Peut-on dire que la concurrence represente le veritable moteur de la croissance ?








télécharger 13.55 Kb.
titrePeut-on dire que la concurrence represente le veritable moteur de la croissance ?
date de publication12.07.2017
taille13.55 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
PEUT-ON DIRE QUE LA CONCURRENCE REPRESENTE LE VERITABLE MOTEUR DE LA CROISSANCE ?


Introduction

 actualité de la loi « Macron » :

« (…) le principal obstacle à la reprise de l’activité, ce sont les blocages aujourd’hui injustifiés qui se trouvent sur son chemin. (…) C’est une loi qui s’attache à lever de manière pragmatique les obstacles identifiés dans une multiplicité de secteurs pour libérer le potentiel inexploité de croissance et d’activité. » (dossier de presse de présentation de la loi – décembre 2014)

Mais aussi commission Attali (« Commission pour libérer la croissance française – 2007), principe des réformes structurelles (pays développés comme pays émergents), comparaison dynamique économique américaine et européenne

 point commun : croissance souffre des restrictions à la concurrence et processus de libéralisation de l’économie peut permettre une accélération de la dynamique de croissance

 analyse des liens entre concurrence et croissance au delà d’une première lecture des mécanismes de la croissance (« véritable moteur ») : facteurs expliquant le rôle de la concurrence dans la croissance mais aussi interrogations sur la nature exacte du lien et l’existence de limites à la relation

1- SI LA CONCURRENCE PEUT APPARAÎTRE COMME LE « VERITABLE » MOTEUR DE LA CROISSANCE…

A) La croissance extensive connaît des limites qui supposent une intensification de l’activité productive pour être dépassées

 croissance économique se fonde sur l’accumulation de facteurs de production (travail et capital) : justification théoriques (analyse des classiques – Smith et Ricardo), mesure de la dynamique de croissance au 19ème siècle

 processus de croissance extensive bute sur des limites : principe des rendements décroissants (Turgot, Malthus), risque d’un état stationnaire (Ricardo, Solow)

 poursuite de la dynamique de croissance passe par la mise en œuvre de gains de productivité (croissance intensive avec hausse de la Productivité Globale des Facteurs)
B) La concurrence rend possible l’intensification de la croissance…

 de manière statique : concurrence permet l’allocation optimale des ressources (conclusion de l’analyse néo-classique de l’équilibre en CPP : équilibre se fait avec la combinaison productive la plus efficace ce qui permet d’arriver à la frontière des capacités techniques de production)

 concurrence permet d’éliminer les rentes limitant l’efficacité productive (téléphonie mobile, transports aériens et de personnes) et rend possible un processus de déversement de pouvoir d’achat

 de manière dynamique, transparence de l’information et libre entrée sur le marché permettent aux technologies efficaces de se diffuser rapidement

 concurrence peut également être considérée comme un mécanisme de transmission de l’information dans une économie décentralisée (école autrichienne – Hayek)

C) … ce qui justifie la mise en œuvre de politiques de libéralisation

 leçons de l’histoire : comparaison croissance anglaise et française au début du 19ème siècle, échec des économies centralisées organisées sans processus concurrentiel entre les agents

 double processus : extension du champ du marché facteur d’efficacité (Smith), amélioration du fonctionnement du marché (politique de la concurrence sous ses différentes formes) – cf. processus de construction européenne

 politiques libérales dans le domaine du commerce international (libre échange considéré comme aiguillon pour les producteurs nationaux)

 concurrence et les politiques qui visent à la promouvoir apparaissent comme des facteurs essentiels dans la dynamique de croissance mais mise en évidence de liens plus complexes

2- … LE LIEN CONCURRENCE – CROISSANCE EST CEPENDANT PLUS COMPLEXE


A) Les coûts cachés de la concurrence

 développement de la concurrence peut induire des coûts qui fragilisent la dynamique de la croissance

 réflexion sur le « court-termisme » (privilégier la rentabilité de court-terme au détriment d’investissements de long terme porteurs d’effets positifs)

 concurrence accrue dans certains secteurs peut générer de l’instabilité dans les économies (question de la libéralisation financière, des crises financières et de leur impact) de long terme sur la dynamique de croissance)

 libre échange peut désavantager certains pays par rapport à d’autres (question de la qualité de la spécialisation – Balassa)
B) Contrôler la concurrence, facteur d’efficacité ?

l’analyse de Schumpeter : monopole temporaire est une condition de l’innovation, incitation à innover est liée à la pression sur les profits exercée par la concurrence 

 la concentration peut permettre d’accroître l’efficacité productive (existence d’économies d’échelle en particulier dans les activités caractérisées par des coûts fixes) mais risque de déboucher sur des positions dominantes permettant de capter des rentes et de décourager les concurrents (question des marchés contestables) – exemples historiques : konzern allemands, grandes firmes industrielles dans les 30 Glorieuses

 question des externalités négatives possibles qui ne sont pas prises en compte par les processus d’ajustement marchand

 existence de rendements croissants dans ces domaines (production de connaissance) qui peuvent conduire dans un contexte concurrentiel à une sous production par rapport à l’optimum social

C) L’impact de la concurrence sur la croissance ne peut s’analyser en dehors du contexte

 la prise en compte des institutions : existence d’institutions plus ou moins efficaces pour permettre le jeu de la concurrence (droits de propriété, instituions inclusives ou extractives – Acemoglu et Robinson)

 rôle de l’Etat qui peut se comprendre à différents niveau : mise en ouvre d’une politique de la concurrence, intervention plus large dans les activités productives et/ou redistributives

Conclusion

Il apparaît difficilement contestable que la concurrence soit un moteur important pour la croissance économique, en permettant de manière statique et dynamique une allocation efficace des ressources. Un certain nombre d’analyses théoriques et d’exemples historiques convergent sur ce point. Il est cependant difficile de considérer qu’il s’agisse du « véritable » moteur, au sens où l’ensemble des mécanismes de croissance se ramènent à ce point. La concurrence ne peut s’analyser comme un principe absolu mais peut prendre des formes différentes selon les périodes mais aussi être porteuse d’effets négatifs. La question centrale devient alors celle de l’articulation entre principes concurrentiels, dynamique des structures productives et rôle d’institutions qui vont au delà des seuls principes marchands.
Les débats autour du choix d’une « bonne » politique favorable à la croissance attestent de la complexité des mécanismes à l’œuvre.

similaire:

Peut-on dire que la concurrence represente le veritable moteur de la croissance ? icon1° Détermination du rendement d’un moteur électrique à courant continu
«moteur d’essuie-glaces». Du point de vu énergétique, on peut schématiser le fonctionnement du «moteur d’essuie-glaces» par la chaîne...

Peut-on dire que la concurrence represente le veritable moteur de la croissance ? iconFaculté des Sciences Economiques
«concurrence de pensée» si l’on peut dire mais aussi et surtout préserver, renforcer, «éterniser» l’université publique. Nous acceptons...

Peut-on dire que la concurrence represente le veritable moteur de la croissance ? icon"emmanuel macron a raison : les 40 heures seraient bien le moteur d’une croissance immédiate"

Peut-on dire que la concurrence represente le veritable moteur de la croissance ? iconL peut y avoir dénigrement par omission, par exemple en prétendant...
...

Peut-on dire que la concurrence represente le veritable moteur de la croissance ? iconUne loi gouvernementale d’adaptation de la société au vieillissement...
«le potentiel que représente la transition démographique pour la croissance et l'emploi»

Peut-on dire que la concurrence represente le veritable moteur de la croissance ? iconI. apprentissage moteur et concepts associés A. l’apprentissage moteur
«Capacité acquise par apprentissage à atteindre des résultats fixés à l’avance avec un maximum de réussite et souvent un minimum...

Peut-on dire que la concurrence represente le veritable moteur de la croissance ? iconNouvelle adresse : 62 rue Marcel Dassault, 92100 boulogne billancourt
L’époque que nous vivons représente à mes yeux un véritable gâchis. Le grand tournant a été 1968, ce mouvement initié par une jeunesse...

Peut-on dire que la concurrence represente le veritable moteur de la croissance ? iconQu'en est-il des dieux antérieurs ? Peut-on, sans avoir à se dire...
«zone frontalière», avec les inconséquences désirables qui sont le propre du promeneur

Peut-on dire que la concurrence represente le veritable moteur de la croissance ? icon«Augmentez le smic et la croissance reviendra». Comment le modèle...

Peut-on dire que la concurrence represente le veritable moteur de la croissance ? iconCroissance et transformations sectorielles : d’une économie post-industrielle...
«sociologique», rôle accru de l’Etat, rôle moteur des services collectifs. Ce thème sera repris au tournant du xxème siècle à travers...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com