Ton corps sais-tu ce qu'il te dit ?








télécharger 1.31 Mb.
titreTon corps sais-tu ce qu'il te dit ?
page1/40
date de publication10.08.2018
taille1.31 Mb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   40
klknnTon corps dit: Aime-toi!

de Lise Bourbeau

Ton corps...sais-tu ce qu'il te dit ?



Ton corps te parle sans arrêt, jour et nuit. Malheureusement, comme la plupart des gens sont très peu conscients, ils ne comprennent pas son langage.

Comment puis-je affirmer que le corps parle ? Parce qu'il est le reflet de ce qui se passe à l'intérieur de nous. De tous les corps composant le corps humain, il est le plus dense et le plus grossier. Parmi les trois corps du plan matériel, c'est-à-dire les corps mental, émotionnel et physique, de par sa nature tangible, il est celui dont nous sommes le plus proche. Lorsque je dis que ton corps te parle, je veux dire que ces trois corps te parlent mais qu'il est plus facile d'entendre le corps physique comparativement au corps émotionnel et au corps mental.

Ça peut prendre cinquante ans à une personne avant qu'elle réalise qu'elle a une façon de penser (corps mental) qui n'est pas bonne pour elle. Ça peut prendre des mois, voire des années à une personne avant qu'elle se rende compte d'une émotion qui encombre son corps émotionnel et qui finit par produire un blocage.

Il va sans dire qu'une blessure physique ne passe pas inaperçue. L'humain s'en aperçoit très vite bien qu'il lui arrive souvent de se blesser sans même s'en rendre compte, sans en être conscient. Par exemple, il s'aperçoit tout à coup qu'il y a un bleu sur une jambe ou une égratignure sur une main, et n'a aucune idée d'où ça vient.

D'où l'importance de devenir conscient. Quand tu es conscient, tu te rends compte rapidement d'une attitude qui te nuit ou de gestes qui te sont nuisibles. Tu peux tout de suite y voir et apporter un correctif plutôt que de continuer à souffrir des conséquences de ces gestes ou de cette attitude.

Je te suggère donc fortement d'utiliser ton corps physique pour conscientiser plus rapidement. Voici quelques façons que ton corps physique utilise pour te parler.


TA FAÇON DE T'ALIMENTER

As-tu remarqué que la plupart du temps, tu manges sans vraiment savoir si tu as véritablement faim ? De plus, quand tu manges ou quand tu bois quelque chose, est-ce bien ce dont ton corps a besoin à ce moment-là ?

Je te suggère, pendant au moins une semaine, d'écrire tout ce que tu manges et bois à la fin de chaque jour, de te demander si tu avais vraiment faim et si c'est ce dont tu avais besoin. Si non, vérifie pourquoi tu as mangé ou bu quand même. Souviens-toi que µlorsque tu as soif, c'est toujours de l'eau que ton corps réclame.

Si tu réalises que tu manges ou bois souvent par habitude, c'est-à-dire parce que c'est l'heure de manger, parce que tu es supposé manger ou pour ne pas gaspiller quelque chose, ton corps te dit que tu diriges aussi ta vie de cette façon. Il te dit qu'en général, dans les autres domaines de ta vie, tu ne prends pas le temps de t'arrêter pour savoir ce que tu veux vraiment, tu agis par habitude, comme un robot. Ce n'est plus toi qui diriges ta vie mais ton mental qui a assimilé certaines habitudes et croyances et qui te fait t'y conformer parce qu'autrement ce serait mal de ne pas les suivre.

Si tu manges par émotion, c'est-à-dire que tu as la sensation d'un vide intérieur et tu manges pour tenter de remplir ce vide, ton corps te dit que tu vis des émotions mais que tu ne veux pas leur faire face. Tu aimes mieux les refouler, les contrôler et manger ou boire à la place. À force d'agir ainsi, tu te coupes de plus en plus de ton senti. À la longue, quand tu ne pourras plus les refouler, tu auras l'impression de perdre le contrôle d'où la peur de perdre le contrôle. Ton corps te dit qu'il est beaucoup plus bénéfique pour toi d'exprimer tes émotions à la personne concernée mais n'oublie pas que ça doit être fait dans l'amour et non dans l'accusation.

Si tu manges par appétit ou gourmandise, c'est-à-dire quand l'un de tes sens te pousse à manger, bien que tu n'aies pas faim, ton corps te dit que tu es facilement influençable par les autres. Tu sais peut-être ce que tu veux, mais tu te laisses convaincre par les autres du contraire.

Comme tu vois, ta façon de te nourrir est très révélatrice au sujet de ton attitude intérieure.

Ce que tu manges est aussi très révélateur. Observe ce que tu manges en faisant le lien avec les qualificatifs que tu mettrais aux aliments. Exemple: le café peut être stimulant, les épices piquantes, le sucre une douceur, de l'attention, une récompense, etc.

Ton corps te dit que tu manges ou bois de ces choses, qui ne sont pas nécessaires au maintien de la santé du corps physique, pour compenser un manque soit de piquant, de stimulant ou de douceur dans ta vie. Maintenant que tu en es conscient, il n'en tient qu'à toi de te donner ce qui te manque plutôt que de faire du transfert dans la nourriture. Tu peux aussi vérifier le degré de ce manque par le nombre de fois où tu as ces besoins.


TES MALAISES ET MALADIES

À chaque fois que le corps physique fait mal, il te dit que ton corps émotionnel et mental ont mal.

Pour être en harmonie, ces trois corps doivent être au service de ton être. Quand tu as mal, c'est que les corps du plan matériel se sont désunis de ton être, ou ton Dieu intérieur, et qu'ils tentent tant bien que mal à diriger ta vie. Il leur manque la guidance de ton Dieu intérieur pour mener à bien cette tâche.

Quand toi, ton être veut quelque chose, la vraie fonction de ton corps mental est d'utiliser ses ressources pour manifester ce que tu veux. Le rôle de ton corps émotionnel est de désirer et de sentir ce que tu veux. Et ton corps physique est conçu de façon à pouvoir faire les actions en fonction de ce que tu veux. Mais, hélas combien de fois voyons-nous le contraire se produire.


Voici quelques exemples:

  • Une personne veut changer de travail ou veut investir de l'argent dans une petite entreprise. Elle s'empêche de le faire parce que son mental ramène du passé une mémoire qui est en contradiction avec ce qu'elle veut dans le moment présent. Cette mémoire lui dit de ne pas y aller, de ne pas avancer vers ce qu'elle veut car il pourrait lui arriver des imprévus ou des obstacles et qu'elle pourrait le regretter. Il est certain qu'elle a dû déjà en être témoin ou qu'elle a dû déjà vivre cette expérience à un moment donné. Elle a enregistré dans sa mémoire sa perception de cette expérience qui a dû être désagréable. Elle laisse maintenant cette mémoire diriger sa vie au lieu de se diriger vers ce qu'elle veut. Et voilà que cette personne se retrouve avec un mal de jambes !

  • Une autre personne désire de l'aide, du soutien comme, par exemple, une mère de famille qui a la charge des enfants, de la maison, du budget, etc. Elle s'empêche de demander de l'aide, elle se met tout sur le dos car elle croit que cette charge revient à la mère. Elle a sûrement appris cela étant plus jeune. Soit qu'elle croit qu'un homme ne peut pas faire ces choses ou qu'elle ne serait pas une bonne épouse ou une bonne mère si elle ne faisait pas toutes ces tâches. Elle se retrouve donc avec un mal de dos. Son mal s'aggrave si elle ose demander de l'aide et qu'on la lui refuse car cela vient renforcer ce qu'elle croit: elle doit voir à tout par elle-même. Cela devient donc de plus en plus un fardeau. Il est important de réaliser que cette personne n'a pas mal dans le dos parce que les autres ne la soutiennent pas mais que c'est parce qu'elle croit qu'elle doit tout faire par elle-même pour être une bonne personne. Cette croyance a pour effet que les autres ne la soutiennent pas. Il nous arrive toujours les choses auxquelles nous croyons! Le corps, dans son intelligence, utilise la partie qui a un lien avec la pensée mentale qui bloque un désir de se manifester.

Comme tu vois par ces deux courts exemples, tu peux devenir conscient beaucoup plus vite grâce à ce qui se passe dans ton corps physique.

Il existe bien d'autres moyens à utiliser pour mieux te connaître tels que la morphologie de ton corps, ta façon de marcher, de te vêtir, de décorer ta maison, de conduire ta voiture, etc.

N'est-il pas merveilleux de constater combien ton corps peut devenir un grand ami dans ta vie de tous les jours ainsi que tout ce qui se passe dans ton monde physique ?


Lise Bourbeau

Accepter? Oui mais...



"C’est plus facile à dire qu’à faire !" diras-tu. C’est vrai. Et il en est ainsi parce qu’on ne l’a jamais appris. En grandissant, nos modèles (parents) nous ont plutôt montré, par leur exemple, à réagir avec émotions, à juger, à critiquer et à ne pas être vrais. Ils nous ont inculqué ce qu’ils avaient assimilé de leurs parents qui, eux, à leur tour, avaient appris de leurs ascendants, etc. Nos parents ont donc agi au meilleur de leurs connaissances. Ils n’ont expérimenté rien d’autre que ce qu’ils avaient appris auparavant. Par contre, il est grand temps que quelqu’un comme toi brise cette chaîne sans fin.

Pour arriver à accepter véritablement, tu dois avant tout t’accepter toi-même, c’est-à-dire te donner le droit d’être qui tu es présentement. Il est essentiel également de réaliser que notre but sur terre consiste à accepter que tout ce qui vit demeure l’expression de Dieu; le moyen le plus rapide et efficace pour y parvenir est de pratiquer l’amour véritable. L’Univers nous place donc sans cesse devant différentes situations pour nous en donner l’opportunité. C’est en général tout ce qu’on a jugé, critiqué et pas accepté de nos parents (les deux personnes les plus importantes pour l’évolution de chacun de nous) qui se répète. L’Univers nous donne toujours des opportunités pour nous dépasser et pour faire nos processus d’amour.

Pense à quelqu’un qui te dérange beaucoup et avec qui tu vis des émotions. Donne-toi le droit de vivre ces émotions dans le moment et, au lieu d’accuser l’autre, réalise que c’est une bonne opportunité pour apprendre à aimer.

Au lieu de critiquer et de juger, pense plutôt que l’autre fait au meilleur de sa connaissance selon ce qu’il a appris. Si tu es capable, sens la peur qui le fait agir ainsi.

Répète-toi: "Je ne suis pas d’accord, je ne comprends pas, mais je constate que c’est ainsi pour le moment. Tout est temporaire et je sais que je vais retirer quelque chose de cette expérience."

N’oublie pas que l’amour commence par soi-même ! Procède de la même façon envers toi-même lorsque tu t’aperçois que tu te juges, tu te critiques, etc.


Lise Bourbeau
Agissez-vous en fonction de ce que vous voulez?


Dans quelle catégorie vous retrouvez-vous?


Vous êtes une personne qui:

  • Sait vraiment ce qu'elle veut et passe à l'action en fonction
    de ceci.

  • Connaît réellement ce qu'elle veut et ne peut se décider à passer à l'action.

  • A conscience de ce qu'elle veut et doute de sa décision parce qu'elle a peur de se tromper.

  • Sait ce qu'elle veut et a besoin de l'accord ou de l'approbation de quelqu'un d'autre pour aller vers ce qu'elle veut.

  • Discerne ce qu'elle veut et se laisse facilement influencer à changer d'idée par ceux qui ont peur pour elle.

  • Sait ce qu'elle ne veut pas et ignore ce qu'elle veut.

  • Reste toujours aux aguets pour que ce qu'elle ne veut pas ne lui arrive plus.

Comme vous pouvez remarquer, il y a beaucoup de catégories de personnes qui n'agissent pas en fonction de ce qu'elles veulent.

Pourquoi? Parce que nos peurs nous dirigent, elles deviennent plus fortes que notre volonté d'aller vers ce que nous voulons.

Souvenez-vous qu'avant de passer à l'action, vous devez bien définir ce que vous voulez.

Pour y arriver, la question suivante est recommandée: «Si toutes les circonstances étaient parfaites, si j'avais la certitude que de me diriger vers ce que je veux ne dérangerait personne et si j'avais tout le temps, les connaissances et l'argent nécessaires, qu'est-ce qui ferait mon bonheur dans tel domaine?» Une fois le besoin bien défini, demandez-vous ce que ce besoin, une fois manifesté, vous aiderait à être? N'oubliez pas: autorisez-vous à être absolument tout ce que vous voulez.

Nous n'avons pas de comptes à rendre à personne sur cette terre, excepté à nous-même. Nous avons tous besoin de vivre toutes sortes d'expériences d'être afin de découvrir lesquels états d'être sont les plus intelligents, donc les plus bénéfiques pour nous.

Un excellent moyen qui nous aide à ne pas oublier ce que nous voulons consiste à vérifier comment nous nous sentons avec le fait d'être ce que ce besoin va nous apporter.

Donc, une fois le besoin défini et ce qu'il vous aidera à ÊTRE et que cela fait «WOW» à l'intérieur de vous lorsque vous vérifiez comment vous vous sentez, ces étapes devraient être suffisantes pour vous décider à passer à l'action vers ce que vous voulez.

Rien ne vous empêche de partager avec ceux qui vous entourent vos buts, vos rêves, vos besoins, mais soyez prêt à accepter le fait que vos proches ne sont pas obligés d'être d'accord avec vous ou d'avoir les mêmes aspirations. De plus, il est possible que certains essaient de vous décourager ou de vous faire changer d'idée parce qu'ils sont influencés par leurs propres peurs. Lorsque cela se produit, soyez assez sage pour reconnaître que leurs peurs leur appartiennent et que vous, pour votre part, préférez écouter votre courage plutôt que vos peurs pour arriver à ce que vous voulez. Voilà un bel exemple d'amour de soi!

Ce qui semble représenter un des plus grands obstacles à nous diriger vers ce que nous voulons est le souvenir des expériences désagréables vécues qui s'avéraient opposées à ce que nous voulions. Ces expériences peuvent avoir été vécues par nous-même ou par nos proches.

Prenons l'exemple d'une jeune femme qui a vécu quelques échecs amoureux. Elle sait qu'elle veut arriver à vivre une belle relation durable et harmonieuse avec un conjoint. Elle connaît donc ce qu'elle veut mais malheureusement, elle reste aux aguets pour ne pas revivre les mêmes expériences du passé.

Un tel lui rappelle un de ses anciens conjoints soit par son apparence ou par son comportement et tout de suite, elle décide qu'il sera comme l'autre et ceci l'influencera à ne pas se laisser aller et à ne pas lâcher prise avec lui.

Elle peut même commencer à généraliser et à croire que «les hommes sont tous pareils et il est difficile de leur faire confiance. » Il se peut qu'elle aille jusqu'à se faire croire qu'elle n'a plus besoin de quelqu'un dans sa vie, qu'elle est mieux toute seule, oubliant ainsi ce que son ÊTRE veut vivre. PLUS NOUS METTONS DE L'ÉNERGIE SUR CE QUE NOUS NE VOULONS PAS ET PLUS CES EXPÉRIENCES DÉSAGRÉABLES CONTINUENT DE SE RÉPÉTER.

Cette jeune femme aurait donc intérêt à noter sur papier ce qu'elle veut vraiment pour elle-même et non ce qu'elle veut que l'autre soit ou fasse pour la rendre heureuse. Elle doit réaliser que personne au monde n'a le pouvoir de rendre quelqu'un d'autre heureux. Le bonheur ne peut venir que de l'intérieur de soi.

Si, par exemple, cette jeune femme a eu de la difficulté avec un conjoint parce qu'il n'était pas assez présent à cause de ses nombreuses activités, elle doit écrire sur sa liste «être capable d'être bien et de me sentir aimée même si je me retrouve seule. » Si elle veut avoir un conjoint qui demeurera à ses côtés pour lui faire plaisir, cela deviendra une attente de l'autre et ceci ne pourra être qualifié de «besoin» pour cette jeune femme.

Il devient donc impératif de faire la différence entre un caprice, une préférence et un besoin de notre ÊTRE. Tous les «je veux» que vous formulez doivent représenter vos besoins.

Le fait de savoir ce que nous voulons et d'agir en fonction de nos besoins représente ce qui nous rend véritablement heureux. Nous savons que pour y arriver, nous devons utiliser notre puissance intérieure et lorsque nous réussissons à agir ainsi, nous devenons de plus en plus fier de nous-même.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   40

similaire:

Ton corps sais-tu ce qu\A la porte de l’eglise
«Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même.»

Ton corps sais-tu ce qu\Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 10,25-37
«Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton prochain comme...

Ton corps sais-tu ce qu\Il me dit la fille est partie je sais pas quoi faire IL me dit j’ai...

Ton corps sais-tu ce qu\Colossiens 2: 6-7 Le 24 septembre 2006
«Quel est le plus important de tous les commandements ? Jésus lui répond : Voici le commandement le plus important :… tu aimeras...

Ton corps sais-tu ce qu\Fête de la Présentation du Seigneur 02 Février 2014
«Maintenant, o maître, te peux laisser ton serviteur s’en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, que...

Ton corps sais-tu ce qu\Dans le Delta, vers la pointe duquel le cours du Nil se partage,...
«Il y a en Égypte,» dit Solon, «dans le Delta, vers la pointe duquel le cours du Nil se partage, un certain neume, qu'on appelle...

Ton corps sais-tu ce qu\Liberté “de ton
«absolument nécessaires pour la conservation de la société» et celles qui servent «à la rendre plus commode et plus agréable»2, IL...

Ton corps sais-tu ce qu\âme, chair, Christ, corps, eschatologique, espérance, immortalité,...
«une douleur passagère en vue d'une vie intarissable» (7, 36). Rien n'est dit clairement sur le temps de la résurrection des justes...

Ton corps sais-tu ce qu\Chabbat nitsavim
Vous vous tenez debout, vous tous, aujourd’hui, devant l’Eternel votre D. ieu : vos chefs de tribus, vos anciens, vos femmes et ton...

Ton corps sais-tu ce qu\«Cette pensée porte avec elle je ne sais quelle horreur secrète» disait Johann Kepler
...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com