Ami, c’est quelqu’un, qui vous connaît bien et qui nous aime quand même. J´espère, vous avez des amis comme ca! Mai est-ce qu´on pourrait dire: Dieu








télécharger 33.67 Kb.
titreAmi, c’est quelqu’un, qui vous connaît bien et qui nous aime quand même. J´espère, vous avez des amis comme ca! Mai est-ce qu´on pourrait dire: Dieu
date de publication05.10.2017
taille33.67 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos


Predigt am Reformationssonntag, 1.11.2015 um 10.15 in Aigle bilingue

Liebe Gemeinde, chers amis,
«Un ami, c’est quelqu’un, qui vous connaît bien

et qui nous aime quand même.« 
J´espère, vous avez des amis comme ca!

Mai est-ce qu´on pourrait dire:
«Dieu, c´est quelqu´un, qui nous connaît bien

et qui nous aime quand même.»
J´espère, que nous pouvons le dire de Dieu!
Dieu nous aime malgré tout – bref, c´est le message de la reformé,

C´est la découverte, que Martin Luther a fait.
Martin Luther est né le 10 novembre 1483 en Allemagne, à Eisleben.

Il étudie le droit à Erfurt.

En 1505, pris dans un orage très violent, il fait le vœu de se faire moine

s’il échappe à la foudre.

Il entre alors au couvent des moines augustins.

Il est ordonné prêtre en et devient docteur en théologie en 1512.

Il part alors enseigner la théologie à Wittenberg, ville du prince Frédéric le Sage.
Reformationstag: 31. Oktober. Vor beinahe 500 Jahren ist das passiert, dessen wir Protestanten heute gedenken. Martin Luther schlug seine 95 Thesen an die Tür der Schlosskirche zu Wittenberg. Aber wie kam er dazu?
Aus den Worte des Apostels Paulus an die Römer haben wir gehört: ein Text, der nicht nur Martin Luther, der auch die Welt veränderte. Bedeutsame, große Worte. Können wir die heute einfach verstehen?

Nun aber ist ohne Zutun des Gesetzes die Gerechtigkeit, die vor Gott gilt, offenbart, bezeugt durch das Gesetz und die Propheten.

Ich rede aber von der Gerechtigkeit vor Gott, die da kommt durch den Glauben an Jesus Christus zu allen, die glauben.“

Das muss man häufig lesen und hören, immer wieder, bis man anfängt zu verstehen:

Mais maintenant, la justice de Dieu dont témoignent la loi et les prophètes

a été manifestée indépendamment de la loi: 

c'est la justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ pour tous ceux qui croient. 

Luther schreibt darüber selbst erst einige Jahre später,

"Ich konnte", schreibt er, "ich konnte den gerechten, die Sünder strafenden Gott nicht lieben. Im Gegenteil, ich hasste ihn sogar. Wenn ich auch als Mönch untadelig lebte, fühlte ich mich vor Gott doch als Sünder und mein Gewissen quälte mich sehr. Ich wagte nicht zu hoffen, dass ich Gott durch meine Genugtuung versöhnen könnte. Und wenn ich mich auch nicht in Lästerung gegen Gott empörte, so murrte ich doch heimlich gewaltig gegen ihn…"
Luther litt. Unendliche Qualen. Die kirchliche Ansage des Papstes in Rom war klar. Gott ist gerecht. Begehst du eine Sünde, wird dich Gott strafen. Auch das ist gerecht. Das höchste Gebot nun aber, das Jesus gelehrt hatte, lautet:

du sollst Gott über alles lieben.

Wie aber soll man jemanden lieben, der einen, sobald man es nicht tut, sobald man irgendetwas falsch macht, vielleicht auch nur um etwas anderes richtig zu machen, unendliche Qualen und Höllenstrafen androht?
Doch Luther ringt mit dem biblischen Text.

Immer und immer wieder liest er ihn. Hört auf ihn,

und dann fängt er langsam an zu verstehen:

die Gerechtigkeit Gottes, von der Paulus spricht, das ist nicht die Gerechtigkeit, die wir aufbringen, herstellen und leisten,

sondern die Gerechtigkeit, mit der Gott uns beschenkt, die er uns eröffnet,

obwohl wir  Sünder sind, obwohl wir falsch handeln,

obwohl wir unvollkommen, bequem oder mutlos sind, oder es einfach nur immer schon so gemacht haben…
Nous écoutons à Luther:

« Pendant que je méditais, jour et nuit,

et que j'examinai l'enchaînement de ces mots :

« La justice de Dieu est révélée dans l'Evangile », comme il est écrit :

« Le juste vivra par la foi », je commençai à comprendre

que la justice de Dieu signifie ici la justice que Dieu donne

et par laquelle le juste vit s'il a la foi.

Le sens de la phrase est donc celui-ci :

L'Evangile nous révèle la justice de Dieu,

mais la justice passive, par laquelle Dieu, dans sa miséricorde,

nous justifie au moyen de la foi...

Aussitôt, je me sentis renaître, et il me sembla

être entré par des portes largement ouvertes au Paradis même. »

Luther entdeckt, dass man sich etwas schenken lassen kann von Gott. Solange wir Menschen auf uns und unsere Anstrengungen schauen, Gott zu lieben, geht es schief, sind wir in uns selbst gefangen. Wenn wir uns aber aufrichten und auf Gottes Güte schauen, dann sind wir frei, ledig und los alle Angst vor Gott, weil wir hören: er macht uns groß, nicht wir selbst. Und vor allem, was uns groß macht, entscheidet Er und nicht wir.

Wir können es nicht in Gehaltsstufen messen, nicht in der Zahl der sogenannten Freunde bei Facebook, nicht mal anhand der Menge derjenigen die zum runden Geburtstag kommen oder daran wie sehr wir doch schon wieder gelobt worden sind. 

Wir können und sollen nicht aufhören, gut zu sein, recht zu tun, das Licht in die Welt zu lassen. Aber immer in dem Wissen:

Alles Notwendige ist schon geschehen durch Jesus Christus.

Wichtig ist einzig allein der Glaube.

Gott ist gerecht, weil er gerecht macht.
Da verstand Luther: Keine Höllenstrafe, kein Fegefeuer, kein zorniger Gott – was für ein Gedanke! Plötzlich war die Angst verschwunden, die Furcht.

Und wir können uns vielleicht gar nicht genug vorstellen, wie es Martin Luther dabei ging:

"Da fühlte ich mich ganz und gar neugeboren, und durch offene Tore trat ich in das Paradies selbst ein".

Es muss ein gewaltiges Gefühl gewesen sein, ein Staunen darüber,

dass Gott da ist, dass er es gut meint mit mir, dass er mich sieht und mir so ein unzerstörbares Ansehen gibt.

Da ist einer, der mich liebt, so wie ich bin. Der liebt mich einfach so.
Luthers reformatorische Entdeckung hat die Welt verändert und uns auch heute hier zusammenführt. Luther hat  zum ersten Mal in diesem Paulustext Gottes Liebeserklärung an den Menschen gehört.
Die Ablassbriefe, mit denen man sich von seinen Sünden frei kaufen und quasi einen Platz im Himmel reservieren konnte, waren dann natürlich hinfällig, ja sogar Gotteslästerung!

Und so schrieb Luther seine 95 Thesen gegen den Ablass, schlug sie an die Tür der Schlosskirche zu Wittenberg und setzte damit die Reformation in Deutschland in Gang.
Luther n’est plus d’accord avec les pratiques de l’Église catholique et il commence à la critiquer très ouvertement à partir de 1517, à cause du commerce des indulgences. En effet, les indulgences sont présentées comme si, en les achetant, on pouvait échapper au purgatoire. En réalité, elles servent à financer la construction de la basilique Saint-Pierre à Rome.
Les idées de Luther gagnent du terrain. Peu à peu, elles aboutissent à la confession d’Augsbourg, qui est présentée à Charles Quint en 1530.

L’empereur la refuse, il veut que tout le monde revienne vers l’Église catholique.

Mais c’est trop tard, plusieurs princes allemands sont déjà acquis aux thèses de Luther, lesquelles vont s’étendre dans l’Europe de la Renaissance.

Elles conquièrent notamment les souverains

des pays scandinaves et anglo-saxons, et se développent en France malgré l’opposition du roi.

Luther meurt en 1546 : il est considéré comme le père du protestantisme et reconnu comme l’un des plus grands théologiens de son temps.
Grand lecteur de la Bible, il condamne certaines croyances de l’Église à l´époque:

  • Le salut par les œuvres : pour ne pas aller en enfer, le catholique doit faire les bonnes actions que l’Église recommande (les pèlerinages, l’aumône aux pauvres, l’achat d’indulgences…) ;

  • Le culte de la Vierge et des Saints.

Il affirme que le Salut est un don de Dieu : c’est le « Salut par grâce ».

Il critique le pouvoir du pape de décider ce qu’il faut ou ne faut pas croire.

Les réformateurs comme Luther ou Calvin ou Farel

propagent des idées nouvelles :

la foi seule, la grâce seule, l’Écriture seule.

Ces idées connaissent un grand retentissement dans toute l’Europe,

mais elles s’implantent surtout en Europe du Nord.

Cela a entraîné des divisions politiques et des guerres

qui ont opposé pays protestants et pays catholiques.

La Réforme n’est pas seulement un mouvement religieux : elle a eu des conséquences culturelles et sociales qui sont visibles encore aujourd’hui.
Retour aux thèses de Luther: Dans le préambule il écrit:
Préambule

Par amour pour la vérité et dans le but de la préciser,

les thèses suivantes seront soutenues à Wittenberg,

sous la présidence du Révérend Père Martin Luther, ermite augustin,

maître des Arts, docteur et lecteur de la Sainte Théologie.

Celui-ci prie ceux qui, étant absents, ne pourraient discuter avec lui,

de vouloir bien le faire par lettres.

Au nom de notre Seigneur Jésus-Christ. Amen.
Thèses

1. En disant: Faites pénitence, notre Maître et Seigneur Jésus-Christ a voulu que la vie entière des fidèles fût une pénitence.
62. Le véritable trésor de l'Eglise, c'est le très-saint Evangile de la gloire et de la grâce de Dieu.
Juste quelques phrase du texte des fameuses 95 thèses

que Martin Luther aurait affichées (en tout cas, selon la légende) sur la porte de l’église du château de Wittenberg le 31 Octobre 1517,

événement souvent retenu comme étant le commencement de la réforme protestante.

La plupart de ces thèses ne nous enthousiasment pas nécessairement aujourd’hui (et même nous choquent), c’est tout à fait normal.

Nous ne sommes plus en 1517, nous ne sommes peut-être pas en Saxe,

nous ne sommes pas Martin Luther, et il n’était pas Jésus-Christ…

chaque période a ses propres défis, et le propre de la « Réforme » est

qu’il est nécessaire de se réformer sans cesse

pour répondre à notre propre besoin de conversion,

et à celui de notre propre église.

D’où la question :

quelle thèse voudriez-vous afficher à la porte de l’église d´Yvorne, de Corbeyriere, du Cloître, de l´église de Montreux ou Farel à Aigle pour nous réformer ensemble ?
Beispiele zu 40 Themen rund um den Glauben finden sie in den kleinen Heftchen der sek / feps, die in unseren Kirchen ausliegen (www.ref-500.ch)
Dabei sollten wir nicht vergessen:

Gott, das ist einer, der uns kennt

Und der uns liebt, trotz allem, wie ein Freund,

allein aus Gnade.
Und der Friede Gottes, der höher ist als all unsere Vernunft, bewahre unsere Herzen und Sinne in Christus Jesus.

Amen.

similaire:

Ami, c’est quelqu’un, qui vous connaît bien et qui nous aime quand même. J´espère, vous avez des amis comme ca! Mai est-ce qu´on pourrait dire: Dieu iconNe savez-vous pas que vous êtes un temple de Dieu, et que l'Esprit...
«mon cœur est à Dieu ! IL ne me dira rien si je fume même de trop et que cela nuit à ma santé !» Non ! C’est tout notre être qui...

Ami, c’est quelqu’un, qui vous connaît bien et qui nous aime quand même. J´espère, vous avez des amis comme ca! Mai est-ce qu´on pourrait dire: Dieu iconTremblez mais osez ! Qu’est-ce qui vous empêche d’être celui que...
«mais si», des «si seulement», «non». Nous pouvons soit l’accepter et se dire : «c’est toujours sur moi que ça arrive» ou la confronter...

Ami, c’est quelqu’un, qui vous connaît bien et qui nous aime quand même. J´espère, vous avez des amis comme ca! Mai est-ce qu´on pourrait dire: Dieu iconEsther chapitres 9 et suivants
«personne ne leur résiste» ce qui est un moyen de montrer que quand Dieu est avec son peuple, celui ci est invincible (même si le...

Ami, c’est quelqu’un, qui vous connaît bien et qui nous aime quand même. J´espère, vous avez des amis comme ca! Mai est-ce qu´on pourrait dire: Dieu iconRésumé : a partir d’un corpus de cinquante albums de chansons francophones...
«Encore un chanteur. J’en ai marre. Mais qu’est-ce que vous avez tous à chanter ? Pourquoi vous faites pas de la peinture ? D’accord,...

Ami, c’est quelqu’un, qui vous connaît bien et qui nous aime quand même. J´espère, vous avez des amis comme ca! Mai est-ce qu´on pourrait dire: Dieu iconCédric mon chéri c’est moi Hadrien ton frère du cosmos. Vous avez...

Ami, c’est quelqu’un, qui vous connaît bien et qui nous aime quand même. J´espère, vous avez des amis comme ca! Mai est-ce qu´on pourrait dire: Dieu icon«Ô gens du Livre! N’exagérez pas dans votre religion en dépassant...
«Trois». Cessez! Ce sera bien mieux pour vous. Votre Dieu est un Dieu unique. IL est trop parfait pour avoir un fils. C’est à Lui...

Ami, c’est quelqu’un, qui vous connaît bien et qui nous aime quand même. J´espère, vous avez des amis comme ca! Mai est-ce qu´on pourrait dire: Dieu iconJe vous remercie de me compter parmi vous, afin qu’ensemble, nous...
«Ganga lokola kake, tozala sérieux et francs» et en Français, c’est-à-dire, je dis, cries comme la foudre, nous devons être sérieux...

Ami, c’est quelqu’un, qui vous connaît bien et qui nous aime quand même. J´espère, vous avez des amis comme ca! Mai est-ce qu´on pourrait dire: Dieu iconComment le ministre collégialement le bapteme du saint-esprit
«le syndrome du prédicateur faim», qui est l'endroit où vous faites tout pressé parce que vous voulez en finir. C'est le péché. Vous...

Ami, c’est quelqu’un, qui vous connaît bien et qui nous aime quand même. J´espère, vous avez des amis comme ca! Mai est-ce qu´on pourrait dire: Dieu iconUn matin, quelqu’un vous dit : on ferme l’usine, vous avez un an,...

Ami, c’est quelqu’un, qui vous connaît bien et qui nous aime quand même. J´espère, vous avez des amis comme ca! Mai est-ce qu´on pourrait dire: Dieu iconDédicace
«L’homme supérieur à qui ce livre est dédié» n’est-ce pas vous dire : – «C’est à vous ?»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com