Quelques détails sur M. et Mme de Hédouville








titreQuelques détails sur M. et Mme de Hédouville
page3/29
date de publication07.02.2018
taille0.5 Mb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   29

Dom Augustin entraîneur d’hommes


Rglt tome 1, p. 122 [Le premier supérieur] doit toujours allier ensemble dans sa manière d’agir la fermeté et la douceur, sans séparer ces deux choses, (…) être sévèrement doux et doucement sévère.

Rglt tome 1, p. 137 - Le premier supérieur sera comme le premier maître des novices et s’il veut facilement conserver le bien dans sa maison et entretenir la paix, la charité et l’union la plus tendre parmi ceux qu’il aura à conduire, il ne doit jamais se décharger de ce soin sur personne. - P. 141 Un inconvénient, c’est que malgré toute sa bonne volonté, malgré tous ses soins, malgré toute sa vigilance et sa promptitude, ce supérieur ne pourra contenter et l’amour qu’il a pour ses frères et l’amour que ses frères ont pour lui, cet amour mutuel qui leur fait trouver aux uns et aux autres tant de consolation à s’entretenir ensemble. (…) Les inférieurs ont pour leur supérieur la confiance la plus parfaite et celui-ci a pour eux l’amour le plus tendre, ce qui est assurément le plus grand bonheur d’une communauté.

Dom Augustin de Lestrange avait un réel charisme d’entraîneur et de meneur d’hommes. Plusieurs de ceux qui l’ont approché ont relevé ce trait… Dargnies - p. [12] “Il était aimé et avait la confiance de tous. (…) P. [207] Si nous n’avons pas toujours été d’accord avec le R.P. abbé dans notre manière de voir et de penser sur bien des choses, je suis sûr d’avoir toujours eu son cœur, comme je puis l’assurer qu’il n’a jamais été un seul instant sans posséder le mien.”

Sœur Stanislas Michel, Cîteaux, 1984, p. 202 - Nous arrivâmes dans le milieu de mois de mars à la ville de Constance. (Il faut observer que les détours que nous avions été obligés de faire nous avaient occasionné cent lieues de plus de chemin pour arriver à cette ville qui n’est éloignée du Valais que de quarante lieues et nous en fîmes cent quarante.) À notre arrivée nous trouvâmes notre RP [dom Augustin] qui nous y attendait depuis longtemps. Sa rencontre nous dédommagea de tous nos maux et fatigues, il nous remplit de consolations et après avoir séjourné quelques jours auprès de lui, remplies de confiance et d’espérance de conserver notre saint état, nous le quittâmes…

Dom Augustin le dit lui-même indirectement quand, en avril 1791, à la Trappe, en proposant à la communauté, son projet d’une fondation en Suisse, il termine en avertissant qu’on ne doit pas prendre un tel parti de se joindre au groupe des fondateurs (…) par affection ou inclination pour celui qu’on s’imaginerait devoir être à la tête de cet établissement” (Rglt tome 1, p. 27).


Annexe 5

L’office de complies


Rglt tome 2, p. 168 - De complies - 3°- On récite cet office avec des pauses bien plus longues que tous les autres. Il fait dire le verset lentement, mais sans traîner et de manière qu’on puisse ordinairement aller à la médiation sans avoir besoin de s’arrêter pour respirer. Il vaut mieux que le verset soit dit moins lentement et que la pause soit plus longue, que d’abréger la pause pour avoir le temps de traîner le verset. La pause doit être au moins d’un demi Ave Maria, si le temps le permet. 4°- Après le grand office, l’on récite les complies de la Sainte Vierge avec la mesure et les cérémonies ordinaires.

En semaine complies durent trois quarts d’heure avec le Salve, l’Angelus et l’examen.

Règle de saint Benoît = RB : 18, 55 - L’office de complies comprend tous les jours les psaumes 4, 90, 133.

Rglt, p. 169 - 5°- Après les complies du petit office, le chantre impose solennellement le Salve que l’on continue très posément et sur un ton élevé. Pour pouvoir chanter ainsi et que néanmoins il soit à la portée de tout le monde, il ne faut pas l’imposer de manière à n’être point obligé de le relever de tout le courant de la pièce, mais le reprendre plus haut à Et Jesum, et pour que cette reprise soit moins choquante, il est bon qu’elle soit ordinairement d’une quinte. Pendant les premiers mots de cette antienne, à savoir : Salve Regina, Mater misericordia, l’on est sur les articles. L’on s’y met encore par trois fois à la fin du Salve, c’est-à-dire après chacune de ces paroles : O Clemens, O pia, O dulcis Virgo Maria.

Rglt tome 2, p. 203 - Quoiqu’on le dise en tout temps cet office [de complies] sur un ton plus grave que les autres heures, il demande cependant d’être chanté [le dimanche] avec une gravité qui réponde à celle dont on a dû célébrer le reste de l’office. On y fait de plus longues pauses, mais sans traîner pour cela sur la finale des versets. Le Salve est chanté plus solennellement encore que de coutume et les pauses que l’on fait aux larmes qui s’y trouvent doivent être mieux marquées et plus sensibles que les autres jours.

Dom François-Nicolas Moreau, moine cistercien de Lucelle, de passage à la Valsainte en août 1792, (cité par Raemy, Les émigrés français…, p. 316) : J’ai eu le bonheur de chanter avec ces anges incarnés à tierce, sexte, none, vêpres et complies. Le chant est le même que le nôtre de Lucelle, mais extrêmement lent. Le Salve Regina de complies dure déjà un quart d’heure.

Le chanoine Fontaine, écrit dans une lettre du 5 novembre 1803 : Tous les soirs, à 5 heures, ils [les élèves des trappistes] viennent à notre église [St-Nicolas à Fribourg] chanter le fameux Salve Regina des trappistes. Ils le font avec beaucoup de justesse, de précision et d’ensemble, mais leur chant n’est pas mélodieux, il est dure, triste et d’une lenteur fatigante, on ne comprend rien à ce qu’ils chantent. Pour le Salve, les enfants sont à genoux par terre, rangés en demi cercle autour de l’autel du milieu et les quatre instituteurs debout derrière eux. Le tout fini par un coup de théâtre qui ne m’a pas édifié. Lorsqu’ils chantent O clemens ! o pia ! o dulcis virgo Maria ! à mesure que la note monte, ils se lèvent de terre et lèvent insensiblement leurs bras jusqu’à ce que, à la plus haute note, ils les aient tendus raides vers le ciel ; sur quoi ils se prosternent jusqu’à terre, et cela trois fois de suite. J’avoue que cela m’a déplu, quoique ce fût très bien exécuté. (Cité par Raemy, Les émigrés français…, p. 324)

Histoire de la Trappe du Val-Sainte-Marie, [Jérôme Verniolle], 4° édition, 1843, p. 173-174 - De tous les offices, c’est [complies], sans contredit, le plus touchant : récité très lentement et avec une pause qui dure l’espace d’un Ave Maria, il inspire un recueillement profond et excite dans les cœurs des sentiments d’amour et de repentir. (…) L’antienne à la Vierge qui suit les complies, le Salve Regina est célèbre dans le monde chrétien comme un morceau achevé et capable d’attendrir les cœurs les plus endurcis. Les trappistes mettent un quart d’heur environ à le chanter. Ils pèsent beaucoup sur les notes et s’arrêtent un moment quand ils sont arrivés à la fin de chaque verset. Il est impossible de dire combien ce chant imprime dans l’âme de sentiments de confiance et d’amour envers la Mère de Dieu. (Nous apprenons que maintenant [en 1843] les trappistes ne font plus la pause aussi longue pendant les complies et le Salve Regina à cause des grandes fatigues que leur causent les travaux de la campagne.)

Vie du RP dom Urbain, p. 88 - À cette invocation O clemens, voilà qu’on aperçoit tout aussitôt les enfants qui, avec un ensemble parfait, élèvent vers le ciel leurs petites mains, se prosternent à terre, puis se relèvent jusqu’à trois fois, pour se prosterner encore à ces mots : O pia, o dulcis, o Virgo Maria ! comme de petits anges qui, s’adressant à Dieu dans l’innocence de leurs cœurs, s’efforceraient de faire monter jusqu’à lui le parfum de l’encens le plus pur et la douce voix de la prière.


Annexe 6
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   29

similaire:

Quelques détails sur M. et Mme de Hédouville iconQuelques détails sur M. et Mme de Hédouville

Quelques détails sur M. et Mme de Hédouville iconBien, quelques détails sur ces premiers jours au Tchad!

Quelques détails sur M. et Mme de Hédouville iconRelative à la protection de l’enfance
«La protection de l‘enfance et l’adoption» à l’initiative de la sénatrice Mme Michelle Meunier en s’appuyant non seulement sur le...

Quelques détails sur M. et Mme de Hédouville iconM. Serge richard maire, M. Jean varinois, Mme Isabelle burgos mme...

Quelques détails sur M. et Mme de Hédouville iconMM. Didier miriel, Mme Marie-Line hercouet, Mme Nicole despres, Mme...
«Le Bas Bourg». Le montant des travaux s’élève à 13 535,00 € ht, soit 16 242,00 € ttc et fera l’objet d’un financement par la commune,...

Quelques détails sur M. et Mme de Hédouville iconDétails sur la guerre sainte

Quelques détails sur M. et Mme de Hédouville iconMme caussarieu jocelyne donne procuration à Mme roy sarah, M. Brunet...
...

Quelques détails sur M. et Mme de Hédouville iconMme Gisèle Deraspe Administratrice Mme Nancy Leblanc Administratrice...

Quelques détails sur M. et Mme de Hédouville iconItinéraire topographique et historique des Hautes-Pyrénées, contenant...

Quelques détails sur M. et Mme de Hédouville iconNotice sur les livres de Denis Duclos disponibles
«le Translatador»- plusieurs de mes livres récents. Je vous en adresse la liste ainsi que quelques lignes de sommaire, le fac-similé...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com