Saint Exupéry ne fabriquait pas sa propre statue. Que ses amis ou ses confidents du hasard ou de la minute imitent son exemple et ne dressent de lui ni une








télécharger 304.33 Kb.
titreSaint Exupéry ne fabriquait pas sa propre statue. Que ses amis ou ses confidents du hasard ou de la minute imitent son exemple et ne dressent de lui ni une
page10/10
date de publication08.08.2018
taille304.33 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10
L'auditeur est introduit par la parabole dans un monde étrange, où tout est familier, et cependant radicalement différent. [Les paraboles lui] demandent une décision. Elles présentent un monde que l'auditeur identifie, qu'il reconnaît. Il est alors pris dans le dilemme de la métaphore : ce n'est pas son monde après tout ! Doit-il poursuivre dans cette aventure étrange ou s'en retourner ? Il doit choisir : ou bien il se laissera déplacer par le déploiement de l'histoire et la lumière de la métaphore, ou bien il rejettera l'appel et en restera à ses habitudes. Il est insuffisant de dire des paraboles, comme métaphores, qu'elles enseignent des principes ; elles sont cela, mais aussi beaucoup plus. Elles sont des événements de langage où l'auditeur doit choisir entre deux mondes. S'il choisit le monde de la parabole, il est invité à s'engager dans la réalité concrète telle que la parabole la structure, et à s'aventurer dans l'avenir, sans point de repère, mais sous l'autorité de la parabole ".
La parabole dé-route ( signifie aussi " jeter hors du droit chemin "). Elle met le monde en crise, elle vise à persuader l'interlocuteur  à le convertir  en changeant son système de valeurs (" On ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux "), alors que le discours le plus fréquent cherche le changement sans toucher au mode de penser.
Ici, au travers de l'exemple complétement décalé des baobabs, il y a un appel à agir sur le monde présent : " Enfants ! Faites attention aux baobabs ! ".
La parabole est une écriture par détour, c'est-à-dire une écriture qui cherche à sé-duire. Par son extravagance, elle s'adresse plus à l'affectivité qu'à l'intellect ; contrairement à l'énoncé didactique qui argumente, elle a pour elle la force du récit : elle n'appartient pas à l'ordre rhétorique, mais à l'ordre poétique.
Ainsi s'ébauche un langage qui renonce aux opérations intellectuelles pour se confier aux images, qui substitue aux chaînes de raisonnement la foi en la vérité de l'analogie, en la vertu des métaphores, qui postule contre l'analyse classificatrice l'unité religieuse du monde et remplace, en en espérant autant de rigueur et une énergie créatrice plus vive, une logique par une poétique ".
V. Final
Je crois tellement à la vérité de la poésie " (Carnets).
Si l'on récapitule, on peut dégager différentes caractéristiques du style de Saint Exupéry suivant la triple fonction qu'il attribue au langage :

 il s'agit, tout d'abord, conception de base, d'un projet poétique avant d'être politique ou idéologique, fondé sur l'anti-intellectualisme et un refus du raisonnement ; c'est pourquoi Saint Exupéry  dans une écriture qui caractérise plus qu'elle ne nomme  recourt par exemple au merveilleux, qui forme non un monde clos mais introduit plutôt de la fantaisie face à la logique. Par ailleurs, l'image (métaphore et dessin)  dont la place s'avère centrale, en particulier dans Le Petit Prince où c'est le texte qui illustre les dessins et non l'inverse  lui permet d'éviter les pièges de la pensée discursive et se substitue à l'argumentation.
Car Saint Exupéry ne reconnaît pas la validité du principe de non-contradiction. Bien que Citadelle soit parcourue d'un réseau logique établi par la coordination " car " (premier mot), il faut plus y voir ce qu'il convient d'appeler une cheville lyrique ; Vol de nuit, quant à lui, évacue les difficultés et présente un monde simple où la contradiction n'a pas sa place : Rivière ne s'interroge pas (il se pose certes des questions mais n'a pas de problème existentiel).
Saint Exupéry renonce donc aux distinctions qu'on établit d'ordinaire entre le vrai et le faux, le bien et le mal, la pensée et l'acte (" N'oublie pas que ta phrase est un acte ") ; il veut absorber toutes les contradictions qu'il rencontre en chemin et considère les antagonismes de nature ou de principe non comme des obstacles mais plutôt comme des moyens mis à la disposition de l'élan créateur de l'artiste pour vivifier son oeuvre.
Dès lors, refusant le principe de raison quel mode de connaissance adopter ?
 Il s'agit de remplacer la connaissance rationnelle par une connaissance du coeur (" On ne voit bien qu'avec le coeur " affirme le petit prince en parodiant Pascal) ; Saint Exupéry s'appuie alors sur les vertus analogiques de la métaphore et  dans un double mouvement diastole / systole  sur le véhicule intuitif qu'est l'aphorisme, d'une part, et sur la parabole, d'autre part, qui permettent de dire l'ineffable de manière détournée et d'indiquer l'Être ou un au-delà contre lequel s'échanger (" L'essentiel est invisible pour les yeux ") : dans l'inaccessible, Saint Exupéry entrevoit en effet un état de perfection qui accomplirait le devenir et serait un absolu de synthèse ; cette parfaite unité, il l'appelle Dieu.
Or Dieu est silence, car c'est un signe de perfection pour Saint Exupéry qui réfléchit sur les propriétés du langage, " vent de paroles " parfois jugé vain et dont il déplore les vicissitudes ; mais il en signale aussi certaines vertus magiques. Il oppose au langage brut  inapte à saisir les élans psychiques essentiels  l'activité globale du style seul, qui permet à l'écrivain de les traduire faiblement. Comme les surréalistes, il s'attache au frémissement intime  et en ce sens on peut parler d'imaginaire lyrique  mais, contrairement à eux, il refuse de s'y abandonner au détriment des règles de syntaxe par exemple, par anarchie et pour le seul effet de surprise. Il importe de respecter le patrimoine artistique légué  non de le consommer mais de l'enrichir. L'art n'est pas un jeu gratuit.

 Et enfin, dans une stratégie de transformation du lecteur, Saint Exupéry opte pour une rhétorique de la persuasion, grâce à laquelle, se fiant aux sonorités, à la force du dessin ou à l'évidence des formules, procédés que la parabole synthétise, il entend convertir le lecteur à l'héroïsme. Il considère que l'image est un " piège " qui capture et envoûte et il attribue une valeur performatrice au poème.
Et Saint Exupéry précise la signification du poème. Il s'agit de l'oeuvre contre laquelle le poète s'échange corps et âme. C'est le résultat d'une contrainte qui délivre, à travers l'artiste, l'élan créateur : il est lyrique dans son essence et classique dans ses attributs. Surtout, l'oeuvre n'est pas sa propre fin ; elle doit mettre les hommes en état de s'élever. Dans l'idéal, Saint Exupéry envisage un poème parfait qui coïnciderait avec une nouvelle civilisation humaine et se muerait en actes, forçant les hommes à agir. Le poème parfait serait ainsi un " acte "  une réincarnation du verbe tout-puissant : " Je crois tellement à la vérité de la poésie " affirmait, dans ses Carnets, Antoine de Saint Exupéry.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Saint Exupéry ne fabriquait pas sa propre statue. Que ses amis ou ses confidents du hasard ou de la minute imitent son exemple et ne dressent de lui ni une iconEssai de Sémiotique Préventive
«Ne pas aller du discours vers son noyau intérieur et caché, vers le cœur d’une pensée ou d’une signification qui se manifesteraient...

Saint Exupéry ne fabriquait pas sa propre statue. Que ses amis ou ses confidents du hasard ou de la minute imitent son exemple et ne dressent de lui ni une icon«Lorsque le parti ou la formation politique ne respecte plus ses...

Saint Exupéry ne fabriquait pas sa propre statue. Que ses amis ou ses confidents du hasard ou de la minute imitent son exemple et ne dressent de lui ni une iconRésumé de théorie
«Le courant induit a un sens tel que ses effets s'opposent à la cause qui lui a donné naissance». C'est pourquoi la bobine s'oppose...

Saint Exupéry ne fabriquait pas sa propre statue. Que ses amis ou ses confidents du hasard ou de la minute imitent son exemple et ne dressent de lui ni une icon'Voilà un homme qui commence à pâtir et qu’on ne peut pas achever !'
Si quelqu'un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à

Saint Exupéry ne fabriquait pas sa propre statue. Que ses amis ou ses confidents du hasard ou de la minute imitent son exemple et ne dressent de lui ni une iconSurtout ‘’La ronde de nuit’’ qui est étudiée dans un dossier à part
«Un ami lui avait donné ses papiers après en avoir déclaré la perte. Ils étaient deux à posséder la même identité. Malgré cela, ils...

Saint Exupéry ne fabriquait pas sa propre statue. Que ses amis ou ses confidents du hasard ou de la minute imitent son exemple et ne dressent de lui ni une iconL'inhibition intellectuelle chez l'enfant intellectuellement précoce
«surdoué, tellement gêné (pour ne pas dire «handicapé») par sa haute intelligence qu’il doive parfois inhiber ses potentialités (rogner...

Saint Exupéry ne fabriquait pas sa propre statue. Que ses amis ou ses confidents du hasard ou de la minute imitent son exemple et ne dressent de lui ni une iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«Pendant six ans j’ai été pensionnaire à une époque où on rentrait chez soi une fois par trimestre.» Mais l’internat lui donna le...

Saint Exupéry ne fabriquait pas sa propre statue. Que ses amis ou ses confidents du hasard ou de la minute imitent son exemple et ne dressent de lui ni une iconJean-Yves Mercier, ProMan Consulting
«Une banque ne vaut que par ses idées», annonce un panneau publicitaire. Mais derrière les slogans, que se cache-t-il ? Ne fait-on...

Saint Exupéry ne fabriquait pas sa propre statue. Que ses amis ou ses confidents du hasard ou de la minute imitent son exemple et ne dressent de lui ni une iconRapport (rapport première lecture) Par M. Philippe marini
«est interdite la souscription par la société de ses propres actions, soit directement, soit par une personne agissant en son nom...

Saint Exupéry ne fabriquait pas sa propre statue. Que ses amis ou ses confidents du hasard ou de la minute imitent son exemple et ne dressent de lui ni une iconUne première version de cet article est paru dans la revue
«Un homme qui ne connaît pas les idées de ceux qui ont pensé avant lui est certain d’attribuer une valeur excessive à ses propres...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com