique très clairement ce dont les usagers de ce procédé ont peur, et quel danger ils veulent écarter ainsi en priorité. L'étiquette fasciste est une étiquette dissuasive. De quoi donc les léninistes, les socialistes et leurs clients veulent-ils dissuader les Français ? Voici la réponse : ils veulent dissuader les hommes publics non communistes, non socialistes, de leur résister en suivant une logique de l'action qui ne leur laisse, à eux, le monopole d'aucun moyen de lutte, et surtout qui ne leur laisse pas le monopole de l'initiative.

Les utilisateurs des procédés que je viens de décrire rendent d'ailleurs ainsi hommage en passant au phénomène sociologique qu'on peut nommer fascisme, où l'on a vu autrefois retourner contre eux leurs propres méthodes. Mais ces messieurs ne sont pas des historiens. En réussissant à fixer cette étiquette, "fasciste", ils ont l'évidente arrière-pensée d'ôter à leur victime les moyens d'une résistance efficace. En somme - c'est eux que nous psychanalysons - un fasciste est un résistant efficace. Ce qui rassure ces messieurs, c'est d'avoir affaire à des démocrates, chrétiens ou non, bouffis de scrupules, exhalant des nappes épaisses de mauvaise conscience, et c'est l'essentiel, manifestement incapables de se livrer à ces pratiques mêmes qui confèrent une redoutable efficacité.



Reflux des « grandes sottises collectives »



Maintenant la conclusion.

Le mythe attractif de l'URSS qui a fasciné au moins pendant une décennie tant de socialistes, de pacifistes et d'idéalistes, échaudés par la Première Guerre Mondiale, a eu comme ombre, comme double noir, le mythe répulsif du fascisme. Le mythe du fascisme s'oppose au mythe de l'URSS comme l'enfer s'oppose au ciel. Ce mythe répulsif n'acquiert une réelle puissance de contagion en France qu'après que Hitler est parvenu au pouvoir en Allemagne.

Ces deux mythes, celui de l'URSS et celui du fascisme, sont comme un envers et un endroit. Complémentaires dans leur période ascendante, ils semblent voués à se désintégrer ensemble. Nous voyons trembler devant nos yeux le mythe de l'URSS comme fait une image avant de s'effacer. Bien entendu, je parle d'un mythe et non pas d'un empire.

Le mythe du fascisme sans support historique actuel n'est pas dans les meilleures conditions pour persister. Les procédés d'intimidation, le terrorisme intellectuel par quoi on tente de le faire durer deviennent de plus en plus gratuits.

Nous changeons d'époque. Nous pouvons et devons prendre de ce changement une conscience aussi exacte et aussi vive que possible. Les grandes contagions pilotées, aussi efficaces et durables que le mythe "fascisme", n'en ont pas moins toujours été grossières. Ces contagions de masse sont contemporaines du gigantisme économique des planificateurs soviétiques. Aujourd'hui, de nouvelles technologies applicables aux communications, technologies inimaginables au temps de la genèse de ces mythes, de nouvelles technologies, dis-je, sont en train de conquérir rapidement notre monde. Et ces technologies nouvelles semblent porter en elles le déclin de quelques impostures collectives. Les communo-socialistes appellent "masses" la catégorie de personnes susceptibles d'avoir un comportement psychologique de foule après que la foule s'est dispersée. Les media audiovisuels, tant qu'il y a des monopoles de partis et même de coteries, ces media audiovisuels, tant qu'il y a monopole, servent à relayer l'"état de foule", la "crowd psychological situation", à obtenir ce résultat de régression qu'un individu, une fois seul, conserve à maints égards, un psychisme aussi rudimentaire que celui d'une foule, à faire des "hommes-foule". Dans un très proche avenir, sauf séisme historique, nous pouvons prévoir que la diversité des moyens d'écoute et de spectacle, des procédés de mémorisation, déglobalisera l'attention publique, et les conditions technologiques nouvelles se prêteront de moins en moins à la contagion de ce genre de mythe. Les grandes sottises collectives, caractéristiques de l'ère des masses, prendront lentement congé. Le gigantisme politique des idéologies de masse ressemble trop au gigantisme économique des premiers planificateurs russes, pour que cette analogie de forme ne suggère pas une analogie de destin.

Je dirai donc qu'il y a intérêt à voir, dans la grande opération psychagogique portant sur le mythe du "fascisme", un épisode de cette guerre-Protée qui caractérise la deuxième moitié du XXième siècle.

A notre époque, l'Ecole Supérieure de Guerre et l'Institut d'Etudes Politiques pourraient être reliés par un passage direct.

Pour finir, je vous citerai une inscription grecque qu'on lisait à l'époque byzantine sur les murs de l'église Sainte-Sophie. Tous ceux qui ont été, comme moi, les élèves du philosophe Alain au lycée Henri IV la connaissent. Elle signifie : "Ne te contente pas de nettoyer les choses que tu vois, nettoie aussi les mots".
________________________________
La culpabilisation du sentiment national

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   29

similaire:

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconVidal sarah (procuration à bezombes martine), labadens lucie (procuration...
«circulation, stationnement, accessibilité sécurité» dont Monsieur Bruno berardi était membre

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconVictor baldi, Philipe martinez, Marcello toscano, Jean-michel fernandez,...

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconMesdames larrode sandra,,descamps frédérique, pessonnier nathalie...

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconCours de M. Leroy jean-Claude

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconAbsents excusés : Fanny murray; Henri-Michel delbeke secrétaire de Séance : Antoine lehoux
«Ecti Côte d’Opale» pour la réalisation d’un diagnostic sur la commune dans le but de faciliter la réalisation du dossier ad’AP

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconJean-Michel beaudet

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconReprésentée par M. Jean-Michel kerebel

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconDiscours de clôture par Jean-Michel Hubert, Président de l’Autorité

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconRapporteur : Jean-Michel dubernard
«rejoignent la volonté du gouvernement d'assurer à chacun le libre accès à des soins de qualité»

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconJean-Antoine-Nicolas Caritat
«interventionnistes» de Colbert et de Necker notammen Précisons néanmoins que, contrairement à ce que l'on enseigne si souvent, Turgot...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com