Guerre franco-allemande de 1870-71








télécharger 41.5 Kb.
titreGuerre franco-allemande de 1870-71
date de publication09.08.2018
taille41.5 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos

Guerre franco-allemande de 1870-71


 

Les Causes.

1o) Volonté de Bismarck de mener une guerre victorieuse contre la France, pour cimenter l'unité allemande avec l'empereur prussien et protestant le chef d'état-major allemand, Moltke, connaît l'absence de préparation de l'armée française, due : a) à l'expédition du Mexique qui a désorganisé l'administration militaire, b) au rejet de la loi Niel par la Chambre, c) à la faiblesse de l'artillerie française (canons se chargeant par la bouche), d) aux traditions tactiques de l'armée d'Afrique, impropres à une guerre européenne (fantassins lourdement chargés, bivouacs en plein air, dispositifs resserrés), e) au vieillissement et au manque de valeur des généraux ; Moltke et Bismarck décident de déclencher la guerre en juillet (motif : le 1-8, le traité d'alliance militaire avec la Bavière devient caduc ; ils savent que Louis II refusera de le renouveler).

2o) Volonté de l'impératrice Eugénie de mener une guerre victorieuse pour assurer l'accession au trône du Pce impérial (14 ans) Nap. III, malade, est proche de sa fin (les Français, sauf Thiers, sont convaincus de la supériorité de leurs armées, victorieuses depuis la Crimée, 1854-55, le Mexique passant pour une victoire).

3o) Bellicisme des garibaldiens : les partisans de la République italienne savent qu'une guerre obligerait la France à rappeler les troupes envoyées à Rome pour soutenir le pape. Ils poussent à la guerre sur le Rhin pour dégarnir l'État pontifical.

4o) Affaire de la succession d'Espagne (sensible pour Eugénie, espagnole) :

1870-21-6 Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen (cousin catholique du roi de Prusse) est candidat au trône d'Espagne, vacant depuis 1868 ;

-6-7 Antoine, duc de Gramont (14-8-1819/17-1-1880), ministre des Affaires étrangères depuis 17-5-1870, annonce au Corps législatif que la France fait opposition ;

-12-7 retrait de Léopold, notifié par son père, le Pce Antoine ;

-13-7 Gramont demande que ce retrait soit garanti par son suzerain, le roi de Prusse (à cause du précédent roumain de 1866 : Charles de Hohenzollern était devenu roi de Roumanie malgré une renonciation antérieure) ; le roi de Prusse (alors à Ems), blessé par cette demande, décide de ne plus recevoir l'ambassadeur français (à Berlin depuis nov. 1864) Vincent Cte Benedetti (Bastia 29-4-1817/Paris 28-3-1900) et fait envoyer à 15 h 10 par le conseiller diplomatique Abeken un télégramme à Bismarck lui relatant le dernier entretien avec Benedetti, Bismarck, voulant exploiter ce qui n'était qu'un incident diplomatique, " abrège " cette dépêche d'Ems, faisant ainsi apparaître le refus d'audience comme un affront fait à la France le roi avait autorisé Bismarck à publier la dépêche, mais Bismarck adressa le texte tronqué aux journaux (dont la Gazette de l'Allemagne du Nord) : la France s'indigne, Napoléon III, l'impératrice et une majorité de ministres sont déterminés à la guerre

-15-7 le texte exact de la dépêche n'est communiqué ni au Sénat ni au Corps législatif ; -19-7 Émile Ollivier, porté par l'opinion publique, déclare la guerre.

 

 Forces. Allemandes : confédération de l'Allemagne du Nord : 972 434 h. (dont 765 000 h. exercés) ; du Sud : Bavière 221 304 h., Wurtemberg 29 238, Bade 14 000. Françaises : 600 000 h. instruits + 200 000 h. " mobiles " de la garde nationale.

Effectifs. 1re partie (jusqu'à la capitulation de Metz) : France 350 000, Prusse 450 000.

2e partie (après Metz) : à Paris : Fr. 400 000 (soldats 131 000 ; mobiles 70 000), All. 250 000 ; en province : Fr. 600 000, All. 350 000 (1 003 485 All. entrent en France dont 780 723 en août 1870). Marine : française 339 bâtiments (dont 45 cuirassés) ; allemande 5 cuirassés. La flotte all. se réfugie dans la baie de la Jade. La marine fr. fournit à l'armée de terre 30 000 h., 2 300 canons, 100 mitrailleurs.

Les Opérations.

1re partie : 1870 du 1-8 au 28-10 armée Mac-Mahon (170 000 h.) :

-4-8 défaites de Wissembourg Kronprinz bat Gal Abel Douay (tué) ;

-
Le kronprinz au chevet du général Abel Douai
6-8
bataille de Froeschwiller (Alsace, appelé Woerth par les Allemands, rencontre non préparée par les adversaires et connue sous le nom de charge de Reichshoffen) ; la brigade Michel (8e cuirassiers) tente de reprendre Morsbronn ; sur 800, il n'en réchappe que quelques dizaines ; puis la division Bonnemains (1re, 2e, 3e, 4e cuirassiers), en réserve près de Reichshoffen, charge à Morsbronn et Woerth, Elsasshausen (hameau de Woerth) ;

-16-8 repli sur Châlons-sur-Marne ;

-17-8 Gal Trochu nommé gouverneur de Paris ;

-25-8 offensive (prévue par Montmédy ; 140 000 h.) pour rejoindre Bazaine sous Metz ; 30-8 défaite de Beaumont (Failly), retraite sur Sedan ;

-31-8/1-9 Bazeilles, les troupes de marine arrêtent les Bavarois puis se rendent, faute de munitions (dernière cartouche tirée par le capitaine Aubert, de l'auberge Bourgerie entourée de 600 ennemis †) ;

-1/2-9 défaite de Sedan ; -1-9 Mac-Mahon, blessé, cède son commandement à Auguste Ducrot (Gal ; 24-2-1817/16-8-1882) qui ordonne la retraite, mais le Gal Emmanuel de Wimpffen (13-9-1811/Paris 1884), produisant une lettre de service lui conférant le commandement en cas d'indisponibilité de Mac-Mahon, décide de repasser à l'offensive ; il se coupe de sa ligne de communications et présente le flanc à la moitié des forces ennemies ; le Gal Margueritte est blessé à mort († le 3-10 à Beauraing, Belgique) ; " Oh ! les braves gens " dira le roi de Prusse, Guillaume 1er, parlant des chasseurs d'Afrique du Gal de Galliffet ;

-2-9 capitulation de Sedan Français : 15 000 † ou blessés, 91 000 prisonniers, 3 000 internés en Belgique, 10 000 repliés à Paris, 400 canons, 1 200 chevaux pris ; Allemands : 10 000 † ou blessés sur 250 000 h. (Napoléon III, qui accompagne Mac-Mahon, est fait prisonnier : interné à Wilhelmshoehe ancienne résidence de son oncle Jérôme (Bonaparte), roi de Westphalie près de Cassel jusqu'au 19-3-1871, il rejoint ensuite sa femme et son fils à Chislehurst ;

-27-9 Strasbourg capitule (après 2 mois et demi de siège).

Armée Bazaine (150 000 h.) : -6-8 défaite de Forbach-Spicheren Lorraine : Frossard, non soutenu par Bazaine, décroche devant Steinmetz († ou blessés : 4 000 Fr., 5 000 Prussiens) ;

les Prussiens entreront dans Nancy le 15 ;

-12-8 retraite sur Metz ; -14-8 combats de Borny (indécis) l'avant-garde de von der Goltz accroche l'arrière-garde du 3e corps français et 16/18-8 de Gravelotte (indécis) Steinmetz et le roi Guillaume attaquent sans succès Frossard ; on dira : " La pluie tombe comme (la mitraille) à Gravelotte " ; mis hors de combat : 19 000 Allemands, 13 000 Français ;

-16-8 Rezonville (pour les Allemands Mars-la-Tour, ou Vionville), Bazaine (130 000 h., 430 canons) bat Alvensleben (66 000 h., 246 canons) mais ne le poursuit pas et se replie sur Verdun pour se ravitailler ; -18-8 défaite de St-Privat : le Pce de Wurtemberg et le Pce royal de Saxe (220 000 h.) battent les Français (125 000 h.) ; Canrobert (38 000 h.), non soutenu par Bazaine, se replie sur Woippy († et blessés : 20 000 Prussiens, 13 000 Fr. ; 5 000 prisonniers) ; Bazaine s'enferme dans Metz ; -9-9 Laon capitule ; -23-9 Toul capitule ; -28-10 reddition de Metz sans conditions 173 000 prisonniers dont 3 maréchaux, 1 570 canons. On accusera Bazaine d'avoir tenté de conserver son armée intacte, sans combats, pour servir d'arbitre entre les républicains et la famille impériale ; il ambitionnait la régence. Bismarck lui a permis d'envoyer des émissaires à Londres pour contacter Eugénie (durée des tractations : 1 mois, pendant lequel l'armée de Metz a usé ses subsistances) ; puis il a exigé la reddition ; -4-11 début du siège de Belfort (103 jours).

 

2e partie : siège de Paris (par 180 000 Allemands) : 1870 -19-9 défaite de Châtillon ; -21-10 victoires de Bougival et 28-10 du Bourget (repris 30-10 par les Prussiens) ; -28-11/3-12 défaite de Champigny (Gal Ducrot) pertes : 8 000 Fr., 5 000 All..

1871-5-1 début du bombardement (durée 1 mois) : 10 000 projectiles, en moyenne 60 † ou blessés chaque jour ;

-20-1 défaites de Montretout et Buzenval (Vinoy) pertes : 4 070 Français dont Henri Regnault, peintre tué le 19-1 à Buzenval, 511 Allemands ;

-28-1 Paris demande l'armistice ; -29-1 133e et dernier jour du siège. Il est sorti de Paris, pendant le siège, 65 ballons (dont 47 frétés par l'administration des Postes, et 7 par celle des Télégraphes, 1 par le ministre de l'Instruction publique, 1 par celui des Travaux publics et 9 par des particuliers).

Ces 65 ballons emportèrent 164 personnes, 381 pigeons, 5 chiens, des appareils, de la dynamite et 10 675 kg de courrier postal.

 

La guerre en Province.

Armée de la Loire (100 000 h.) :

1870-13-10 perte d'Orléans ; -18-10 prise et incendie de Châteaudun ; -2-11 levée en masse ; -9-11 victoire de Coulmiers (Gal Louis d'Aurelle de Paladines, 9-1-1804/17-12-1877) ; les Bavarois quittent Orléans ; -28-11 Beaume-la-Rolande : Pce Charles de Prusse bat Gal d'Aurelle de Paladines : 3 000 Fr., 800 Prussiens † ; -2/4-12 défaite de Loigny (à 12 km de Patay), Orléans perdu ; 11-12 défaite de Villarceau Gal Antoine Chanzy (Nouart 18-3-1823/Châlons-sur-Marne 4-1-1883).

1871-11-1 défaite du Mans (Chanzy).

Armée du Nord Gal Louis Faidherbe, nommé 18-11-1870 (Lille 3-6-1818/Paris 28-9-1889), 45 000 h. ; 1870-23-11 combat de Pont-Noyelles (indécis). 1871-3-1 Bapaume : Faidherbe bat Gal August von Goeben (Stade 10-12-1816/Coblence 13-11-1880) ; -19-1 défaite de St-Quentin.

Armée de l'Est : 1870-8-11 Verdun capitule ; -14-11 siège de Belfort résistance jusqu'au 16-2 du Cel Pierre-Philippe Denfert-Rochereau (St-Maixent 11-1-1823/Versailles 11-5-1878) ; -18-12 bataille de Nuits (indécise). 1871-9-1 Villersexel : Gal Charles Bourbaki (Pau-22-4-1816/Bayonne 22-9-1897), avec 120 000 h., bat Schmeling ; -18-1 défaite d'Héricourt ; -24-1 de Baume-les-Dames ; -27-1 à Besançon, Bourbaki tente de se suicider ; exclu de l'armistice par Jules Favre à cause de ses convictions bonapartistes ;

l'armée de Bourbaki passe en Suisse le 1-2.

 

Rôle de la marine. Escadres : Baltique (vice-amiral Bouët-Willaumez, 17 navires) et mer du Nord (vice-amiral Fourichon, 14). 1 division de gardes-côtes surveille la Manche ;

1871-2-8 Bouët-Willaumez entre en Baltique ;

-7-8 l'amiral Rigault de Genouilly, ministre de la Marine, décide que les marins non embarqués seront dirigés sur Paris aux ordres de l'amiral de La Roncière ; 15 000 marins participent à la défense de Paris ; en province, la marine participe aussi aux opérations ;

-11-8 Fourichon, après avoir protégé les transports de troupe venant d'Algérie, arrive devant Heligoland, bloque la flotte prussienne et les ports de Brême et de Hambourg ;

-29-9 en raison des défaites d'Alsace, les projets de débarquement sont annulés et l'escadre rentre à Cherbourg (après Sedan, les 2 escadres réunies en 1 escadre du nord assurent la protection du littoral et la liberté des communications dans la Manche et l'Atlantique) ;

-sept. le contre-amiral Jauréguiberry commande les lignes de défense de Carentan ;

-nov. il passe à l'armée de la Loire ;

-déc. 1870/janv. 1871 après la bataille de Coulmiers, promu vice-amiral, il commande le 21e corps et combat autour d'Orléans et du

Conclusion.

Armistice de Versailles (28-1-1871, Jules Favre et Bismarck) : l'armée de Paris (131 000 h. de ligne), déclarée prisonnière de guerre, reste à Paris désarmée (la garde nationale conserve ses armes pour 21 jours, le temps d'élire une assemblée représentative destinée à nommer un gouvernement habilité à négocier la paix).

Préliminaires de paix signés à Versailles (26-2-1871 par Thiers et Bismarck) :

-7-3 l'empereur Guillaume Ier, Bismarck et l'état-major de Moltke quittent Versailles pour Berlin, en laissant une armée d'occupation de 500 000 h., dirigée par le Gal von Fabrice.

-16-3 le gouvernement français accepte de prendre à sa charge les frais d'entretien de ces troupes (1,75 F par homme et 2,50 F par cheval). Le sud du Bassin parisien est évacué rapidement, 21 départements restent occupés, ainsi que les forts du nord et de l'est de Paris. Bismarck proposera l'aide de troupes allemandes pour mater la Commune, mais Thiers refusera les pourparlers à Bruxelles (28-3 au 24-4). Ultimes négociations menées le 6-5 par Jules Favre, min. des Aff. étr. et Pouyer-Quertier, min. des Finances.

Traité de Francfort (10-5-1871) : la France perd l'Alsace (moins l'arrondissement de Belfort et un territoire de 10 km de rayon autour, en reconnaissance de l'héroïsme de la résistance du colonel Denfert-Rochereau), le nord de la Lorraine département de la Moselle (moins Briey, dont les richesses sont encore inconnues) et 2 arrondissements de la Meurthe : Sarrebourg et Château-Salins (1 447 466 ha, 1 694 communes, 1 600 000 habitants) et doit verser 5 milliards de francs ; 50 000 à 100 000 Alsaciens-Lorrains optent pour la France et quittent l'Alsace-Lorraine ;

-16-9 libération du territoire (la dette de 5 milliards est payée par des emprunts à 6 %, 4 900 millions souscrits dès le 1er emprunt du 27-6-1871) ; les sommes dégagées sont converties en or et en devises étrangères avec l'aide de banques européennes favorables à Thiers (coût total de la guerre de 1870-71 évalué à 15 592 468 626 F).

1873-13-9 dernières troupes d'occupation quittent Verdun.

 

Causes de la défaite française.

1o) Militaires :

a) l'effort de guerre prussien a été considérable depuis 1864. L'armée prussienne victorieuse du Danemark (1864) et de l'Autriche (1866) possède une excellente artillerie et de gros effectifs (450 000 h, contre 350 000 Fr.) ;

b) l'armée française aurait dû être modernisée par le projet du Mal Adolphe Niel (Muret 4-10-1802/Paris 13-8-1869, ministre de la Guerre en 1867, qui fit adopter le fusil chassepot et la " garde mobile "), mais la Chambre le rejeta le 19-12-1866.

 

2o) Politiques :

Avant Sedan


: l'opposition républicaine souhaite une défaite des armées impériales, sachant que l'Empire n'y résisterait pas. La capitulation de Sedan a été accueillie par les applaudissements de la gauche à la Chambre.

Après Sedan ; a) à Paris : les " modérés ", qui ont pris le pouvoir, préfèrent une victoire allemande, même avec une amputation du territoire, à une victoire du peuple de Paris (patriote mais révolutionnaire) : la résistance de Trochu et de Ducrot à Paris a semblé être un trompe-l'œil (baroud d'honneur en attendant une capitulation due à la famine ; refus de percer) ;

b) en province : les Français sont divisés entre royalistes, républicains et bonapartistes. Bismarck en profite, il accule Bazaine à la capitulation, lui laissant croire pendant 2 mois que la Prusse est prête à s'entendre avec l'impératrice Eugénie (réfugiée à Londres). Le 4-11-1870 il menace Thiers de négocier avec le Cte de Chambord ; il fait droit le 28-1-1871 à la demande de Jules Favre, faisant exclure de l'armistice l'armée Bourbaki (bonapartiste) afin de l'anéantir.

 

3o) Diplomatiques :

par suite des incohérences de sa diplomatie, Nap. III n'a gagné aucun allié : l'Autriche, qui avait pardonné Solferino et Magenta, lui en voulait de ne pas l'avoir aidée contre la Prusse à l'époque de Sadowa, la Russie lui en voulait à cause de la guerre de Crimée, l'Angleterre à cause du lâchage du Danemark en 1864 et le Piémont à cause du retour du corps expéditionnaire français à Rome.

4o) Questions de personnalités :

avant Sedan : Napoléon III souffrait de la vessie : il n'avait plus la force de donner des ordres (par exemple, il ne voulait pas de Bazaine comme chef de la 1re armée, mais ne s'est pas opposé à sa nomination).

Après Sedan : Gambetta et Freycinet qui ont pris en main, à partir du 7 octobre, la direction des opérations, étaient militairement incapables : les défaites décisives subies autour d'Orléans (du 9-11 au 3-12-1870) sont dues à leur impéritie.

Thiers, opposé en 1870 à la déclaration de guerre, comprend que son heure est venue, que la défaite va renforcer son prestige et assurer sa prise de pouvoir ; il est prêt à beaucoup de concessions pour obtenir la consécration par le suffrage universel.

 


La guerre pouvait-elle être gagnée ?

1o) En août/septembre 1870 :

a) l'armée de Metz pouvait remporter une victoire éclatante le 16-8 (jour de Gravelotte). Une armée allemande isolée sur la rive gauche de la Moselle était opposée à 2 armées françaises disposant des réserves d'artillerie de la place-forte ; une attaque le long de la rivière aurait amené sa capitulation, mais Bazaine ordonne le repli sur Metz ;

b) la marche de Mac-Mahon sur Metz par les Ardennes aurait pu amener l'écrasement des 2 armées assiégeant Metz. Mais Mac-Mahon était lent et hésitant, et la presse dévoila son plan (la censure n'existait pas). Sur 130 000 † Allemands, 78 000 ont été tués avant le 4-9, dont 64 000 en août.

 

2o) Après Sedan :


  1. à Paris : la " percée " des 2 armées de Paris à travers les lignes très peu fournies (il s'agissait d'un blocus plus que d'un siège) était possible. Les Parisiens avaient pour eux le nombre, et leurs ateliers avaient en quelques semaines créé une bonne artillerie (1 362 pièces de remparts, 602 pièces de campagne). Si Ducrot avait attaqué vers l'ouest, avec résolution, il aurait pu prendre à revers les Allemands opérant en Normandie ;

  2. b) en province : Gambetta a rejeté les offres de service du capitaine Louis Rossel (promu colonel), évadé de Metz et futur ministre de la Guerre de la Commune ; bon stratège, celui-ci aurait pu gagner la bataille de Coulmiers-Orléans-Artenay (9-11/3-12-1870) avant que les forces libérées par la capitulation de Metz aient pu être engagées dans la bataille (la délivrance de Paris aurait eu des conséquences stratégiques et psychologiques). Mais Gambetta, se méfiant de la jeunesse de Rossel, a préféré Freycinet qui a conduit les armées au désastre.

 

3o) Autres erreurs :

Bazaine capitule à Metz (surtout pour raisons politiques).

Faidherbe, ayant battu les Allemands à Bapaume le 3-1-1871, n'ose pas attaquer les assiégeants de Péronne qu'il pouvait mettre en déroute ; il s'arrête à 16 km de la place, qui capitule le 9-1, et le 19 se laisse écraser à St-Quentin.

Gambetta refuse à Kératry (nommé 22-10-1870 Cdt des forces de Bretagne) armes et vivres pour les 80 000 Bretons du camp de Conlie et refuse leur évacuation (craignant un réveil chouan).

 

4o) Armistice prématuré :

Jules Favre (Lyon 21-3-1809/Versailles 19-1-1880) ;

avocat ; 1848-51 député républicain de Paris ; 1857 est l'un des 5 républicains élus au Corps législatif dans la Seine ; 1870-sept. min. des Affaires étrangères était résolu, le 23-1-1871, à mettre fin coûte que coûte aux hostilités pour éviter à Paris une prise de pouvoir révolutionnaire.

Or, le plus dur de la guerre était passé (l'hiver avait coûté des milliers de morts par pneumonie).

Les Allemands, écœurés par la résistance de la nation, étaient prêts à une paix blanche pour éviter une 2e année de guerre. Le moral de l'armée allemande était au plus bas à cause de pertes très lourdes : 129 610 † ou disparus, dont 6 251 officiers (12 854 " disparus " étaient des prisonniers mis à mort par les francs-tireurs) ; généraux : 5 †, 20 blessés ; colonels : 27 †, 51 blessés. La plupart des généraux étaient pour un repli sur l'Allemagne, en cas de résistance prolongée des Français qui eurent moins de tués que les Allemands (120 000 contre 130 000) .

similaire:

Guerre franco-allemande de 1870-71 icon1 J. boudriot et R. Marquiset : Collection «Armes à feu françaises, modèles réglementaires»
«L'arme blanche des armées françaises 1789-1870 et l’arme à feu portative 1718-1870» et «L'arme blanche de guerre française au xviiie...

Guerre franco-allemande de 1870-71 iconI. La guerre de défense nationale : septembre 1870 mars 1871
«aujourd'hui, comme en 1792, le nom de République veut dire union intime de l'Armée et du Peuple pour la défense de la Patrie». Le...

Guerre franco-allemande de 1870-71 iconExpérience Franco-Suisse de Publications

Guerre franco-allemande de 1870-71 iconLe xxe
«guerriers saints». Durant dix ans, cette guerre a ravagé l'Afghanistan. Du fait de l'implication des États-Unis et de l'Union soviétique,...

Guerre franco-allemande de 1870-71 iconLa premiere guerre mondiale : la «grande guerre» (1914-1918)

Guerre franco-allemande de 1870-71 iconBismarck et l'unité allemande

Guerre franco-allemande de 1870-71 iconLa seconde guerre mondiale, une guerre d’anéantissement

Guerre franco-allemande de 1870-71 iconLe vaisseau voyageur
«Origines», nouveau répertoire créé par l’artiste franco-comorien Ahamada Smis

Guerre franco-allemande de 1870-71 iconLa Weltpolitik la politique étrangère allemande sous Guillaume II

Guerre franco-allemande de 1870-71 iconLa pauvreté dans l’abondance
«laissez faire». En 1870 Cairnes dénonce le manque de scientificité de la loi (1e critique)








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com