La réunion mensuelle d'information








télécharger 48.46 Kb.
titreLa réunion mensuelle d'information
date de publication20.12.2016
taille48.46 Kb.
typeRéunion
l.21-bal.com > loi > Réunion

L'EXERCICE DU DROIT SYNDICAL

DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE



Le droit syndical constitue l'une des garanties accordées à l'ensemble
des fonctionnaires et agents non titulaires par le statut général tel qu'il résulte
des dispositions de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, et notamment
de son article 8.



  1. LES CONDITIONS D'EXERCICE DES DROITS SYNDICAUX




  • Les locaux syndicaux




  • L'information syndicale




  1. Les réunions statutaires ou d'information

  2. La réunion mensuelle d'information

  3. L'affichage des documents syndicaux

  4. La distribution des documents syndicaux

  5. La collecte des cotisations




  1. LA SITUATION DES REPRÉSENTANTS SYNDICAUX




  • Les autorisations spéciales d'absence




  • Les décharges d'activité de service




  • Les mises à disposition


LES DROITS SYNDICAUX

Ils ont été définis par :
 l'article 8 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983
 l'article 100 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984
 le décret n° 85-397 du 3 avril 1985
 la circulaire du 25 novembre 1985

Ces textes s'appliquent aux fonctionnaires, aux non titulaires, aux agents détachés dans la fonction publique territoriale ou mis à disposition.

Ainsi, « les fonctionnaires peuvent librement créer des organisations syndicales,
y adhérer et y exercer des mandats
 » à condition d'en informer le maire
et de lui communiquer les statuts et la liste des responsables de l'organisme syndical si celui-ci compte des adhérents employés par la commune (article 1er
du décret).

Les organisations syndicales peuvent :



  • ester en justice en matière :


 d'actes réglementaires

 de décisions individuelles portant atteinte à des intérêts collectifs


  • négocier avec le gouvernement sur :


 l'évolution des rémunérations

 les conditions et l'organisation du travail


  • participer aux réunions des instances consultatives sur :


 l'organisation et le fonctionnement des services publics (CTP)

 l'élaboration des règles statutaires (CSFPT)

 les décisions individuelles relatives à la carrière (CAP, CDI, CDR)


  • définir et gérer les actions sociale, culturelle, sportive et de loisirs
    qu'elles organisent. Les moyens de ces actions s'apprécient au niveau
    des conditions d'exercice des droits syndicaux et de la situation particulière
    des représentants syndicaux.



  1. LES CONDITIONS D'EXERCICE DES DROITS SYNDICAUX :




  • Les locaux syndicaux (articles 3 et 4 du décret)


Trois cas doivent être envisagés quant à l'attribution de locaux syndicaux
en fonction de l'effectif de la collectivité :


  • l'effectif est inférieur à 50 agents : aucune obligation pour la collectivité,
    mais un local commun est à la disposition des organisations au Centre
    de Gestion. Si l'effectif des agents du Centre dépasse 500 agents,
    les locaux sont distincts.



  • l'effectif se situe entre 50 et 500 agents : un local commun à usage
    de bureau est mis à disposition des organisations syndicales représentées
    au CTP ou au CSFPT. Cela n'exclut pas la possibilité d'octroi de locaux séparés.




  • l'effectif est supérieur à 500 agents : l'attribution de locaux distincts devient obligatoire pour les organisations représentées au CTP.


Les locaux doivent être équipés des éléments indispensables à l'exercice
de l'activité syndicale (mobilier, machine à dactylographier, poste téléphonique).
Le coût de l'abonnement téléphonique est payé par la collectivité
mais le paiement des communications est facultatif.
Les conditions dans lesquelles peuvent être utilisés les moyens
de reprographie ou l’acheminement de la correspondance devraient être établis
après concertation.
Il est judicieux de rédiger un « protocole d’accord » faisant apparaître ces modalités de fonctionnement.
Les locaux sont situés soit dans l'enceinte des bâtiments administratifs,
soit à l'extérieur, et doivent être prévus en cas de reconstruction des bâtiments communaux.
En cas de local commun, les règles de gestion sont fixées par accord
entre organisations syndicales ou, à défaut, par l'autorité territoriale.



  • L'information syndicale


Elle peut se faire soit par le biais de réunions, soit par l'affichage ou la distribution
de documents.


  1. Les réunions statutaires ou d'information : (article 5 du décret)


Toutes les organisations syndicales peuvent tenir des réunions statutaires
ou d’information dans l'enceinte des bâtiments administratifs, ou des locaux
mis à leur disposition, en dehors des heures de service.
Elles concernent tous les agents.
Toutefois, elles peuvent se dérouler pendant les heures de service,
à condition de ne concerner que les agents non en service ou bénéficiant d'autorisations spéciales d'absence.



  1. La réunion mensuelle d'information : (article 6 du décret)


Elle est conduite par les organisations syndicales représentées au CTP
ou au CSFPT, d'une durée d'une heure, pendant les horaires de service,
avec possibilité de regrouper les heures par trimestre.
Chaque agent a le droit de participer, à son choix, et sans perte de traitement
à ces réunions, dans la limite de douze heures par année civile.
La réunion mensuelle peut être soit générale, soit par direction ou par secteur géographique. Elle est réservée aux agents de la collectivité et ouverte
aux représentants mandatés par l'organisation syndicale, à condition que l'autorité territoriale en soit avertie au moins 24 heures à l'avance, dans la mesure
où celle-ci se tient dans les locaux administratifs.
Elle se déroule en dehors des locaux ouverts au public et ne doit pas entraîner
une réduction de la durée d'ouverture des services aux usagers.
Une demande d'organisation préalable doit être adressée, une semaine au moins avant la date de la réunion, à l'autorité territoriale qui peut toutefois accepter
que ce délai soit raccourci.
La réunion ne peut être interdite pour des motifs liés à l'ordre du jour.


  1. L'affichage des documents syndicaux :


Le droit d’affichage est reconnu :


  • aux sections syndicales et aux syndicats déclarés auprès de l’autorité territoriale




    • aux organisations représentées au CSFPT, si elles ne disposent pas de section dans la collectivité concernée.


Les organisations syndicales disposent d'un droit d'affichage sur des panneaux :


    • en nombre suffisant

    • de dimensions convenables

    • adaptés à la conservation des documents (dotés de portes vitrées
      ou grillagées avec serrures)

    • placés dans des locaux accessibles au personnel mais non au public


L’autorité est avertie de tout affichage par la transmission d’une copie du document affiché ou par la notification précise de sa nature et de sa teneur.


  1. La distribution des documents syndicaux :


Elle peut intervenir dans l’enceinte des bâtiments administratifs, sous les réserves suivantes :


  • par des agents non en service ou déchargés de service

  • à l'usage des agents de la collectivité

  • dans le respect du bon fonctionnement du service et en préservant la neutralité du service public

  • de préférence en dehors des locaux accessibles au public


L'autorité territoriale doit avoir communication des documents distribués.


  1. La collecte des cotisations :


Les cotisations peuvent être collectées dans l’enceinte des bâtiments administratifs, en dehors des locaux ouverts au public. Elle est effectuée par les représentants
des organisations syndicales non en service ou bénéficiant d’une DAS, dans le respect du bon fonctionnement du service.


  1. LA SITUATION DES REPRÉSENTANTS SYNDICAUX :


Outre la possibilité de se voir accorder de plein droit un détachement
pour l'exercice d'un mandat syndical, les représentants syndicaux bénéficient :


  • d'autorisations spéciales d'absence

  • de décharges d'activité de service

  • de mises à disposition de leur organisation au niveau national.



  • Les autorisations spéciales d'absence :


Elles relèvent des articles 12 à 15 du décret n° 85-397 du 3 avril 1985
et concernent :


  • les congrès des syndicats nationaux, des fédérations et des confédérations
    de syndicats dans la limite de 10 jours par an, par agent (art.12).




  • les congrès syndicaux internationaux, les réunions des organismes directeurs des organisations syndicales internationales, des syndicats nationaux, des fédérations, des confédérations et des instances statutaires départementales, interdépartementales et régionales dans la limite de 10 jours par an, par agent. (art.13).


 Notion de congrès : est considéré comme congrès, une assemblée, généralement définie comme telle dans les statuts
de l’organisation syndicale concernée, ayant pour but d’appeler l’ensemble des membres à se prononcer sur l’activité
et l’orientation du syndicat, soit directement, soit par l’intermédiaire de délégués spécialement mandatés à cet effet.
 Notion d’organisme directeur : est considéré comme organisme directeur, tout organisme ainsi qualifié par les statuts
de l’organisation syndicale. On peut citer le conseil syndical, la commission exécutoire, le bureau, le Conseil d’administration.


  • les congrès et réunions statutaires d'organismes directeurs d'un autre niveau (communal ou intercommunal) dans la limite d'un contingent global évalué
    par chaque collectivité ou établissement employant au moins 50 agents :


- soit à raison d'une heure pour 1 000 heures de travail effectué

- soit à partir du nombre moyen de jours de travail par agent et par année civile en appliquant la formule :



contingent global en jours = 240 x effectifs budgétaires

1 000




Ce contingent est ensuite réparti entre les organisations syndicales ayant recueilli
des suffrages pour l'attribution des sièges au Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale, en fonction des voix obtenues au CTP de la collectivité
ou de l'établissement.
Pour les collectivités ou établissements employant moins de 50 agents, le calcul
et la répartition sont effectués par le Centre de Gestion.
Quoiqu'il en soit, les agents bénéficiaires sont désignés par les organisations syndicales parmi leurs représentants en activité dans la collectivité ou l'établissement, ou l'ensemble des collectivités et établissements lorsqu'il s'agit d'un CTP placé auprès du Centre de Gestion. Les collectivités sont remboursées par le centre de gestion des charges salariales de toute nature afférentes à ces autorisations.


  • les réunions des instances paritaires (CAP, CTP, CHS, CDI, CDR) :


L'autorisation donnée inclut :


  • la durée de la réunion

  • un temps égal à cette durée pour la préparation et le compte rendu des travaux

  • le délai de route




  • Les décharges d'activité de service :


Définition : la DAS est une autorisation donnée à un agent d’exercer, pendant
ses heures de service, une activité syndicale en lieu et place de son activité administrative normale, tout en étant rémunéré
.
Elles consistent en un crédit d'heures réparti entre les organisations syndicales.


  1. Évaluation du crédit d'heures :


Il est fonction du nombre d'agents en poste figurant au dernier compte administratif approuvé, diminué du nombre des agents mis à la disposition
d’une autre collectivité et augmenté du nombre des agents mis à la disposition
de la collectivité, et évalué selon un barème défini à l'article 18.


  1. Répartition du crédit d'heures :




  • 25% entre organisations syndicales représentées au CSFPT

  • 75% en fonction du nombre de voix obtenues au CTP


Pour les collectivités et établissements obligatoirement affiliés au Centre
de Gestion, cette répartition est effectuée par le Centre exclusivement.


  1. Désignation des bénéficiaires :


Elle est faite par les organisations syndicales parmi leurs représentants en activité.
Toutefois, l'autorité territoriale, après avis de la CAP, peut inviter l'organisation syndicale à réviser son choix en cas d'incompatibilité de ce choix avec la bonne marche du service.
La décharge d'activité peut être totale ou partielle. Les heures accordées mensuellement ne sont pas reportables sur le mois suivant, sauf accord
de l'autorité territoriale.
La décharge totale d'activité est incompatible avec des autorisations spéciales d'absence.
L'avancement des fonctionnaires bénéficiaires de décharge a lieu sur la base
de l'avancement moyen des fonctionnaires du cadre d'emplois auquel
ils appartiennent.
Pour les collectivités et établissements obligatoirement affiliés au Centre
de Gestion, celui-ci rembourse les rémunérations des agents déchargés de service ou mettent à disposition des fonctionnaires pour assurer l'intérim.


  • Les mises à disposition :


Quatre vingt dix agents sont mis à disposition des organisations syndicales pour exercer un mandat à l'échelon national, cette mise à disposition ne pouvant être inférieure au mi-temps. Leurs charges salariales sont remboursées par une dotation particulière incluse dans la DGF.
Chaque organisation syndicale représentée au CSFPT dispose de 4 agents.
L'effectif restant est réparti à la proportionnelle, à la plus forte moyenne des suffrages pris en compte pour la répartition des sièges au CSFPT et s'apprécie en équivalent temps plein.
La mise à disposition est décidée, par arrêté de l'autorité territoriale sous réserve des nécessités de service, avec l'accord du fonctionnaire et de l'organisation syndicale d'accueil après avis de la CAP.


/

similaire:

La réunion mensuelle d\Réunion mensuelle des qdp pnc 25, 26, 27 novembre 2015

La réunion mensuelle d\Réunion d’Information de 18 h 00 à 19 h 00

La réunion mensuelle d\Réunion d’information

La réunion mensuelle d\Préambule
«durée du travail» et «rémunération», leurs modalités de gestion des horaires de travail (M1, M2, M3), leur durée du travail mensuelle...

La réunion mensuelle d\Thèse de la Note mensuelle d’analyses de mars 2016 d’
«Synthèse» de la Note mensuelle d’analyses de mars 2016 d’

La réunion mensuelle d\Réunion d’information : 20 mars 2014
«Journée Défense et Citoyenneté» (jdc) anciennement appelée «Journée d’ Appel de Préparation à la Défense» (japd)

La réunion mensuelle d\Note mensuelle d’analyses de Février 2016 d’
«Synthèse» de la Note mensuelle d’analyses de Février 2016 d’

La réunion mensuelle d\Compte rendu du conseil municipal du 18 fevrier 2016
«logement communal» et celui «d’effacement de réseaux» sont dans l’attente de compléments d’information. Les délibérations sont remises...

La réunion mensuelle d\Notes mensuelle d’analyses d’octobre 2015 d’

La réunion mensuelle d\Réunion cce. Pour le déroulement de la réunion, Madame Dudillieu...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com