Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19








télécharger 291.78 Kb.
titreIntroduction : les héritages de la Révolution Française et du 19
page1/10
date de publication14.07.2017
taille291.78 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10
HISTOIRE CONTEMPORAINE
Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19ème siècle.



  1. Les héritages de la révolution Française.


La révolution est elle-même en rupture et en continuité avec ce qui se présente. C’est le début de l’histoire contemporaine.

Glorieuse révolution de 1688.
La France n’invente pas les droits de l’homme. Il traduit dans un texte une évolution philosophique, celle de l’époque moderne.

En matière de rôle de l’Etat, la révolution française l’a renforcée, c’est le Jacobinisme.

Mais d’un autre côté la tradition d’un Etat fort était déjà présente sous l’ancien régime.
Lorsque la France en 1688, difficultés économique importantes. Ressources insuffisante. Le roi s’efforce à trouver de l’argent. Il a commencé à faire appel aux privilégiés : Le Clergé et la Noblesse. Le Roi a eu l’idée de faire payer des impôts.

Pour cela il a convoqué des Etats Généraux. Préparée par les cahiers de doléances : Indiqué les points qu’on souhaitait réformer dans chaque commune.
Une partie de la population jouait un rôle décisif : des gens du tiers-état (bourgeoisie), ou alors des juristes, qui ont des connaissances, et qui vont se présenter comme les représentants du tiers Etat, alors que sociologiquement ils en sont différent, Ils représentent la partie éclairée de cette population.
Quand ce rassemble les Etats Généraux, les députés du Tiers Etats, demandent qu’on modifie le fonctionnement des Etats : des votes par tête et non par ordre.(une voix, un individu). Le fait de demander cela, montre que la pensée moderne est à l’œuvre. Les députés du Tiers Etat pensaient obtenir la majorité, puisqu’ils avaient obtenu qu’il y ait deux fois plus de députés. (98% de la population).

Cette demande du vote par tête a été le premier conflit avec le Roi. Devant la résistance du Roi, les députés du Tiers Etats décident de faire sécessions. Ils se prônent représentant du peuple. Ils décident de se former en Assemblée Nationale constituante, avec quelques leaders de la Noblesse (Mirabeau).
Deux points de départ fondamentaux : Vote par tête, et assemblée constituante faite par les représentants de la nation.

Louis XVI s’incline et l’assemblée constituante propose la constitution de 1791. Cette constitution maintient la monarchie, mais est contrebalancée par un pouvoir Parlementaire.

La 1ère constitution s’inspire de la DDHC de 1789.

Cet ensemble constitue les principes de 1789.
Pour la France, l’égalité est l’affaire de l’Etat, pour les USA, c’est l’affaire de Dieu.
En Novembre 1789, les députés sont confrontés aux problèmes d’argent. Talleyrand propose de confisquer les biens du clergé pour les mettre en vente. Cette idée est adoptée.

Le clergé est payé par l’Etat en contrepartie.

On impose aux membres du clergé de prêter serment à un texte : la constitution civile du clergé de juillet 1790. Elle faisait passer l’Eglise sous le contrôle des autorités politiques françaises. Le Pape dénonça cela. Elle fut refusée par un certain nombre : L’Eglise fut coupée en deux : les jureurs, les non jureurs.
Tension pour le Roi suite à cette décision. Il décida de quitter le Royaume, en juin 1991 pour Varenne, il est arrêté

Il apparait donc comme un personnage sans confiance. Donc impossible de pratiquer la constitution de 1791 (Roi a l’exécutif).
Le 10 aout 1791, emprisonnement du Roi, prise des Tuileries ou il réside.

Procès fin 1792, à la condamnation à mort

Exécution le 21 janvier 1793, qui met fin définitivement entre la logique révolutionnaire et monarchique.
République proclamée le 21 septembre 1792 après la bataille de Valmy. Table rase absolue. On repart de l’an 1, et peu de pays dans le monde on fait cela. Seulement la Russie Bolchévique, et la Turquie on fait table rase.


  1. Le Consulat et l’Empire


Difficultés financières, difficultés politiques liées aux divisions entres révolutionnaires (Girondins et Montagnards).
Au sein du pays, de nombreuses régions s’opposaient, et notamment la Vendée, qui a mis sur pied une véritable armée.
Face à ces constations, la révolution adopte le principe de la Terreur : C’est un principe de gouvernement adopté par le comité de salut public en janvier 1794 pour neutraliser et éradiquer toute forme d’opposition.

Cette Terreur a été très loin, avec un système de dépopulation.
Robespierre est arrêté le 28 juillet 1994 puis exécuté. (Représentant salut public)
On enregistre à partir de 1798, un tournant militaire. La France à partir de cette date remporte des dates, grâce a Napoléon Bonaparte.

Il est favorable aux idées Révolutionnaires. Il a été utilisé pour réprimer en 1795 et 1796 les tentatives de contre révolution monarchiste. Il permet par ces victoires de rétablir la situation militaire.
C’est ce qui rend possible le coup d’Etat du 18 brumaire, an 8 (novembre 1799).

Ce coup d’Etat permet à Napoléon d’instaurer le Consulat. IL est le 1er Consul. Il dote la France d’une constitution, qui va fonctionner, qui établi un consulat à 3 dirigeants.

L’œuvre du Consulat est considérable :

- La création en 1800 de la Banque de France

- En 1803, du Franc Germinal

- Le concordat de 1801 : Ramener la paix dans le pays. (Régit la réconciliation entre l’Etat et l’Eglise) : L’Etat Français renonce à la constitution civile du clergé. En revanche, le Pape renonce aux biens confisqués.

Dans ces conditions, le 1er Consul accepte de reconnaitre tous les curés non jureurs.

En ce qui concerne la nomination des évêques, ils seront nommés et payés par le gouvernement, mais ils ne pourront exercés leur fonction qu’une fois qu’ils auront été investi par le Pape.

- Le Code Civil de 1804 : Il reprend des principes de 1789, mais fait glisser singulièrement l’organisation des pouvoirs en faveur de l’exécutif. Ce sont des lois uniques, individuels qui sont strictement encadrés qui ne mettent pas les français en situation d’égalité notamment entre les hommes et les femmes (soumis économiquement, politiquement, au chef de famille).

C’est l’incarnation du chef de l’Etat.

- Corps préfectoral : s’inscrit dans le cadre d’une centralisation administrative, avec un renforcement puisque les fonctionnaires ne sont plus élus, mais sont nommés le pouvoir exécutif. Il représente le 1er Consul dans les départements.

Le sacre de Napoléon du 2 décembre 1804, a été un moment privilégié qui devient Napoléon 1er. Il a été marqué par une relation éphémère entre le Pape et l’Empereur.

L’essentiel de ses activités sont militaires. Privation de libertés publiques pour le peuple.
A partir de 1812, campagne de Russie. La France accumule les défaites. Tout cela s’effondre à Waterloo en 1815.



  1. La Restauration et la Monarchie de Juillet


La chute de l’empire se traduit par une restauration de la Monarchie.

Le frère de Louis XVI devient roi : Louis XVIII. Il met en place la charte constitutionnelle pour la France de 1814. Cette charte ne reprend pas à son compte le fameux principe de 1789 en ce sens où c’est une charte qui émane du Roi. Ce n’est pas la nation qui impose au Roi une constitution.
Il est remplacé par son frère, Charles X. Cette charte engrange une plus grande hostilité des parlementaires. IL est renversé par la révolution de juillet 1830, 3 jours appelées les 3 glorieuses, qui mettent fin à la Restauration au lendemain de la chute de l’empire.
Un nouveau Roi arrive, ce n’est plus les Bourbons, mais les Orléanistes. Le Roi Louis Philippe 1er devient Roi des Français en 1830. Il y a l’avènement d’une autre vision de la monarchie.

La charte de 1814 est modifiée légèrement. Sa modification est dans sa source. Désormais, elle est imposée au Roi par la Nation. C’est la Nation qui décide librement de choisir une charte. On revient à la logique de 1789. La souveraineté appartient donc à la Nation.

L’initiative des lois n’est plus le seul fait du Roi.

Désormais le Parlement et le Roi se partagent l’initiative des lois. Le Parlement est constitué de deux chambres : une chambre haute et une chambre basse (députés). On reste dans le principe du suffrage censitaire.
Cette monarchie de juillet marque le triomphe de la bourgeoisie au plan social et politique.

On appelle d’ailleurs Louis Philippe le Roi Bourgeois.
Economiquement la Monarchie de juillet est libérale. L’homme qui incarne cela est Guizot « enrichissez-vous », mais qui reste conservateur au plan politique.
Comment se caractérise l’opposition ?

- A partir de 1840, l’opposition au pouvoir prend une forme Républicaine. Il ne s’agit pas seulement de demander une libéralisation de la presse, il s’agit fondamentalement de remplacer la Monarchie par la République.

- Les journées révolutionnaires de février 1848, marque la chute de la monarchie de juillet, et la fin définitive de la monarchie au profit de la République.



  1. La Révolution de 1848 et la Seconde République.


Ces républicains sont caractérisés par une très grande diversité.
Parmi ces 48tards, certains sont socialistes (pré marxiste) ayant comme référence Proudon. Leur objectif est de privilégier les réalités collectives, sociales. L’Etat est particulièrement responsable de cela.

Cet aspect socialiste a déjà connu une période d’affirmation sous la Révolution Française. Le tout début de la 1ère République est marqué par une conception socialiste de la Nation.

Dans la 2ème DDHC de 1793, différences significatives : On renforce la dimension égalitaire, on trouve une nouvelle mention : « Principe de solidarité nationale, Etat providence ».
En février 1848, sont crées les ateliers nationaux, chargés de donner du travail aux malheureux. Rapidement fermés car gouffre financier. Conséquence d’émeutes, par les ouvriers parisiens et socialistes. Cavaignac contrôle cela, et obtient le soutien de la population, et notamment par les Républicains.
La constitution de la Seconde République a comme principale avancée le suffrage universel, et se recale donc aux principes de 1789 : Principe moderne 1 individu = 1 voix.


  1. La contestation des Traités de 1815 en Europe.


La carte de l’Europe, après la période révolutionnaire et napoléonienne, a été totalement refondue à l’occasion du congrès de Vienne (traités de 1815).
Ce congrès avait une double ambition :

- Faire rentrer la France dans ses frontières d’avant la Révolution. Mettre fin à la France des 130 départements, et la mettre sous le contrôle des autres puissances européennes (Autriche, Russie, Angleterre).

- Mettre un terme à l’expansion des idées de la Révolution en Europe, et donc mettre un terme à cette idée « du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ». Il s’agissait donc de combattre les principes de 1789.
Cette Europe de 1815 a quelques adversaires idéologiques très déterminés. Les adversaires travaillent, militent, s’organisent. Ils ont des objectifs précis : casser ces traités. Ce sont des libéraux :

- Egalité devant la loi.

- Lutte pour la liberté individuelle, reconnaissance des droits politiques.

- Liberté de la presse, expression publique.

- Un régime constitutionnel avec un parlement qui limite de façon très importante les prérogatives de l’exécutif.

Montée en puissance de ces idées.

Dans l’Europe de 1815, droits des peuples peu reconnus.

Empires Autrichien, Russe, Ottoman qui apparait comme celui qui va être comme le malade de l’Europe.
En 1822, un 1er soulèvement a lieu en Grèce pour contester l’influence Ottomane.

En 1827, les grecs se soulèvent de nouveaux, et deviennent indépendants. Cela marque le début du recul de l’influence turque en Europe.

Cela ouvre la voie à d’autres revendications :

- Indépendance Belges de 1830

- Un grand nombre de soulèvement européens en 1848 : Italie par rapport à l’Autriche, Pologne/ Russie, Allemagne/ Autriche.
La principale conséquence des échecs de 1848, est une amertume des Italiens et Allemands :

- Tout repart pour L’Italie en 1859, avec le soutien de la France. L’Italie s’organise autour du Royaume de Piémont- Sardaigne.

A partir de l’indépendance du Piémont/Autriche, cela a permis de créer l’unité Italienne en 1861, et achevé en 1870, lorsque les Etats pontificaux sont englobés en Italie.
- L’Allemagne : 39 Etats Allemands sous l’autorité de l’Autriche : La Prusse (effort d’unité comme le Piémont).

La Prusse dirigée par Le Roi, Guillaume 1er et Bismarck ont réussi dans un 1er temps a écraser l’Autriche lorsque de la Bataille de Sadowa : Indépendance totale. Le rassemblement de tous les autres Etats n’a été possible qu’en 1870, lors de la Guerre contre la France. Empire Allemand proclamé en janvier 1871.



  1. Napoléon Bonaparte et le Second Empire


Louis Napoléon Bonaparte était le Neveu de Napoléon 1er. Cet homme a commencé sa carrière en étant élu Président de la République en décembre 1848, lors de la 1ère élection dit au suffrage universel.

Ce Prince Président s’est fait élire sur le thème central de la préservation du Suffrage Universel. Il a donc été bénéfique à Bonaparte.

Cependant il a réalisé le 2 décembre1851 un coup d’Etat à mettre hors de combat les Républicains, et à lui permettre de rester à la tête de l’exécutif, à la faveur d’une nouvelle constitution qui s’inspire de celle de l’an 8 : exécutif très fort.

Un an plus tard, Bonaparte restaura l’Empire.

Président devenu Empereur le 2 décembre 1852, sous le nom de Napoléon 3.
- Nice et la Savoie sont devenus Français en 1860.

- Napoléon 3 met en marche un processus de libre échangiste, signé avec l’Angleterre en 1860 : Abaissement des droits de douanes.

- Il souhaitait l’ouverte économique, commerciale.

- Il a doté la France et le Monde d’outils :

- Canal de Suez : Ferdinand de Lesseps en 1869.

- Développé le réseau Bancaire Français : La Société Générale, le Crédit Lyonnais, le Crédit Français.

- Monnaie scripturale, chèque bancaire au porteur.

- Le Réseau ferré.

- L’industrialisation : 2 expositions universelles en 1855 et 1867.



  1. La République Parlementaire consolidée autour du Parti Radical


4 septembre 1870 : Proclamation de la République. C’est cependant une proclamation très formelle, car ne s’accompagne pas d’une constitution.

Progressivement, des lois constitutionnelles vont être mises en place, notamment en 1875.

L’installation de la 3ème République en France est hésitante.

On lieu des élections législatives en 1871 : donne lieu à des résultats pour le moins ambigu, puisque les monarchistes sont très nombreux.

Ce qui a été au cœur des votes, a été la question de la guerre, car les Républicains souhaitent poursuivre la Guerre. Or la majorité du pays, ne veut pas poursuivre la guerre. Ce qui explique que des monarchistes utilisent ce thème pour gagner les élections.
Le Nationalisme est Républicain à cette époque la. Il est de gauche. Le 1er Président de la 3ème République est Adolf Thiers est catastrophé par ces élections.
La commune de Paris, au début de l’année 1871, se dresse contre les Prussiens qui font le siège de la capitale. Thiers, en écrasant Paris en Mars 1871, assure à sa fonction une première légitime dans le pays, dans la mesure où il écrase les communards, qui représentaient un péril.
Il s’empresse de signer un traité de paix avec l’Allemagne. Il va organiser le paiement des indemnités de guerre. Les Prussiens vont donc partir. Thiers est donc le libérateur du territoire.
Au cours des années qui suivent, Mac Mahon devient Président, mais il est assez douteux quand à son Républicanisme. Il a clairement des sympathies idéologiques pour les Monarchistes.

Il faut les lois constitutionnelles de 1875, pour que la République s’enracine dans le Pays.

Ce qui sauve la République sont les divisions entre Monarchistes (légitimistes, Orléanistes). Cela empêche le camp royaliste d’empêcher la République.
La 1ère grande victoire des Républicains est remportée en janvier 1879, affrontement entre le législatif et l’exécutif. Mac Mahon est contraint de démissionner.

A partir de sa démission :

- la France est Républicaine

- Elle est Parlementaire : Le Parlement a le dernier mot.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconLa Révolution française

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconLa Révolution française et le xixè siècle

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconRevolution française, guerres de vendee : histoire, litterature

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconL'histoire du droit du travail débute avec la Révolution française

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconEgo sum : Un français ayant vécu la Révolution française et l’Empire

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconChapitre 1 La notion de famille à travers les siècles Section 1 :...
«la famille sera toujours à la base des sociétés» et Will Durant2 que «la famille est le noyau de la civilisation»

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconLivre premier révolution et contre-révolution
«Du Pain, la Paix et de la Terre !» se répandait dans le pays, résumant toutes les aspirations anciennes et les espoirs de l'heure...

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconLa révolution française a été une période de grands changements politiques,...

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconThème 1 : principes valeurs et symboles de la citoyenneté Européenne
«liberté- égalité- fraternité». Devise née pendant la révolution française et inscrite dans la ddhc de 1789

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconLa Révolution française de 1789, en abolissant les Orres et les Pivilèges,...
«l’encombrement des connaissances» et proposait ce que la réforme Haby définira comme «smic culturel» devenu aujourd’hui le «socle...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com