Illustrations de T. Dedieu, Seuil jeunesse








télécharger 61.36 Kb.
titreIllustrations de T. Dedieu, Seuil jeunesse
date de publication10.08.2018
taille61.36 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > histoire > Documentos

OUVRAGE :

la barbe bleue illustrations de T.Dedieu, Seuil jeunesse

Catégorie : conte merveilleux




PRESENTATION .

      

Un riche roturier, enlaidi par sa barbe bleue, effrayait tout le monde. Un jour, il décide de demander en mariage une des filles de sa voisine et pour que chacune puisse choisir il invite la mère, ses filles, leurs amies, dans sa belle maison de campagne. Pendant huit jours ce ne sont que fêtes et festins, de sorte que la cadette décide de l’épouser en dépit de sa laideur.
Alors qu’il prétend devoir s’absenter six semaines pour affaire, il invite sa femme à profiter de cette liberté pour aller se divertir avec ses amies dans sa maison de campagne : elle pourra faire tout ce qu’elle veut, sauf ouvrir la porte d’un certain d’un cabinet dont il lui confie toutefois la clef. La jeune femme accepte mais c’est sans compter sur sa curiosité qui est bien plus forte que le serment qu’elle a fait à son mari. Quand elle ouvre le cabinet, elle découvre les corps ensanglantés des précédentes épouses de son mari. Le soir même ( ce qui prouve bien que c’était un piège tendu à la jeune femme), son mari est de retour et demande que les clefs lui soient restituées. Mais la clef du cabinet était souillée de sang et malgré tous les efforts de la jeune femme, elle n’avait pu éliminer les preuves de sa curiosité ( la clef était fée). Barbe bleue condamne sa fille à mourir et alors qu’il s’apprêtait à l’égorger, ses deux beaux frères arrivent et le tuent. Veuve, le jeune femme hérite de tous les biens de son défunt mari et vit désormais heureuse avec un mari aimant.
Retour au conte pour Thierry Dedieu. En grand format, l’auteur-illustrateur reprend le texte classique de Charles Perrault, dans une adaptation très dépouillée. Silhouettes, proches du théâtre d’ombre, papiers découpés, voiles et dentelles, sur des fonds ocres et bruns, pour une vision laisse une grand place au mystère et à la peur. Les personnages, presque abstraits, représentés uniquement par des attributs caractéristiques, laissent transparaître une panoplie de sentiments, entre désir et violence, attente et effroi. Une adaptation en somme très travaillée où l’on retrouve toute la psychologie du célèbre conte (ainsi que les plus célèbres répliques) dans un très des plus moderne.



ORIGINE
Des personnages folkloriques (le roi Komor de la légende bretonne de sainte Trophime) et historiques, comme Gilles de Rais, ont probablement inspiré le personnage de Barbe-Bleue. La mode est alors aux contes, et Perrault en a déjà publié trois en vers en 1694. Le recueil en prose des huit Histoires ou contes du temps passé, dont Barbe-Bleue, connaît un énorme succès. La version orale de ce conte contient de nombreux traits absents de l'adaptation de Perrault : animal messager, petit chien ou oiseau parlant, inventions qui rendaient plus vraisemblable et plus haletant l'épisode final. Les histoires galantes qui forment le fond des contes de fées fort à la mode dans les salons à la fin du 17ème siècle, ne se réfèrent absolument pas à la tradition populaire. Les contes de Perrault, issus de la tradition orale (à l'exception de Grisélidis et Riquet à la Houppe) tranchent sur cette production. Mais Perrault, s'il garde l'essentiel des versions orales, les travaille beaucoup, ajoutant, retranchant, modifiant personnages et épisodes pour aboutir à des adaptations très littéraires, correspondant au goût du public de la Cour. Il prend ses distances par rapport au merveilleux populaire et à la crédulité qu'il suppose : moralités en vers et ajouts narquois ici et là en témoignent. Le succès des Contes de Perrault dépassera rapidement la Cour, et les livres de colportage les rendront à la tradition orale dont ils sont issus, la modifiant à leur tour. Le public lettré, lui, considérera désormais les contes merveilleux comme des histoires pour les enfants.
Trois variations: A l'origine, le conte se rattache à trois variations d'une même histoire.

- Selon Paul Delarue, la première version se serait répandue au Canada et dans le reste de l'Europe. Dans ce conte populaire, un monstre violent enlève successivement trois sœurs et les soumet à la tentation de la chambre interdite. Heureusement, l'une des sœurs parvient à s'échapper furtivement et à sauver ses sœurs de l'animal fabuleux.

- La seconde histoire se rattache au conte oral français, la plus proche de la version de Perrault. Un homme tue ses femmes les unes après les autres pour les faire payer de leur curiosité jusqu'à ce qu'il soit tué à son tour pour tous les crimes qu'il a commis et que justice soit faite.
- La troisième interprétation est une forme christianisée du conte original, née dans le centre de la France, elle raconte l'histoire de deux sœurs enlevées par un être diabolique. Heureusement, des êtres divins viennent les sauvées du Malin.

De son côté, Michèle Simonsen souligne dans son livre Le conte populaire français, la différence entre La Barbe-Bleue française et celle d'ailleurs :

  • En France, le héros est un mari monstrueux rattaché au personnage de Gilles de Rai et aux crimes atroces qu'il a commis.

  • Ailleurs, il garde l'apparence de l'animal fabuleux. Perrault conserve cette particularité française et reste fidèle à la tradition orale en gardant le thème général, le motif et les traits principaux. Il retravaille cependant la formulation de l'histoire et apporte quelques modifications importantes







POUR L’ENSEIGNANT QUELQUES ELEMENTS D’ANALYSE POUR UNE LECTURE LITTERAIRE ET INTERPRÉTATIVE :


Moralité 1

Moralité 2

La curiosité, malgré tous ses attraits,

Coûte souvent bien des regrets ;

On en voit, tous les jours, mille exemples paraître. C’est, n’en déplaise au sexe, un plaisir bien léger ; Dès qu’on le prend, il cesse d’être.

Et toujours il coûte trop cher.

Pour peu qu’on ait l’esprit sensé

Et que du monde on sache le grimoire,

On voit bientôt que cette histoire

Est un conte du temps passé.

Il n’est plus d’époux si terrible,

Ni qui demande l’impossible,

Fût-il malcontent et jaloux.

Près de sa femme on le voit filer doux ;

Et, de quelque couleur que sa barbe puisse être,

On a peine à juger qui des deux est le maître.


Le conte de la Barbe bleue aborde le thème du mariage, du point de vue de la jeune fille. Comme il était d’usage à l’époque en Europe, les mariages étaient l’affaire des familles, et les unions arrangées par les parents ou tuteurs légaux. Être unie à un parfait inconnu pouvait représenter quelque chose d’angoissant et d’effrayant pour des jeunes filles, surtout lorsqu’un grand nombre d’années les séparaient de leur futur conjoint.

La sexualité, découverte par la majorité des jeunes filles le soir de leurs noces en ces temps, n’est pas le thème du récit, contrairement à La Belle au bois dormant ou au Petit chaperon rouge. Le conte éduque en revanche la lectrice au devoir d'obéissance. Car si la Barbe bleue est décrit comme une sorte d’ogre, les choses se passent parfaitement bien entre les époux jusqu’à ce que la jeune mariée transgresse la règle fixée par le chef de famille. Et on peut imaginer que c’est la même désobéissance qui a conduit les précédentes épouses jusqu’à leur funeste destin.

Le thème de la curiosité des femmes et de leur désobéissance est à rapprocher du péché originel d’Ève dans la Bible ou de la boîte de Pandore de la mythologie grecque. La trame générale du conte se rapproche également de certains mythes celtiques.

Le personnage de la Barbe bleue


La Barbe bleue est à l'origine un personnage des histoires de tradition orale. C'est une variante de l'ogre qui s'attaque à ses femmes successives et aux enfants qu'il en a. Suite à la diffusion du récit de Perrault, on l'a associé à différents personnages, historiques ou mythologiques :

  • Ainsi, dans la mythologie grecque, Cronos et Médée partagent cette conduite infanticide, mais c'est la mise en cause de la femme dans sa fonction la plus élevée qui est la faute majeure. La finalité morale du conte doit faire entendre qu'elle mérite la mort.

  • Conomor, personnage historique travesti en Barbe bleue aux couleurs bretonnes, est conforme au personnage du conte de Charles Perrault.

  • Gilles de Rais, compagnon de Jeanne d'Arc, a été qualifié de « Barbe bleue » nantais. Il fut exécuté après avoir été accusé d'avoir violenté et assassiné nombre de jeunes enfants et jeunes gens.

  • Henri VIII d'Angleterre, qui a eu six femmes et fit condamner à mort pour adultère et trahison ses seconde et cinquième épouses (respectivement Anne Boleyn et Catherine Howard), a lui aussi été gratifié de ce surnom.

  • Henri Désiré Landru, tueur en série français, fut surnommé « le Barbe bleue de Gambais ».

Le personnage de la Barbe bleue inspira nombre d'écrivains, musiciens et cinéastes

La symbolique de la Barbe bleue

Le mystère semble cependant persister quant à la couleur de la barbe de l'ogre. Sa laideur pourrait en effet être causée par sa barbe de couleur bleue, couleur bien sûr inhabituelle pour une barbe. Pour d'autres, la barbe ne serait pas bleue mais noir corbeau, un noir tellement intense qu'il tire sur des reflets bleutés. En supposant que la barbe de l'ogre soit noire et non pas bleue, elle symboliserait ainsi la cruauté de l'homme.

Sous l’angle d’une interprétation psychanalytique, la Barbe bleue pourrait être le mari déçu par sa femme suite à ce qu'elle l’ait trompé. La clef tâchée de sang indélébile est un symbole de la défloration. Ce conte apparaît dès lors comme une mise en garde à l'encontre de l'adultère qui pourrait tenter certaines femmes. En revanche Perrault ne fait nullement l'apologie du comportement meurtrier de La Barbe bleue en réponse à sa femme. La mort de celui-ci peut être perçue comme une condamnation de la démesure avec laquelle il s’emporte.

Une autre interprétation, plus profonde et moins dramatique, serait de voir en ce conte une incitation, pour les partenaires d'un couple, à ne pas aller fouiller dans le passé amoureux de l'aimé. La vie en commun implique à la fois la confiance (la Barbe bleue remet la clé à son épouse) et la nécessité de respecter le jardin secret de l'autre (ou, en l'occurrence, la cabinet des horreurs). La mise à mort symboliserait la destruction de la relation amoureuse, la fin de la liaison en raison de la jalousie, s'exerçant a posteriori, de l'épouse qui cherche à exhumer le passé et qui, dans cette quête démentielle, finit par détruire la relation de confiance. Une vie de couple épanouie s'appuie au contraire sur le fait de ne pas violer une partie secrète de chacun des partenaires. Pour qu'elle garde du piment, la vie amoureuse nécessite qu'on laisse planer un halo de mystère autour de soi. Conserver la flamme, c'est conserver la capacité de séduire. Or, la séduction est un jeu subtil de démonstration et de dissimulation





QUELQUES ÉLEMENTS SUR LA STRUCUTRE NARRATIVE DU CONTE :
AXE NARRATIF

Schéma narratif du conte
- Situation Initiale: présentation des personnages, contexte;
- Elément déclencheur: le départ du mari et la remise des clés (consignes);
- Action centrale (déclenchement, péripéties): Transgression de l'interdit : utilisation de la clé; Découverte des femmes; Retour du mari; Châtiment (condamnée à périr pour faute); Attente interminable (sœur Anne)
- Situation Finale: mort de Barbe Bleue et dénouement heureux.
L'étude physique et psychologique des 2 personnages principaux (carte d'identité, portrait) à partir des mots et expressions du texte.
La relation entre l'axe temporel et les événements (précipitation de l'action)
- 8 jours: maison de campagne
- dès le retour: mariage
- un mois plus tard: départ du mari
- six semaines: voyage prévu du mari, visite des amies, entrée dans la pièce défendue
- le soir même: retour du mari (prompt retour)
- le lendemain: demande des clés
- un demi quart d'heure: moment de repentir accordé en haut de la tour
- dans ce moment: entrée des frères sauveurs
- reste de sa vie: se marier et oublier le mauvais temps passé avec Barbe Bleue
AXE FIGURATIF

Quelques paramètres d'espace (les pièces du château : dessins et descriptions)

La mise en mots

- Utilisation obsolète de l'imparfait du subjonctif (qu'on les envoyât, qu'elle les menât, qu'elle fît, ...)
- Utilisation des temps du passé de narration (l'imparfait décrit, crée le décor; le passé simple raconte l'action)

La mise en images

- L'interaction avec le texte: souvent l'image précède le texte
- Deux types de dessins: l'image couleur et les esquisses en crayonné (ces deux dessins ont-ils toujours la même fonction ?)
- Regard sur l'époque (Renaissance) et le milieu aisé (habillement, richesse)
AXE IDEOLOGIQUE

    • La représentation de la femme hier et aujourd'hui dans notre pays. Les relations entre le mari (autoritaire, craint, violent, fou ?) et la femme (douce, réservée, soumise): cette histoire est-elle encore possible de nos jours ?

    • Les valeurs humaines: l'autorité, la jalousie, la faute, la tentation, l'obéissance, la loi (assassin impuni), le droit de vie ou de mort, ..

    • L'interprétation des 2 morales ( la curiosité et les relations de pouvoir et de décision dans le couple)

    • La condition de la femme dans le monde (politique, religion)


L’ILLUSTRATION

Thierry Dedieu a pris le parti d’abréger le texte pour resserrer l’action de l’histoire et donner plus de force à ses illustrations de taille, exploitant majestueusement l’espace de la double page de son album de grand format.

Un album ivoire et terre sur lequel se détachent le bleu de la barbe et le rouge du sang
Thierry Dedieu a réalisé un ouvrage de toute beauté. Il a d’abord remanié l’histoire lui ôtant sa morale invective et fallacieuse et l’a considérablement raccourcie en supprimant nombre de péripéties dont la grande fête que la femme donne après le départ de son mari. Il ne garde donc du conte de Perrault que la trame principale et certaines citations indispensables comme celles tirées du dialogue entre la jeune femme et sa sœur Anne. Les illustrations minimalistes font écho à cette concision narrative.
L’histoire est ainsi moins culpabilisante pour les petites filles bien qu’il reste les deux mises en garde, la première à l’attention des femmes qui ne doivent pas céder à leur curiosité sexuelle et la seconde à l’adresse des maris qui ne doivent pas se laisser emporter par la colère née de la jalousie et de la possessivité. En effet, La Barbe-Bleue veut posséder sa femme de la même façon qu’il possède sa vaisselle d’or.
Observer la rupture graphique imposée par Dedieu : l’illustration renoue avec le folklore

Il est alors intéressant de remarquer que Thierry Dedieu, en 2005, s’appuie sur le texte de Perrault pour proposer une adaptation du conte en album redonnant la part belle à la tradition

populaire.

Sur un fond ivoire se détachent les silhouettes des personnages faits de papier rigide couleur terre. Cela donne un aspect ancien et patiné à l’ouvrage et une intemporalité au récit. Il joue ensuite avec une fine dentelle de papier pour habiller la Belle et son mari jaloux dont les traits sont seulement suggérés. Le bleu de la Barbe et le rouge du sang tranchent singulièrement sur cette base neutre accentuant la cruauté du récit ; le morbide de l’histoire n’empêchant d’ailleurs pas l’élégance de la mise en scène.

Sa représentation de Barbe-Bleue donne au personnage une dimension animale. Sa

barbe et sa chevelure, loin d’être bien taillée et coiffée comme celles des Barbe-bleue des

autres adaptations, sont hérissées, du côté du sauvage ».

C’est un ogre qu’il met en scène, un ogre terrible caractérisé par un énorme ventre, de petites jambes écrasées sous le poids de la panse et recouvertes de bottes. La double-page de titre et la première page de l’histoire mettent l’accent sur une dimension cannibale inexistante dans le texte de Perrault, mais omniprésente dans la tradition populaire et le folklore, très proche de l’ogre aux bottes de sept lieues du Petit Poucet.

La découverte du cabinet secret :

L’adaptation offre une représentation du cabinet secret. Le créateur a proposé sur les pages précédant la scène une illustration de l’arrivée de la jeune fille devant la porte close, au moment ou juste avant qu’elle n’en fasse tourner la clé dans la serrure. Par ce choix, Dedieu intensifie le suspense proposé par la narration : ce qui se cache derrière la porte se cache derrière la page. Le temps d’attente imposé au lecteur accompagne celui imposé par le texte, par la jeune fille elle-même : « Etant arrivée à la porte du cabinet, elle s’y arrêta quelque temps… ». Le geste de tourner la page, proposé par le support de l’album, anime l’ouverture de la porte.
La violence

Le rouge qui caractérise sa gorge est celui du sang du cabinet  secret, du sang qui a ruisselé sur les gorges des victimes passées, de celui qui perlera de la gorge « impudiquement » dévoilée dans l’album de Dedieu.




DISPOSITIF ÉLÈVE

Pistes pour entrer dans le texte


Comme il s'agit d'un conte connu, qui a fait l'objet de nombreuses éditions, voire de réécritures pour enfants et d'adaptations scéniques ou audiovisuelles, on ne peut ignorer la culture personnelle des élèves. Il s'agira donc dans un premier temps de solliciter leur mémoire de lecteur.

« Reconnaître » ou émettre des hypothèses :


Plusieurs possibilités s'offrent à l'enseignant :

    • mentionner simplement le titre « La Barbe Bleue » assorti ou non d'un support iconographique. Cela peut suffire à faire surgir des réactions de « reconnaissance » : on peut alors demander à un élève d'évoquer le conte en le résumant ; ou encore demander à un groupe d'élaborer un résumé par écrit, puis d'en faire la lecture.

    • ou bien lire l'incipit jusqu'à :
      « ...Elles ne voulaient point toutes deux, ne pouvant se résoudre à prendre pour époux un homme qui eût la barbe bleue. » : à partir de cette première phrase faire émettre des hypothèses de lecture à ceux qui ne connaissent pas le récit.
      On peut prolonger la lecture de l'incipit d'une phrase afin de restreindre les possibilités narratives :
      « Ce qui les dégoûtait encore, c’est qu’il avait déjà épousé plusieurs femmes et qu’on ne savait ce que ces femmes étaient devenues ».

On demandera ensuite aux élèves qui connaissent le conte d'apprécier la validité des hypothèses formulées par leurs camarades.

Premier débat à partir de la réception du texte :


Après la lecture orale et intégrale du conte par l’enseignant, et avant de passer à une lecture distanciée, il s'agit de recueillir des réactions spontanées du type "j'aime / je n'aime pas" et de faire préciser pourquoi. Inutile d'insister pour l'instant sur ce qui fera l'objet d'échanges ultérieurs où l'on essaiera de comprendre les émotions qui sous-tendent l'identification à un personnage. 
Il s'agit également d'inciter les élèves à se créer un univers de référence par rapport aux situations et aux attributs des personnages de ce conte : "ça me fait penser à…"
En effet, le choix d'une épouse, le mari monstrueux, le thème de la désobéissance et en particulier le motif de la curiosité punie peuvent entrer en résonance avec d'autres récits.
On fera justifier en quoi, malgré le traitement très rationnel qu'en a fait Perrault, ce récit est un conte. Il reste en effet :

    • la formule initiale « Il était une fois » ;

    • les éléments merveilleux : la clé tachée de sang indélébile

    • et les formulettes ou "phrases-refrains" : « Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?... »)



1. L'exposition ou situation initiale en deux temps :


    • Présentation sommaire du personnage de la Barbe Bleue et de sa situation au début du conte : un personnage repoussant dont les épouses ont disparu mystérieusement, en quête d'une nouvelle épouse qui sera l'une des filles d'une « dame de qualité » du voisinage

    • Le mariage du Maître des lieux et de la Cadette. Remarquer que le conte commence par où on a l’habitude de les voir finir, par un mariage.

2. L'élément déclencheur :


« Au bout d’un mois » le départ de la Barbe bleue pour un voyage en province devant durer six semaines et le pacte d'obéissance qu'il intime à son épouse. 

3. Les actions :


La découverte des richesses de la maison par l'épouse , celle du cabinet interdit

4. La résolution :


  • la Barbe Bleue réclame la clé à sa femme et la menace de mort ;

  • le guet de la sœur Anne en haut de la tour ;

  • la Barbe bleue s'apprête à tuer  ;

  • l'arrivée des frères et la mort du mari.

5. La situation finale en forme d'épilogue :


La veuve de Barbe bleue se remarie

.

La Barbe Bleue apparaît comme terrifiant, redoutable :


Par ses caractérisations :

    • son attribut masculin, sa barbe de couleur bleue (connotant peut-être par métonymie la peur : "une peur bleue", barbe qui le rend « laid » et « terrible » et fait fuir toutes les femmes).

    • sa cruauté : il a « le cœur plus dur qu'un rocher » et les pleurs de sa femme ne réussiront pas à l'attendrir. 

    • par son rôle d'interdicteur (les interdictions et menaces sont retranscrites au style direct) : il interdit l'accès au cabinet ; il menace sa femme de sanction ; il exige la clé comme preuve de sa désobéissance ; il lui hurle de descendre pour recevoir la mort.


L'épouse de Barbe Bleue : trop curieuse ? désobéissante ? émouvante ? enfant ou femme 


Elle va susciter chez le lecteur la jubilation de la désobéissance.
... Elle a « de l’impatience à aller ouvrir le cabinet de l’appartement du bas », la tentation est « si forte » qu'elle ne peut la « surmonter »...
À cette jubilation du lecteur peut succéder également la peur : ... elle rend les clés et le mari devine ce qui s'est passé...
Puis l'attendrissement avec les scènes pathétiques où, face à son mari cruel, la jeune épousée apparaît comme une victime fragile, sans défense (avec tous les attributs de la "victime" face à son bourreau : faiblesse, peur, affliction, repentir et supplications... ce qui est un des topos de la littérature pathétique) 
La symbolique du haut et du bas.
Dialectaliser le haut / le bas à travers les déplacements des personnages et risquer une interprétation symbolique.
L'épouse de la Barbe Bleue "monte" dans sa chambre et "descend" dans le cabinet interdit". L'ogre menace sa femme de "monter" mais ne le peut manifestement pas. Seule Anne monte tout en haut de la Tour (symbole d'élévation spirituelle et de sagesse ?).
La Cadette semble encore dans la phase de quête de la Connaissance (l'accès à la Connaissance est symbolisée par la clé ; le cabinet bas interdit où l'on accède en descendant par un « petit escalier dérobé » pourrait représenter l'accès à l'Inconscient). Mais elle ne monte pas plus haut que sa chambre (lui faudra-t-elle harmoniser les pulsions opposées figurées par le haut et le bas ?) Le passage du bas vers le haut signifierait l’initiation et le passage de l’enfance à l’âge adulte.

Propositions de dispositif d’accompagnement de la lecture de l’ouvrage

Théâtraliser :

    • repérer les différents décors de l’histoire ; les représenter graphiquement

    • repérer les différents personnages de l’histoire ; les caractériser physiquement et moralement ; les représenter plastiquement

    • déplacer les personnages sur des décors ;

      • ceux qui « disent » : un élève narre, un élève est la Barbe bleue ; un élève est sa femme ; un élève est sœur Anne ;

      • ceux qui « font » ; des élèves déplacent les personnages sur les décors

Résumer

Faire la « boîte à » : que pourrions-nous y mettre qui résume l’histoire ? justifier

Travailler sur le temps du récit

Représenter une frise chronologique avec les illustrations du livre ; celles qui sont définies dans un temps donné ; celles qui ne sont pas temporalisées :

    • il était une fois

    • de retour en ville

    • au bout d’un mois

    • retour du voyage

    • demi-quart d’heure









MISE EN RESONANCE


Le thème de la curiosité punie

    • La pomme d'Eve

    • La boîte de Pandore

    • La lampe de Psyché

    • L’outre des vents dans L’Odyssée



Le thème du monstre

    • Chronos, le cyclope, et toute les thématiques de l’ogre, du cannibale, du loup dévoreur.



Les motifs de la chambre interdite et/ou de la chambre indélébile

    • Grimm, L'oiseau d'Ourdi ; Marienkind ;

    • Les Mille et une Nuits, "Histoire du troisième calender

    • Cochon enchanté (conte roumain).


Littérature contemporaine

BARBE-ROSE

Solotareff, Grégoire / Nadja - Ecole des loisirs, 1992. Mouche de poche,
Barbe-Bleue avait un frère Barbe-Rose, horrifié par la cruauté de son aîné. Celui-ci tuait les gens pour un oui ou pour un non et faisait disparaître les unes après les autres dans un cabinet secret, toutes les femmes qu'il épousait. Arriva Rosalynde, la septième femme de Barbe-Bleue. Barbe-Rose décida d'agir.
conte détourné , conte, comique, Cycle 2 / CE1.
FRISSON DE FILLE

E. de Vendel et d’I. Vandenabeeele

(2007) aux éditions du Rouergue

Cet album revisite ce conte de façon impertinente et très contemporaine. Louise, l’héroïne, s’ennuie dans un monde « rasoir ». Elle va tenter de retrouver un peu de ce frisson d’antan en s’enfuyant avec Badblueboy. Tous les motifs du conte, clefs, miroir, sang, cabinet secret (ce Barbe bleu actuel collectionne les têtes de ses copines de classe !) sont ici convoqués.

Les gravures sur bois, les couleurs rouges et bleues très présentes, donnent aux illustrations comme une certaine brutalité qui nous font frissonner… mais Louise n’attendra aucun secours pour fuir et il est intéressant de remarquer la construction en miroir des premières et dernières doubles pages montrant l’affirmation de l’héroïne.





similaire:

Illustrations de T. Dedieu, Seuil jeunesse iconLe Petit Chaperon Uf de Jean-Claude Grumberg, collection Heyoka Jeunesse,...

Illustrations de T. Dedieu, Seuil jeunesse iconSynthèse des Interventions
«à problèmes». C’est de la jeunesse potentiellement délinquante dont IL est question la plupart du temps dans les politiques jeunesse,...

Illustrations de T. Dedieu, Seuil jeunesse iconCompte rendu cpt du 24 novembre 2011
«plein air» va rejoindre le Service Jeunesse et Coordination des Centres Sociaux au sein de la Direction de la Jeunesse et la Vie...

Illustrations de T. Dedieu, Seuil jeunesse iconQuatrième analyse revue et corrigée, détaillée et complétée de l’ani...
«vote par ordre» mais un vote «par tête». IL faut donc un seuil de représentativité en nombre de voix de salariés derrière les syndicats...

Illustrations de T. Dedieu, Seuil jeunesse iconDu golf club des militaires montpellier
«jeunesse et sports» délivré par la Direction régionale ou départementale de la jeunesse et des sports

Illustrations de T. Dedieu, Seuil jeunesse icon12 juillet 2013. Décret relatif à l'aide intégrale à la jeunesse (1)
«Fonds Jongerenwezijn» (fonds d'aide sociale aux jeunes) : l'agence autonomisée interne, visée à l'article 59 du décret du 7 mars...

Illustrations de T. Dedieu, Seuil jeunesse icon3479 Seuil d'effectif

Illustrations de T. Dedieu, Seuil jeunesse icon235 – D62 – 15 : chambre regionale des comptes – rapport d’observations...
...

Illustrations de T. Dedieu, Seuil jeunesse iconRécapitulatif des mécanismes, exemples et illustrations des fiches «Faire le point»

Illustrations de T. Dedieu, Seuil jeunesse iconCheck-list B5 : Plan d’audit détaillé des stocks Seuil de signification global €








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com