Remis par le Collectif pour une loi sur l'élimination de la pauvreté aux membres de l'Assemblée nationale du Québec à l'occasion de la Journée internationale de








télécharger 1.14 Mb.
titreRemis par le Collectif pour une loi sur l'élimination de la pauvreté aux membres de l'Assemblée nationale du Québec à l'occasion de la Journée internationale de
page4/26
date de publication09.08.2018
taille1.14 Mb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   26

Pour en finir avec la non compréhension et les abus de pouvoir


Bonjour,

Mon nom est Francine Côté, je suis âgée de 48 ans et je suis une citoyenne de Trois-Pistoles.

Pendant plusieurs années de ma vie, j’ai été active sur le marché du travail. J’ai occupé plusieurs emplois, notamment comme couturière dans des manufactures de couture et comme cuisinière sur des chantiers de construction. Entre chacun de ces emplois, j’avais droit la plupart du temps à des prestations d’assurance-chômage.

Depuis le début des années 1990, les emplois ont commencé à se faire de plus en plus rare. J’ai alors commencé le cycle vicieux de l’aide sociale et des projets d’emploi temporaire. Depuis trois ans, je n’ai plus eu accès à de tels projets. Je ne reçois que des prestations d’aide sociale.

Au cours des deux dernières années, je me suis senti non comprise et victime d’abus de pouvoir de la part de l’aide sociale. Je ne sens pas que j’ai le droit à une vie affective ou amicale tout en étant sur l’aide sociale. J’ai d’abord été victime de harcèlement d’une agente d’aide sociale qui croyait que j’avais un conjoint dans ma vie parce qu’il y avait un homme qui venait chez moi régulièrement. À une autre occasion, une agente est venue pour vérifier s’il y avait présence d’une autre personne qui habitait chez moi. Ce qui n’a jamais été le cas. Mes propriétaires sont intervenus pour me défendre et m’aviser qu’aucune personne n’habitait avec moi.

Puis, et c’est depuis ce temps là que je suis en dépression, il y a un an, lors du renouvellement annuel de ma demande, j’ai rencontré une nouvelle agente qui a découvert que j’avais hérité d’une terre sur le bord du fleuve. Elle me dit alors que je n’avais pas déclaré ce bien. Je lui répond que ce terrain ne vaut pas grand chose, que je paie 90 $ par année en taxe, et que je garde ce terrain pour des raisons sentimentales.
Suite à cette révision annuelle, je reçois par la suite une décision m’avisant que : 1) je leur devais 3700 $ parce que je possédais un bien excédentaire depuis 1993, 2) que mon chèque serait coupé de 178 $ par mois : un montant de 112 $ en guise de remboursement de la somme due plus un revenu fictif de 66 $ (équivalent à un 1.5% de la valeur excédentaire de mon bien par rapport à ce que le règlement permet de posséder pour une personne dans ma situation et qui est 1500 $). J’ai alors tenté de contester cette décision avec une avocate. Puis en cours de route, elle m’a conseillé de me désister.

Du jour au lendemain, ma prestation d’aide sociale est passée de 522 $ à 343 $ par mois. Mon loyer me coûte 300 $ par mois (chauffé + éclairé). Il ne me reste que 43 $ par mois pour mes autres besoins essentiels. Une chance que j’ai un petit contrat de ménage chez une dame qui me rapporte 25 $ par quinze jours car je ne sais pas comment je ferais pour continuer à vivre.

Certains jours je me demande si on ne fait pas tout pour qu’on se retrouve six pieds sous terre. Avons-nous encore le droit de vivre au Québec même si nous n’avons plus notre place sur le marché du travail ? J’aimerais que mon message soit entendu par tous les parlementaires de l’Assemblée nationale et que les solutions proposées par des groupes comme le Front commun des personnes assistées sociales du Québec, notamment l’idée d’un Barème plancher à l’aide sociale, soit appliqué le plus tôt possible afin que d’autres citoyennes et citoyens comme moi n’ait pas le sentiment qu’on veut les faire mourir à petit feu.

Francine Côté. Trois-Pistoles.
1972. J'ai cinq enfants, le plus vieux a 11 ans.

1976. Juin: le travail (communication) de mon époux nous amène en Afrique du Nord pour trois ans. Décembre: je reviens seule, malade et sans le sou.

1977. Juin: je demande l'Aide Sociale, médicale et juridique.

1978. Août: j'obtiens un travail à temps partiel, le soir, 4 jours par semaine, aide en alimentation.

1979. Septembre, octobre: mes enfants reviennent sans leur père.

1987. Décembre 17: j'obtiens le divorce, la garde des enfants et j'ai un accident d'automobile. Pendant, ma convalescence, je participe à des ateliers au Centre des Femmes de Laval. Lorsque je reviens au travail, je m'implique au niveau du syndicat.

1990 et 1993. Je n'ai pas de pension alimentaire et j'ai une fille aux études.

2000. J'ai pris ma retraite en février. Avril, mai et juin, je me cherche un logement de 3 pièces et demi à Ste-Rose, Laval, près de mes deux filles et mes quatre petits-enfants, à 425$ par mois, pas chauffé. Il n'y en a pas. Des 3 pièces et demi seulement au sous-sol, non chauffé, insalubre, loin des services et des transports en commun. J'ai dû vendre mon auto. Mes enfants se sont cotisés pour mes impôts et le loyer et j'ai 8 000$ de dettes. Une femme sur quatre est pauvre à Laval.

J'en ai assez! Ras le bol!

Donnez-nous notre fierté dans la dignité.

Merci de m'avoir écoutée.

Ginette Beauchemin. Centre des Femmes de Laval, Laval

Messages reçus
entre le 1er et le 16 octobre 2001


Voici maintenant les messages reçus par le Collectif entre le 1er et le 16 octobre 2001.

Une fois le loyer, l'électricité payés, il n'en reste pas beaucoup pour la nourriture et les vêtements. En vivant dans une région éloignée, si tu veux sortir et avoir des loisirs c'est toujours des coûts pour le transport. Il y aurait un grand besoin d'emplois avec des salaires minimum plus élevés. Et aussi diminuer les taxes des petits salariés.

Des usagers de la ressource: Jean-Pierre, François, Daniel, Jean et Gaétan. Centre de prévention et d'intervention en santé mentale, L'Annonciation.

Lorsque pauvreté rime avec exclusion

Lorsque pauvreté rime avec détresse

Lorsque pauvreté rime avec survie

Lorsque pauvreté rime avec misère

Lorsque pauvreté rime avec femmes

C'est à ce moment que les paroles se taisent et les femmes utilisent alors leur énergie dans une lutte solidaire.

C'est à ce moment que les gens se regroupent pour agir ensemble, pour s'organiser, pour s'en sortir.

Lorsque ces voix osent de nouveau se faire entendre pour crier haut et fort leur situation et revendiquer, entendons - les.

" Ne laissons personne de côté ".

Prise II, Montréal.

La cause radicale de la pauvreté est la mauvaise répartition de la richesse. 160,000 chambres d'hôtel à Las Vegas disent que l'argent dû aux pauvres sert à rien, à jouer! Ça sort par les oreilles tellement certains en ont trop. La pauvreté n'est donc pas une "fatalité" mais le résultat d'un désordre social.

Charlesbourg
Nous de l'équipe de pastorale sociale de Côte-des-Neiges trouvons inacceptable que, dans notre quartier, de nombreuses personnes et familles doivent lutter tous les jours pour survivre. Ce qu'elles reçoivent comme sécurité du revenu ne leur permet pas de payer le loyer, l'électricité, le téléphone, la passe d'autobus au besoin et de manger convenablement.

Trop d'appartements sont insalubres, les prix sont trop élevés pour les personnes à faibles revenus et les loyers sont quasi inexistants pour les familles nombreuses. Nous avons un grand besoin de logement social.
L'Équipe de Pastorale sociale de Côte-des-Neiges, Montréal.
En cette année internationale des bénévoles et en ce 17 octobre, journée mondiale pour le refus de la misère, nous voulons montrer qu'agir pour le bien de tous dépasse le simple bénévolat dans un organisme. Chacun (homme,femme, vieux, jeune, riche, pauvre...) pose des gestes pour améliorer la société.

Nous pensons à Mr X, qui fréquente régulièrement un café-rencontre. Il a eu une vie difficile, en dépression profonde pendant plusieurs années, ayant perdu totalement le goût de vivre, au bord du suicide... Accueilli tel qu'il était dans l¹organisme, il a pu se reconstruire petit à petit grâce au soutien des autres.

Mr X se pense inutile: « J'ai juste un bon coeur; dans la société d'aujourd¹hui, ça ne sert à rien », dit-il. Et pourtant, il a une présence unique et une qualité d'écoute rare pour les personnes qui vivent dans des conditions extrêmes, telles l'itinérance et l'exclusion sociale. Par son expérience de vie, il leur apporte ce que nul autre ne peut leur apporter.

Quand on le lui fait remarquer, il finit par reconnaître: « Oui, c'est vrai. Au fond, je suis passé par le même chemin. Aujourd'hui, je suis l¹exemple pour eux qu'on peut s'en sortir. J'ai fondé une famille, j'ai une femme et des enfants. Je suis la preuve qu'on peut être heureux malgré tout. » En écoutant ce qu'il avait à dire, nous avons changé le regard que nous portions sur lui et lui aussi a changé le regard qu'il portait sur lui-même.

Mr X vit encore dans la pauvreté, mais son exemple montre comment l'expérience d'une vie peut en aider d'autres à passer à travers leurs difficultés. En dépassant nos préjugés, en étant vraiment à l'écoute de l'autre, en s'intéressant vraiment à lui, on peut voir comment chacun agit pour le bien de tous et fait avancer la société.

ATD Quart Monde, Montréal.
Actuellement, Richard doit lutter pour obtenir le soutien financier de l'Aide sociale à cause de ses problèmes de santé qui l'empêchent de travailler; non seulement il ne peut pas gagner les 200$ de supplément admissible, mais il doit se battre pour obtenir le soutien auquel il a droit.

Ceci ne l'empêche pourtant pas de se rendre utile en donnant du temps à un organisme qui s'occupe des personnes âgées. Il leur sert le café, échange avec eux et il sait que le lundi, les gens l'attendent.

À travers ce que vivent Richard et de nombreuses personnes, nous voulons faire reconnaître que chacun peut être utile dans son entourage, malgré les difficultés de sa vie quotidienne.

Mais tout le monde est-il perçu comme utile? Trop souvent les préjugés et l'incompréhension empêchent de reconnaître les talents de chacun. Par exemple, René nous parle d'un ami amérindien qui n'est pas accepté des autres. «Pourtant, dit-il, ce n'est pas un chien!»

Apprenons à nous comprendre et à communiquer au-delà de nos différences. En cette Journée mondiale du refus de la misère, changeons nos regards et unissons-nous pour que les capacités de tous soient reconnues.
ATD Quart Monde, Montréal.
Nous sommes des membres du Mouvement ATD Quart Monde. Nous nous sommes retrouvés pour réfléchir ensemble pour faire avancer le droit de chaque être humain d'agir pour le bien de tous.

Nous témoignons d'une situation inacceptable.

Une personne était membre d'un organisme; il avait tout un savoir sur les lois; il donnait des bons conseils à d'autres; il a été élu au c.a. où il apportait sa connaissance. Parce qu'il ne sait ni lire ni écrire, on l'exclut.

C'est inacceptable de faire sentir et de rendre quelqu'un inutile.

Nous voulons que tous les talents, les forces soient reconnus.

Nous avons tous des richesses à apporter, au-delà de nos différences.

Allons les chercher!

S'unir pour faire respecter le droit d'agir pour le bien de tous, et de faire respecter tous les droits humains est un devoir sacré. Nous vous invitons à marquer cette journée du 17 octobre.

ATD Quart Monde, Montréal.

Dans un Québec sans pauvreté, mon apport à la société en tant que citoyenne aurait été non seulement valorisé socialement, mais rémunéré en tant qu'activité socialement utile. Je suis un femme, veuve, qui après avoir éduqué 4 enfants, se retrouve avec pour tout revenu un chèque de 628.42$/mois. Or, un de mes fils, ayant perdu un emploi, me demande de revenir à la maison, le temps de faire des démarches pour en trouver un autre. Il faut dire que dans la conjoncture actuelle, vous-même, Monsieur le Ministre, tout comme n'importe quel autre parent aurait agi comme moi, et ouvert sa porte à son enfant. Mal m'en pris! Le Ministère de la Solidarité Sociale m'a pénalisé pour mon geste de solidarité familiale! Je rembourse actuellement une dette si bien qu'après avoir payé mon loyer et autres dépenses fixes, il me reste moins que 50$ pour me nourrir. Est-ce là toute la reconnaissance sociale que je mérite pour ma contribution à la société?

Antonia. Groupe-Ressource du plateau Mont-Royal, Montréal.
Dans un Québec sans pauvreté, les soins que j'apporte à mon père de 89 ans seront reconnus et valorisés socialement. Actuellement, je vis dans la misère, mon chèque a été injustement coupé, je dois entreprendre des démarches auprès des fonctionnaires de l'État et c'est ardu de faire valoir ses droits. Quand je pense que l'État économise sur mon dos parce que mon père n'est pas en institution, je me sens doublement floué: les prestations sont déjà bien en-deça des seuils de faibles revenus, je suis coupé pour partage de logement, le travail que j'accomplis n'est pas rétribué à sa juste valeur (même sans les coupures il ne sera pas rétribué à sa juste valeur). Je vous souhaite de ne jamais vivre ce que je vis sur le «bien-être social».

Charles. Groupe-Ressource du plateau Mont-Royal, Montréal.
Dans un Québec sans pauvreté, nos talents et compétences auront leur place: il sera prévu des moyens pour que l'on intègre graduellement le marché du travail. Je suis un «nouveau Québécois». J'ai accompli divers métiers mal rémunérés pour aboutir à «l'aide sociale». Mon projet était celui-ci: démarrer ma propre entreprise d'entraîneur d'escrime. À titre d'entraîneur professionnel, j'ai accompli bénévolement pendant plusieurs années des formations adaptés pour des jeunes dans un centre de loisir bien renommé. Quand j'ai voulu concrétiser mon idéal et en vivre, je me suis buté aux rigidités de la loi qui n'aide pas vraiment le démarrage d'entreprise. En effet, on nous coupe l'herbe sous le pied avec des gains de travail permis trop bas et qui font abstraction des coûts de gestion de l'entreprise. Bref le projet est tombé avec l'espoir de m'en sortir. Qui a les moyens d'être bénévole et qui en fait le plus dans notre société!

Suat. Groupe-Ressource du plateau Mont-Royal, Montréal.

La pauvreté c'est se tuer afin de s'assurer le minimum vital. Cheffe de famille, j'ai élevé mon enfant seule. Ayant toujours tout mis en oeuvre pour m'en sortir, j'ai travaillé dans différentes entreprises au salaire minimum pour constater que mes multiples efforts n'aboutissaient pas à grand chose: je demeurais encore et toujours sous le seuil de pauvreté. Or, étant très fragile de santé, ces emplois précaires m'affectaient physiquement. Lors de séjour à l'aide sociale, j'ai tenté une autre alternative: travailler à temps partiel pour accumuler des gains de travail permis. J'ai connu des moments d'angoisse dans l'imbroglio du traitement que l'on réserve à ceux qui cherchent à s'en sortir en travaillant sporadiquement (le traitement des gains de travail permis). Ma santé n'a pu résister et je me suis retrouvée encore plus malade qu'avant. Connaissez-vous des employeurs qui acceptent des travailleurs pour seulement 200$ par mois? Saviez-vous qu'en refusant de faire plus d'heures on perd son emploi? Saviez-vous que pour équilibrer la prestation avec les chèques les agents nous coupent en partie ou en totalité et qu'ainsi on peut passer un mois ou plus sans revenus ou presque? Dans un Québec sans pauvreté, je pourrai travailler à temps partiel sans être coupée pour augmenter mes revenus et améliorer mon sort; j'aurai un revenu de base garanti. Le régime fiscal qui permettra cela, fonctionnera de façon à avantager ceux qui ont des revenus modestes! En attendant, j'investis toutes mes énergies, tant individuellement que collectivement (avec le Collectif et les groupes communautaires que je fréquente), afin d'obtenir une meilleure répartition des richesses: c'est toute la société qui en ressortira plus agrandie.

Claire. Groupe-Ressource du plateau Mont-Royal, Montréal.

Dans un Québec sans pauvreté, tous les citoyens seront égaux en droit dont celui de pouvoir améliorer sa vie économique en recevant un héritage par exemple. La loi de l'aide sociale et bien mesquine pour les gens à faibles revenus. Vivant moi-même d'une rente d'invalidité et d'un peu d'aide sociale, je suis en mesure de l'écrire. L'aide sociale, c'est le petit budget, les économies de bouts de chandelles, le stress constant de ne pas arriver à la fin du mois, l'obligation d'emprunter s'il y a lieu. Si tu reçois un héritage, tu n'as pas le droit de le placer pour tes vieux jours. Il faut alors le déclarer, sinon c'est devant le juge que tu iras pour faire suite à un acte criminel de non-déclaration. Tu es jugé et tu dois payer une amende au Ministère de la Justice et des Affaires sociales. La dette qu'il te reste à rembourser au Ministère des Affaires sociales est augmentée par les intérêts mensuels. Comme ton chèque est coupé de 112$ dollars par mois, tu vis encore plus misérablement. Plus est, le montant enlevé ne couvre pas les intérêts ajoutés à la dette, si bien qu'on en a pour des années à vivre avec un maigre revenu et tu te demandes quand donc viendra le jour où tu auras payé ta dette. Telle est la situation que je vis actuellement malgré le circuit de la pauvreté qui m'oblige à m'exclure d'une vie sociale, culturelle et économique normale.

André. Groupe-Ressource du plateau Mont-Royal, Montréal.

Je travaille sur le terrain dans un organisme communautaire, où je viens en aide à des personnes qui sont aux prises avec la loi sur le soutien du revenu. J'ai constaté à plusieurs reprises que cette loi de «dernier recours» contribue à multiplier les situations où les gens sont considérés-es comme des «citoyens et citoyennes de seconde zone» en les appauvrissant davantage. Les exemples sont légions, en voici quelques uns: les coupures sur les chèques des femmes pour les pensions alimentaires des enfants, les coupures pour l'entraide familiale, les coupures pour le partage du logement, l'obligation de se prévaloir de sa rente avant l'âge de soixante-cinq ans (selon un actuaire du gouvernement, les personnes à faibles revenus ont une espérance de vie plus courte alors aussi bien leur donner leur rente immédiatement), la difficulté voire l'impossibilité de s'épanouir dans une vie de couple (l'État gère la vie privée), les barèmes qui sont bine en deçà de ce qu'il en coûte pour assurer un minimum vital (se loger, se chauffer, se vêtir, se nourrir, le transport, les prestations spéciales insuffisantes pour tout couvrir sinon le bien ou le service le moins coûteux donc le plus «cheap»). Le gouvernement, en maintenant les chèques au plus bas, considère «normal» que les gens aient recours aux banques alimentaires et mangent les restes périmés de la société. Alors que l'aide sociale pourrait être un tremplin pour s'en sortir, on coupe l'herbe sous le pied de ceux et celles qui tentent de le faire avec les gains de travail permis. D'autre part rien n'est mis en oeuvre pour reconnaître les activités socialement utiles accomplies par une grande majorité de personnes qui nous fréquentent. Lors de discussion dans notre groupe sur les façons d'éliminer la pauvreté au Québec nous constations que la meilleure façon serait d'instaurer un minimum garanti au revenu de citoyenneté afin de ne pas engendrer d'exclusion ou de gestion de «citoyens et seconde zone» comme nous le vivons aujourd'hui. Tous y trouveraient leur compte: les familles, les étudiants, les chercheurs d'emploi, les personnes aînées, les personnes handicapées, etc. Enfin, nous travaillons à l'encontre du gouvernement à «recolmater des brèches», à créer des solidarités, à redonner aux gens le goût de s'investir socialement, à mettre en oeuvre leurs talents et compétences au profit de l'ensemble de notre groupe et de la société, à défaire ce que le gouvernement fait d'eux et d'elles: des clients du gouvernement et des services sociaux. Bref, nous leur redonnons la conscience qu'ils sont des citoyens et citoyennes à part entière, et que nous ne sommes pas nés-es pour un petit pain, que c'est inacceptable d'être traité comme tel, qu'ensemble on peut gérer la boulangerie. Notre travail ne sera pas vain! Avis aux intéressés! Le Groupe-Ressource parraine un groupe coopératif d'achats alimentaires. De plus, il donne de la formation pour sa mise en place partout au Québec. De plus, ses membres collaborent activement depuis leurs débuts aux activités du Collectif pour une loi cadre pour éliminer la pauvreté.

Louise. Groupe-Ressource du plateau Mont-Royal, Montréal.

Mon ami Pierre est mort, feuille tombée de l'arbre. D'exclusion en exclusion jusqu'à l'exclusion totale. Seul, si seul, sans nous ! Il est parti, emportant avec lui sa colère, sa peine, sa solitude, il me laisse un peu de glace autour du cœur.

Contrer l'exclusion, sommes-nous capables de le faire? Il suffirait de peu de chose, peut-être seulement reconnaître leur droit d'être là, avec nous. Peut-être seulement dire "nous".

Marie, Québec

J'appuie sans condition le projet de loi pour l'élimination de la pauvreté soumis par le Collectif à l'Assemblée Nationale. Je m'explique difficilement et je trouve vraiment désolant que ce gouvernement ait mis en place un groupe de travail sur le sujet alors qu'il avait en main toutes les données nécessaires généreusement fournies par le Collectif. On peut y voir une fois de plus que lorsque les pauvres parlent leur crédibilité est mise en doute et il faut vérifier. Combien nous coûtent ces vérifications?

Comment croire à l'utilisation efficace des fonds publics pendant que nos jeunes se tuent à l'ouvrage, poursuivent des études universitaires et terminent avec un endettement inquiétant. Auront-ils du travail pour tous ces efforts fournis. Leurs parents s'appauvrissent aussi et ils ne peuvent subvenir à tous leurs besoins. Et que penser de ces jeunes qui ne reçoivent aucun soutien familial! Que l'on cesse les études et que l'on donne des moyens concrets à toute cette jeunesse qui commence sa vie dans la pauvreté et n'ose penser à l'avenir en toute confiance. C'est la société de demain que l'on "avorte" en agissant ainsi. Comment penser à fonder une famille et à se bâtir un avenir...

Monique Bédard. Ste-Foy.

Dans Lotbinière, depuis quelques années, la tendance était à la négation de la pauvreté. Des industries se développaient, les emplois offerts étaient nombreux au point qu’on a parlé, à un certain moment donné, de plein emploi. Les usines payaient même le transport en autobus de Québec pour avoir des employéEs. Mais ce qu’on avait négligé de dire, c’est qu’avoir un emploi ne signifie pas sortir de la pauvreté. Car les emplois offerts étaient précaires, mal payés, non syndiqués, peu valorisants et peu diversifiés.
Constatant qu’il y a encore beaucoup de pauvreté dans Lotbinière (environ 12% selon les dernières statistiques), un regroupement d’organismes a décidé de fonder le GRAP (Groupe de réflexion et d’action sur la pauvreté). Arrimé au GRAP-régional de la Rive-Sud et au Collectif pour une loi sur l’élimination de la pauvreté, ce groupe a comme objectif d’éliminer la pauvreté par la lutte aux préjugés de la population envers les personnes pauvres et par la participation active de ces dernières aux réflexions et aux actions du GRAP. Ce 17 octobre, c’est le lancement officiel du GRAP-Lotbinière. Tout Lotbinière y est convoqué. Après des prises de parole situant notre groupe et son action, une Soupe au caillou sera préparée et servie par des femmes des cuisines collectives du Centre-Femmes. D’autres activités suivront, dont celles qui nous seront proposées par le Collectif. Voilà notre humble contribution à ce chantier immense qu’est la lutte à la pauvreté.

GRAP-Lotbinière, St-Flavien.

Il faudrait sérieusement se pencher sur la question, à mon avis urgente d'un revenu de citoyenneté décent. Cette question serait à discuter collectivement, elle ne doit pas être réservé à la seule volonté du gouvernement.

Micheline Bélisle. La Courtepointe, Ste-Foy.

Le projet de loi pour l’élimination de la pauvreté, voici ce qui est pour nous une véritable solution pour contrer et lutter contre la pauvreté des gens. Voici une stratégie qui aborde de front les problèmes auxquels doivent se soumettre chaque jour des milliers de personnes dans le besoin. Manque de logements décents et abordables, revenus insuffisants pour survivre, coupures de plus en plus présentes au sein du soutien du revenu tel que pour le partage du logement qui devait être aboli, aucun barème plancher couvrant les besoins essentiels, malnutrition de nos enfants, manque d’emplois, inégalité encore présente entre hommes et femmes et j’en passe… Nous vivons dans une société dans laquelle nos droits se doivent d’être reconnus et ce, pour tous et chacun. Les conditions de vie de milliers de gens sont en jeu dans cette bataille et le gouvernement se doit en toute conscience de prendre des engagements formels afin que ce millénaire soit enfin synonyme de justice et d’avancement réel dans la lutte à la pauvreté.

Que le gouvernement ait toujours en tête que quand des décisions se prendront et que des lois se voteront , ces mesures n’appauvriront pas davantage les familles déjà pauvres.

Comité des droits sociaux d'Alma, Alma

Construction de logements sociaux de 8000 unités de logement social (HLM, coopératives, OSBL) par année.

Construction immédiate de 1000 unités de logement social prêts pour le 1er juillet 2002.

Lise Bilodeau, Lucie Veilleux, Jocelyne Houde, Jacinthe Michaud et Chreryl Ann Daguenais. Comité de logement développement femmes, Sainte-Foy.

Messieurs, Mesdames,

Vous êtes les élu-e-s du peuple québécois. Vous êtes nos élu-e-s. Que faites-vous pour votre peuple, pour les sans-voix, les sans-droits, les sans-pouvoirs?

SAVEZ-VOUS que la pauvreté est l'ennemi numéro 1 à combattre à l'intérieur de nos murs. La pauvreté engendre la violence, crée l'isolement, la détresse psychologique, une escalade à n'en plus finir.

Messieurs, mesdames, il vous faut VOUS attaquer courageusement aux causes profondes de cette situation qui s'aggrave de jour en jour. Il VOUS faut rechercher avec votre peuple des solutions politiques, économiques et sociales. Et cela avec tous les organismes qui luttent désespérément et qui croient en la dignité et la fierté de la personne.

Messieurs, mesdames, LA PERSONNE D'ABORD et non la loi du marché comme priorité. Nous voulons une vraie loi sur l'élimination de la pauvreté. C'est une urgence cruciale.

CONSIDÉREZ que la personne appauvrie fait partie de la solution puisque c'est faire appel à sa prise de parole, son potentiel, miser sur sa participation et son implication.

- On veut un barème-plancher pour combattre la pauvreté. - On veut des logements décents pour les gens qui n'ont pas d'argent. - Plus jamais de coupures dans les programmes sociaux. Plus jamais de déficit 0 sur le dos des assistés sociaux.

Messieurs, mesdames, que faites-vous pour notre jeunesse? 26% des 25-29 ans doivent vivre avec moins de 500$ par mois. 30% du revenu et consacré au logement. Une dure réalité, n'est-ce-pas?

Messieurs, mesdames, vous semblez ignorer la loi du Collectif sur l'élimination de la pauvreté. Elle est pourtant déposée à l'Assemblée nationale depuis un bout d'temps. Savez-vous qu'elle a été confirmée, appprouvée par 215 000 signatures citoyennes du Québec. Nous en sommes témoins.

Messieurs, mesdames, ne perdez pas votre temps en tournées régionales. Les CRD ont autre chose à faire. Ne gaspillez pas l'argent de votre peuple. La consultation est faite et bien faite. Ne recommencez pas. Servez-vous-en. NOUS VOUS PROPOSONS D'AGIR TOUTES ET TOUS ENSEMBLE!!!

Pauline Boutin, Denise Mailhot et Denise Rivard. Sœurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours et associés, St-Damien-de-Bellechasse.

Je ne sais pas comment vous vous sentiriez si vous étiez dans une de nos situations. Je suis calculé soutien financier et je retire à peu près 780$ par mois car j'ai une prestation spéciale pour diabétique. Pensez-vous que 20$ c'est assez par mois quand les pointes coûtent au moins 13$ pour cent et on est supposé s'acheter de quoi pour avoir une alimentation équilibrée avec le reste par mois. Sans compter un loyer de 400$, plus le téléphone, plus l'assurance-vie, plus assurance meubles et responsabilité car j'ai déjà perdu ma nourriture à cause du verglas, plus cable car pas d'antenne où je reste.

Il me reste en moyenne au maximum 250$ par mois pour se nourrir, plus achat personnel, plus les médicaments non-prescrits, plus le linge au besoin. Messieurs, essayer de faire un budget à l'efface comme je l'appelle.

Lise Breault. C R A S L, Rawdon.

Je crois que nous pouvons jauger du niveau d'évolution d'une société par l'attention qu'elle porte aux membres les plus faibles (d'une façon ou d'une autre) de sa collectivité. Suivant l'adage, la chaîne cassera toujours là où le maillon est le plus fragile; dans notre société, la fragilité qui se manifeste de multiples façons a aussi de multiples causes dont l'une et non la moindre est le stress quasi permanent causé par les problèmes économiques.

Plusieurs années d'insécurité matérielle peuvent facilement dégénérer en problème physique ou mental, ce qui alourdira encore davantage la misère humaine et la charge sociale; la roue infernale !

Autrefois les peuples étaient gouvernés par des Rois, bons ou tyranniques mais toujours, le Roi parlait de Son peuple. Aujourd'hui, qui sont les véritables dirigeants ? Des multimillionnaires, une poignée de familles qui font la loi bien assis derrière leur ordinateur et jouant avec des millions de dollars virtuels au simple touché du doigt. C'est encore David contre Goliath !

Dans de telles conditions, le courage et la détermination de nos dirigeants est d'autant plus essentiels pour le bien-être de la collectivité. Une saine gestion et éviter le gaspillage deviennent une question de survie. L'éducation est incontournable et chacun doit faire sa part mais l'exemple doit venir d'en haut.

Le jour où le vérificateur général annoncera publiquement qu'il n'a rien à redire et qu'il n'y a pas eu de gaspillage de fonds publics, le peuple acceptera plus facilement de se serrer la ceinture.

Marie-Lyse Brière, La Rescousse Amicale, Rawdon.

Nous trouvons que la stratégie de l'événement est excellente même s’il reste beaucoup de portes à défoncer. Les élèves du Centre sont directement touchées par la problématique de la pauvreté puisque, pour la plupart, c’est pratiquement un mode de vie. Les conditions de réussite scolaire sont directement liées à la situation de pauvreté. Comment peut-on apprendre lorsqu’on a le ventre vide, pas d’endroit pour étudier en paix, travailler (souvent au noir) pour arriver à rejoindre les deux bouts. Il est grand temps que le gouvernement québécois, qui se proclame social-démocrate, aille de l’avant pour éliminer le plus possible les barrières dont font face les personnes assistées sociales et pour créer des programmes d’accès facilitant le retour aux études ou en emploi. Un minimum vital, un barême plancher doit être étudié pour garantir et sauvegarder la dignité des gens. Que votre action puisse porter des fruits. C’est ensemble que nous réussirons.

Association étudiante du Centre Louis-Jolliet, Québec.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   26

similaire:

Remis par le Collectif pour une loi sur l\L'Assemblée nationale a voté, vendredi 21 octobre, lors de l'examen...
L'Assemblée nationale a voté, vendredi 21 octobre, lors de l'examen du projet de loi de finances un amendement présenté par le groupe...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\L’essentiel ) a permis un travail collectif entre les associations....
«DroitS à l’essentiel») a permis un travail collectif entre les associations. La coordination nationale de la Semaine de la Solidarité...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\Assemblée nationale
«un système malsain et refermé sur lui-même». En 1999, les députés François goulard et Renaud muselier ont déposé une proposition...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\Mobilisation pour exiger le retrait du projet de loi relatif à la mobilité
«relatif à la mobilité et aux parcours professionnels» doit passer à l’Assemblée nationale, en procédure d’urgence, après son adoption...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\Convention Internationale pour l’Elimination de toutes formes de Discrimination Raciale
...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\Commission Solidarité Interquartiers – Xème arrondissement
«Famille, vulnérabilité, pauvreté», présidée par Martin Hirsch, qui proposait 15 résolutions pour engager des politiques volontaristes...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\Les étapes de l’élaboration d’une loi : Le projet de loi du Premier...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\Les étapes de l’élaboration d’une loi : Le projet de loi du Premier...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\Le Collectif Nationale des Universités Curieuses «Universités Curieuses»
«harcèlement psychologique collectif» pour designer le mobbing, on ne trouve aucune occurrence de ce syntagme dans le document de...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\166 parlementaires signataires des propositions de loi relatives...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com