Ensemble de normes, de règles, de conduite propres à une société donnée








télécharger 33.43 Kb.
titreEnsemble de normes, de règles, de conduite propres à une société donnée
date de publication10.08.2018
taille33.43 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos




MORALE PROFESSIONNELLE

SOMMAIRE

  1. DEFINITION ET IMPORTANCE DE LA MORALE PROFESSIONNELLE



  1. LE CHOIX DE LA PROFESSION D’ENSEIGNANT



  1. CONSCIENCE PROFESSIONNELLE CHEZ L’ENSEIGNANT



  1. LES DROITS ET DEVOIRS DE L’ENSEIGNANT



  1. EXERCICES ET QUESTIONS DE REFLEXION

Préambule

Tout métier est régi par un ensemble de règles morales et d’obligations. Le métier d’enseignant est jugé contraignant et même rebutant par les jeunes gens qui n’y viennent que pressés par la conjoncture économique et le chômage.

Le métier d’enseignant requiert effectivement, en sus des performances intellectuelles et de l’intégrité physique, de hautes qualités humaines au nombre desquelles, l’amour du prochain, le courage, la probité, le sens du devoir bien accompli.

Ainsi, opter pour faire profession d’enseignant dans le seul but de garantir un gagne-pain, serait se leurrer soi-même et rendre un mauvais service à la nation. Par contre, les enseignants qui s’investissent dans leur tâche, font don de leur personne, respectent les normes et la déontologie, font œuvre utile et contribuent à l’émancipation des populations. Ils participent, se faisant au développement des ressources humaines nécessaires au décollage économique du pays.

Concrètement les enseignants du primaire doivent d’une part s’acquitter au mieux des activités pédagogiques comme la préparation et la pratique de la classe, l’administration et la correction des devoirs, et d’autre part veiller à l’encadrement du développement intellectuel, physique et moral des enfants.

La morale professionnelle se propose alors de sensibiliser les acteurs pour une exécution correcte de la mission d’éducation et d’instruction.

Mais qu’est-ce que la morale professionnelle et quelle est son importance ?

  1. DEFINITION ET IMPORTANCE DE LA MORALE PROFESSIONNELLE

Le Petit Larousse nous dit que la morale est un « ensemble de normes, de règles, de conduite propres à une société donnée ». Elle peut designer les obligations concrètes, les règles imposées par une autorité à l’ensemble des membres d’une société.

L’éthique, concept voisin de la morale, est une analyse théorique des grands principes de cette dernière.

La morale professionnelle serait donc l’application de la morale générale aux nécessités d’un métier. Elle est un ensemble de règles qui régissent, pour une profession donnée, la conduite de ceux qui l’exercent, les rapports entre eux et les usagers ou bénéficiaires du service. Dans le domaine de l’enseignement, la morale professionnelle permet à chaque enseignant :

  • De bien accomplir sa tâche,

  • De bien connaitre ses droits et ses obligations,

  • De prendre conscience de la complexité et de la délicatesse du métier d’enseignant

  • De mener une vie privée digne,

  • D’accorder sa conduite aux principes qu’il prône dans son enseignement,

  • D’éviter l’abus de l’alcool et du tabac,

  • De s’abstenir du langage grossier, des tenues vestimentaires extravagantes et des relations coupables, surtout avec les élèves.



  1. LE CHOIX DE LA PROFESSION D’ENSEIGNANT

Généralement, le choix d’un métier se fait par vocation, ou par orientation au regard des compétences professionnelles découlant d’une formation ou de dispositions naturelles constatées chez le sujet.

Quand ce choix du métier est volontaire, l’individu peut s’épanouir dans son exercice. Lorsqu’il est fait en référence aux capacités de l’individu, celui-ci est efficace et fait de bons rendements. La compétence est entendue comme la somme des capacités physiques, intellectuelles et morales nécessaire pour l’exercice d’un métier donné. La vocation quant à elle, est une prédisposition pour une profession. Elle est une sorte d’attrait irrésistible, que le métier exerce sur l’individu, lui permettant ainsi de voir les avantages qu’il peut en tirer, et de considérer les difficultés et autres contraintes, non comme des sources de découragement, mais plutôt comme des défis à relever. Elle suppose donc comme un idéal pour lequel l’on est prêt à se dévouer, à faire don de sa personne, à se sacrifier. L’enseignant ayant la vocation est alors celui-là qui possède des dispositions naturelles pour la formation et l’éducation des enfants : l’amour des enfants, l’enthousiasme dans l’exercice de la tâche, le don de soi, le sens du bien et du service public, etc. Mais comment cela se traduit-il concrètement, ne critère que l’enseignant doit remplir pour que son action soit efficace et bénéfique ?

Au nombre des qualités essentielles qu’il doit incarner, nous retiendrons que le bon enseignant doit :

  • Etre juste dans le traitement des enfants, parce que ceux-ci sont particulièrement sensibles à toutes les formes d’injustice ;

  • Etre assidu et ponctuel, pour stimuler les enfants et leur donner le bon exemple ;

  • Etre patient, parce que tous les élèves n’ont pas la même vitesse de compréhension ; il y a des esprits vifs et alertes et d’autres qui sont lents ; d’où la nécessité de répéter fréquemment, de mettre à contribution les mémoires visuelles, graphiques, etc. et de soutenir les plus faibles ;

  • Prêcher par l’exemple. Sa conduite de tous les jours doit être conforme à son enseignement.

En plus des qualités sus-mentionnées qui sont indispensables pour bien faire son travail d’enseignant, il convient de relativiser la vocation qui, si elle est nécessaire, s’avère insuffisante sans qu’on lui adjoigne la conscience professionnelle.

  1. LA CONSCIENCE PROFESSIONNELLE CHEZ L’ENSEIGNANT

La conscience professionnelle est une sorte de tension permanente de la volonté vers le meilleur accomplissement d’une tâche. Elle est indispensable et se traduit par une recherche permanente de moyens propres à améliorer la qualité de son enseignement. A la vocation, il faut donc ajouter la détermination de toujours bien faire et mieux faire. Cette conscience professionnelle va se manifester dans l’action quotidienne de l’enseignant à sa manière de préparer et de conduire sa classe, de collaborer avec les autres enseignants et les partenaires de l’éducation, au suivi et au soutien des enfants en tenant compte de leurs forces et de leurs faiblesses.

Ainsi, l’enseignement consciencieux va :

  • Elaborer et mettre en œuvre des affichages conformes aux Instructions Officielles.

  • Appliquer les consignes pédagogiques émanant de ses encadreurs.

  • Préparer régulièrement sa classe et évaluer constamment le travail des élèves.

  • Elaborer et mettre en œuvre un plan d’amélioration individuel.

  • Collaborer à l’élaboration et à la mise en œuvre du plan d’amélioration collectif.

De la conscience professionnelle, va découler certaines responsabilités que le bon enseignant assume sans rechigner.

L’enseignant est libre comme tous les concitoyens. Il peut épanouir sa personnalité, manifester son indépendance vis à vis des opinions philosophiques, religieuses, idéologiques, etc.

Toutefois, il ne doit pas perdre de vue que sa manière d’être, son langage, ses attitudes sont observés, commentés et appréciés. Il doit par conséquent, pour rester crédible aux yeux des élèves et des parents d’élèves et autres partenaires locaux de l’éducation, faire preuve d’honnêteté, de tempérance, de modération, d’objectivité, d’impartialité, etc.

Il doit également savoir qu’il est personnellement responsable de ses actes et de leurs conséquences directes ou indirectes :

  • Châtiments corporels ;

  • Enfants laissés sans surveillance pendant les cours ou la recréation ;

  • Enfant punis, mis à la porte ;

  • Enfants exposés à des objets pointus, tranchants, ou à des substances dangereuses ;

  • Courses faites par les élèves au compte de l’enseignant ;

  • Enfants qui se blessent en jouant ou en se bagarrant à l’école ;

Dans tous ces cas, la responsabilité civile de l’enseignant est engagée.

La responsabilité pénale de l’enseignant peut être aussi engagée, dans les cas de débits ou de crimes comme les châtiments corporels interdits par la loi, les coups et blessures volontaires ou involontaires dont l’enseignant est l’auteur.

De ce que nous avons dit au sujet de la morale professionnelle, nous pouvons retenir que cette discipline est nécessaire aux enseignants à plus d’un titre. Outre qu’il leur fait prendre conscience des attentes des partenaires au sujet de leur prestation, il les sensibilise à bien accomplir leurs tâches. La vocation est une condition importante parce qu’elle peut engager l’enseignant dans la voie du dévouement à la cause des enfants. Toutefois, la conscience professionnelle viendra compléter cette vocation là où elle existe et la suppléer là où elle fait défaut, afin que l’enseignant engagé remplisse au moins les termes de son contrat.

  1. LES DROITS ET DEVOIRS DE L’ENSEIGNANT

En tant qu’agent public, l’enseignant a des droits, en même temps qu’il est soumis à des obligations.

4.1- Les droits de l’enseignant

Outre les libertés publiques reconnues à tout citoyen par la constitution républicaine, l’enseignant a des droits particuliers liés à sa qualité de fonctionnaire ou d’agent contractuel de l’Etat.

Il a droit à la protection de l’Etat, contre les menaces, outrages, violences, voies de faits, injures ou diffamations dont il peut être l’objet dans l’exercice où à l’occasion de l’exercice de ses fonctions. En cas de faute professionnelle ou personnelle commise dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions, l’Etat se substitue à l’Agent public pour la réparation des préjudices causés. Il peut ensuite se retourner contre l’agent pour lui infliger des sanctions disciplinaires.

Il a droit également :

  • Aux recours gracieux ;

  • A l’adhésion syndicale ;

  • Au droit de grève dans le respect de la réglementation ;

  • A la liberté d’expression et d’opinion idéologique, politique religieuse ;

  • A la rémunération après service effectif ;

  • A une visite médicale annuelle gratuite ;

  • Aux divers congés et autorisations d’absences ;

  • Au logement gratuit ou à une indemnité compensatrice ;

  • A des indemnités spécifiques liées aux contraintes particulières de son métier ;

  • A la pension de retraite.

4.2- Le devoirs de l’enseignant

L’enseignant doit du fait du contrat qui le lie à l’Etat, se soumettre à des obligations spéciales qui diffèrent de celles du commun des citoyens.

4.2.1- Les obligations prescrites par les textes

  • Assurer le service : être présent à son poste de travail et assurer lui-même les tâches qui lui sont confiées ; répondre devant ses supérieurs hiérarchiques de l’autorité qui lui a été conférée et de l’exécution des ordres qu’il a reçus, de même que du contrôle de l’exécution des ordres qu’il adonnés, il est responsable de l’exécution des tâches de ses subordonnées, à l’exception toutefois de leurs fautes personnelles.

En somme servir l‘Etat avec loyauté et abnégation

  • Respecter la hiérarchie : du fait qu’il se trouve dans un organisme hiérarchisé, il a au-dessus de lui une autorité qui a vocation pour le commander et lui donner des ordres ; ainsi, au niveau des exécutants, l’obéissance hiérarchique se manifeste dans l’exécution correcte et loyale des ordres reçus ; les directeurs et chefs de service participent au pouvoir hiérarchique et doivent par conséquent être obéis par leurs subordonnés.

  • Faire preuve de réserve et de discrétion professionnelle pour tout ce qui concerne les faits et informations dont il a connaissance dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions. Dans le même sens, il ne doit ni soustraire des pièces ou des documents du service, ni les communiquer ou les reproduire pour les besoins des tiers.



  • S’abstenir d’exercer à titre professionnel une activité privée lucrative, en dehors de la production littéraire, agricole et pastorale.



  • Refuser la corruption sous toutes ses formes.

4.2.2- Les obligations non écrites dans les textes

Certaines obligations ne sont pas écrites, mais leur respect conditionne tout dans la fonction. Elles relèvent de la morale et porte sur :

  • Le désintéressement : On ne devient pas enseignant pour gagner de l’argent, mais parce que l’on pense que cette fonction vous permettra d’être plus utile à l’ensemble de la collectivité.



  • La réserve : elle est une sorte de prudence qui vous retient de dire ou de faire, de garder par devers soi un certains nombre de faits ; elle s’applique donc au comportement.



  • L’impartialité est la qualité de celui qui agit sans parti pris. En raison de la fonction qu’il exerce, l’enseignant est tenu à l’impartialité, à l’indépendance, à la sérénité de jugement. Dans le domaine de sa profession, il doit s’abstenir de toute propagande pour ou contre un parti politique, une confession religieuse ; le port d’un insigne politique, la distribution de tracts, l’apposition d’affiches politiques sont proscrits dans les locaux du service.



  • L’intégrité est la qualité d’une personne qui se laisse nullement corrompue.



  • L’équité consiste à reconnaitre ce qui revient de droit à chacun sans considération discriminante.

  • La justice, règle de ce qui est conforme au droit de chacun, est la volonté constante, perpétuelle de donner à chacun ce qui lui appartient, ce qui lui revient, sans tenir compte par exemple de l’appartenance ethnique, régionale, etc. de l’usager du service public.



  • La probité, synonyme d’intégrité, d’honnêteté scrupuleuse, caractérise le fait d’être droit dans sa conduite, observer rigoureusement les règles de la morale sociale.

Exercices et questions de réflexion

  1. Qu’est-ce que la morale professionnelle ? Pourquoi doit-on l’enseigner aux maîtres ?



  1. Quelle différence faites-vous entre la responsabilité civile et la responsabilité pénale de l’enseignant dans l’exercice de ses fonctions ?



  1. Enumérez des droits spécifiques au corps enseignant ?



  1. Les conditions dans lesquelles évoluent actuellement les enseignants leur permettent-elles effectivement d’être les modèles préconisés par la déontologie ?




similaire:

Ensemble de normes, de règles, de conduite propres à une société donnée iconProgramme d'Éducation Internationale
«Règle ou ensemble de règles obligatoires établies par l’autorité souveraine d’une société et sanctionné par la force publique.»....

Ensemble de normes, de règles, de conduite propres à une société donnée iconProgramme d'Éducation Internationale
«Règle ou ensemble de règles obligatoires établies par l’autorité souveraine d’une société et sanctionné par la force publique.»....

Ensemble de normes, de règles, de conduite propres à une société donnée iconBibliographie de methodologie : Dictionnaire des termes juridiques...
...

Ensemble de normes, de règles, de conduite propres à une société donnée iconDirectives et règles de conduite pour les entrepreneur

Ensemble de normes, de règles, de conduite propres à une société donnée iconRapport (rapport première lecture) Par M. Philippe marini
«est interdite la souscription par la société de ses propres actions, soit directement, soit par une personne agissant en son nom...

Ensemble de normes, de règles, de conduite propres à une société donnée iconInsérer le logo de votre entreprise
«service continu» de l'employeur depuis un an selon la définition donnée dans la Loi sur les normes du travail

Ensemble de normes, de règles, de conduite propres à une société donnée iconRésumé Les modalités déontiques articulées par les règles de conduite...
«dans telles circonstances, telle chose ou tel type de chose ne peut pas se produire» (ce degré 0 de la possibilité correspond en...

Ensemble de normes, de règles, de conduite propres à une société donnée icon5. 0 normes géNÉrales relatives à L’ensemble des bâtiments principaux...

Ensemble de normes, de règles, de conduite propres à une société donnée iconLa règlementation autorisation de commencer la conduite accompagnée...
«Le pneu est aujourd’hui toujours plus innovant et sûr pour une conduite sans danger»

Ensemble de normes, de règles, de conduite propres à une société donnée iconRésolution 2017-08-301
«A» intitulé «Grilles des usages principaux et des normes» afin d’ajouter le symbole «●» à la ligne «projet intégré» de la division...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com