Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie








télécharger 49.87 Kb.
titreUnion des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie
date de publication14.07.2017
taille49.87 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos


Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie




AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE
Date : 21/12/12

N° Affaires sociales : 37.12



RELEVEMENT DU SMIC AU 1ER JANVIER 2013



Actualité
Le décret n° 2012-1429 du 19 décembre 2012, publié au journal officiel du 21 décembre 2012, fixe les nouveaux montants du SMIC et du minimum garanti applicables à compter du 1er janvier 2013.
Nous vous rappelons que depuis la loi du 3 décembre 2008 en faveur des revenus du travail, la revalorisation du SMIC intervient au 1er janvier de chaque année (et non plus au 1er juillet).
Le SMIC est revalorisé de 0,3 % au 1er janvier 2013. Cette hausse résulte de l’application des paramètres légaux de revalorisation, sans « coup de pouce ».
En revanche, le minimum garanti est maintenu inchangé au 1er janvier 2013.

Le SMIC
A compter du 1er janvier 2013, le taux horaire du SMIC légal passe donc de 9,40 € à 9,43 .

Le Minimum Garanti (MG)
A compter du 1er janvier 2013, le montant du minimum garanti reste fixé à 3,49 €.

Les montants des avantages en nature (ou indemnités) par mois pour le personnel sont fixés à :
- Avantage nourriture, pour une entreprise travaillant sur 5 jours :
44 x 3,49 € = 153,56 €

22 x 3,49 € = 76,78 €
- Avantage logement :
Depuis le 1er janvier 2003, l’évaluation de l’avantage logement s’effectue selon un forfait présenté sous la forme d’un barème de 8 tranches (le barème pour l’année 2013 n’est pas encore paru, nous vous tiendrons informés par circulaire lors de la publication du nouveau barème).
RAPPEL

Grille des salaires (avenant n° 14 du 1er mars 2012) 
Comme nous vous l’indiquions par circulaire Affaires sociales n° 24.12 du 28/06/12, la grille des salaires désormais en vigueur est celle fixée par l’avenant n° 14 du 1er mars 2012 qui est devenu obligatoire pour l’ensemble de la profession depuis le 1er juillet 2012 (cf. circulaire Affaires Sociales n° 24.12 du 28/06/12).
Nous vous rappelons que l’augmentation du SMIC + 1% prévu par l’avenant n° 6 du 15 décembre 2009 n’est pas automatique. En effet, ledit avenant précise que cette augmentation ne peut avoir lieu qu’à deux conditions :
- les partenaires sociaux doivent le décider en commission mixte paritaire et en tout état de cause, à chaque augmentation du SMIC ;
- et un accord doit être signé et étendu.
Ainsi, la grille des salaires fixée par l’avenant n° 14 susvisé reste applicable en l’état.

Les employeurs n’ont pour seule obligation que de réajuster les minima conventionnels à hauteur du SMIC et ce, jusqu’à l’extension d’une nouvelle grille revalorisant le niveau I, échelon 1 du SMIC + 1%.
En effet, à l’issue du classement de l’emploi, le salaire convenu ne peut, en tout état de cause, être inférieur au salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC). Or, à compter du 1er janvier 2013, le taux horaire du SMIC est de 9,43 €.
De ce fait, le salaire des emplois classés aux échelons 1 et 2 du niveau I sera obligatoirement réajusté sur le SMIC. Ainsi, il convient de verser au moins le SMIC horaire (soit : 9,43 €) aux salariés dont les postes ont été classés à ces échelons.
La réduction générale de cotisations patronales de sécurité sociale applicable (allégement Fillon)
Rappelons que la réduction générale de cotisations dite « réduction Fillon » est une réduction dégressive des cotisations patronales de sécurité sociale, dont le montant varie selon le niveau de rémunération des salariés y ouvrant droit.
Elle s’applique à l’ensemble des salariés dont la rémunération est inférieure à 1,6 SMIC et s’obtient à partir d’une formule de calcul qui diffère selon l’effectif de l’entreprise (plus ou moins de 19 salariés).
Nous vous rappelons également que depuis le 1er janvier 2011, le calcul de la réduction Fillon est annualisé et que ladite réduction ne s’applique plus aux cotisations accidents du travail et maladies professionnelles (cf. circulaire Affaires Sociales du 25/05/11 – n° 23.11).
De plus, depuis le 1er janvier 2012, la loi n° 2011-1906 du 21 décembre 2011 de financement de la sécurité sociale pour 2012 a modifié le mode de calcul de la réduction Fillon.

En effet, depuis cette date, la rémunération des heures supplémentaires et des heures complémentaires doivent être intégrée dans la rémunération annuelle brute servant de base au calcul du coefficient de la réduction Fillon.
Pour plus de précisions : se reporter à la circulaire Affaires sociales n° 13.12 du 22/02/12.


CONSEQUENCES DE L’AUGMENTATION DU SMIC A 9,43 € AU 1ER JANVIER 2013

Calcul du SMIC
L’avenant n° 2 du 05/02/07 fixe la durée de travail conventionnelle à 39 heures hebdomadaire pour toutes les entreprises sur la base de l’article L 3121-22 du Code du travail (et non plus de l’article L 3121-9 du Code du travail relatif au régime d’équivalence).
Toutefois, les entreprises peuvent retenir une durée inférieure. Par ailleurs, les entreprises qui, à la date du présent accord, appliquent une durée collective du travail inférieure à 39 heures restent soumises à cette durée.
Par conséquent, le SMIC se calcule par mois sur la base de 169 heures multipliées par le taux horaire. Il en résulte que le SMIC pour 169 heures est, à compter du 1er janvier 2013, de :
9,43 € x 169 h 00 = 1 593,67 €

Il s'agit d'un montant avant toute influence de la nourriture, et éventuellement du logement (ni abattement ni majoration).
Compte tenu de la suppression de la ½ nourriture par l’accord du 13/07/04, il suffit de rajouter à ce montant, qui constitue le salaire de base, l'intégralité de la nourriture (N) afin de déterminer le salaire brut.
Attention, le montant de l’avantage nourriture ou de l’indemnité compensatrice varie en fonction de la présence du salarié au moment desdits repas.
Par ailleurs, l’avenant n° 2 prévoit :


  • un déclenchement des heures supplémentaires à partir de la 36ème heure de travail par semaine,




  • des majorations pour heures supplémentaires de : 10 % entre la 36ème et la 39ème heure ; 20 % entre la 40ème et la 43ème heure et 50 % au-delà.



Présentation du bulletin de paie pour une entreprise à 39 heures
Compte tenu de la modification du fondement juridique par les partenaires sociaux concernant la durée du travail (39 heures conventionnelles sur la base de l’article L 3121-22 du Code du travail et non plus de l’article L 3121-9 du Code du travail relatif au régime d’équivalence), les heures supplémentaires se décomptent à partir de la 36ème heure.
Par conséquent, les bulletins de paie des salariés à 39 heures par semaine se présentent de la manière suivante :


  • sur la 1ère ligne du bulletin de paie figurera le montant du salaire de base correspondant à la durée mensuelle du travail de 169 heures multiplié par le taux horaire du SMIC au 1er janvier 2013 (soit 9,43 €) ;




  • sur la 2ème ligne du bulletin de paie devra apparaître la majoration de 10 % correspondant aux heures supplémentaires effectuées entre la 36ème et la 39ème heure, soit un total de 17,33 heures supplémentaires par mois (4 heures/semaine x 52 semaines / 12 mois) ;




  • sur la 3ème ligne apparaitra le paiement des éventuelles heures supplémentaires effectuées au-delà de 39 heures à 120 ou 150 %.



a) Cas d’un salarié à temps complet sur la base 169 heures, rémunéré au SMIC et bénéficiant de 2 repas par jour (consommés) :
Salaire de base :

169 H 00 x 9,43 € = 1 593,67 €
+ Majoration de la 36ème à la 39ème heure :

17,33 HS x (9,43 € x 10%) = 16,34 €
+ Avantage nourriture :

44 repas x 3,49 € = 153.56 €
Salaire brut  = 1 763,57 €


b) Cas d’un salarié à temps complet sur la base de 169 heures, rémunéré au SMIC et bénéficiant de 2 repas par jour mais qui n’en consomme qu’un sur les deux :
Salaire de base :

169 H 00 x 9,43 € = 1 593,67 €
+ Majoration de la 36ème à la 39ème heure :

17,33 HS x (9,43 € x 10%) = 16,34 €
+ Avantage en nature

22 repas x 3,49 € = 76,78 €
+ Indemnité compensatrice = 76,78 €

22 repas x 3,49 €
Salaire brut : = 1 763,57 €

c) Cas d’un salarié à temps partiel (100 h/mois), rémunéré au SMIC et bénéficiant de 1 repas par jour (consommés) :
Salaire de base : = 943,00 €

100 H 00 x 9,43 €
+ Avantage en nature = 76,78 €

22 repas x 3,49 €
Salaire brut : = 1 019,78 €
Nous vous transmettons ci-joint les modèles de bulletin de paie correspondant aux 3 cas de figures susvisés.


Circulaire n° 37.12, page sur

similaire:

Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie iconUnion des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie affaires sociales...

Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie iconUnion des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie juridique

Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie iconUnion des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie

Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie iconUnion des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie

Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie iconUnion des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie

Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie iconUnion des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie

Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie iconUnion des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie

Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie iconUnion des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie

Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie iconUnion des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie

Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie iconUnion des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com