D'une entreprise peut être analysée comme l'ensemble de ses possibilités de paiement considéré par rapport à l'ensemble des engagements qu'elle a contractés








télécharger 2.07 Mb.
titreD'une entreprise peut être analysée comme l'ensemble de ses possibilités de paiement considéré par rapport à l'ensemble des engagements qu'elle a contractés
page1/26
date de publication11.08.2018
taille2.07 Mb.
typeRapport
l.21-bal.com > loi > Rapport
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   26


Introduction

La trésorerie d'une entreprise peut être analysée comme l'ensemble de ses possibilités de paiement considéré par rapport à l'ensemble des engagements qu'elle a contractés. La situation de trésorerie découle des conditions dans lesquelles disponibilités et vont se présenter les unes par rapport aux autres dans le temps. C’est ce qu'exprime la notion de solvabilité définie comme l'aptitude d'un agent économique à faire face à ses dettes lorsque celles-ci viennent à échéance. La gestion optimale de la trésorerie consiste à prévoir, contrôler et maîtriser la dimension et la date des exigibilités et celles des disponibilités spontanées résultant du fonctionnement de l'entreprise, et, à se procurer en temps voulu et au moindre coût les disponibilités complémentaires qui sont éventuellement nécessaires. Autrement dit la gestion optimale de la trésorerie a pour objectif d’assurer la liquidité de la firme au moindre coût.
Le maintien de la liquidité du patrimoine est l'objectif de la « politique de trésorerie ». Nous nous proposons de définir le contenu d'une telle politique. Pour cela il conviendra d'abord de déterminer l'approche méthodologique du problème avant de décrire les moyens d'actions et les conditions de la mise en oeuvre pour parvenir à l’optimum de gestion.
Traditionnellement gérer la trésorerie d’une firme se résume aux deux activités suivantes :

- contrôler le niveau de l'encaisse,

- et, maintenir la solvabilité.
Le contrôle du niveau de l'encaisse s'effectue à partir de l’étude du bilan. « Encaisse » et « trésorerie » désignent la même réalité. La trésorerie s’analyse comme une résultante de l'activité. Autrement dit, la trésorerie d'une entreprise à un moment donné est la différence, à cette date, entre :

- son fonds de roulement qui est la part des capitaux permanents non absorbée par le financement des valeurs immobilisées et donc disponibles pour financer les besoins liés au cycle d'exploitation ;
- et ses besoins en fonds de roulement, c'est-à-dire liés au cycle d'exploitation.
Lorsqu’à une date déterminée le fonds de roulement est supérieur aux besoins en fonds de roulement la trésorerie est positive. Au contraire, si le fonds de roulement est insuffisant la trésorerie est négative.

Le maintien de la solvabilité qui revient à assurer le règlement des échéances résulte, quant à lui, de décisions financières à court terme. Cette action se subdivise en deux volets :

- d’une part, la détermination d'un niveau d'encaisse à conserver pour des motifs de transaction, de précaution, de financement et de spéculation ;
- d’autre part, le choix du meilleur mode de financement des déficits de trésorerie qui peuvent apparaître.
L'objectif de solvabilité serait facilement atteint si l'entreprise pouvait disposer d'une large encaisse lui procurant une grande marge de sécurité. Or toute détention de monnaie implique un coût : rentabilité et solvabilité apparaissent comme deux termes antagoniques.
Chaque année des milliers d'entreprises sont confrontées à des difficultés de trésorerie. Le phénomène n'affectent pas seulement des entreprises de petites et moyennes dimensions ou encore non rentables. Les difficultés de trésorerie que connaissent les entreprises tiennent à l'évolution que connaissent les économies modernes. Mais ne peut-on également supposer que la gestion de la trésorerie nécessite une plus grande rigueur sur le plan pratique et une nouvelle approche sur le plan théorique. Pendant longtemps, en effet, la conjoncture économique avait rendu facile le paiement des dettes et le remboursement des prêts par les entreprises qui avaient su s'endetter. Or, depuis vingt ans les problèmes de trésorerie constituent un des goulots d'étranglement de l'activité des entreprises. Le nombre de celles qui se heurtent « au mur d'argent » ne cesse d'augmenter. Quatre phénomènes sont à cet égard à prendre en considération.
- D’abord, même si actuellement le coût de l'argent connaît une nette détente, il a conféré une importance de premier ordre au suivi des comptes clients et fournisseurs c’est à dire au crédit commercial interentreprises.
- Ensuite, la conjoncture économique, en particulier la consommation, suite aux chocs pétroliers, au chômage, aux innovations technologiques et aux délocalisations, rend les exigences de la liquidité du patrimoine de plus en plus difficile à maîtriser.
- En outre, le risque monétaire est toujours présent : si l'inflation n’a plus depuis quelques années dans nos économies industrielles un effet dévastateur, le risque de change dû au flottement des monnaies reste un facteur d’insécurité.
- Enfin, les risques du marché de l’argent, notamment le risque de taux ont conduit au développement de techniques de protection, véritable « ingénierie financière » au service de la gestion de la trésorerie.
A la lumière de ces faits il apparaît donc nécessaire de redéfinir les données et les objectifs d’une gestion optimale de la trésorerie des entreprises. L'intérêt de cette réflexion est double :
D'un point de vue pratique nous analyserons les causes des difficultés de trésorerie lorsque l'entreprise est rentable et en pleine croissance. Nous n'aborderons pas les conséquences financières d'une baisse du niveau de l'activité dont la cause est soit une crise économique générale, soit un affaiblissement de la demande du produit. Dans le premier cas, il s'agit d'une situation dépassant largement les problèmes de trésorerie. Dans le deuxième cas, il s’agit de trouver un autre marché ou de disparaître. Les entreprises véritablement « malades de leur seule trésorerie » sont généralement des entreprises en pleine expansion et à endettement important à court terme. Même lorsque la conjoncture est favorable de telles entreprises ont des problèmes d'échéance qui peuvent devenir très graves. Une crise de trésorerie révèle les faiblesses de la gestion de la firme car tout acte de gestion se traduit par des entrées et des sorties de liquidités. Nous montrerons que toute crise de trésorerie se rattache à l’un des deux cas suivants :

- les crises conjoncturelles de trésorerie, d’une part, provoquées par le manque de synchronisation entre les flux d'entrée et les flux de sortie de fonds ;
- les crises structurelles de trésorerie, d’autre part, résultant de la non-concordance entre la stabilité globale du financement et le délai global de récupération de l'usage des fonds.
La gestion de la trésorerie déborde donc largement le court terme. Elle relève d'une étude économique des besoins de financement de l'entreprise et se trouve à la charnière des problèmes financiers et des problèmes d'exploitation. La trésorerie n'est pas le solde de flux monétaires, mais la synthèse de toutes les politiques de l'entreprise. La gestion de la trésorerie joue donc un rôle essentiel dans la vie des entreprises.
D'un point de vue théorique, ensuite, nous mettrons en évidence qu’une gestion optimale de la trésorerie passe par une approche systémique de la gestion financière. La politique de trésorerie est conditionnée par les choix financiers fondamentaux :
- choix de la structure du passif, ou politique de financement,
- choix de la structure de l'actif, ou politique d'investissement.
L'optimum de la gestion se définit par la compatibilité étroite qui existe entre la liquidité et la rentabilité. A court terme, la solvabilité ne doit pas reposer sur la détention de liquidités mais sur de sérieuses prévisions concernant, d’une part, le comportement des flux monétaires à court terme et même à très court terme, et, d'autre part, l'évolution de la structure du patrimoine qui conditionne la formation même de ces flux. A long terme seule une rentabilité élevée assure à l'entreprise un volume d'autofinancement compatible avec une politique d'endettement qui procure à l'entreprise des ressources nouvelles. Tout investissement entraîne l’immobilisation de fonds mais sa rentabilité doit permettre la reconstitution des liquidités de la firme. Nous montrerons que la politique d'investissement qui engendre la meilleure liquidité globale de l'entreprise est le choix optimal et le plus rentable. Une gestion optimale de la trésorerie est une gestion qui maximise à la fois liquidité et rentabilité. La gestion de la trésorerie, c’est-à-dire de la liquidité de la firme, s'articule donc autour de trois actions :

- une action conjoncturelle, dont l'objectif est de maintenir le solde bancaire le plus proche de zéro par la maîtrise des flux d'entrée et de sortie de fonds ;

- une action structurelle, dont l'objectif est de contrôler le potentiel de reconstitution des liquidités du patrimoine de l’entreprise par la maîtrise de la formation et de l'affectation du flux de liquidité, par une juste évaluation des besoins en fonds de roulement et leur financement adéquat.
- une action monétaire, par la mise en place d'une protection contre la variation du pouvoir d'achat de la monnaie et les risques des marchés de l’argent.

CHAPITRE 1 : Equilibre financier de la firme et trésorerie.
Une bonne situation financière se caractérise par l'aptitude à conserver un degré de liquidité suffisant au patrimoine afin d'assurer en permanence la solvabilité de l’entreprise. Celle-ci résulte donc de l’opposition entre la liquidité des actifs et l’exigibilité de l’endettement. C’est pourquoi l'une des préoccupations fondamentales du responsable financier est le contrôle de l’équilibre financier de la firme. Le fonds de roulement et les ratios sont les instruments de mesure de l'équilibre les plus utilisés. Mais le contrôle de l’équilibre financier au travers de ces instruments reste insuffisant pour l'expliquer. Aussi, doit-on compléter cette première analyse par celle des mouvements financiers qui ont conduit à l’équilibre constaté. Cette seconde analyse permet d’apprécier la situation de trésorerie à un moment donné, d'anticiper les mouvements à venir, et partant, de disposer des informations indispensables pour entreprendre le cas échéant, les actions correctives nécessaires.

Section 1 : Le contrôle de l’équilibre financier.
Le contrôle de l'équilibre financier se limite en général à l’examen du fonds de roulement et au calcul d'un certain nombre de ratios.

§ 1 - Le fonds de roulement, indicateur de l’équilibre financier.
De tous les instruments d’appréciation de la situation financière d'une firme, le fonds de roulement est le plus souvent utilisé tant par les dirigeants de l’entreprise que car ses banquiers. Mais cette notion donne à lieu à une pluralité de définitions dont l’imprécision est une source fréquente d’ambiguïté et de confusion. Le fonds de roulement est la part des capitaux permanents qui finance le cycle d’exploitation. Il exprime la « capacité de trésorerie » de la firme et apparaît comme la source de financement privilégiée des besoins de trésorerie.

I - Le fonds de roulement, moyen de financement des besoins de trésorerie.
Selon le principe fondamental et traditionnel de l'équilibre financier (1), les différentes valeurs d’actifs doivent toujours être financées par des capitaux restant à la disposition de la firme pendant un temps au moins égal leur durée de vie. Ainsi les immobilisations constituant par définition des emplois à long terme ne devraient pas être financées par des crédits à court terme susceptibles de ne pas être reconduits ou de disparaître d’eux-mêmes. Cependant cet équilibre est fragile. Il faut le consolider en constituant une marge de sécurité : le fonds de roulement.
A - La détermination du fonds de roulement.
Le fonds de roulement est calculé de deux manières :

(1) Voir la règle dite « de l’équilibre financier minimum », Depallens G. : « Gestion financière de l’entreprise », Sirey, 5ème édition, p.193.

- excédent des capitaux permanents sur les immobilisations nettes ;
- actif circulant - dettes à court terme (après affectation des bénéfices).
1 - La référence aux capitaux permanents.
L'existence d’un fonds de roulement positif signifie qu’une partie des actifs circulants est financée par des capitaux à long terme. Les besoins en fonds de roulements sont la part des besoins cycliques dont le financement n’est pas assuré par les ressources cycliques mais par le fonds de roulement, et, si celui-ci est insuffisant par des crédits à court terme. Le tableau des besoins et des ressources peut alors s’écrire de la manière suivante :


ACTIF

PASSIF

Besoins en fonds roulement

Fonds de roulement

Trésorerie (excédentaire)

Trésorerie (déficitaire)



Il en découle « la relation fondamentale de la trésorerie » (1) :
Trésorerie = fonds de roulement - besoins en fonds de roulement.
Le fonds de roulement et les besoins en fonds de roulement sont le plus souvent positifs. Il se peut que l'un ou l’autre, ou les deux, soient négatifs. Un fonds de roulement négatif constitue un besoin que l’on doit financer. Des besoins en fonds de roulement négatifs constituent des ressources. Si les besoins de financement de l’exploitation sont supérieurs au fonds de roulement, la trésorerie est négative. Par conséquent, la relation fondamentale permet d’écrire :
Fonds de roulement = besoins en fonds de roulement trésorerie.

2 - La référence aux dettes à court terme.
La justification du fonds de roulement, en tant qu’indicateur de l'écart entre l’actif circulant et les dettes à court terme repose sur la thèse de la liquidation automatique des dettes à court terme (2). Selon cette thèse, les stocks accumulés pour faire face aux demandes saisonnières de pointe sont entièrement financés par des emprunts à court terme. L'utilisation de ces stocks « temporaires» entraîne la formation de flux de liquidités qui deviennent disponibles pour le remboursement de ces concours. L’idée de « liquidation automatique » a été étendue à l'ensemble de l'excédent des valeurs de roulement sur les dettes à terme. Autrement dit, les capitaux circulants « temporaires » seraient financés par les exigibilités immédiates et les capitaux circulants « restants » par des ressources permanentes : le fonds de


(1) Voir MEUNIER, de BAROLET et BOULMER : « La trésorerie des entreprises », Dunod, tome 1, p. 11.

(2) HOWARD B.B. et UPTON M. : « Introduction to business finance », New-york, Mac Graw Hill Book Co 1953, p.30.

Roulement. Le fonds de roulement constitue donc une marge de sécurité : il correspond aux pertes que peut subir une entreprise sans que celle-ci soit obligée de vendre une partie de ses immobilisations ou d’emprunter. En l'absence de cette marge, le dégonflement des crédits à court terme résultant d'une cause quelconque, par exemple d'une baisse momentanée de l’activité, plonge l'entreprise dans une crise de trésorerie en la mettant en état de cessation de paiement.

B - Le fonds de roulement est la mesure du compromis entre rentabilité et solvabilité.
La diminution du fonds de roulement entraîne une augmentation de la rentabilité de l'entreprise mais en même temps une augmentation du risque d'insolvabilité et réciproquement (1).
1 - Une augmentation de la rentabilité.
A montant égal les concours à moyen et long terme sont généralement plus onéreux que les crédits à court terme. En effet :
- d'une part, les intérêts payés sur des prêts à long terme sont généralement supérieurs à ceux payés sur des crédits à court terme ;
- d'autre part, la rigidité des emprunts à long terme rend leur emploi plus onéreux que ceux à court terme (2).
En outre, le rapport « Résultat / Capital » sera plus élevé.

2 - Une augmentation du risque d'insolvabilité.
L'entreprise augmente son risque lorsqu'elle accroît son financement à court terme par rapport à ses engagements à long terme. En cas de non-renouvellement des crédits à court terme, l’importance de ses difficultés de trésorerie sera proportionnelle à la part du court terme dans ses ressources. Le coût du risque d'insolvabilité peut aller du prix élevé d'un concours demandé d’extrême urgence jusqu'à la faillite.

II - Le fonds de roulement n'est pas un bon indicateur de solvabilité.
L'expérience et l’observation prouvent que l’on ne peut porter aucun jugement de valeur sérieux sur la solvabilité d’une entreprise à la seule considération de son fonds de roulement.


(1) Voir sur ce point AFTALION, DUBOIS, MALKIN : «  Théorie financière de l’entreprise », PUF 1974. 

(2) Si ces derniers sont toutefois convenablement utilisés ( les emprunts à court terme demandés en urgence, par exemple, ont au contraire un coût très élevé ).

A - Les limites à la signification du fonds de roulement tirées de l'expérience.
Ni le volume, ni la composition, ni le sens de variation du fonds de roulement ne renseignent avec certitude sur la liquidité de l’entreprise.
1 - Volume du fonds de roulement et trésorerie.
Alors qu’une structure financière bien équilibrée, c’est-à-dire présentant un fonds de roulement positif, est généralement un indice de bonne gestion, une présomption de difficultés découle d'un bilan en déséquilibre dont l’actif immobilisé est supérieur aux ressources permanentes. En fait, le niveau du fonds de roulement dépend largement de la manière dont l'actif est géré. Très étoffé, il peut signifier que les immobilisations ne sont pas suffisamment renouvelées et que les actifs de roulement sont excessifs, ce qui traduit un sous-emploi des capitaux permanents. A l’inverse, l’étroitesse du fonds de roulement peut parfois s’expliquer par la nature très particulière de l’activité de certaines entreprises. Le montant du fonds de roulement est ainsi déterminé par les caractéristiques du cycle d'exploitation et de la gestion qui conditionnent fortement le niveau des besoins en fonds de roulement. En règle générale, plus la durée du cycle d’exploitation est longue, plus ces besoins sont élevés et plus le fonds roulement constaté au bilan doit être important.
Une entreprise ayant un fonds de roulement élevé n’a pas nécessairement une trésorerie aisée si ses besoins en fonds de roulement sont plus importants. A l’opposé, une entreprise ayant un fonds de roulement faible, voire négatif, n’a pas nécessairement une trésorerie serrée (1).
2 - Composition du fonds de roulement et trésorerie.
Le banquier se préoccupe de la proportion relative des fonds propres et des dettes à terme. La vulnérabilité d’une société croît, en effet, avec l’importance de son endettement. Plus une firme est endettée plus ses facultés d’endettement supplémentaire sont limitées, toutes choses égales par ailleurs. C’est pourquoi l’on calcule le fonds de roulement propre. Le fonds de roulement propre est égal à la différence entre les capitaux propres et les immobilisations nettes et indique le degré d’indépendance financière de la firme. Mais un fonds de roulement propre positif peut aussi sous-entendre que la firme ne parvient pas à financer son cycle d'exploitation au moyen de ses seules ressources empruntées, et, dispose donc d'une marge de manoeuvre d’autant plus restreinte pour financer son cycle d’investissement.
Pour financer ses investissements une entreprise ne peut et doit pas compter que sur elle-même. Ce serait alors juger favorablement les entreprises qui investissent peu et défavorablement les entreprises dynamiques. Cependant, si les banquiers conseillent le plus souvent le recours au financement à long et à moyen terme, ils recommandent afin de préserver la solvabilité de l'entreprise, un certain équilibre au sein du fonds de roulement. Une règle empirique unanimement admise spécifie que les capitaux étrangers à terme ne devraient pas dépasser au bilan les
(1) C'est le cas de certaines entreprises commerciales (grandes surfaces, en particulier) qui vendent au comptant et achètent à crédit.

capitaux propres (1).
3 - Variations du fonds de roulement et trésorerie.
On peut être tenté de juger favorablement une entreprise dont le fonds de roulement augmente et défavorablement celle dont il diminue. Or, le fonds de roulement d'une entreprise peut baisser sans que la situation de celle-ci ne se détériore. Cela peut tout simplement signifier que la société vient d’investir sans concours extérieur grâce à sa trésorerie pléthorique. Inversement, le gonflement du fonds de roulement peut traduire la formation d'une encaisse oisive. Il convient donc d’analyser les facteurs explicatifs de tels mouvements pour les interpréter judicieusement.

B - Les limites à la signification du fonds de roulement tirées de l'observation statistique.
L'observation statistique confirme la portée réduite de la notion de fonds de roulement en tant que critère de solvabilité et plus généralement d'équilibre financier de la firme.
1 - Le lien entre la valeur du fonds de roulement et le secteur d'activité se révèle assez lâche.
Cette observation se retrouve tant dans les travaux de MADER (2) que dans ceux de la Caisse Nationale des Marchés de l'Etat (3). Certes, le fonds de roulement apparaît différent en moyenne d'un secteur à l'autre, mais à l'intérieur d'une même industrie la dispersion des valeurs reste très forte (de 53 % à 187 %). On ne peut donc parler d'un fonds de roulement « normal » pour un secteur déterminé.
2 - Le fonds de roulement varie également avec la taille de l'entreprise, appréciée par le chiffre d'affaires.
Cependant il est impossible de dégager un lien entre la croissance de la firme et le fonds de roulement. Dans aucun secteur on ne remarque quelle que soit la taille de l’entreprise, mesurée par le chiffre d'affaires, une croissance ou une décroissance continue du fonds de roulement.

* Les limites de la notion de fonds de roulement en tant qu'indicateur d'équilibre peuvent se comprendre de la façon suivante :
Le fonds de roulement révèle l'importance et la composition des moyens
(1) En réalité, l'effet de levier montre que ce n’est pas le rapport entre le volume des capitaux propres et le volume des capitaux empruntés qui importe, mais la confrontation de la rentabilité des capitaux investis au coût des capitaux empruntés.

(2) voir F. MADER: « Etude statistique du fonds de roulement », Analyse Financière n° 14, 3ème trimestre I973, p. 7 à 26.

(3) Voir « Quel est le fonds de roulement des entreprises », Bulletin économique de la C.N.M.E. N° 61, 4ème trimestre I973 II B.

financiers stables que l'entreprise a affectés au financement de son exploitation. Il est donc évident que le montant du fonds de roulement d'une entreprise varie avec son secteur d'activité et son chiffre d'affaires mais aussi d'une société à une autre. Le financement du fonctionnement et de la croissance est une question de choix propre à chaque entrepreneur. Face à des contraintes comparables ( cycle d'exploitation, croissance, marchés, système bancaire, etc. ) les décideurs réagissent de façon personnelle et originale. Par conséquent, on ne peut affirmer a priori par un simple calcul si tel fonds de roulement est suffisant ou non car les besoins varient selon le chiffre d'affaires, les circonstances économiques du moment, la nature de l'activité, et dans une même branche d'activité selon la politique commerciale des dirigeants. L'étude de la trésorerie d'une firme implique donc l'étude conjointe du fonds de roulement et des besoins en fonds de roulement.

III - L'apport de la notion de besoins en fonds de roulement.
Devant l'insuffisance de la notion de fonds de roulement « constaté » au bilan, les analystes financiers ont cherché à déterminer le montant « optimal » de fonds permanents nécessaires au fonctionnement régulier de l'entreprise.

A - Les différentes conceptions des besoins en fonds de roulement, expression du fonds de roulement normatif.
L’évolution des conceptions montre les progrès réalisés dans l'appréciation du fonds de roulement normatif.
1 - Le fonds de roulement total, ou fonds de roulement brut.
C'est la notion la plus large puisqu'elle englobe l'ensemble des actifs circulants. Du point de vue de la liquidité de la firme, le fonds de roulement total mesure l'importance des ressources dont doit disposer l'entreprise pour financer la totalité de ses dépenses de fonctionnement lorsqu’elle n'a aucune possibilité de recourir au crédit à court terme. Or pour assurer le financement de son exploitation l'entreprise dispose de capitaux à court terme qui lui sont apportés par sa clientèle (acomptes), ses fournisseurs, divers créanciers ( tels que URSSAF, fisc, personnel, etc...) et ses banquiers. Devant l'imprécision et l'insuffisance de cette conception des besoins d'exploitation, on a introduit la notion de « stock-outil ».
2 - Le stock-outil.
Considérant qu'une partie des stocks était pratiquement incompressible et représentait en fait un outil aussi indispensable à l'entreprise que son actif industriel, on en est venu à soutenir que le fonds de roulement devait être suffisant pour financer ce stock minimum appelé depuis « stock-outil ». Cette remarque est fondée quoique partielle. En effet, rien ne permet de limiter l'analyse aux seuls stocks ; on est en droit de définir de la même façon un poste « clients-outil », « débiteurs divers-outil », etc. Autrement dit, le fonds de roulement doit couvrir une fraction, voire la totalité, des actifs circulants incompressibles ou permanents.

3 - Les besoins en fonds de roulement.
Les besoins en fonds de roulement d'une entreprise représentent le fonds de roulement nécessaire à cette entreprise pour que compte tenu des besoins et des ressources liés à l'exploitation, la trésorerie ne soit pas négative. Le cycle d'exploitation d'une entreprise, en effet, engendre à la fois des besoins ( stocks, crédit-clients, etc. ) et des ressources (crédit-fournisseurs, etc...). En comparant ces besoins et ces ressources, on détermine le volume des fonds nécessaires pour assurer le fonctionnement régulier de l'entreprise.

B - Calcul des besoins en fonds de roulement.
Les méthodes proposées peuvent être regroupées en trois catégories :
- les méthodes mathématiques reposant sur l'optimisation du couple « sécurité-rentabilité » ;

- les méthodes bancaires qui utilisent le bilan ;

- les méthodes de calcul à partir du compte d'exploitation, ou « méthodes des experts-comptables ».
1 - Calcul mathématique de l'optimum du fonds de roulement (1).
Ce calcul peut être abordé de trois façons :
a) Le fonds de roulement optimal théorique sera celui pour lequel la rentabilité marginale et le coût marginal du risque d'insolvabilité correspondant seront égaux. Ainsi, une diminution du fonds de roulement se traduira par :
- une augmentation de la rentabilité obtenue en substituant du court terme au long terme ;

- et par, une augmentation du coût du risque d'insolvabilité ;
En fait ce calcul n'a qu'une portée opérationnelle très limitée :
- d'abord, il semble fort difficile, voire impossible, d'attribuer en pratique des probabilités subjectives et des coûts précis aux différentes possibilités d'avoir des difficultés de trésorerie ;

- ensuite, cette méthode ne fait qu'une référence indirecte aux besoins d'exploitation ( dans l'appréciation du risque encouru ), alors que le niveau du fonds de roulement dépend de l'importance et de la nature de ces besoins ;

- enfin, la substitution de concours à long terme par des crédits à court terme n'amène pas obligatoirement une amélioration de la rentabilité : le coût réel des crédits bancaires à court terme dépend étroitement de leur utilisation ( là encore il faut connaître la nature des besoins ).

(1) Voir par exemple AFTALION, DUBOIS et MALKIN : « Théorie financière de l’entreprise », op. cit. pp. 50 et 51, 57 à 63.

b) Le fonds de roulement optimal théorique dépend de deux coûts contradictoires : le coût de l’endettement, C1, et le coût des crédits supplémentaires à court terme demandés d’urgence, C2.
La fonction du coût total lié à un certain niveau de fonds de roulement,

C = C1 + C2, est représentée par le graphique 1 suivant :

Graphique 1 : Détermination du fonds de roulement optimal compromis entre solvabilité et rentabilité.
La fonction C passe par un minimum lorsque sa dérivée par rapport au fonds de roulement est nulle. Ce mode de calcul est donc semblable au précédent. Les mêmes critiques peuvent être formulées à son égard.
c) L'optimisation de l'emploi du fonds de roulement.
Cette approche est originale dans la mesure où elle inverse les termes du problème (1). L'objectif retenu est la maximisation du bénéfice compte tenu d'une contrainte, le fonds de roulement disponible ou « trésorerie ». Dans ces conditions, si par exemple la fonction de production est représentée par :
C = 20 + 5x
(Coût total = coûts fixes + coûts variables unitaires multiplies par la quantité produite), et, le fonds de roulement disponible 150, la production maximale sera de :
150 = 20 + 5x
x = 26 unités (2)

(1) BERANEK W. : « La gestion du fonds de roulement », Dunod, 1972, 147 pages.

(2) A condition que la capacité de production soit suffisante.
Si l'on suppose que le prix de vente unitaire est de 10, et que la fonction de revenu (ou de chiffre d'affaires) ait la forme :
R = 10 x
le bénéfice maximal autorisé par le fonds de roulement disponible sera de :
P = R   C = 10x   (20 + 5x)
Soit P = 110 (1)
Le bénéfice marginal représentera le prix maximum que peut payer l’entreprise pour obtenir la masse de fonds supplémentaire nécessaire à la production d’une unité de plus.
Comme on peut s'en rendre compte, l’intérêt de ce modèle réside essentiellement dans sa valeur didactique. Il a le mérite de décrire les relations qui existent entre les besoins d'exploi­tation et le fonds de roulement. Mais il semble dénué d’intérêt pratique de par les hypothèses simplificatrices sur lesquelles il repose, ainsi que d'ailleurs, de par la méthodologie adoptée. On peut reprendre la même démarche dans le cadre de situations «mathématiquement» plus complexes :
  lorsque les fonctions ne sont pas linéaires ( l’équation des coûts devient C = ax² + bx + c) ;
  lorsque la demande et les coûts sont incertains (introduc­tion de distributions de probabilité relatives à la demande et aux coûts) ;
  lorsque la firme décide de constituer des stocks ;
  lorsque la firme fabrique deux produits, ou plus...
A ce modèle, sont attachés le même intérêt et les mêmes limites qu'au précèdent. Sur le plan opérationnel aucun progrès décisif n'a été véritablement réalisé.
2   Méthode bancaire de calcul des besoins en fonds de roulement (2).
Après avoir exposé les principes de la méthode nous ferons apparaître ses limites.
a) Les principes de la méthode.
La valeur des besoins en fonds de roulement d'une entreprise à une date déterminée est égale à la différence entre le montant de ses besoins cycliques et celui de ses ressources cycliques :
(1) A condition que la demande n’exerce pas de contrainte.

(2) Voir MEUNIER, de BAROLET, BOULMER, « La trésorerie des entreprises », Dunod 1970.

Besoins en fonds de roulement = Besoins cycliques - Ressources cycliques


La difficulté du calcul réside, d'une part, dans la distinction que l'on doit opérer entre les postes du bas du bilan qui sont directement liés au cycle d'exploitation et ceux qui ne le sont pas, et, d'autre part, dans divers redressements à effectuer rendus indispensables par la valeur anormale du poste considéré. Ainsi, un poste du bas du bilan sera inclus dans le calcul des besoins en fonds de roulement s'il présente les caractéristiques suivantes :

  il se renouvelle de manière cyclique ;
  il est lié au cycle d'exploitation de l'entreprise ;
  il correspond à une activité normale de l'entreprise.

Compte tenu de ces remarques le bas du bilan se présente de la manière suivante :



BESOINS

RESSOURCES


I   EMPLOIS CYCLIQUES
  Valeurs d'exploitation : stock normal.
- Clients.
  Effets à recevoir : part non mobilisable immédiatement (effets à plus de 3 mois).
- Comptes divers et de régularisation : créances liées au cycle fabrication (acomptes impôt sur les

sociétés, TVA à récupérer).



II - RESSOURCES CYCLIQUES
  Avances et acomptes clients.

- Fournisseurs et effets à payer : part des dettes aux fournisseurs de matières et de marchandises dont la durée est normale.
  Comptes divers et de régularisation : part des dettes liées au cycle achat­ -fabrication vente (provision pour impôt sur les sociétés, TVA à payer, charges sociales...) dont la durée est normale.



III - EMPLOIS DE TRESORERIE
 Effets à recevoir : part mobilisable immédiatement.
 Valeurs mobilières de placement.
- Valeurs d'exploitation : part du stock volontairement excédentaire.
  Comptes divers et de régularisation : créances non liées au cycle achat fabrication vente (avance à des tiers).
 Caisse et banques.



IV   RESSOURCES DE TRESORERIE
  Banques et organismes de financement.
  Effets à payer : crédits mobilisés, fournisseurs d'immobilisations (part des dettes dont la durée est anormale).
- Comptes divers et de régularisation : part des dettes liées au cycle achat-fabrication vente et dont la durée est anormale, et dettes non liées à ce cycle (avances de tiers..)



b) Les limites de la méthode.
Le calcul des besoins en fonds de roulement à partir des comptes du bilan présente trois défauts essentiels.
Cette méthode ne permet pas de connaître les variations des besoins en fonds de roulement au cours du cycle d'exploitation. Elle donne la valeur des besoins à la date d’élaboration du bilan (1). En outre, il semble très difficile de faire le partage entre la valeur « normale » et la valeur « anormale » d'un poste de bilan. Enfin, il n’est ni logique ni pertinent d'effectuer des redressements de comptes dans un tel calcul. A vouloir « limer l'anormal » on perd de vue la réalité du cycle d'exploitation.
Quoiqu'il en soit même une valeur moyenne des besoins en fonds de roulement reste une donnée insuffisante pour résoudre le problème de la liquidité ; et, la méthode suivante n’échappe pas à cette dernière critique.
3   La méthode de calcul des besoins en fonds de roulement, dite « Méthodes des Experts-Comptables » (2).
Cette méthode évalue les besoins non en valeur absolue mais en nombre de jours de chiffre d'affaires.
a) Principes de la méthode (3).
Tous les postes de l'actif et du passif circulant se caractérisent par deux variables :
  le temps de rotation du compte ( ou « temps d’écoulement  », noté TE ), d’une part,
  et, son ratio de structure, c’est-à-dire son rapport au chiffre d'affaires ( ou « coefficient de pondération », noté PO ), d’autre part.
Par conséquent, pour évaluer les besoins en fonds de roulement il faut :
  calculer le temps de rotation de chacun des postes qui constituent les valeurs de roulement, TE ;
  calculer les ratios de structure relatifs à chacun de ces postes, PO ;
  enfin, exprimer chaque élément en jours de vente, TE x PO.

(1) Cette valeur n’est même pas une moyenne.

(2) Voir « Le fonds de roulement », plaquette publiée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables, mai 1967, 39 pages ; voir également VERNIMMEN « Finance d'entreprise, analyse et gestion », Dalloz, 1974, pp. 114 à 116.

(3) Cette méthode est inspirée des travaux de J. NATAF sur les ratios cinétiques (Voir « Les mécanismes financiers dans l'entreprise », Dunod, I971, 268 pages), et de ceux de H. ROY sur le fonds de roulement normatif (voir « Analyse financière et méthode normative », Dunod, 1971, 2 tomes, 299 et 392 pages).

On calcule le temps d’écoulement en jours, en divisant la valeur du poste considéré au bilan par le montant moyen journalier du flux d'exploitation correspondant (stocks et achats, clients et ventes, etc...).
Par exemple, imaginons que le stock moyen de l'exercice de telle société s’élève à 3000 ; que ses achats journaliers moyens soient de 100, et les ventes journalières moyennes de 125 ; qu'enfin les postes « clients » et « fournisseurs » au bilan se chiffrent respectivement à 6250 et 6000. On obtient :
  temps d’écoulement du poste « stocks » :
Stock moyen 3000

------------------------- = ------------- = 30 jours

Achats journaliers 100
  temps d’écoulement du poste « clients » :
Clients 6250

--------------------------- = -------------- = 50 jours

Ventes journalières 125
  temps d’écoulement du poste « fournisseurs » :
Fournisseurs 6000

------------------------- = ----------- = 60 jours

Achats journaliers 100
La pondération représente le montant du poste correspon­dant tiré du compte d'exploitation pour 1 F de ventes hors taxes.
Soit :

  pondération du poste « stocks » :
Achats 100

--------------- = ------ = 0,80

Ventes H.T. 125
  pondération du poste « clients » :
Ventes T.T.C. 150

--------------------- = --------- = 1,20 (1)

Ventes H.T. 125
  pondération du poste « fournisseurs » :
Achats T.T.C. 120

------------------- = ------- = 0,96 (1)

Ventes H.T. 125
Le tableau de calcul des besoins en fonds de roulement, exprimés en jours de chiffre d'affaires hors taxes, se présentera de la façon suivante :

(1) On suppose un taux de T.V. égal à 20 %.


POSTES


T E

(jours)


P O

(Coef.)

Valeurs des besoins en fonds de roulement

(J. CAHT)










ACTIF

PASSIF

Stocks

30

0,80

24




Clients

50

1,20

60




Fournisseurs

60

0,96




57,6

Totaux







84

57,6

Solde







26,4






Le solde, 26,4 jours, représente le montant des besoins en fonds de roulement exprimés en nombre de jours de ventes hors taxes.
b) Les limites de la méthode.
Cette méthode ne conduit à des résultats significatifs que dans la mesure où l'on utilise des valeurs moyennes pour l'exercice considéré, et non des valeurs tirées du bilan. En effet, ces dernières ne représentent que la situation particulière du jour de l'élaboration du bilan, et en aucun cas une moyenne (1). Autrement dit, il serait hasardeux et dangereux de donner une interprétation à un résultat reposant sur des valeurs « bilancielles ». Mais la principale critique que l'on peut formuler vient de ce que ce calcul suppose une activité parfaitement régulière au cours du temps. Or, même sans évoquer les firmes à l'exploitation saisonnière, toutes les entreprises connaissent une fluctuation plus ou moins prononcée, plus ou moins régulière, de leur cycle.
Les variations des ventes et des achats ont pour effet de faire osciller les besoins en fonds de roulement. Cette méthode par conséquent, n'apporte pas la connaissance de l'évolution des besoins réels en fonds de roulement. Partant, elle ne permet pas d’opérer une répartition efficace, du point de vue de la solvabilité, entre fonds de roulement (ou ressources permanentes affectées au financement du cycle d'exploitation) et « passif de trésorerie » (ou ressources à court terne de trésorerie).
Si le fonds de roulement réel de l'entreprise est égal à ses besoins moyens, il se produira des excédents de trésorerie à certaines époques, entrecoupés d'insuffisances à d'autres moments de l'exercice. Même dans le cas où ces fluctuations seraient prévues grâce à un budget de trésorerie, il est peu probable que le financement du cycle d'exploitation soit optimum. Sans une connaissance parfaite des variations des besoins au cours du cycle d'exploitation, cet optimum nous le répétons, ne peut être atteint. Un financement ne peut ni être envisagé, ni être trouvé si l'on ignore la nature et l’évolution du besoin particu­lier auquel il se rapporte ; son coût réel ne peut davantage dans ces conditions, être apprécié.

(1) Nous retrouvons ici la même critique que l'on peut formuler à l'égard des tentatives de dynamisation du bilan lorsqu'elles se bornent à comparer des bilans annuels successifs (cf. SCHMALENBACH: « Le bilan dynamique », Dunod, I951, 245 pages ; DEPALLENS : « Gestion financière de l'entreprise », Sirey, I967 3ème Edition, pp. 185-197). Il ne s'agit pas d’analyse dynamique (ou plus exactement cinétique) mais bien de statique comparative appliquée à des instants bien particuliers ; le jour de clôture de l'exercice n'est qu'un moment du cycle d'exploitation et ne peut en résumer le déroulement.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   26

similaire:

D\Ensemble de normes, de règles, de conduite propres à une société donnée
«ensemble de normes, de règles, de conduite propres à une société donnée». Elle peut designer les obligations concrètes, les règles...

D\Economie monétaire et financière : Partie 1 : La monnaie
«La monnaie est constituée par l'ensemble des moyens de paiement, c'est-à-dire par l'ensemble des actifs acceptés partout (en tous...

D\Il touche 600 millions d'êtres humains et se rattache à l'ensemble...
«universelle») ajoute comme base à sa croyance l’ensemble des écrits des «pères de l'Eglise» (Tertullien, Irénée, Augustin…) sous...

D\ED01. Le demandeur a mis en place une démarche visant à s’assurer...
«Informatique et Libertés» de l’ensemble des traitements qu’il met en œuvre pour l’ensemble de ses activités, dont le service de...

D\Examens et concours scolaires
«l’ensemble des activités visant à développer chez l’être humain l’ensemble de ses potentialités physiques, intellectuelles, morales,...

D\Un ensemble de rouages bien huilés… Mais un jour, les chevaux de...
«épisodes» permet aux enfants et aux encadrants d’approfondir chaque sens et de réaliser des travaux autour de ce thème. Le spectacle...

D\Contribution de l’association «Ensemble pour le renouveau de Clermont-Ferrand»
«Le diagnostic a montré que l’ensemble des zones équipées a les capacités de répondre à la totalité des besoins en matière de terrains...

D\«être responsable», c’est répondre de ses actes. «la Responsabilité»
«la Responsabilité» c’est donc l’ensemble des règles qui organisent la réponse du droit à certains comportement. Elle découle de...

D\Le rapport de Catherine barbaroux au sujet de l’entreprise individuelle,...
«classiques» (+13%), nettement moins bonne pour les autoentrepreneurs (-21%), se traduisant par un recul de 4,7% de l’ensemble des...

D\Rapport Séance n°4 Guillaume lecuyer quatrième secrétaire «Une entreprise...
«Une entreprise peut-elle faire interdire la diffusion, sur le site Internet d'un syndicat, d'informations confidentielles la concernant...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com