Preambule








télécharger 0.85 Mb.
titrePreambule
page8/14
date de publication12.08.2018
taille0.85 Mb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   14






ACTION 3 : DEVELOPPER LES ACTIONS DE SOUTIEN A LA PARENTALITE

ET D’INFORMATION SUR LES CONDUITES ADDICTIVES CHEZ LES MINEURS 

Objectifs




  • Soutenir les parents dans l’exercice de leur fonction parentale, les aider à identifier et à traiter les situations à risques découlant d’une consommation de drogue et/ou d’alcool.




Moyens




  1. Réunion de parents,

  2. Délivrance de documentations,

  3. Organisation de lieux d’écoute.




Indicateurs de résultat

Nombres de parents impliqués.

Nombre de réunions de sensibilisation réalisées.

Nombre de plaquettes distribuées




ACTION 4 : DEVELOPPER LES ACTIONS DE COMMUNICATION SUR LA DROGUE

AUPRES DES MINEURS 

Objectifs




  • Prévenir la consommation de drogue par une information précise sur les dangers physiques et psychiques variant selon les types de produits.

Moyens




  1. Organisation de réunion d’information auprès des structures scolaires et péri scolaire

  2. Création de support de communication locaux (Exemple : campagne d’affiche réalisée sur la base d’un concours scolaire)





Indicateurs de résultat


Nombre de réunions de sensibilisation réalisées.

Nombre de plaquettes distribuées.




FICHE THEMATIQUE ACCES A L’EMPLOI ET DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE



1. DONNES DE CADRAGE
1.1. Les constats généraux en matière d’emploi et de formation pour le quartier du Bois l’Abbé sur la ville de Chennevières.


  • La situation de l’emploi en 2006.

913 demandeurs d’emploi sont répertoriés par l’ANPE sur la commune de Chennevières-Sur-Marne, répartis comme suit :

. 105 personnes de – de 25 ans

. 641 personnes de 25 à 49 ans

. 167 personnes de 50 ans et plus

Le chômage chez les plus jeunes est souvent lié à des problématiques de déscolarisation.

1.2. Des freins à l’emploi liés à des problématiques spécifiques.


  • Les difficultés liées à la maîtrise de la langue française.


La problématique spécifique des femmes d’origine étrangère, à faible niveau de qualification, et ne maîtrisant pas la langue française, constitue l’un des premiers freins à l’emploi identifiés. Il en résulte également des lacunes en matière de communication, qui peuvent se traduire par des décalages dans les modes en vigueur en matière d’entretiens d’embauche ou de recherche d’emploi.


  • Les freins liés à la mobilité


Le taux de bénéficiaires du permis B demeure inférieur sur la ZUS comparativement à la ville, comme évoqué précédemment. Cette problématique est d’autant plus lourde que les demandeurs d’emploi se retrouvent souvent dans les professions d’aide à la personne, qui nécessitent des déplacements.


  • La maison de l’emploi


La maison de l’emploi accueille en son sein l’association de promotion de la Zone Franche Urbaine. Elle organise un suivi individualisé des demandeurs d’emploi des actions et apporte des conseils dans de nombreux domaines (conception du CV, forum employeurs, atelier recherche d’emploi…)

1.3. Objectifs et difficultés du programme actuel de Zone Franche Urbaine
La ZFU intercommunale Champigny / Chennevières a été initiée en 1996 dans le cadre du pacte de relance pour la ville, principalement sur le périmètre du quarter du Bois l’Abbé. Ce dispositif a été renouvelée en 2003 et prorogé par la loi du n°2006-396 du 31 mars 2006, jusqu’en 2011.
Un pôle administratif a été mis en place en janvier 2004, chargé de la redynamisation de ce dispositif, afin de poursuivre l’installation d’entreprises et renforcer le développement local du territoire par la création d’emploi notamment pour les habitants du quartier.

La mission de ce service s’articule autours de conseil et d’assistance auprès des entreprises dans le cadre d’une recherche de locaux, et de la définition du cadre fiscal de fonctionnement du dispositif.

Des réunions avec les bailleurs sont régulièrement organisées afin de d’identifier les locaux disponibles et de trouver des solutions au déficit foncier du territoire retenu pour le dispositif ZFU.


  • Un périmètre de ZFU contraignant , une offre foncière saturée


Le tissu urbain du Bois l’Abbé est voué à l’habitat et outre la surface restreinte des locaux disponibles, cette situation empêche toute implantation d’entreprise occasionnant des nuisances.
A ce titre, la ville n’étant pas propriétaire des locaux, leur affectation nécessite un étroit travail partenarial avec les bailleurs locaux. La vacance faibles des appartements, les contingents préfectoraux, le 1% patronal et la lourdeur des procédures de réaffectation commerciale ont un impact lourd sur la disponibilité des surfaces dédiées aux entreprises et occasionnent en conséquence des délais d’attente dissuasifs.
Sur 27 demandes d’implantation depuis janvier 2006, seule 1 a pu être satisfaite dans une studette, les autres n’ont pu être réalisées faute de locaux disponibles.

PLAN d’actions : ACCES A L’EMPLOI ET DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE




ACTION 1 : FAVORISER L’INSERTION DES PUBLICS AYANT DES DIFFICULTES LINGUISTIQUES

Objectifs




  • Renforcer la formation linguistique à visée professionnalisante pour les personnes à faible maîtrise langagière.

Moyens




  1. Cours de linguistique spécifiques.

  2. Aide à l’écriture

Indicateurs de résultat


Nombre de personnes touchées.




ACTION 2 : ORGANISER UN FORUM POUR L’EMPLOI SUR LE SECTEUR DU BOIS L’ABBE 

Objectifs




  • Mobiliser des entreprises sur des secteurs d’activités porteurs et correspondant au potentiel d’employabilité de la population du Bois l’Abbé.

Moyens


1. S’appuyer sur le réseau et l’expérience de l’ANPE afin de mobiliser des entreprises offrant des emplois dans des secteurs prioritaires tels que le transport, le commerce et la grande distribution, les services aux entreprises, le BTP…

2. Organiser un forum dans un bâtiment public au sein du quartier du Bois l’abbé

3. Articuler cette opération avec le dispositif « jobs des cités » porté par la ville de Champigny et s’appuyer sur le réseau de la maison de l’emploi des bords de marne.

4. Créer un emploi à mi-temps sur 6 mois pour assurer le suivi.


Indicateurs de résultat


Nombre de personnes ayant trouvé ou retrouvé un emploi au bout des 6 mois.




ACTION 3 : PROMOUVOIR L’INTEGRATION DES PUBLICS EN DIFFICULTE DANS LE TISSU ECONOMIQUE LOCAL

Objectifs




  • Favoriser l’embauche des habitants du quartier Bois l’Abbé au sein des entreprises locales.

Moyens


1. Rédiger une charte de la diversité et organiser un prix de l’engagement citoyen pour mettre en valeur l’investissement des entreprises de Chennevières-sur-Marne.

Indicateurs de résultat

Nombre de dossiers traités.







ACTION 4 : ACCOMPAGNER LA CREATION D’UN HOTEL D’ENTREPRISES 




Objectifs




  • Favoriser la création d’emplois à destination prioritaire des habitants du quartier du Bois l’Abbé.

  • Soutenir la création d’entreprises dans des secteurs porteurs (BTP, services aux personnes…)




Moyens




  1. Participation de la ville de Chennevières à l’équipe projet chargée de définir la programmation et les objectifs de l’hôtel d’entreprises.

  2. Organisation d’actions de communication auprès des publics prioritaires afin de promouvoir la structure auprès des créateurs d’entreprise et/ou des entrepreneurs locaux, 6 mois avant la commercialisation.

  3. Relayer l’action de la Communauté d’Agglomération du Haut-Val-de-Marne dans le cadre du soutien aux créateurs d’entreprise du quartier du bois l’abbé dans le cadre de leur montage de projet.

  4. Mobiliser le GRETA 94 de Chennevières et l’ANPE pour mener des actions spécifiques qualifiantes, répondant aux besoins des entreprises s’installant.




Indicateurs de résultat

Offre de locaux dégagée.

Nombre d’entreprises crées et/ou installées

Nombre d’emploi créés



















FICHE THEMATIQUE PREVENTION DE LA DELINQUANCE ET CITOYENNETE

1. DONNEES DE CADRAGE

1.1 Typologie délinquante sur le secteur du Bois l’Abbé


  • La caractéristique de la délinquance sur le secteur du Bois l’Abbé.

On peut constater que le quartier du Bois l’Abbé est concerné par des actes de Délinquance de Voie Publique (DVP) pour l’essentiel, concernant des atteintes aux biens privés. Il est également inquiétant de relever des coups et blessures volontaires en nombre non négligeable.

Certains lieux sont plus fortement touchés par des problématiques délinquantes, notamment les secteurs Villas Franche Comté, Corse, Alsace, résidence Clément Ader et la colline, villa Ile de France et résidence Jean de la Fontaine. La configuration spécifique de certains de ces lieux (absence de visibilité dans les halls, faible accessibilité par les véhicules de PN…) occasionne des occupations abusives des halls et espaces publics fréquentes. La présence de mineurs de 13 ans assimilés à des guetteurs et l’existence de groupes de jeunes majeurs sur le quartiers fonctionnant sur des attitudes d’intimidations de la population et des forces de l’ordre démontre l’organisation d’une économie souterraine structurée. Cette situation favorise les échanges de drogues et de matériels volés sur le quartier.

  • Une inquiétude quant à l’évolution de la délinquance des mineurs et aux mineurs victimes.

La délinquance des mineurs connaît une évolution en hausse. Celle-ci se traduit par une augmentation des mineurs suivis pour des violences, notamment en groupes, ou des conduites sans permis. Ils se situent globalement dans la tranche d’âge des 14 – 17 ans.

Il est également constaté l’existence de phénomènes d’errance de mineurs en bas âge, se trouvant dans les espaces publics à des heures tardives, ce qui soulève les difficultés d’exercice de la responsabilité parentale par certaines familles.

La problématique des élèves qui se font agresser en dehors du lycée Champlain est fréquente. Cet établissement scolaire est situé aux abords immédiats du quartier du Bois l’Abbé, et est fréquenté par 2 000 lycéens. Cette situation reste préoccupante et pose également la question de la sécurisation aux abords du lycée, de la prévention de ces infractions, ainsi que de l’aide aux victimes. Un phénomène d’évitement de l’établissement peut alors en découler.

  • Des attentes prononcées dans le domaine de la médiation sociale.

Face aux problématiques d’isolement par rapport aux institutions qui peuvent toucher la population de ces territoires, mais également au besoin de renforcer le maillage des professionnels du champ socio éducatif sur les espaces extérieurs, une forte attente porte sur la mise en place d’un pôle de médiation sociale.

Outre l’accompagnement du lien entre les populations et les institutions. Ce pôle répond également à l’enjeu plus large de renforcer la présence d’adultes sur un territoire cloisonné.

Une expérience de ce type a déjà été menée sur la base d’un partenariat entre les bailleurs OPAC 94 et I3F par la constitution d’une équipe mixte emploi-jeune / adultes relais exerçant des missions de médiations sociales et familiales sur le patrimoine situé sur le secteur Bois l’Abbé de la commune de Champigny.



1.2. Les ressources locales

  • Les ressources organisationnelles et les intervenants du champ de la prévention sécurité.

Le 21 octobre 1998 la ville de Chennevières-sur-Marne s’est engagée dans un Contrat Local de Sécurité (CLS), qui est en veille depuis plusieurs années. La Communauté d’Agglomération du Haut-Val-de-Marne, dont fait partie Chennevières-sur-Marne, a reconnu, par délibération en date du 29 juin 2006, d’intérêt communautaire, la création d’un Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Déliquance. Ce C.I.S.P.D implique la dissolution du C.L.S de Chennevières-sur-Marne et ce à compter de septembre 2007.

La Commune de Chennevières-sur-Marne dispose d’une police municipale composée de 21 fonctionnaires qui exercent 24h / 24h 7jours/7. Ils sont dotés d’un équipement de 6éme catégorie (bombe lacrymogène et bâton tonfa) et en cours d’agrément pour les flash ball. Les effectifs de police municipale sont renforcés par 14 agents de sécurité point école s’occupant uniquement de 7 points écoles.
Le partenariat PM/PN est jugé très bon par les intéressés dont les missions sont complémentaires et paramétrées par une convention de coordination, permettant la réalisation d’interventions conjointes (+50% en 2005).

La circonscription de police couvre les villes de Chennevières-sur-Marne, Villiers sur marne, Le Plessis Trévise, Ormesson, Noiseau et la Queue en Brie. Les effectifs du commissariat de police sont de 120 policiers.

Le commissariat en lien avec le Parquet participe depuis environ 5 ans au suivi judiciaire personnalisé pour les mineurs récidivistes et réitérants.

  • L’implication du centre social municipal dans le domaine de la prévention.

Le Centre Social Municipal créé en 1993 dans le cadre de la politique de développement social des quartiers (DSQ), mène de nombreuses actions en faveur des habitants du Bois l’Abbé, notamment dans le cadre de missions d’accompagnement à la parentalité, de développement de la vie associative. Cette structure s’implique également dans l’organisation de rencontre d’habitants et de bailleurs pour échanger sur les problématiques du quartier.

  • L’aide aux victimes et l’accès au droit

Le nombre de plaintes déposées sur la commune de Chennevières-sur-Marne a baissé de 15 % en un an. Ainsi en 2006, 798 plaintes ont été déposées. Il s’agit d’autant de victimes qui sont susceptibles de vouloir bénéficier de l’aide aux victimes. Ces personnes ainsi que celles désireuses d’informations relatives à l’accès au droit sont orientées vers le Service d’Action Judiciaire et d’Insertion Régional (SAJIR) situé au sein de la Maison de Justice et du Droit (MJD) de Champigny.

La ville de Chennevières-sur-Marne n’est pas membre de cette structure intercommunale pour autant le nombre de Canavèrois fréquentant cette structure est croissant bien que dérisoire par rapport aux habitants de Champigny.

En complément de ce dispositif et pour les aspects civils, le conciliateur traite du précontentieux civil en recherchant le règlement amiable des conflits mineurs (troubles de voisinage, …).

    1. Citoyenneté et thématiques transversales.



  • Des territoires caractérisés par la jeunesse de leur population.

En 1999, le quartier du Bois l’Abbé compte environ 2 000 personnes âgées de moins de 20 ans, soit presque un tiers de sa population. Ce chiffre témoigne de l’importance des actions menées à l’encontre des jeunes, notamment dans le domaine du post scolaire et de l’occupationnel au sens large. La qualité de l’encadrement constitue à ce titre un enjeu de premier ordre, afin de garantir la bonne continuité du message éducatif entre les différents intervenants.

  • La nécessité de développer la formation dans le domaine de la jeunesse et de l’animation.

Il est apparaît nécessaire de mettre en place une politique de formation adaptée aux enjeux d’encadrement et de projet au niveau de l’animation – jeunesse.

  • L’accès à la culture, aux activités de loisirs et aux sports.

L’un des enjeux porte notamment sur le passage d’une logique de consommation pour les 12 – 14 ans à une logique de responsabilisation et de projet, tout en demeurant adaptée aux besoins de ce public. L’une des principales difficultés tient d’ailleurs à la capacité à toucher le public adolescent. De manière générale, la politique tarifaire mise en place par la Ville est avantageuse et ne constitue pas un frein dans l’accès aux loisirs, l’accompagnement des publics constituant à ce titre le meilleur levier pour renforcer leur sensibilisation.

Le Service Municipal de la Jeunesse s’investit dans le cadre de chantiers jeunes, d’actions de prévention routière, d’insertion professionnelle et sociale notamment à travers le point information jeunesse (PIJ).

  • Les événements culturels sur la ville.

Divers événements ponctuels sont mis en place par la Ville de Chennevières-sur-Marne, qui permettent indirectement de renforcer le lien social entre les habitants et les territoires par leur portée fédératrice. La politique culturelle n’est pas menée dans le cadre d’objectifs visant des populations particulières, bien qu’il y’ait une volonté de mieux cibler la jeunesse, forte sur la ville.

2.1. PLAN D’ACTIONS Prevention de la delinquance





ACTION 1 : SENSIBILISER LES ELEVES DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES DU DEUXIEME DEGRE A LA PREVENTION DES CONDUITES DELINQUANTES

Objectifs


Objectif 1 :

  • Mise en place d’une sensibilisation à la prévention routière et au code de la route en direction particulièrement des lycéens. Cet objectif permettra de responsabiliser les élèves au code de la route et à la prévention routière. Cette action permettra en outre de rapprocher la police de la jeunesse tout en valoriser l’image de l’autorité.

Objectif 2 :

  • Mise en place d’une sensibilisation aux violences, aux conduites addictives et à la santé dans les établissements scolaires. Une campagne de sensibilisation construite sur l’année par les professeurs, les délégués de classe, les parents d’élèves, la police, la justice, l’inspection d’académie pourrait être intégrée aux cours d’éduction civique. Les thématiques évoquées telles les violences, les conduites addictives, seraient identifiées collégialement, etc.

Cette campagne de sensibilisation pourrait se clôturer par un procès reconstitué par les élèves qui se déroulerait en salle d’audience du tribunal de grande instance.

Moyens


1. Plots de travaux publics, feu tricolore, piste de circulation, véhicules d’auto école, policiers (PM/PN)

2. La présence de policiers formés aux interventions dans les établissements scolaires appelés correspondants scolaires, permettrait de sensibiliser les étudiants sur la thématique du racket, les violences, les drogues,… Les médecins scolaires seraient sollicités pour les questions relatives à la santé et à la toxicomanie, le parquet des mineurs pour le procès reconstitué.

Indicateurs de résultat

Nombre d’élèves ayant suivi le stage






ACTION 2 : PROMOUVOIR L’INFORMATION

Objectifs




  • Favoriser les actions de formation visant à permettre l’insertion professionnelle.

Moyens


1. Développer la formation informatique.

2. Elaborer le Passeport pour l’Internet et le Multimédia (PIM)

Indicateurs de résultat


Nombre de formations informatiques créées

Nombre de personnes touchées par le PIM






ACTION 3 : PREVENTION ET REDUCTION DE LA DELINQUANCE

ET DE SA REITERATION


Objectifs


Objectif 1 :

  • Assurer un meilleur soutien des victimes et développer l’accès au droit.


Objectif 2 :

  • Prévenir les risques de passage à l’acte par l’information des habitants sur les mesures élémentaires de précaution.




Moyens


1. Permanence du SAJIR située au sein de la maison de la justice et du droit de Champigny, guide ou plaquette d’information du dépôt de plainte. Ce document à vocation informative et pédagogique devrait être mis systématiquement à disposition des plaignants (précisant l’importance du dépôt de plainte, mais aussi ; les formes que peut prendre celui-ci, les démarches à suivre, les suites qui peuvent être données, et les adresses utiles).


  1. Information dans le guide de la ville, amélioration de la coordination des opérations tranquillité vacances (PM/PN).

  2. Intervention de la « Caravane du Casier Judiciaire ».

Indicateurs de résultat




  • Statistiques du SAJIR

  • Bilan d’activité de la MJD

  • Nombre de guides ou plaquette édités.

  • Nombre de supports de communication,

  • Nombre de logements visés par l’opération tranquillité vacances.









ACTION 4 : DEVELOPPER LE RECOURS AUX TRAVAUX D’INTERET GENERAUX (TIG)


Objectifs


Objectif  :

  • Développer et diversifier l’offre de postes TIG sur la Commune en s’appuyant sur les dispositions de la loi sur la prévention de la délinquance 2007-297 du 5 mars 2007 en son article 63.




Moyens


1. Réunion de présentation auprès des services municipaux de la « démarche TIG » avec la présence du SPIP et de la PJJ
2. Elaboration d’une convention TIG entre la Commune et les services de la PJJ et du SPIP définissant les modalités de travail à mettre en œuvre, le nombre de postes disponibles et les services récepteurs.
3. Formation éventuelle des professionnels et des délégataires de service public (bailleurs, transporteurs…) accueillant des TIGistes

Indicateurs de résultat




  • Nombre de mesures TIG prononcées

  • Nombre de services accrédités

  • Formations réalisées

  • Bilan qualitatif des résultats obtenus






ACTIOn 5

PREVENTION ET SENSIBILISATION DANS LE DOMAINE DES VIOLENCES conjugales

Objectifs


Objectif 1 :

  • Garantir l’accueil et l’accompagnement des femmes victimes de violences

Objectif 2 :

  • Garantir la prévention et l’information auprès du public et des partenaires




Moyens



1. Permanences au sein de la MJD pour l’accueil des personnes victimes de violences conjugales
2. Diffusion d’un guide auprès des publics et des partenaires
3. Journée de sensibilisation auprès des partenaires


Indicateurs de résultat




  • Nombre de permanences assurées sur le territoire sur l’année

  • Nombre de guides d’information diffusés

  • Mise en place effective de la journée de sensibilisation









ACTION 6 : MEDIATION SOCIALE


Objectifs




  • Assurer une présence sur les espaces extérieurs dans les secteurs sensibles.




  • Fournir des informations qualitatives à l’observatoire départemental de l’habitat




Moyens


1. Organiser un pôle de médiation sociale destiné à travailler en réseau avec les acteurs locaux de la prévention et de la sécurité (bailleurs, transporteurs…)


  1. Assurer une coordination entre les principaux bailleurs de la ville (Immobilière 3F, OPAC du Val de Marne)




  1. Définir des modes opératoires d’intervention




Indicateurs de résultat




  • Mise en œuvre effective ; composition du pôle ; convention de partenariat, statistiques de services (actions réalisés, public touchés, passages de relais à d’autres partenaires…).

  • Actions réalisées.

2.2. PLAN D’ACTIONS citoyenneté et thematiques transversales





ACTION 1 : RENFORCEMENT DE LA CITOYENNETE ET PARTICIPATION 


Objectifs




  • Informer les citoyens de Chennevières-sur-Marne sur les services publics dédiés à assurer la sécurité des Canavérois, garantir le lien de proximité entre les habitants et les institutions.

  • Développer le Conseil des Jeunes.




Moyens


1. Elaborer un guide des services publics dédiés à la prévention, à la sécurité et à la citoyenneté.

2. Assurer des réunions thématiques de quartiers.

3. Mise en place de projets, dans le cadre du Conseil des Jeunes, répondant aux attentes de ces derniers.

4. Séminaires du Conseil des Jeunes.

5. Création d’un poste d’animateur pour le Conseil des Jeunes.

Indicateurs de résultat




  • Fréquentation des services publics, recueil de satisfaction par les employés municipaux ou sur des cahiers de doléances.

  • Etat d’avancement du Conseil des Jeunes.










ACTION 2 : FAVORISER L’EPANOUISSEMENT DES PUBLICS

A TRAVERS L’ACTIVITE SPORTIVE ET CULTURELLE 


Objectifs


Favoriser le lien inter-quartiers en mélant des publics d’âges différents.

Assurer un accès au sport et à la culture des publics les plus défavorisés.


Moyens


1. Organisation d’événements culturels : expositions de quartiers, sortie au musée (exemple : sur la base d’une opération réalisée avec le Mac Val avec le soutien du Conseil Général)

2. Amélioration de l’accueil des structures sportives afin de favoriser la prise en charge des publics jeunes notamment hors période scolaire

- Revoir les horaires d’ouverture et redéfinir des créneaux

- Assurer des animations spécifiques

3. Mise en place de thématiques sportives de type « MWAI-THAI »


Indicateurs de résultat




  • Fréquentation

  • Nombre de jeunes ayant bénéficié de ces animations.









ACTION 3 : GARANTIR UNE POLITIQUE D’ANIMATION JEUNESSE ADAPTEE A DES ENJEUX D’ENCADREMENT ET DE RESPONSABILISATION DES PUBLICS


Objectifs


Objectif 1 :

  • Renforcer la professionnalisation des équipes.

Objectif 2 :

  • Soutenir les initiatives citoyennes des jeunes et la démarche de projet.

Objectif 3 :

  • Favoriser la citoyenneté à travers l’insertion par l’approche des métiers.

Moyens


1. Formations internes.

2. Soutien au montage de « Projets Jeunes ».

3. Développer et diversifier les Chantiers Jeunes

Indicateurs de résultat




  • Evolution du niveau de formation des personnels.

  • Nombre de « juniors associations » créées.







ACTION 4 : AMELIORER LA VIE QUOTIDIENNE DES FAMILLES


Objectifs




  • Inciter les familles à une prise de conscience des risques écologiques et des solutions envisageables.

  • Sensibiliser les familles à une démarche de développement durable.

Moyens


1. Mettre en place des ateliers thématiques.

2. Elaborer une brochure de sensibilisation sur les risques écologiques et le développement durable.

3. Mettre en transversalité le développement durable dans les actions du centre social.

Indicateurs de résultat




  • Nombre de personnes touchées.
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   14

similaire:

Preambule iconPRÉambule le respect de la personne dans sa dimension psychique est...

Preambule iconPréambule

Preambule iconPreambule

Preambule iconPreambule

Preambule iconPréambule

Preambule iconPRÉambule

Preambule icon1. 0 Préambule

Preambule iconPréambule

Preambule iconPRÉambule

Preambule iconAffaire 07/14/239 jc/bf p. G. C. S. P. S. Preambule








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com