Comité montreuillois pour l'unité et la résistance








télécharger 15.32 Kb.
titreComité montreuillois pour l'unité et la résistance
date de publication10.07.2017
taille15.32 Kb.
typeRéunion
l.21-bal.com > loi > Réunion
Comité montreuillois pour l'unité et la résistance
Pour l'abrogation du pacte budgétaire européen (TSCG),

contre toutes les mesures d'austérité
Réunion ouverte à tous le jeudi 22 novembre à 18h30

Le 12 octobre 2012, le comité pour l’unité contre la ratification du Pacte budgétaire européen (TSCG) s’est réuni. Il a fait le point au lendemain de la ratification de ce traité par le parlement français.
Mardi 9 octobre 2012, l’Assemblée nationale a ratifié le TSCG imposant la règle d’or qui va appauvrir encore les services publics, les collectivités locales et la protection sociale. Il a été adopté par 477 députés, dont 264 du groupe socialiste et 167 du groupe UMP, les députés du PCF et du Front de gauche votant contre, tout comme 17 députés socialistes.

Ce traité impose cent milliards de coupes budgétaires ou d’impôts nouveaux d’ici à 2017, dont plus de 30 milliards dès l’an prochain. C’est un véritable coup de force contre la démocratie et contre les travailleurs et les privés d’emploi.
Déjà en application anticipée du TSCG, le gouvernement met en œuvre son plan de rigueur de 30 milliards d’euros (pour 2013) en attaquant sur tous les fronts: 10 milliards de coupes dans le budget des ministères (avec 12 200 suppressions de postes à la clé, hors Education nationale, justice et police), 2,4 milliards d’euros de restrictions pour la Sécurité sociale, la taxation des retraités, le désengagement de l’Etat via l’acte III de la décentralisation qui se traduirait par une nouvelle baisse des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales, la diminution du coût du travail (par la remise en cause du Code du travail) au profit des entreprises…

Et pour ce faire, il cherche à associer les organisations ouvrières à la mise en œuvre de sa politique.
Dans les faits, ces mesures d’austérité décidées par le gouvernement pour répondre aux injonctions du traité européen ont des conséquences très concrètes. Tous les habitants de Montreuil sont directement concernés :


  • A l’hôpital intercommunal de Montreuil : pour répondre aux impératifs budgétaires liés à la tarification à l’activité et à la loi Bachelot, l’ARS (Agence régionale de santé) a décidé de supprimer le service chirurgical des urgences de nuit et de week-end dès le 1er février 2012, entraînant la suppression d’une 2e garde de médecins anesthésistes. Depuis le 1er octobre, seuls deux blocs opératoires sur 4 fonctionnent, ce qui interdit toute opération chirurgicale d’urgence, et menace tous les autres services, dont la maternité… En décidant de ne pas abroger la loi Bachelot, à l’origine de toutes les fermetures de services et suppressions de postes dans les hôpitaux, en proposant dans son projet de loi de financement de la sécurité sociale de 2013 de retirer à nouveau 657 millions d’euros du budget des hôpitaux, le gouvernement décide d’aller plus loin encore dans la mise en danger de la vie de la population ;




  • A Pôle emploi : une travailleuse au chômage a expliqué comment, avec la fermeture de deux centres d’accueil sur trois de Pôle emploi sur Montreuil (tous les centres d’accueil sont désormais centralisés sur Kléber), les travailleurs en recherche d’emploi sont contraints de faire la « queue jusque dehors », avec seulement trois guichets ouverts ;




  • A l’Ecole : par la grève massive (plus de 50 % de grévistes dans les écoles de Montreuil le 11 octobre ; et au lycée Jean Jaurès le 9 octobre), les enseignants avec leurs syndicats exigent que tous les élèves aient des enseignants fonctionnaires d’Etat (il en manque 280 sur les écoles du département), que les heures effectuées soient payées, que les collègues absents soient remplacés…. Le projet de loi sur l’école qui a pour ambition de renforcer l’autonomie des établissements et donc de « territorialiser » l’école publique, en s’attaquant aux statuts des enseignants, remettrait de fait en cause l’égalité des droits devant l’instruction…




  • L’emploi continue d’être menacé avec notamment la fermeture de PSA à Aulnay : 3 000 salariés sont directement concernés et des milliers de salariés de la sous-traitance.


Nous affirmons qu’il y a urgence. Les travailleurs grecs, espagnols, portugais l’ont montré encore récemment : seule la mobilisation de millions et de millions de travailleurs, avec leurs organisations, pourra faire reculer le gouvernement et la troïka.
Au-delà des sensibilités politiques et syndicales de chacun, il y a urgence à renforcer l’unité de tous ceux qui veulent combattre contre les plans destructeurs annoncés aujourd’hui par le gouvernement Hollande-Ayrault, pour répondre aux exigences de l’Union européenne.
C’est pourquoi nous avons décidé de conforter l’existence de notre comité montreuillois, pour l’abrogation du TSCG et des mesures d’austérité qui en découlent.
Nous avons ainsi désigné deux premiers délégués à la conférence nationale qui rassemblera, le 1er décembre prochain, des délégués issus des comités pour l'unité pour l’abrogation du TSCG, pour aider à réaliser l’unité contre toutes les mesures d’austérité prises par le gouvernement Hollande-Ayrault et sa majorité parlementaire,· contre toute forme de compromis historique remettant en cause l’indispensable indépendance des organisations syndicales et cherchant à en faire une courroie de transmission de l’Union européenne et du gouvernement. Et pour en finir avec la dictature de la Troïka (FMI, Banque centrale européenne, Union européenne).

Pour l'unité pour l'abrogation du TSCG et la résistance

contre les mesures d'austérité qui en découlent
Rejoignez le comité de Montreuil !
Participez à la réunion publique jeudi 22 novembre,

Salle Mendès France, à 18h30, à Montreuil

(59 rue de la solidarité à Montreuil)

Premiers signataires : Arnaud Albarede (syndicaliste enseignement), Emilie Bongratz (syndicaliste enseignement), Ludivine Boursier (syndicaliste hospitalier), Damien Boussard (syndicaliste enseignement), Mathieu Braud (PG, syndicaliste enseignement), Martine Clodore (syndicaliste enseignement), Michèle Dessenne (M’PEP), Nadia Gaudin (syndicaliste hospitalier), Alain Gluckstein (syndicaliste enseignement), Christel Keiser (POI), Brigitte Moranne (syndicaliste hospitalier), Marie-Françoise Sanchez (PCF)

similaire:

Comité montreuillois pour l\Pour dimensionner des structures on a besoin de connaître les capacités...

Comité montreuillois pour l\Communauté de Communes du Montreuillois
«Les jeux Olympiques 2012» sera le fil conducteur du mois. IL s’agira pour enfants et animateurs d’exploiter le thème en lien avec...

Comité montreuillois pour l\La signature d’un accord collectif permet aux directions de déroger...

Comité montreuillois pour l\La france libre et la resistance
«Analyse du rôle des composantes de l’action de la Résistance intérieure et de la France libre.» (1ère L, es, S)

Comité montreuillois pour l\Conférence des Doyens et Directeurs des Facultés et ufr des Sciences Economiques et de Gestion
«piochera» pour désigner les membres du Comité de Sélection. Autre manière de voir les choses : le niveau intermédiaire élu fera...

Comité montreuillois pour l\L’unité syndicale en France au début du xxie siècle
«tout homme peut défendre ses droits et ses intérêts par l’action syndicale et adhérer au syndicat de son choix» – comporte deux...

Comité montreuillois pour l\Résumé Très peu de recherches ont introduit la théorie de la réactance...

Comité montreuillois pour l\Comme vous le savez les scrutins des cta (comité technique académique)...

Comité montreuillois pour l\Pour les elections des membres du comite d'entreprise

Comité montreuillois pour l\Concours de la RÉsistance et de la








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com