Remis par le Collectif pour une loi sur l'élimination de la pauvreté aux membres de l'Assemblée nationale du Québec à l'occasion de la Journée internationale de








télécharger 1.14 Mb.
titreRemis par le Collectif pour une loi sur l'élimination de la pauvreté aux membres de l'Assemblée nationale du Québec à l'occasion de la Journée internationale de
page1/26
date de publication09.08.2018
taille1.14 Mb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   26


Registre

Remis par le Collectif pour une loi sur l'élimination de la pauvreté aux membres de l'Assemblée nationale du Québec à l'occasion de la Journée internationale de l'élimination de la pauvreté
17 octobre 2001

Bonjour!

Je suis une feuille à côté de l'arbre. Après la loi je serai dans l'arbre.
Lucien Paulhus, décédé en 2000 dans une grande pauvreté, Drummondville


Il faut rêver logique.
Yvette Muise, Québec

Ce registre vient compléter le moment d'écoute des personnes en situation de pauvreté proposé aux parlementaires du Québec par le Collectif pour une loi sur l'élimination de la pauvreté avec la collaboration de la présidence de l'Assemblée nationale du Québec en ce 17 octobre 2001, Journée internationale de l'élimination de la pauvreté,.

Il commence par une copie de la lettre d'invitation adressée par le Collectif à l'ensemble des parlementaires. Vient ensuite une copie du mot d'introduction fait par la porte-parole du Collectif pour présenter les interventions des personnes en situation de pauvreté faites lors de l'événement. Le texte de ces interventions suit. Elles sont complétées par d'autres messages de personnes en situation de pauvreté et de personnes alliées à elles qui ont été recueillis suite à un appel de textes fait par le Collectif dans les deux semaines précédant l'événement. Pour leur conserver leur couleur propre, ces messages sont présentés tels que reçus, avec à peine une très légère correction de l'orthographe.

Ces messages sont suivis d'une liste de prénoms de personnes vivant une grande exclusion que les participants et participantes à l'événement ont tenu à rendre présentes parmi eux et elles au Salon rouge de l'Assemblée nationale même si, pour toutes sortes de raisons, ces personnes ne pouvaient être présentes.

Vient ensuite le texte de la proposition de loi sur l'élimination de la pauvreté à laquelle plusieurs ont fait référence. Parce que ce texte représente la parole de milliers de personnes dont de nombreuses personnes en situation de pauvreté et qu'il a été élaboré et validé à travers un patient travail citoyen depuis 1997 jusqu'à l'année 2000. La liste des personnes et organisations ayant participé à ce processus suit.

En annexe, le Collectif a également voulu montrer l'étendue des appuis reçus autour de cette proposition de loi. C'est pourquoi il complète ce registre d'une copie de toutes les lettres d'appui d'organisations reçues depuis 1998 en appui à son travail et à ses demandes. Plusieurs de ces organisations regroupent et représentent des personnes en situation de pauvreté. Toutes démontrent le souci existant dans la population d'agir conformément aux valeurs exprimées dans la Déclaration universelle des droits de l'homme.

Toutes ces personnes et organisations ont ainsi mis en application la Déclaration sur le droit et la responsabilité des individus, groupes et organes de la société de promouvoir et protéger les droits de l'homme et les libertés fondamentales universellement reconnus (Nations Unies. Résolution de l'Assemblée générale 53/144. 85e séance plénière. 9 décembre 1998.) qui stipule que «Chacun a le droit, individuellement ou en association avec d'autres, d'élaborer de nouveaux principes et idées dans le domaine des droits de l'homme, d'en discuter et d'en promouvoir la reconnaissance» (article 7) et que « Chacun a le droit, individuellement ou en association avec d'autres, de participer effectivement, sur une base non discriminatoire, au gouvernement de son pays et à la direction des affaires publiques» et que ce «droit comporte notamment le droit, individuellement ou en association avec d'autres, de soumettre aux organes et institutions de l'État, ainsi qu'aux organismes s'occupant des affaires publiques, des critiques et propositions touchant l'amélioration de leur fonctionnement, et de signaler tout aspect de leur travail qui risque d'entraver ou empêcher la promotion, la protection et la réalisation des droits de l'homme et des libertés fondamentales» (article 8).

Avec toutes ces personnes et organisations, le Collectif redit : «Éliminer la pauvreté, c'est possible. Faisons-le et ça se fera.» Il demande aux parlementaires du Québec de se mettre à l'écoute de cette intuition forte qui a pris racine dans la population québécoise et d'agir ensuite à partir d'elle et avec les femmes et les hommes qui la portent pour la porter à leur tour à l'Assemblée nationale et au gouvernement.

Lettre d'invitation

Collectif pour une loi sur l'élimination de la pauvreté

C.P. 1352 Terminus, Québec (Québec), G1K 7E5

Téléphone: (418) 525-0040
Télécopieur: (418) 525-0740
Courrier électronique: pauvrete@clic.net
Lettre aux membres de
l’Assemblée nationale du Québec

Québec, le 10 octobre 2001

Mesdames, Messieurs,

Vous reprendrez vos travaux la semaine prochaine à la veille de la Journée internationale de l'élimination de la pauvreté, qui a lieu tous les 17 octobre depuis qu'elle a été proclamée officiellement par les Nations Unies en 1992.

Nous avons l'honneur, avec la collaboration du président de votre Assemblée, de vous inviter à venir écouter ce que des personnes en situation de pauvreté veulent dire à leurs parlementaires lors d'une Journée internationale de l'élimination de la pauvreté. La rencontre aura lieu mercredi prochain, le 17 octobre 2001, au Salon rouge, à 12:45.

Nous vous invitons à y assister en nombre, dans l'esprit de la résolution des Nations Unies du 22 décembre 1992. Celle-ci «invite tous les États à consacrer la Journée à présenter et promouvoir, en fonction de leur contexte national, des activités concrètes concernant l'élimination de la pauvreté et de la misère» et à le faire dans le respect de ce que les organisations non gouvernementales mettent sur pied. Ce que nous vous proposons cette année pour cette journée, c'est d'écouter, tout simplement. Pour agir ensuite.

«Nous comptons sur vous pour ne pas nous laisser seuls dans nos efforts et pour bâtir ensemble un Québec sans pauvreté», expliquait Yvette Bélanger, de Rouyn, au premier ministre le 27 mars dernier. Au-delà des lignes de parti, nous pensons que cette attente vous concerne toutes et tous personnellement.

Il y a presque un an, le 22 novembre 2000, nous vous transmettions avec notre réseau une des plus imposantes pétitions à vous avoir été déposées. Cette pétition de 215 307 signatures vous invitait à jeter avec nous les bases durables d'un Québec sans pauvreté. Elle vous demandait de recevoir la proposition de loi sur l'élimination de la pauvreté que nous avions préparée et d'amorcer avec nous, sur une base non partisane, un processus visant à conduire à une vraie loi sur la base de ce travail. Cette demande et cette invitation tiennent toujours.

Vous aurez mercredi prochain une occasion sans pareille de marquer votre rentrée parlementaire sous le signe de l'écoute et du respect de ceux et celles qui, comme Yvette, vivent chaque jour les humiliations et les misères d'une société qui, non seulement n'a pas encore appris à vivre comme du monde avec tout son monde, mais qui, en plus, prend ces années-ci des décisions, privées et publiques, qui augmentent visiblement les écarts entre les plus riches et les plus pauvres. Nous vous demandons par ailleurs de réfléchir à ce que vous ferez en 2001-2002 pour tenir compte de ce que nous proposons avec ces personnes et pour marquer la contribution du Québec à la volonté désormais affirmée par les États du monde de travailler à faire de cette planète une zone libre de pauvreté pour toutes celles et tous ceux qui l'habitent.

En espérant vous rencontrer en nombre la semaine prochaine,
Vivian Labrie, pour le Collectif pour une loi sur l’élimination de la pauvreté

Allocution d'introduction

Collectif pour une loi sur l'élimination de la pauvreté

C.P. 1352 Terminus, Québec (Québec), G1K 7E5

Téléphone: (418) 525-0040
Télécopieur: (418) 525-0740
Courrier électronique: pauvrete@clic.net
Allocution du 17 octobre 2001
au Président de l'Assemblée nationale du Québec et aux parlementaires
Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les parlementaires,


Cet événement est certainement une première. Nous vous remercions, Monsieur Charbonneau, d'avoir rendu possible qu'en cette Journée internationale de l'élimination de la pauvreté, des personnes en situation de pauvreté puissent s'adresser directement aux parlementaires, ici à l'Assemblée nationale, pour faire valoir les questions qui les préoccupent.

Nous rejoignons ainsi l'esprit voulu par l'Assemblée générale des Nations Unies qui, en instituant cette journée en 1992, invitait les États du monde à la marquer «par des activités concrètes concernant l'élimination de la pauvreté et de la misère» et ceci, en tenant compte des activités mises sur pied cette journée-là par les organisations non gouvernementales. Le ton avait été donné le 17 octobre 1987 lors de l'inauguration d'une dalle installée en plein Trocadéro à Paris. Nous reprenons l'essentiel du texte de cette dalle en vous disant aujourd'hui : «Là où des hommes et des femmes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de la personne sont violés. S'unir pour les faire respecter est un devoir sacré.»

La planète Terre est en souffrance de droits qui ont été reconnus dans la Déclaration universelle des droits de l'homme en 1948 et qui sont bafoués tous les jours partout dans la monde. Jamais les écarts n'ont été si grands entre les plus riches et les plus pauvres. Et nous voulons exprimer notre très grande inquiétude face aux présents préparatifs de guerre et à leurs conséquences prévisibles et imprévisibles sur les plus pauvres, ailleurs comme ici. Si tout l'argent mis dans le monde depuis 1948 pour faire la guerre, y compris la guerre économique, avait servi plutôt à mettre en application cette déclaration historique, ce sont les causes mêmes de la guerre qu'on aurait anéanties.

Même au Québec, une société parmi les plus riches du monde, nous sommes toujours loin du compte. Les décisions publiques des dernières années ont ajouté à l'aggravation des écarts notamment par des baisses d'impôts non accompagnées de mesures équivalentes améliorant le revenu de celles et ceux qui tombent sous le seuil d'imposition nulle. Nous vous le répétons à toutes et tous puisqu'un budget hâtif est annoncé et que toutes vos formations politiques préconisent des baisses d'impôt : baisser les impôts dans le contexte fiscal actuel revient à augmenter directement les écarts entre plus riches et plus pauvres et à exclure les plus pauvres de la redistribution d'une richesse qu'ils et elles contribuent à produire. C'est manquer aux fonctions premières de l'État qui sont d'assurer la redistribution de la richesse, le bien commun et les services communs, toutes choses qui peuvent contribuer à un meilleur équilibre entre tous et toutes dans la société.

Pourtant vous pouvez compter sur une des populations les plus mobilisées de la planète. Déjà un an s'est écoulé depuis la Marche mondiale des femmes contre la pauvreté et la violence et presque un an depuis le dépôt devant vous de la pétition du Collectif. Cette pétition vous demandait, avec 215 307 signatures à l'appui, une loi sur l'élimination de la pauvreté qui serait fondée sur les droits et sur la proposition mise de l'avant par le Collectif après un important travail de consultation et de validation dans toutes les régions du Québec. Qu'avez-vous fait de ces actions citoyennes sans précédent qui vous ont mis dans les mains des moyens concrets d'agir ici et maintenant en vous disant «Faisons-le et ça se fera!» ?

Nous vous le redisons aujourd'hui : «Éliminer la pauvreté c'est possible. Faisons-le et ça se fera.» Et faisons-le avec les personnes en situation de pauvreté.

La pauvreté au Québec, c'est concret. C'est Lucien Paulhus, décédé en janvier 2000 dans une grande pauvreté après nous avoir légué cette phrase extraordinaire : «Je suis une feuille à côté de l'arbre. Après la loi, je serai dans l'arbre.» C'est Yvette et Lucienne et tant d'autres, dont les santés déclinent, qui luttent et s'impliquent pour rester partie prenante d'une société trop souvent indifférente. C'est Pierre Angers, trouvé mort il y a trois semaines dans la minuscule chambre qu'il occupait, rattrapé par la misère, laissant dans le deuil ses quatre enfants. Il y avait dans son nom comme dans sa personne un ange et une colère, et une immense soif de justice et d'intelligence. Je veux rendre aujourd'hui hommage à la personne qu'il a été.

Pierre était un participant du Carrefour de savoirs sur les finances publiques, vous savez ce petit groupe de personnes en situation de pauvreté qui a opéré entre 1998 et 2000 un dialogue inusité entre milliards et cennes noires avec les fonctionnaires du ministère des Finances et son ministre. En réponse à un Produit intérieur brut trop brutal, ce petit groupe a mis au monde des concepts étonnants comme le Produit intérieur doux, la Dépense intérieure dure, les dollars vitaux. Ces concepts sont repris en ce moment par Patrick Viveret, un philosophe de l'économie chargé de réexaminer le concept de la richesse à la Cour des comptes du gouvernement français.

Dans quelques instants, vous allez entendre ce que veulent vous dire des personnes en situation de pauvreté lors d'une Journée internationale de l'élimination de la pauvreté. Puis nous allons vous remettre un registre avec d'autres paroles encore et avec les noms de personnes trop dans l'exclusion pour pouvoir même être ici. Mais Pierre ne pourra plus jamais être ici. Alors je veux vous lire à titre posthume, ce petit texte écrit à plusieurs, avec lui, Claude et Jean-Pierre, au printemps 1998, pour conclure la première série de publications du Carrefour de savoirs. Le groupe commentait le dessin d'une échelle dont le premier barreau est trop haut pour qu'une personne sur le bord du trou puisse l'atteindre. Voici quelques fragments de la conversation.

« - En somme, c'est quand tu veux atteindre le premier barreau de l'échelle et que t'as pas le coussin sous tes pieds pour l'atteindre.
- Plus tu sautes, plus ton poids te descend plus bas en retombant.
- Ça te prendrait une planche et même un tremplin en dessous des pieds pour avoir du swing.
- Ça c'est pour les personnes qui sont pas en déficit. Quand t'es en déficit, en plus, t'as le poids du boulet qui te tire par en bas.
- Dans un bon projet de société, il devrait y avoir tous les barreaux et pas de trou.
- En plus, peut-être qu'une échelle est pas un bon endroit pour vivre.
- Dans le fond du fond, c'est pas tant un problème d'argent, c'est beaucoup un problème de position relative, les unEs par rapport aux autres.
- Les atomes ne fonctionnent pas de même. Ils sont en perpétuel échange. Ça c'est la base du vivant.
- On fige nos sociétés en les empêchant de grandir. On se pète les bretelles pis on dit qu'on est bons. Ça va mal dans la cave, mais il faut que ça paraisse bien.
- Si on reste tout le temps dans un cercle fermé, à un moment, il n'y a plus de créativité. Pour être créatif, il faut à un moment donné pouvoir prendre le risque de se débalancer et de perdre l'équilibre, de mettre sa sécurité en jeu.
- Quand on est ben pauvre et ben dans la misère, c'est là à un moment donné qu'on a des idées formidables.
- Encore faut-il être écouté et avoir les moyens de passer à l'action.
- La vision extérieure et les idées te permettent d'amener du sang nouveau. C'est ça des fois qui fait épanouir un système qui était en vase clos avant.»


Franchir le monde clos du marché et s'ouvrir à ce que pensent, aperçoivent, vivent, rêvent les personnes qui en piétinent la marge, c'est nécessairement s'enrichir… et découvrir qu'on était en train de se priver d'au moins une personne sur cinq.

Mesdames, Messieurs, nous sommes désormais privéEs de Lucien, de Pierre et de combien de femmes et d'hommes comme eux qui ont espéré un monde meilleur. Ne gaspillez plus les hommes et les femmes d'ici et d'ailleurs. Jetez avec nous les bases de sociétés sans pauvreté et sans violence!
Vivian Labrie, pour le Collectif pour une loi sur l'élimination de la pauvreté
Interventions
de personnes en situation de pauvreté


Les personnes suivantes ont présenté une intervention sur le contexte mentionné.

Yvette Muise, Québec, une femme qui veut rêver logique et qui a fait la Marche des femmes contre la pauvreté et la violence

Nicole Bélanger, Montréal, au sujet de la réalité des familles

Marie-Claudine Boissonneault, Ste-Croix de Lotbinière, au sujet de la réalité quand on vit en région isolée

Christine Beaulieu, Québec, une enseignante en milieu de pauvreté pour parler de la réalité des enfants et des jeunes d'âge scolaire

Michel Giroux, Québec, au sujet de la réalité des personnes assistées sociales

Pierre Beauregard, Québec, au sujet de la réalité des locataires

Louise Whitmore, Montréal, au sujet de la réalité des adultes qui tentent de s'en sortir dans des conditions difficiles

Sally Robb, Montréal, au sujet de l'accueil des personnes telles qu'elles sont

Pénélope Guay, Québec, autochtone

Petra Bucek, Montréal, au sujet de la réalité des travailleurs et travailleuses à faible revenu

Francine Côté, Trois-Pistoles, au sujet du harcèlement bureaucratique vécu par les personnes

Ginette Beauchemin, Laval, au sujet de la réalité des personnes âgées
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   26

similaire:

Remis par le Collectif pour une loi sur l\L'Assemblée nationale a voté, vendredi 21 octobre, lors de l'examen...
L'Assemblée nationale a voté, vendredi 21 octobre, lors de l'examen du projet de loi de finances un amendement présenté par le groupe...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\L’essentiel ) a permis un travail collectif entre les associations....
«DroitS à l’essentiel») a permis un travail collectif entre les associations. La coordination nationale de la Semaine de la Solidarité...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\Assemblée nationale
«un système malsain et refermé sur lui-même». En 1999, les députés François goulard et Renaud muselier ont déposé une proposition...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\Mobilisation pour exiger le retrait du projet de loi relatif à la mobilité
«relatif à la mobilité et aux parcours professionnels» doit passer à l’Assemblée nationale, en procédure d’urgence, après son adoption...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\Convention Internationale pour l’Elimination de toutes formes de Discrimination Raciale
...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\Commission Solidarité Interquartiers – Xème arrondissement
«Famille, vulnérabilité, pauvreté», présidée par Martin Hirsch, qui proposait 15 résolutions pour engager des politiques volontaristes...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\Les étapes de l’élaboration d’une loi : Le projet de loi du Premier...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\Les étapes de l’élaboration d’une loi : Le projet de loi du Premier...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\Le Collectif Nationale des Universités Curieuses «Universités Curieuses»
«harcèlement psychologique collectif» pour designer le mobbing, on ne trouve aucune occurrence de ce syntagme dans le document de...

Remis par le Collectif pour une loi sur l\166 parlementaires signataires des propositions de loi relatives...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com