Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme








télécharger 451.31 Kb.
titreBibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme
page3/34
date de publication04.10.2017
taille451.31 Kb.
typeBibliographie
l.21-bal.com > loi > Bibliographie
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   34

c) La modernité philosophique américaine 

Le pragmatisme

William James (1842-1910)


Un philosophe qui part de la psychologie (il est médecin et enseigne à Harvard), un peu comme Bergson en France. Il étudie notamment les diverses formes de l’expérience religieuse, l’expérience intérieure de la religion.

Puis il fonde une école qu’il appelle pragmatisme, dont il expose les principes : l’important, dans la pensée, c’est l’action et sa réussite. Ce qui a un sens et une valeur, c’est ce qui change le monde dans le sens du mieux.

John Dewey (1859-1952)


Développe le pragmatisme en une philosophie critique et active de la modernité : notre monde intellectuel est en retard sur notre monde matériel, nos inventions, nos savoir-faire. Nous raisonnons encore comme dans le monde ancien.  penser les relations de soi à soi, de soi aux autres, la politique, l’éducation, pour prendre en compte un nouveau système de valeur, celui de la modernité.

Il est le plus typiquement américain des fondateurs de la philosophie américaine, il participe largement aux mythes fondateurs : égalité des chances mais dans la compétition, mythe de la frontière et du pionnier, du Nouveau Monde, de l'industrie et du progrès, ... (= assumer l'absence de racine et essayer de se créer une culture originale ...)

Richard Rorty (né en 1931)


Représentant contemporain du pragmatisme, voir en français : L’espoir au lieu du savoir, Introduction au pragmatisme, Albin Michel.

Son orientation philosophique : occupons-nous un peu moins des « fondements » (principes, démonstrations, certitude) et un peu plus des conséquences de nos idées et de nos actions.

De nouvelles philosophies de la science

W.V.O. Quine, Nelson Goodman


A l’intérieur de la philosophie analytique, très formaliste, positiviste, d’origine européenne (germanique et britannique), l’esprit pragmatiste américain apporte de l’ouverture, du pluralisme, la prise en compte de l’action et de la volonté des humains 

Thomas Kuhn, Larry Laudan, Philip Kitcher, John Dupré, …


Contre la mythologie positiviste d’une science détenant la vérité, peu à peu conquise sur le réel, grâce à une conduite morale exemplaire, la « méthode scientifique » :

La science est une construction des humains et des sociétés humaines, il faut la comprendre d’un point de vue pragmatiste, pluraliste, pas la diviniser (ce n’est pas une religion). Pas lui confier non plus tous nos espoirs. Elle n’est rien de « transcendant »… — c’est ce que disaient nos philosophes transcendantalistes.

Un nouvel esprit philosophique


Les caractères de la philosophie américaine (un « esprit » qui sous une forme appliquée et peut-être dégradée s’impose dans le monde des affaires à cause de la domination économique des entreprises U.S.) :

- plutôt que des abstractions qui s’imposent dans les essences, une fois pour toutes, l’expérience des choses qui se construisent, par des humains, dans le concret

- privilégier ce qui relève de l’action, du futur, des méthodes (plutôt que la théorisation, le passé, l’intuition particulière)

- préférer « à la philosophie de la tour d'ivoire la philosophie en équipe, à la philosophie de la conscience individuelle la philosophie de l'engagement collectif, à la morale pessimiste de la métaphysique de l'être la morale optimiste de la philosophie de l'action, à la religion dogmatique des théologiens la religion pratique des communautés au sein de la grande communauté démocratique » (Deledalle)

Conclusion

« Que peut-on en tirer pour une sagesse moderne ? »


Utiliser la conjonction de l’idéalisme et du pragmatisme selon la bonne configuration = comme une source d’énergie

— et pas selon la mauvaise configuration : le pragmatisme bloque l’idéalisme (« tout cela est bien beau mais pas réalisable »), l’idéalisme décourage le pragmatisme (« ce n’est pas avec des actions humaines concrètes qu’on va résoudre les grands problèmes »)

 chercher dans nos auteurs : comment l’idéalisme potentialise le pragmatisme, comment le pragmatisme potentialise l’idéalisme.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   34

similaire:

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconLa Révolution Américaine et la naissance de la Nation américaine 1763-1823

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconPhilosophie & Management – 28/05/05
«la philosophie est la recherche de la vérité au sujet du Tout de la réalité, et de la place de l’homme dans le Tout.» Pour André...

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconRésumé : À la fin du siècle précédent, la philosophie du développement...
«conséquences du progrès technique susceptible de nuire à la vie sur la Terre, aux équilibres naturels, et à l’évolution de l’humanité»Il...

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconAtelier de philosophie animé par alexandre schild saison 2 (2016-2017)...

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconAtelier de philosophie animé par alexandre schild saison 2 (2016-2017)...

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconLes notions constitutionnelles fondamentales
«Constitution Sociale» par opposition à la «Constitution Politique». expl : en 2007, intégration dans la Constitution d’1 article...

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconPolitique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques
«La Philosophie dans le monde actuel», Faculté de philosophie, Université Laval, ainsi que des organismes de recherche et de diffusion...

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconPrévention d’une crise sanitaire grave : Demande d’ouverture d’une...
«grippe porcine» comme prétexte, elle les accuse d’avoir planifié le meurtre de masse de la population américaine par le biais de...

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconExamen des rapports présentés par les états parties
«une autorité supérieure à celle des lois» (art. 98 de la Constitution). Comme la Constitution, la loi et les règlements, la Convention...

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconUne mauvaise constitution








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com