The sophrology is more than one simple relieving








télécharger 19.19 Kb.
titreThe sophrology is more than one simple relieving
date de publication06.07.2017
taille19.19 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
The sophrology is more than one simple relieving.

In sophrology, muscular relieving is less important than the fact of being present at oneself or so that one makes, in “here and now” (cf Zen). Besides the fact of seeking the muscular relaxation is likely to cause - in particular at the beginner - the same kind of result as at the time of the voluntary research of the sleep: the more one makes efforts, the less one does not arrive there!

 Many techniques are associated there: breathing directed, perception of the body feelings, concentration on a mental image (visual, auditive, olfactive, emotive…), evocation of a situation, reinforcement of the body diagram of the sensors, work on the perception of the forms and the weight of the body, balance; meditation, etc


All these techniques are not proposed from the start but are adapted to the relevance of the situation or the familiarity of the person and the control of the sophrologist (cf supra, objective reality). Many techniques are reserved for these reasons with the individual relations. The sophrology, in its original form, does not use stimuli external others only the voice of the sophrologist: soft music, incenses, marrowy cushion, filtered light… are as many signs which concerns the not-authenticity of the “sophrology” suggested. Caycedo specifies indeed that” to release is to adapt to the situation present, whatever it is, in its objective reality ".

Caycedo built its method in a phenomenologic approach, as we indicated at the time of the history. The sophrology suggested by its founder stresses the importance of the experiment of the phenomena met during meetings, phenomena which should not thus induced but be only guided, each one living them differently.

Hüsserl (1859-1938), first to propose method of study of conscience human, described “reduction philosophical” in several stages of which return to things themselves (intentionnality, return to the phenomenon), suspension of any judgement at the time of analysis (époké, glance “as if it were the first time”), and the setting between bracket of the phenomenon (to reveal essence of it). These stages “of intentional analysis” of Hüsserl are found in the method suggested by Caycedo.

See also the question of the FAQ concerning the parasitic ideas.

 The sophrology is also a humanistic universalist and transcendent philosophy. “While respecting its basic individuality and its freedom, the sophrology regards the man as alive within a company and forming integral part of transcendent humanity” (Caycedo, 1979). It proposes a method of drive of the personality, a development of the positive potential (cf supra) existing in each human being. The term of “relieving” is thus well to include/understand in its etymological direction of release.

The body, the spirit, the conscience and the heart are only one and even thing
called human being, forming an existential unit " (Caycedo)

IMPORTANT NOTE:
One would not have to see the sophrology like a panacea, response to all the evils and being appropriate for all the individuals. It is for example difficult for some only to be involved in residence in the phase of training. In addition, to take an image, when I have a gravel which obstructs me in a shoe, any sophrologist that I am, I remove my shoe to remove this gravel! In other words, no technique of sophrology can solve an important material problem but can “only” make it possible to relativize it or take retreat for better solving it.

But daily practice of the majority of the methods of relieving - whose sophrology wants to be to be a synthesis - in an individual way and autonomous remainder, according to us, a remedy for many daily difficulties. It is thus interesting to develop with the drive a “response of relieving” reached in a few seconds. That is acquired only with the drive… It is indeed impossible to cause this type of response vis-a-vis a stressing situation, without a basic drive.

That joined the law of the drive (cf FAQ, duration of the training) or
law of the Vivantiellerepetition

La sophrologie est plus qu'une simple relaxation.

En sophrologie, la relaxation musculaire est moins importante que le fait d'être présent à soi ou à ce que l'on fait, dans "l'ici et maintenant" (cf. le Zen). Le fait de chercher la détente musculaire risque d'ailleurs de provoquer - notamment chez le débutant - le même genre de résultat que lors de la recherche volontaire du sommeil : plus on fait d'efforts, moins on n'y arrive !

 De nombreuses techniques y sont associées : respiration dirigée, perception des sensations corporelles, concentration sur une image mentale (visuelle, auditive, olfactive, émotive...), évocation d'une situation, renforcement du schéma corporel des organes sensoriels, travail sur la perception des formes et du poids du corps, de l'équilibre ; méditation, etc.


Toutes ces techniques ne sont pas proposées d'emblée mais adaptées à la pertinence de la situation ou à la familiarité de la personne et à la maîtrise du sophrologue (cf. supra, la réalité objective). Nombreuses techniques sont réservées pour ces raisons aux relations individuelles. La sophrologie, dans sa forme originelle, n'utilise pas de stimuli extérieurs autres que la voix du sophrologue : musique douce, encens, coussin moelleux, lumière tamisée... sont autant de signes qui relève de la non-authenticité de la "sophrologie" proposée. Caycedo précise en effet que " Se relaxer c'est s'adapter à la situation présente, quelle qu'elle soit, dans sa réalité objective".

Caycedo a construit sa méthode dans une approche phénoménologique, comme nous l'avons indiqué lors de l'historique. La sophrologie proposée par son fondateur souligne l'importance de l'expérience des phénomènes rencontrés au cours des séances, phénomènes qui ne doivent donc pas être induits mais seulement guidés, chacun les vivant différemment.

Hüsserl (1859-1938), le premier à proposer une méthode d'étude de la conscience humaine, décrit une "réduction philosophique" en plusieurs étapes dont le retour aux choses elles-mêmes (intentionnalité, retour au phénomène), la suspension de tout jugement lors de l'analyse (époké, regard "comme si c'était la première fois"), et la mise entre parenthèse du phénomène (pour en dévoiler l'essentiel). Ces étapes "d'analyse intentionnelle" d'Hüsserl se retrouvent dans la méthode proposée par Caycedo.

Voir également la question de la FAQ concernant les idées parasites.

 La sophrologie est aussi une philosophie humaniste universaliste et transcendante. "Tout en respectant son individualité et sa liberté de base, la sophrologie considère l'homme comme vivant au sein d'une société et faisant partie intégrante de l'humanité transcendante" (Caycedo, 1979). Elle propose une méthode d'entraînement de la personnalité, un développement du potentiel positif (cf. supra) existant dans chaque être humain. Le terme de "relaxation" est ainsi bien à comprendre dans son sens étymologique de libération.

"Le corps, l'esprit, la conscience et l'âme sont une seule et même chose
appelée être humain, formant une unité existentielle" (Caycedo)


NOTE IMPORTANTE :
Il ne faudrait pas voir la sophrologie comme une panacée, réponse à tous les maux et convenant à tous les individus. Il est par exemple difficile pour certains de s'entraîner seul à domicile dans la phase d'apprentissage. D'autre part, pour prendre une image, lorsque j'ai un gravier qui me gêne dans une chaussure, tout sophrologue que je suis, j'ôte ma chaussure pour enlever ce gravier ! Autrement dit, aucune technique de sophrologie ne peut résoudre un problème matériel important mais peut "seulement" permettre de le relativiser ou de prendre du recul pour mieux le résoudre.

Mais la pratique quotidienne de la plupart des méthodes de relaxation - dont la sophrologie se veut être une synthèse - de manière individuelle et autonome reste, selon nous, un remède à de nombreuses difficultés quotidiennes. Il est ainsi intéressant de développer avec l'entraînement une "réponse de relaxation" atteinte en quelques secondes. Cela ne s'acquiert qu'avec l'entraînement... Il est en effet impossible de provoquer ce type de réponse face à une situation stressante, sans un entraînement de fond.

Cela rejoint la loi de l'entraînement (cf. FAQ, durée de l'apprentissage) ou
"loi de la répétition Vivantielle "

similaire:

The sophrology is more than one simple relieving icon2 Sophrology and Yoga?

The sophrology is more than one simple relieving iconLa religion dans les limites de la simple raison

The sophrology is more than one simple relieving iconGénère une interprétation plus simple quand IL y a présence d’ambiguïté

The sophrology is more than one simple relieving iconLe simple fait de lire le présent livre vous donne le droit de *l’offrir en cadeau*

The sophrology is more than one simple relieving iconRésultat Brut, 1ère Série Messieurs, Simple Stroke play, (ffg) Comminges (2011)

The sophrology is more than one simple relieving iconAvant de commencer
«derniers fils» et son âme est si noire qu’il a la capacité de créer des deadlands par sa simple présence

The sophrology is more than one simple relieving iconSimple avertissement
«Bientôt on verrait un calme affreux, pendant lequel tout se réunirait contre la puissance violatrice des lois.»

The sophrology is more than one simple relieving iconBulletin de la Société d’ethnologie et de folklore du Centre-Ouest
«Introduction» ou «Conclusion»; un simple saut de deux lignes suffira pour les séparer du reste du texte

The sophrology is more than one simple relieving iconL’ordre des constituants de la phrase simple
«en extraposition», place inaccentuée extérieure à la phrase et n’entraînent pas d’inversion du sujet

The sophrology is more than one simple relieving iconEssai clinique réciser, si thérapeutique, phase 1,2, 3 ou 4, caractéristiques...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com