1401 flachsindustrie in belgien








télécharger 1.62 Mb.
titre1401 flachsindustrie in belgien
page41/48
date de publication07.02.2018
taille1.62 Mb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
1   ...   37   38   39   40   41   42   43   44   ...   48



1448

DIE LEGENDARISCHE WESEN

GLI ESSERI LEGGENDARI

LES ETRES LEGENDAIRES

Legendarische Wezens

Vorderseite - Fronte - Côté antérieur

1. La sirène.

2. Le dragon.

3. La licorne.

4. Le pélican.

5. La pieuvre et le lion marin.

6. La baleine.

Rückseite - Retro - Verso

LES ETRES LEGENDAIRES

Les récits de l'antiquité et les contes de l'Orient abondent en descriptions d'animaux fantastiques. Celles-ci furent reprises, au moyen âge, par nombre d'écrivains qui y greffèrent une signification symbolique sous l'inspiration de la morale chrétienne. Ces recueils d'écrits sont dénommés «Bestiaires» (XIIe et XIIIe s.). L'héraldique s'empara bientôt de cette faune pour la composition des armoiries.

1. La sirène.

Illustration : Baleinier d'Anvers rencontrant des sirènes (Livre de la Nature (1475).

Cartouche: Sirène, d'après Van dcr Steil (1755).

La sirène apparait d'abord dans la légende sous la forme d'un oiseau avec buste et tête de femme et ce n'est que par la suite qu'on la représenta le corps terminé par une queue de poisson ou de serpent. Personnifiant la séduction, elle avait la réputation de charmer par son chant les voyageurs dans le but de les mettre à mort. La légende homérique rapporte que le rusé Ulysse, pour échapper au charme, s'était fait lier au mat de sa nef après avoir bouché les oreilles de ses compagnons au moyen de cire. Le nom français sirène remonte au XIIe s., emprunté au latin sirena, lequel provient du grec seirên. Les sirènes sont appelées aussi ondines et mélusines. Bien des marins ont cru jadis voir des sirènes là où il n'y avait que des lamantins, gros cétacés dont l'aspect peut prêter de loin à pareille confusion.

2. Le dragon.

Illustration : Alexandre le Grand combattant les dragons, d'après un manuscrit bourguignon (XIIIe s.). Remarquez l'anachronisme: Macédonien en armure moyennageuse!)

Cartouche: Dragon, d'après Athamipe Kircher (XVe s.).

Le dragon, que l'on retrouve dans les légendes des pays les plus lointains, symbolise généralement le mal. Son nom français apparait pour la première fois au XIIe s., dans la chanson de Roland; il est emprunté au latin draco, provenant lui-même du grec dracón où il signifierait «animal rapide». Il est représenté sous la forme d'un saurien monstrueux, au regard foudroyant, aux dents aiguës, aux griffes de lion et aux ailes puissantes, généralement preposé à la garde de quelque trésor. Apollon, dieu de la lumière chez les Grecs, perça le dragon Python de ses traits. - Alexandre le Grand eut à soutenir de terribles batailles contre les dragons des Indes. - le blond Siegfried eut aussi à lutter contre un dragon, et, dans un passé moins lointain, saint Georges et saint Michel livrèrent des combats analogues à des dragons figurant le démon. De nos jours, Montois et Tarasconnais perpétuent la légende du dragon en terrassant les uns le Lumeçon et les autres la Tarasque.Le dragon fut non seulement un élément héraldique fort commun, mais encore un insigne guerrier. Il devait notamment figurer sur l'étendard des soldats de cavalerie qui portent son nom.

3. La Licorne.

Illustration: Capture d'une licorne par une fille , d'après la legende.

Cartouche: Licorne héraldique, d'après une marque anversoise du XVIIe s.

La licorne symbolise la force invincible et la pureté. Le nom français apparait pour la première fois au XIVe s. sous la forme lincorne, emprunté à l'ancien italien alicorno, repris au latin unicornus qui signifie «animal à une seule corne». La licorne, qui ne pouvait être capturée que par une jeune fille, était représentée sous l'aspect d'un cheval fringant à corne unique, longue, aigue et spiralée, au milieu du front. Cette corne miraculeuse avait la réputation de mettre à l'abri des poisons qui la possédait. Les cornes de licorne que vendaient d'ingénieux trafiquants étaient en réalité des dents de narval, mammifère cétacé, qui habite les mers arctiques et que l'on appelle vulgairement unicorne ou licorne de mer. Le père de Pierre le Grand en acquit une pour la somme fabuleuse de six mille rixdales. La licorne tient une place importante dans la faune héraldique où elle est représentée sous la forme d'un cheval avec corne, barbe de bouc et sabots fourchus. Chacun l'a remarquée dans les armoiries de Grande-Bretagne.

4. Le pélican.

Illustration: La légende du pélican, suivant des pèlerins.

Cartouche: Pélican, d'apròs un sceau riu XIIIe s.

Ce palmipède au bec long, large et plat personnifie le sacrifice absolu et l'amour maternel le plus touchant. Le nom de pélican apparait pour la première fois en français au XIIIe s., emprunté au latin pelicanus, qui provient du grec pelekan. Suivant la legende, le pélican ranimait ses petits en les nourrissant de son sang et le symbolisme chrétien en fit l'image du Christ rédempteur se sacrifiant pour le salut de l'humanité. Les poètes ont chanté son dévouement héroïque. Thibaut de Champagne (1238) célèbre le pélican qui: De son bec s'occit, de son sang douloureux fait bientôt revivre ses oisillons. Alfred de Musset reprend ce thème dans La Nuit de Mai: Pour toute nourriture, il apporte son coeur. Cette legende touchante provient de ce que la femelle laisse macérer dans la poche de son bec des fragments sanguinolents de poisson qu'elle distribue à ses petits en se pressant le bec sur la poitrine. Les sceaux représentent le pélican fouillant du bec sa poitrine d'où s'échappent quelques gouttes de sang appelées «piété» et que boivent ses petits au nombre de trois

5. La pieuvre et le lion marin.

Illustration: Pieuvre attaquant une nef, d'après des documents du XVIIe s.».

Cartouche : Monstre léonin de mer, d'après Rondclet (1554).

LA PIEUVRE, mollusque céphalopode, qui mesure rarement plus de deux mètres, était dans l'imagination populaire un être gigantesque et immortel capable d'étreindre un vaisseau et d'obstruer le détroit de Gibraltar. Les navigateurs avaient à livrer de terribles combats contre cet animal «plus semblabe à une île qu'à une bête et dont les méduses étaient le frai». Le nom français «pieuvre» apparait pour la première fois chez Victor Hugo. De même que le mot poulpe, il est emprunté au latin polypus qui provient du grec polypous où il désigne un «animal qui a beaucoup de pieds». Une cruche célèbre qui date de l'epoque minoenne (1300 avant J. C.), originaire de l' île de Crête, représente une pieuvre qui déploie ses tentacules. Le nom scientifique de la pieuvre est octopus vulgaris. Les conteurs du moyen âge voulaient que les animaux vivant sur la terre ferme trouvassent leur pendant au fond des mers: vaches, chiens ou lions des mers étaient semblables à leurs congénères terrestres. Comme la pieuvre, LE LION MARIN fait partie de la ménagerie de Protée, dieu marin de la mythologie grecque, chargé de garder les troupeaux monstrueux de Poseidon, dieu de la mer.

6. La baleine.

Illustration: L' île de St. Brandan et le poisson Asconius.

Cartouche: Baleine, d'après Aldrovandi (XVIIe s.).

Les anciens disaient que la baleine avait un gosier aussi large qu'une vallée, comme en témoigne l'aventure de Jonas, et que ses nageoires étaient comme les ailes d'un moulin à vent. Un exemple de ces dimensions fantastiques est fourni par l'histoire de l'abbé irlandais Brandan qui partit au VIe s. à la découverte du Paradis et aborda aux Canaries. Ils firent escale, lui et ses compagnons, sur un îlot et y allumèrent un feu pour cuire leurs aliments. Ils s'aperçurent soudain que le sol cédait sous leurs pieds et que ce qu'ils avaient pris pour une île était un animal gigantesque semblable au Leviathan de la Bible (livre de Job) qui est «le roi des plus fiers animaux» et qui agite la mer «comme un vase rempli de parfums». Le nom de baleine apparait en français pour la première fois au XIIe s. dans la Chanson de Roland. Il est emprunté au latin balaena qui provient du grec phalaina où il désigne un «animal énorme et vorace».
1   ...   37   38   39   40   41   42   43   44   ...   48








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com