Cours du 24/01/2012








télécharger 204.39 Kb.
titreCours du 24/01/2012
page13/13
date de publication19.12.2016
taille204.39 Kb.
typeCours
l.21-bal.com > histoire > Cours
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

25 Avril


Aron n’est pas marxiste, il est même antimarxiste (il est libéral). Il reprend Arendt sauf sur nazisme = marxisme.

Question du « révisionnisme » => connotation négative. On le traite de « révisionnisme », on voit le comportement de religion séculaire. Il critique certaines idées de Marx car trop hâtives. Mais ce n’est pas pour autant qu’il n’est pas marxiste. Pour les idées principales de Berstein : contradiction de la théorie de Marx avec la réalité = pas de baisse du taux de profit, les ouvriers ne se sont pas paupérisés, la classe moyenne ne s’est pas prolétarisé. Trois problèmes logiques : à force de déterminisme, on ne comprend plus comment la révolution peut être un acte politique => pousse à l’attentisme révolutionnaire (Kautsky). Ensuite, comme il a ce rapport infrastructure-superstructure, les ouvriers n’ont aucune raison de ne pas progresser dans l’instruction donc comment pourraient-ils faire la révolution. Il faut une morale pour mobiliser les ouvriers et une distance critique vis-à-vis de la théorie marxiste. Reproche que faisait Proudhon à Marx. Ensuite, réformisme plutôt que révolution. Dans la théorie marxiste, l’Etat doit à terme dépérir. Dans un premier temps, il doit servir la révolution. La fin est la disparition de l’Etat pour Marx. On s’associe à la base pour Proudhon jusqu’à toute l’Europe.

St Simon : - finances, banques, transport, industries, idée de circulation qui est le sang de la société. Canal de Suez, construit par un disciple de St Simon. L’idée vient de St Simon lui-même. Canal de Panama. Traité de libre échange avec UK => St Chevalier. Est-il libéral pour autant ? Mais il s’y oppose explicitement…Le libéralisme, il lui reproche de fixer comme finalité la liberté alors que c’est la meilleure organisation possible pour lui. Donc il est le père de la technocratie (il inspire les technocrates du futur). La pensée st simonienne inspirera plus tard ceux qui vont dans le sens des transports. St Simon refuse qu’on le considère comme libéral. Pour lui, il faut maximiser la production et donc mieux s’organiser.

Pour l’Europe, on cherche à voir s’il y a des liens proto-européens. Il y a des choses qui préparent le terrain. Idée d’une communauté supérieure : Grèce antique, Rome et christianisme. Phrase de l’Europe. L’Europe était chrétienne mais ce n’était pas donné d’avance. L’Europe se christianise et le Moyen-Orient s’islamise. Cette identification au christianisme est née progressivement surtout pendant les Croisades. Elle était païenne avant ! S’achève quand Byzance et Andalousie tombent.

Ensuite, idée des frontières : vieux problèmes qui continuent à se poser. On montre dans une perspective constructiviste comme la confrontation à l’autre était importante. Confrontation guerrière ou non, militaire ou culturelle avec un ennemi toujours venu de l’est. Cela commence par une prise de conscience avec Hérodote. Cette coupure Europe-Asie est alimentée par des événements majeurs= Parthes, grands ennemis de Rome. Cela provoque un effet spéculaire si bien que Trajan latinise la Roumanie. C’est aussi un grand conquérant asiatique. Il reprend une commémoration en faisant un monument reprenant la victoire d’Alexandre sur les Perses. Ce monument représente l’Europe face à l’Asie. C’est à cette occasion qu’on voit pour la première fois les soldats du chef des Francs (Charles Martel). Il les appelle les européens. C’est une chronique anonyme, espagnol du VIIIème siècle. C’est la première fois qu’on voit ls européens comme nom donné à des gens. Confrontation => on prend conscience de soi. L’anonyme qui raconte cette histoire a conscience de la diversité des troupes. Il y a une Europe et des patries. Evidemment, c’est le péril Ottoman qui recristallise tout cela. Conquête d’une partie importante de l’Europe = ils vont jusqu’à Vienne. On voit réapparaitre l’Europe sous la plume de George Podiebrad. Il propose unification de l’Europe contre les Ottomans. Dans la confrontation, on voit le mot Europe revenir sans cesse. Puis c’est repris au XXème lors de la menace soviétique. Pie XII, quand il va au Sénat, évoque la confrontation avec URSS avec évocation de la bataille de Lépante en 1571. Cette confrontation est aussi d’ordre culturel, la rencontre violente est source d’une rencontre culturelle (Croisade). Les musulmans aussi découvrent les chrétiens européens. Inde et la Chine sont de plus en plus connues à partir du XVIIIème  notion de la relativité culturelle qui nait de la rencontre avec l’autre. On a un nom important qui réhabilite ces culturels : VOLTAIRE, essai sur les mœurs. Mais il y a un autre à l’ouest. C’est un nouvel occident. L’Europe découvre qu’elle a elle-même un occident : Amérique, qui lui pose des questions d’identité et de définition. Dés qu’on a découvert l’Amérique, problème. Miroir pour l’Europe, mais le miroir change de nature. C’est l’image de son passé jusqu’à la Révolution : le mythe du « bon sauvage », état de nature. Passé hypothétique qui alimente de nombreux récits (Cooper). Homme proche de la nature qui vit dans l’innocence comme nos ancêtres avant la civilisation. Puis avec la révolution industrielle => image de l’avenir. Elle devient ce vers quoi l’Europe tend (éco + démocratie). On voit arriver à la fin du XIX, la figure qui n’existait pas avant du riche américain avec le cigare. Avant c’était soi l’indien soit le cow-boy. Donc modèle ou repoussoir pour l’Europe. Pensez au thème de l’exception de la culture française par rapport à l’universalisme américain. De cette confrontation à l’autre, se dégage un ensemble de valeurs européennes attribuées à l’Europe et définissant une identité européenne. Valeurs politiques d’abord qui sont les premières à émerger. La Grèce-Europe = domaine de l’égalité (devant la loi = isonomie) et de la liberté. Mais Eschyle avec Les Perses = affirmation comme chez Hérodote « les grecs se régissent eux même et n’obéissent qu’à la loi tandis que les peuples asiatiques sont soumis à l’arbitraire d’un Homme ». Cette idée fondamentale (Europe=égalité, Asie=arbitraire) est un schème qui va structure la pensée européenne. Ca devient une véritable figure chez Montesquieu. Or ca ne colle pas avec le printemps arabe.

- Ensuite, enjeu de la paix. C’est central. Ca nous vient de Rome = pax romana. Ca passe par un tas d’idées, chariées par Eglise (paix de dieux). L’Europe doit être équilibrée, il doit y avoir un équilibre pour préserver la paix. Toujours menacée par une puissance hégémonique = la France. On voit beaucoup l’idée du balance of power, il faut un équilibre contre l’hégémonie de la France, All puis Russe. C’est ce principe qu’on retrouve dans les traités de paix (congrès de Vienne). C’est cette idée qui est transmise par les penseurs des Lumières. Le mot Europe revient tout le temps. L’Europe a toujours été en guerre. Projet de la paix perpétuelle : Kant, Rousseau. Cette idée de paix vient de loin, d’un continent menacé par les dangers hégémoniques. La première motivation est de garantir cette paix en Europe entre la France et l’Allemagne. Pour cela, on les réunit par l’économie avec le charbon et l’acier car armes. On retire la possibilité de faire la guerre en mutualisant le charbon et l’acier. C’est explicitement dit par Schuman. La paix est congénitale à la construction économique de l’Europe. Terme du commerce : commerce pacifie les relations entre les nations, le doux commerce dit Montesquieu. Le commerce est nécessaire pour l’intercourse entre les peuples de Burke. Il est à l’origine d’un common wealth européen. C’est exactement le projet de l’union européenne.

Ensuite, au niveau des représentations toujours, idées des grands mythes culturels européennes. Cela fascine les intellectuels : il y a une conscience d’europe dans le domaine de la pensée et littéraire. Les universités médiévales : on pouvait se déplacer, enseigner d’une université à l’autre. Unité qui vient aussi du Gothique qui vient de la France et se répand partout. L’amour COURTOIS aussi inventée en France. Grand mythes de Tristan et Iseult et Roméo et Juliette, c’est typiquement européen ce type d’amour là. Don Juan, né en Espagne, arrive en France puis Autriche ; Faust, né en Allemagne. L’iconographie de l’Europe = lieu de la culture. Tout le monde comprenait très bien avec certains symboles, allégories même si l’Eglise ne permettait pas cela. Ils communiquaient beaucoup et écrivaient en latin (Erasme) puis Français à partir de la fin du XVIIème. Le Français devenait la langue des lumières. Il faut attendre le début du XXIème pour qu’on retrouve… car internet + importance de l’Anglais. L’ensemble de ces valeurs est basée sur la civilisation et qui reçoit le qualificatif de civilisation européenne en 1856 sous la plume de Baudeau. Il emploie ce mot à propos de la conquête de l’Amérique et le fait qu’on apporte la civilisation européenne à des « sauvages ». Il faut convertir à la chrétienté et à la civilisation européenne. Commence le thème de la supériorité de la civilisation européenne qui est répandue à travers la colonisation, mission civilisatrice de ces indigènes qui sont tombés dans la passivité (arabes). Mais c’est aussi une Europe partagée et divisée…

L’Europe est plurielle mais à combien on peut aller ? On associe trop Europe avec Europe de l’ouest. Europe catho Vs Europe orthodoxe. Cette coupure est redoublée par compétition entre empire d’orient et d’occident sur l’avenir de ce dernier qui disparait en 473 ( ?). Toute la question du transfert de l’empire, la translatio imperii. Coupure entre papauté et princes du SERG et le royaume qui ne veut pas reconnaitre sa souveraineté : la France. Cette coupure va rejouer car cette Europe orthodoxe est celle que les Turcs vont conquérir. Ca va encore rejouer avec la conquête soviétique (45). Il y aurait trois Europe : Europe centrale qui va au sud de la Croatie jusqu’à la Pologne => zone intermédiaire à l’est et à l’ouest selon les situations. C’est une zone intéressante car participe aux mouvements culturelles de l’Europe occidentale, elle est catho et en retard économique par rapport à l’Europe occidentale. Elle est soumise à la domination des soviétiques. Cela est depuis la réunification allemande, question de l’intégration de l’autre Europe, problème d’intégration économique mais aussi selon K. Romian, intégration civilisationnelle. La mentalité n’est pas la même à cause des Histoire différentes.

Deuxième difficulté : l’intense nationalisation de l’Europe au XIX et XXème, qui fait que politiquement, l’Europe se fragmente autour de ses nations et les masses adhèrent à cette division politique (schéma de HROCH). On trouve encore des gens favorables à l’eu : Proudhon, Nietzsche… mais ils sont minoritaires et on voit l’Europe par rapport à son pays. Charlemagne est donc Français en France, Allemand ou Néerlandais. Comme dit Guizot, la France c’est le centre, le foyer de la civilisation de l’Europe. Quand la construction européenne commence, idée que l’Europe est la France en plus grand. Pour la France, idée que l’Europe doit fonctionner à la Française. Tous les débats européens c’est la France qui doit donner l’orientation politique de l’Europe. La Renaissance est Italienne pour les Italiens. Même au cours du XIXème et XXème, l’Europe est parcouru par des mouvements transnationaux. Qu’en pensent les européens eux-mêmes ? Ont-ils un sentiment de fellow-ship ?

Qu’est ce que se sentir Européens ? Nous savons que l’Europe souffre d’un déficit identitaire. Euro-baromètre. Le taux d’adhésion à l’Europe est inférieur à 50% et est tombé très bas dans Pays d’Europe du Nord, UK et All. Partout il est en recul et le sentiment d’européanité est faible. En 2006, 16% s’éprouvaient souvent Européens, 38% parfois, 43% jamais. Pourquoi ? La question est de savoir quelle est la nature de cette identité potentielle…

Analyse de Janvier 2012, Le passage à l’Europe de Luuk Ven Middelaar. Il dit que le rapport au citoyen européen se fait selon trois voies , trois stratégies : la stratégie romaine, grecque et allemande.

- GRECE soit on définit l’Europe comme communauté politique avec institutions de citoyenneté (Parlement, citoyenneté européenne).

- ROME soit une Europe des intérêts, de la protection, qui rapport des bénéfices concrets, rapport de clientèle. La politique agricole commune en est le symbole.

- Allemagne : europe des références culturelles communes. C’est une communauté d’imaginaire : idée Allemande de la nation. On retrouve ca dans l’hymne européen, le drapeau, Erasmus, euro.

On constate que dans ces trois domaines, l’Europe est en crise. Son intérêt éco est de plus en plus contesté et discuté à cause de la crise. Sur le plan grec, c’est l’impression forte qu’il n’y a pas de démocratie en Europe, qu’on ne connait pas ses droits. Quand à la voie allemande, il n’y a plus d’hymne, de drapeau dans le traité de Lisbonne. La symbolique nationale reste plus forte. Il y a crise dans les trois domaines.

Ceci dit malgré tout, LUUK dit que les européens ne peuvent se passer les uns des autres et que l’Europe devient un objet constant de l’intérêt général. L’actualité européenne est devenue une actualité intérieure. Est-ce que ca suffira pour construire une identité européenne ?
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

Cours du 24/01/2012 icon1. Cours du 20 septembre 2012

Cours du 24/01/2012 iconCours d'Electronique Général R. Kifouche, Avril 2012

Cours du 24/01/2012 iconCours d'Electronique Général R. Kifouche, Avril 2012

Cours du 24/01/2012 iconCours d'Electronique Général R. Kifouche, Avril 2012

Cours du 24/01/2012 iconTchin‐tchine Inscription aux cours de chinois 2011 -2012

Cours du 24/01/2012 iconSommaire
Article L123-13-1 Modifié par L ‘Ordonnance n°2012-11 du 5 janvier 2012 art. 3

Cours du 24/01/2012 iconRéunions du mardi 10 janvier 2012 et du mercredi 7 mars 2012

Cours du 24/01/2012 iconCalais Année universitaire 2011 – 2012 guérin sophie
«Plan Alzheimer 2008-2012» – Direction de la Stratégie, des Etudes et de l’Evaluation

Cours du 24/01/2012 iconArticle 133 Récapitulatif des marchés pour l'année 2012, en application...

Cours du 24/01/2012 iconCours de Madame Marie -alice fasquelle leonetti et de Madame Sandra vansteelandt
«reconnaissance des adoptions homoparentales prononcées à l'étranger : valse-hésitation à la Cour de Cassation», aj famille, Juillet...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com