2011 Naissance d'une politique de la génétique. Dépistage, biomédecine, enjeux sociaux








télécharger 297.05 Kb.
titre2011 Naissance d'une politique de la génétique. Dépistage, biomédecine, enjeux sociaux
page1/8
date de publication15.07.2017
taille297.05 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8
Sociologie de la santé mars 2012

Centre Régional de Documentation en Santé Publique - CRDSP

Tél : 05 61 25 98 70 Fax : 05 62 26 42 40 mail : n.bel@orsmip.fr

Faculté de Médecine, 37 allées Jules Guesde, 31073 Toulouse cedex
2011

Naissance d'une politique de la génétique. Dépistage, biomédecine, enjeux sociaux. Ouvrage

VAILLY (J.). 2011. Paris : Presses Universitaires de France. Collection partage du savoir. 316p.

Les tests pour des maladies ou des traits génétiques connaissent un développement rapide. Les dépistages à la naissance notamment représentent ceux qui sont globalement les plus utilisés. Dans ce contexte, cet ouvrage analyse les enjeux sociaux d'une politique de dépistage pour une maladie génétique (la mucoviscidose), dans leur triple dimension scientifique, politique et morale. Sont explorés les conditions d'émergence de sa mise en oeuvre, les logiques politiques qui la sous-tendent et les effets qu'elle produit en termes de normes et de valeurs. Fruit d'une enquête menée pendant cinq ans, l'étude montre les liens entre des savoirs biomédicaux et des techniques politiques, les types de sujets produits, la manière dont s'étend l'idée d'anormalité biomédicale, et l'articulation entre pratiques de soins et logiques de sélection des fœtus. Mais il est aussi possible de la considérer comme une contribution à des questions anthropologiques telles que le vrai, le choix, la norme et la vie de qualité. Elle tente ainsi de rendre compte des pratiques ordinaires liées à la génétique médicale actuelle - même si les questions qu'elles posent le sont beaucoup moins - et, au-delà, de ce que ce dépistage nous dit des transformations de la médecine et de nos sociétés. (4e de couv.)

SOC186
La santé à coeur ouvert. Sociologie du bien-être, de la maladie et du soin. Ouvrage

DRULHE (M.) / dir., SICOT (F.) / dir., MEIDANI (A.), DUCOURNAU (P.), MULOT (S.), HELARDOT (V.), MEMBRADO (M.). 2011. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail. Collection Soio-logiques. 305p.

La santé est un enjeu majeur de notre vie quotidienne, tant dans la sphère privée que publique, et les scandales de ces dernières années (du sang contaminé au Médiator) témoignent de cette préoccupation grandissante. Recherche d’épanouissement personnel, exploitation optimale des capacités de chacun, sensibilité accrue aux risques, exigence de protection et de bien-être : tous ces éléments attisent le débat autour des dispositifs de prévention, d’entretien, de promotion ou de réparation. La sociologie ne saurait rester à l’écart de ces questions. Le présent ouvrage se propose d’analyser en profondeur les inégalités face à la santé, le fonctionnement du système de soins et l’évolution actuelle des pratiques (tensions entre cure et care, brouillage des frontières entre normal et pathologique, etc.). Il aborde aussi des questions éminemment sensibles : nouvelles lois de bioéthique, prise en charge croissante de la mort par l’hôpital, vieillissement, problèmes liés au handicap et à la dépendance. Véritable introduction à une sociologie de la santé et du « vivre ensemble », ce livre en prise directe avec la recherche la plus récente a pour ambition de devenir un outil de référence destiné aux étudiants et aux chercheurs en sociologie, mais aussi aux très nombreux acteurs intervenant dans le domaine de la santé. (R.A.)

SOC185
Adolescence et troubles du comportement en institution. Ouvrage

WACJMAN (C.). 2011. Paris : Dunod. 276p.

Les Instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques (ITEP) accueillent des adolescents présentant des troubles du comportement (sans déficiences intellectuelles) qui les rendent incasables socialement. Ces adolescents se situent aux marges de la violence, des conduites à risques et souvent aussi au seuil des consultations psychiatriques. Le décret 2005-11 du 6 janvier 2005 transformant les Instituts de rééducation (IR) en Instituts thérapeutiques éducatifs et pédagogiques (ITEP) a considérablement modifié le paysage professionnel. La seconde édition de ce livre intègre ces modifications et en situe leurs applications et leurs transformations dans l'évolution des IR en ITEP. Les considérations sur la psychopathologie et l'anthropologie, notamment, sont augmentées. Les chiffres et les statistiques ont été modifiés et les plus récents sont présentés. Deux nouveaux chapitres ont été ajoutés : l'un à propos des modifications législatives ; l'autre au sujet des polémiques qui se sont fait jour à propos des récentes expertises sur les thérapies et le trouble des conduites. Au sommaire : Des données administratives et légales ; Adolescence en difficultés : quelques chiffres ; Classifications des troubles de l'adolescence ; Eléments de psychopathologie ; Questions d'anthropologie ; L'ITEP : fonction et organisation ; Actualité de la législation ; La controverse sur les troubles du comportement. Le décret n° 2005-11 du 6 janvier 2005 et un glossaire des sigles sont présentés en annexe.

SOC191


2010

Enregistrer les morts, identifier les surmortalités. Une comparaison Angleterre, États-Unis et France. Ouvrage

VASSY (C.), KELLER (R.), DINGWALL (R.), et al. 2010. Rennes : Presses de l'EHESP. Collection Recherche santé social. 99p.

La canicule de 2003, qui a tué 15000 personnes en France sans que cette surmortalité ait été identifiée rapidement, a suscité des interrogations sur la capacité des pouvoirs publics à dénombrer les morts avec exactitude, à détecter les crises sanitaires et à prévenir l'apparition de drames semblables. Comment enregistre-t-on les morts ? Quelles sont les informations que l'on cherche ainsi à obtenir et dans quels buts ? Pour répondre à ces questions, qui se posent dans tous les pays industrialisés, quatre sociologues et un historien se sont intéressés aux modalités d'enregistrement de la mortalité en Angleterre, aux États-Unis et en France. Leur étude montre que ces modalités reflètent des choix de société, plus ou moins anciens, qui diffèrent d'un pays à l'autre. Pourquoi les Français sont-ils obsédés par la confidentialité des causes de la mort ? Pourquoi les Anglais pratiquent-ils vingt fois plus d'autopsies qu'en France ? Comment les Américains inscrivent-ils l'enregistrement des morts dans la lutte contre le terrorisme ? En principe, les trois pays produisent des données de mortalité similaires, susceptibles de faire l'objet de comparaisons internationales. En pratique, les modes de construction de l'information sont très variables, et les préoccupations de santé publique sont loin d'être prioritaires. (4e de couv.)

SOC188
Famille et santé. Ouvrage

CRESSON (G.) / dir., METBOUL (M.) / dir., et al. 2010. Rennes : Presses de l'EHESP. Collection Recherche santé social. 301p.

Famille et santé : deux valeurs fortes, deux institutions en interaction constante. Comment les aborder ensemble sans inféoder l'une à l'autre - sans faire de la famille une auxiliaire des professionnels de la santé ? Conjuguant la pluralité des perspectives théoriques et la variété des préoccupations liées aux interventions sociales auprès de publics fragilisés, cet ouvrage collectif traite des situations les plus diverses : naissance, handicap, soins palliatifs, éducation aux risques, prise en charge de la douleur, recherche d'information sur le Web... Les contributions sont réunies en trois parties. La première est consacrée à la division politique du travail de soin entre familles et professionnels. La deuxième s'intéresse aux situations de crise qui amènent les familles à assurer un travail médical soutenu. La troisième aborde la production des liens familiaux lors des événements de santé : car si la famille produit des soins et de la santé, les événements de santé et de maladie produisent des liens familiaux, les réaffirment ou les distendent. (4e de couv.)

SOC187
L'autoproduction accompagnée. Un levier de changement. Ouvrage

CEREZUELLE (D.), ROUSTANG (G.) 2010. Toulouse : Erès. Collection Sociologie économique. 206p.

Préparer un repas, bricoler, améliorer son logement, fabriquer un meuble ou un vêtement, cultiver des légumes dans un jardin: l'autoproduction renvoie à des pratiques de la vie quotidienne. En produisant des biens et services pour notre propre consommation et celle de notre entourage, nous apprenons l'autonomie au quotidien. Loin de favoriser le repli sur soi, ces pratiques sont une occasion de coopérer, d'échanger, de donner. Elles ont un rôle de construction de la personne et de socialisation. Mais, pour diverses raisons, de nombreuses personnes sont privées de la possibilité de mettre en oeuvre les savoir-faire de la vie quotidienne. L'inégalité des revenus de l'économie monétaire est alors redoublée par l'inégalité des ressources non monétaires, ce qui favorise un renforcement des logiques d'exclusion. L'autoproduction accompagnée - autoréhabilitation du logement, ateliers cuisine, etc. - consiste à apporter une aide technique et sociale à des publics défavorisés pour leur permettre de faire par eux-mêmes. Actives dans l'amélioration de leurs conditions de vie, les personnes touchées par la pauvreté et l'exclusion retrouvent une place dans la société. Ce livre a pour ambition d'inscrire les démarches d'autoproduction accompagnée dans la panoplie des politiques publiques d'action sociale et de développement social. Les auteurs montrent que cet outil, à l'heure actuelle sous-utilisé, a fait ses preuves et qu'il pourrait être généralisé. Ils en présentent la méthodologie et les résultats. Plus largement, ils invitent le lecteur à rechercher une autre articulation entre l'économique et le social, et à initier ainsi un changement, qui s'impose désormais, de nos façons de produire et de consommer. (4e de couv.)

SOC184
Sociologie des risques domestiques. Des accidents invisibles ? Ouvrage

LALANNE (M.). 2010. Paris : Tec & Doc Lavoisier. Collection Sciences du risque et du danger. 200p.

Avec environ 19 000 morts par an en France, les accidents domestiques et de la vie courante provoquent quatre fois plus de décès que les accidents de la circulation et trente fois plus que les accidents du travail. Or ces accidents paraissent invisibles en tant que problème public. Comment analyser ce paradoxe ? Comment expliquer que ces risques récurrents de la vie privée, identifiés comme problème majeur de santé, soient peu craints de la population, peu connus des professionnels et peu mis sur l'agenda politique ? Ce que l'on sait de ces accidents et des accidentés dépend essentiellement des dispositifs statistiques et médicaux qui définissent et décrivent le phénomène. Pourtant, les accidents domestiques et de la vie courante soulèvent de multiples enjeux sanitaires, politiques, économiques, sociaux et juridiques peu étudiés bien que de nombreuses actions de sensibilisation et de prévention soient menées. La sociologie des risques domestiques montre comment ce fait social complexe soumis aux variations sociales et territoriales constitue un problème public et politique. Il explore trois grandes pistes d'analyse pour appréhender ce phénomène social candidat à la labellisation Grande cause nationale pour 2011. Pourquoi et comment certains risques sont reconnus comme problème public et pas d'autres ? Les preuves statistiques de mortalité et de morbidité sont-elles suffisantes pour faire inscrire un risque sur l'agenda politique. L'émergence d'un risque de santé publique dépend-elle seulement de la mobilisation d'acteurs locaux et de soutiens politiques nationaux ou dépend-elle aussi d'acteurs internationaux ? (4ème de couv.)

SOC183
La santé : un enjeu de société. Ouvrage

HALPERN (C.) / coor. 2010. Auxerre : Sciences humaines éditions. 345p.

Jeunes ou vieux, malades ou bien portants, la santé nous concerne tous. Elle n'est pas qu'une question médicale ou technique. Elle interroge notre histoire, notre société, notre culture, notre politique, nos principes éthiques. En ce sens, les sciences humaines sont sollicitées sans cesse pour montrer toutes les facettes d'un champ immense. Ce livre entend donc varier les points de vue et appréhender la santé dans toutes ses acceptions. En interrogeant d'abord ce qu'est la santé et son pendant négatif, la pathologie (Qu'est-ce qu'être malade ?). Mais aussi notre rapport à la douleur, à la vieillesse, aux handicaps, aux remèdes. La santé, ce sont aussi ses acteurs (médecins, aides soignants, infirmier (e) s ...) et les relations parfois délicates qu'ils entretiennent entre eux et avec les patients et leurs familles. Mais la santé, ce sont aussi des politiques publiques menées par l'État qui supposent de mieux comprendre les inégalités de santé mais aussi de relever les défis de la prévention, déterminants aujourd'hui, pour rendre le système de santé plus efficace dans la lutte contre la maladie. Cette question touche de près celle de la réforme du système de santé et la question de son financement. Les dépenses de santé peuvent-elles être jugulées ? Et le doivent-elles ? Il faut aussi comprendre les transformations qui sont déjà en marche dans le système de soin. Et d'abord la profonde réforme hospitalière. Enfin, le livre aborde les questions d'éthique si cruciales pour la médecine : don d'organe, euthanasie, aide médicale à la procréation, nanotechnologies, pour ne donner que quelques exemples sont aujourd'hui au coeur des réflexions. (4e de couv.)

SOC169
Les vulnérables. La démocratie contre les pauvres. Ouvrage

THOMAS (H.). 2010. Bellecombes-en-Bauges : Editions du Croquant. Collection Terra. 254p.

Depuis le début des années 1980, les démocraties et les organisations internationales ont modifié leur approche des populations défavorisées, revenant sur plus de deux siècles de développement et de mise en ouvre des idées progressistes de promotion sociale et d'accès à la citoyenneté. La notion de vulnérabilité est la pierre angulaire de ce changement. Désormais la guerre est déclarée non plus à la pauvreté mais aux pauvres, enrôlés dans ce combat contre eux-mêmes. Ils font l'objet de la vigilance des savants, de la sollicitude des experts et d'une surveillance continue des acteurs publics et ne sont plus traités comme des citoyens malheureux ou mal intégrés mais comme des incapables. Cet ouvrage revient d'abord sur les fondements de cette révolution conceptuelle. Une archéologie des termes permet de comprendre comment ils se sont généralisés dans les discours publics depuis la fin du dernier millénaire. Puis il étudie les instruments de ce nouveau gouvernement des pauvres qui les coupe de l'exercice de leurs droits humains et de leurs libertés fondamentales. Comment ce remplacement de l'égalité par l'équité, de la liberté par la dignité, de la fraternité par la responsabilité s'est-il opéré ? Sur quels principes juridiques fondamentaux et politiques contradictoires, néanmoins conciliés dans une nouvelle théorie sociale, s'appuie-t-il ? Enfin le livre met en lumière les effets de ces dispositifs d'urgence permanente sur l'existence des vulnérables assignés au rôle de victimes. Leur traitement qui combine protection rapprochée et contrôle à distance repose sur l'individualisation et la psychologisation de leur condition et en fait tantôt des martyrs médiatisés tantôt des cibles discrètes d'interventions bienfaisantes condamnées à la désubjectivation et au silence. (4ème de couv.)

SOC179
L'enquête sociologique. Ouvrage

PAUGAM (S.). 2010. Paris : Presses Universitaires de France. Collection Quadrige manuels.

Le savoir-faire sociologique comprend aujourd'hui une connaissance précise des diverses techniques d'enquête et la capacité de choisir la plus appropriée en fonction du thème de recherche envisagé. Avant de restitué les résultats de sa recherche, le sociologue s'engage aussi à rendre compte de façon précise de sa méthodologie, des choix qu'il a fait tout au long du processus d'enquête. Ile ne peut y avoir de savoir sociologique indépendamment des techniques mises en oeuvre pour y accéder. Cet ouvrage présente l'enquête sociologique sous ses différents aspects avec un souci de couvrir l'ensemble des techniques et des méthodes les plus couramment utilisées en sociologie. Il se divise en quatre parties, correspondant aux quatre étapes essentielles d'une recherche en sociologie : La posture sociologique, les techniques d'enquête, les méthodes d'analyse, la restitution des résultats. (extrait 4ème de couv.)

SOC170
Retour aux sources. Ouvrage

HERITIER (F.). 2010. Paris : Galilée. Contemporanéités. 193p.

Pourquoi dit-on en France que chanter faux fait pleuvoir ou que les filles qui ont leurs règles ne doivent pas se baigner ? On peut répondre dédaigneusement qu'il s'agit là de superstitions surannées, dont on ignore l'origine et qui n'ont, en tout cas, aucun rapport entre elles. Or ce livre traite d'un système de pensée élaboré par une société d'Afrique de l'Ouest, les Samo, l'interroge de l'intérieur et met en évidence des similitudes, non pas tant dans les faits à proprement parler que dans les raisonnements tenus. Cet ensemble conceptuel a une grammaire : l'idée d'une osmose par " sympathie " entre le cosmos, le corps biologique et les actes sociaux, par attraction ou répulsion entre eux d'éléments (personnes, objets, actions, événements...) dotés de qualités semblables ou différentes. Nous en comprenons le fonctionnement, que ce livre dévoile, ne serait-ce que parce qu'il recourt à des composantes qui nous sont familières - tels les quatre éléments fondamentaux de la terre, du feu, de l'air et de l'eau -, qu'il rencontre des besoins que nous partageons et qu'il se fonde sur une exigence commune de l'humanité : donner un sens à des faits inexplicables qui ont été ou sont encore, pour ceux qui l'ont élaboré comme pour nous, des " butoirs pour la pensée ". Nous en tirons des lumières sur notre propre fonctionnement mental car, comme l'écrivait Georges Bataille, saisi par la " modernité " des représentations picturales de la préhistoire, il nous faut, devant l'évidence, postuler " une cohérence relative des mouvements de l'esprit humain ". (4ème de couv.)

SOC177
La société du malaise. Ouvrage

EHRENBERG (A.) 2010. Paris : Odile Jacob. 439p.

L'émancipation des moeurs, les transformations de l'entreprise et celles du capitalisme semblent affaiblir les liens sociaux ; l'individu doit de plus en plus compter sur sa " personnalité ". Il s'ensuit de nouvelles souffrances psychiques qui seraient liées à la difficulté à atteindre les idéaux qui nous sont fixés. Cette vision commune possède un défaut majeur : elle est franco-française. Comment rendre compte de la singularité française ? Et que signifie l'idée récente que la société crée des souffrances psychiques ? Croisant l'histoire de la psychanalyse et celle de l'individualisme, Alain Ehrenberg compare la façon dont les Etats-Unis et la France conçoivent les relations entre malheur personnel et mal commun, offrant ainsi une image plus claire et plus nuancée des inquiétudes logées dans le malaise français. (4ème de couv.)

SOC178
Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au XIXe siècle. Ouvrage

JORLAND (G.). 2010. Paris : Gallimard. Bibliothèques des histoires. 361p.

Faute de pouvoir soigner les maladies, la médecine du XIXe siècle s'est employée à les prévenir. D'où le rôle central qu'y joue l'hygiène publique. Se donnant pour mission de supprimer les foyers d'infection qui minent la société. elle s'étend à tous les domaines : égouts et voiries. orientation et hauteur des bâtiments, alimentation et travail. pollution industrielle et urbaine, prisons. casernes, hôpitaux, mais aussi prostitution. alcoolisme, crimes. suicides, etc. Les préconisations des hygiénistes sont toujours les mêmes : faire circuler l'air et l'eau, désinfecter, vacciner. Mais ces avis ne sont pas toujours suivis d'effets. Dans nombre de pays européens. la vaccination et la revaccination sont obligatoires. En France. non. D'où ces deux paradoxes : qu'un pays qui a créé le mouvement d'hygiène publique moderne soit si lent à en appliquer les mesures ; que dans ce même pays. synonyme de centralisation et d'État fort, le gouvernement joue un rôle si limité dans la santé publique. A la fin du siècle, les médecins finissent par se faire élire eux-mêmes au Parlement afin de faire voter une législation sanitaire. Mais pour imposer les contraintes de santé publique. il leur faut abandonner l'idéologie libérale et en construire une autre. le solidarisme. La législation perdurera, pas l'idéologie. Aujourd'hui, les politiques de santé publique appliquées en France et en Angleterre sont diamétralement opposées : libérale chez nous, étatique là-bas. contrairement à toute attente. (4e de couv.)

SOC170
Faire de l'anthropologie. Santé, science et développement. Ouvrage

VIDAL (L.). 2010. Paris : La Découverte. Recherches / Terrains anthropologiques. 292p.

Qu’est-ce que « faire de l’anthropologie », comment « être anthropologue » aujourd’hui ? Pour répondre à ces questions, cet ouvrage s’intéresse à la « fabrique » de l’anthropologie : à partir de recherches menées dans le champ de la santé en Afrique, il invite en effet le lecteur à comprendre comment une recherche est imaginée, mise en place, suivie mois après et mois et conclue, cela en se penchant sur les discussions et négociations engagées avec ses différents acteurs (collègues, populations « enquêtées », décideurs). Partant de là, sont alors progressivement interrogées des préoccupations qui sont finalement au cœur de la pratique de toute anthropologie : la collaboration avec d’autres disciplines, la négociation de sa place dans le « monde de l’intervention » - ici la santé -, la dimension scientifique de sa démarche, soucieuse de comprendre l’existant mais aussi d’agir sur lui. Le sida, la tuberculose, le paludisme ou la santé maternelle, tout comme les rapports à la maladie et les pratiques des soignants qui sont au coeur des recherches décryptées, permettent alors de dessiner une anthropologie critique des projets de recherche qui rend indissociable le regard sur l’autre (qu’il soit médecin, malade, décideur ou chercheur) et une attention à ses propres choix de chercheur (en matière de méthode, d’objet et de terrain). C’est à cette tentation-là - difficile à atteindre, jamais définitivement acquise - que l’anthropologie est invitée à céder. (4e de couv.)

SOC166
Médecine et philosophie. Ouvrage

FAGOT-LARGEAULT (A.). 2010. Paris : Presses Universitaires de France. Collection Ethique et philosophie morale. 288p.

L'engagement médical implique toute une philosophie. Une métaphysique, parce que la médecine trouve sa raison d'être dans le constat de la réalité des maux qui affligent les vivants. Une épistémologie, parce qu'une connaissance du normal et du pathologique est la nécessaire condition dune lutte intelligente contre ces maux. Des dilemmes moraux, parce que cette lutte associe la recherche du bien des malades individuels, le respect de leur autonomie, et la prise en compte de l'intérêt collectif. C'est cette philosophie de l'acte médical que les essais ici réunis pour la première fois entreprennent d'expliciter, en abordant notamment les défis méthodologiques et éthiques de cet art, tout armé de technologies, et au carrefour de multiples sciences, qu'est la médecine. L'auteur, philosophe et médecin, expose avec rigueur et clarté les stratégies utilisées par la recherche médicale pour détecter, identifier et classer les éléments pathogènes (étiologie des affections, logique de l'inférence diagnostique, recherche épidémiologique), les procédures employées pour évaluer les coûts et bénéfices des interventions thérapeutiques (notion de qualité de vie), et les problèmes moraux soulevés par la mise à disposition de services de santé (procréation médicalement assistée, suivie de la grossesse). De cette lecture, on sort convaincu que la sagesse médicale tient à un fragile équilibre entre dévouement à ceux qui souffrent, rationalité incluant l'acceptation du risque, et lucidité sur les limites de nos connaissances. (4e de couv.)

SOC168
Les nouvelles frontières de la société française. Ouvrage

FASSIN (D.) / dir., et al.. 2010. Paris : Editions la Découverte. Collection Bibliothèque de l'Iris. 598p.

Au cours des dernières décennies, les frontières du territoire français se sont refermées pour celles et ceux, désormais indésirables, en provenance des pays non communautaires, qu'ils soient travailleurs, étudiants, demandeurs d'asile, enfants ou conjoints d'étrangers. Mais parallèlement à ce phénomène d'autant plus manifeste qu'il est devenu objet de surenchère politique, d'autres frontières moins visibles se sont constituées à l'intérieur de l'espace national. Raciales, ethniques ou religieuses, elles définissent des lignes de partage que la reconnaissance tardive des discriminations et la montée de revendications minoritaires ne permettent plus d'ignorer. Longtemps pensées séparément, les unes à travers la " question immigrée ", les autres en termes de " racialisation ", ces frontières extérieures et intérieures sont étroitement liées, tant dans les histoires familiales que dans les discours publics. Résultat de quatre années d'enquêtes menées par une équipe de sociologues, anthropologues, historiens, politistes, juristes, psychiatres et psychanalystes, cet ouvrage met au jour les transformations contemporaines des identités et des altérités dans la société française. (4e de couv.)

SOC163
Lutter contre la pauvreté. Tome 1. Le développement humain. Ouvrage

DUFLO (E.). 2010. Paris : Seuil. Collection La République des Idées. 103p.

Nul ne conteste que la santé et l'éducation constituent des priorités absolues. Mais la situation actuelle n'incite pas a l'optimisme : neuf millions d'enfants meurent chaque année avant l'âge de cinq ans de maladies que l'on sait guérir et, en Inde, la moitié des enfants scolarisés ne sait pas lire. Pour remédier à cet état de fait, Esther Duflo évalue localement et concrètement les programmes de lutte contre la pauvreté, à l'aide d'une méthode révolutionnaire : l'expérimentation aléatoire. De l'Inde au Malawi, du Kenya au Mexique, cette méthode permet de répondre à de nombreuses questions : comment rendre plus efficaces les campagnes de vaccination ? Comment améliorer l'instruction des enfants à moindre coût ? Comment lutter contre l'absentéisme des enseignants et des infirmières ? La santé et l'éducation sont les préalables non seulement au bien-être social, mais aussi à la liberté : ce livre montre comment les faire progresser de manière décisive. (R.A.)

SOC161
Lutter contre la pauvreté. Tome 2. La politique de l'autonomie. Ouvrage

DUFLO (E.). 2010. Paris : Seuil. Collection La République des Idées. 103p.

" Rendre aux pauvres la lutte contre la pauvreté. " Telle est aujourd'hui la devise de nombreux acteurs nationaux et internationaux, soucieux de responsabiliser les pauvres en leur donnant les moyens de l'autonomie. Mais, avant d'opter pour tel ou tel programme, il faut en mesurer l'efficacité. Le microcrédit est-il cette solution miracle grâce à laquelle le paysan misérable du Bangladesh pourra s'enrichir ? Les conseils de village, en Inde ou en Afrique, permettent-ils vraiment aux communautés de prendre leur destin en mains ? En étudiant la situation sur le terrain, Esther Duflo démontre les naïvetés et les approximations d'un discours qui entend tout miser sur l'initiative des pauvres. Car ni la microfinance ni la gouvernance locale ne peuvent remplacer des politiques publiques visant à créer des services de santé, à garantir l'offre éducative, à construire des infrastructures, à lutter contre la corruption. Expérimenter sans relâche pour améliorer concrètement la vie des pauvres : c'est ainsi que la vie civique pourra s'épanouir dans les pays en voie de développement. (R.A.)

SOC162
  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

2011 Naissance d\Rapport carrez juillet 2011
«méthodes et les enjeux du contrôle fiscal», la Cour des comptes a chiffré les enjeux en cause

2011 Naissance d\Tpe travaux Personnels Encadrés
«conception d’un enfant indemne de la maladie génétique recherchée et susceptible de soigner de façon décisive son aîné malade»,...

2011 Naissance d\A essor du libéralisme au sein de la représentation politique
«vivre» : le temps est à la défense d’une démocratie apaisée dans la sphère politique comme dans les rapports entre les partenaires...

2011 Naissance d\Les changements politiques, économiques, sociaux et culturels donnent...

2011 Naissance d\U cours du premier trimestre 2011, 15 animaux ont trouvé un nouveau foyer, 7 chiens et 8 chats
«Canicross» le 3 juillet 2011, un stand au vide grenier à Bournezeau le 17 juillet 2011 et une 2-ème Porte Ouverte le 1 et 2 Octobre...

2011 Naissance d\Génétique des populations – Génétique évolutive
«négatives» puisqu’elles sont utiles à l’évolution. On peut faire des probabilités et des estimations de fréquence pour prédire les...

2011 Naissance d\Le diagnostic prénatal
«un diagnostic porté sur l'embryon ou le fœtus humain in utero, qu'il s'agisse de déceler une anomalie morphologique ou une maladie...

2011 Naissance d\Génétique et société : une lecture de l’innéisme contemporain 1

2011 Naissance d\Politique et vérité
«Écartons tous les faits» (le géré, l’idéologique) permet ainsi de poser la question de la politique : celle d’une distinction dont...

2011 Naissance d\Cadre legal du depistage serique








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com