«Les traites négrières coloniales»








télécharger 34.25 Kb.
titre«Les traites négrières coloniales»
date de publication13.07.2017
taille34.25 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > histoire > Documentos







LA THEMATIQUE………………………………………………………… 2

LES PARTENAIRES……………………………………………………… 4

LES INTERVENANTS……………………………………………………. 6

DEROULE DU COLLOQUE……………………………………………… 8





« Les traites négrières coloniales »


L’Association des Descendants d’Esclaves et leurs amis, en partenariat avec le Conseil Général du Val de Marne et sous le haut patronage du Conseil Général de la Martinique, organise vendredi 13 novembre 2019 à l’Atrium un colloque autour du livre « Les traites négrières coloniales, histoire d’un crime », réalisé par des chercheurs historiens sous la direction de Marcel DORIGNY et de Max-Jean ZINS.

Ce colloque fait suite à une rencontre organisée au Sénégal en 2007 sous le parrainage d’Aimé CESAIRE.

La 6ème édition du Prix FETKANN ! a accordé une « Mention spéciale » au livre. Par ailleurs, le livre a été nommé au Trophée des Arts Afrocaribéens.
Marcel DORIGNY étant l’un des conseillers scientifique du Prix FETKANN !, l’ouvrage ne pouvait être primé. Néanmoins, une mention spéciale lui est accordée afin que le CIFORDOM le fasse connaître au même titre que les ouvrages primés, en raison de sa qualité exceptionnelle. En effet, l’ouvrage est remarquable par le rigueur des travaux de recherche, le choix des illustrations mettant en scène les pratiques de l’époque, et un regard critique sur l’actualité politique, notamment sur les questions liées au travail et au devoir de mémoire. Il propose de redonner du sens aux valeurs humaines fondamentales par le rétablissement de faits historiques et propose des solutions pouvant répondre à une demande de réconciliation de l’homme avec lui-même.
La traite négrière transatlantique, en effet, constitue sans doute l’une des plus gigantesques tragédies de l’histoire humaine par son ampleur et sa durée.

Durant environ quatre siècles, des millions d’enfants, de femmes et d’hommes noirs africains furent massacrés, déportés et vendus comme esclaves. Entreprise commerciale et économique : la traite négrière est l’illustration dramatique de la rencontre entre l’histoire et la géographie. Elle a lié plusieurs régions et continents : Europe, Afrique, Océan indien, Caraïbes, Amérique. Elle fut légitimée par la construction de l’idéologie anti-noire et son organisation juridique, le CODE NOIR (1685).

La traite a transformé profondément et durablement les trois continents concernés.

C’est à partir de ce constat que l’ADEN a organisé à Gorée (Sénégal), en partenariat avec le Conseil Général du Val de Marne, du 15 au 18 novembre 2007 un colloque international afin de se livrer à un travail scientifique rigoureux mettant en lumière toute la vérité historique de ce drame.
L’ouvrage collectif « Les Traites Négrières Coloniales », publié en mai 2009, est l’aboutissement de cette démarche, que les auteurs souhaitent présenter aujourd’hui à l’ensemble des Martiniquais.
L’ouvrage croise des analyses pointues du phénomène historique des traites négrières avec une riche iconographie. Il reprend des contributions de chercheurs présentées lors du colloque international organisé à Dakar et à Gorée (Sénégal) en novembre 2007, par ADEN.

Avec ces apports, le livre permet d’aller « de la présence d’esclaves noirs sur le sol portugais dès le XVIe siècle aux luttes communes des esclaves africains et des Amérindiens dans les mines de la colonie espagnole de Cuba, de la révolution de Saint-Domingue aux usages politiques des célébrations de l’abolition anglaise » selon L’Humanité (24/04/2009).

L’historienne Catherine Coquery-Vidrovitch évoque l’ampleur des champs de recherche encore en friche, du fait d’un « tabou relatif ». Des européens, américains et africains croisent leurs regards pointant la part décisive prise de la traite transatlantique dans l’essor du capitalisme occidental, à l’instar de Samir Amin et de Rémy Herrera.

L’universitaire niçois Jean-Michel Deveau décrit les débuts de la présence française en Sénégambie tandis que Valérie Gobert-Séga et de Cheikh Faty Faye décryptent le Code noir, pièce maîtresse d’un corpus idéologique et juridique visant à justifier et légitimer l’exploitation d’êtres humains en théorisant leur « infériorité ».

Augustin Senghor, maire de Gorée, île au large de Dakar symbole de la déportation des esclaves, estime que l’ont peut « mieux connaître les réalités de ce terrible commerce de millions d’hommes, de femmes et d’enfants africains systématiquement déportés de par le monde pendant plusieurs siècles » grâce à cet ouvrage, « un livre de lutte pour un idéal de paix et d’espoir d’un monde uni dans la diversité pour demain. »





L’Association des descendants d’esclaves noirs et leurs amis (ADEN) est née à la suite du vote par le Parlement Français le 10 mai 2001 d’une loi déclarant la Traite négrière et l’Esclavage crime contre l’Humanité (publiée au journal officiel le 21 mai 2001).


Fondée en septembre 2001 par Marcel Rosette (1926-2006) ancien sénateur-maire , descendant d’esclave, elle fut successivement présidée par Serge Hermine, professeur d’Université, membre du «Comité pour la Mémoire de l’Esclavage», Jean Metellus, professeur de Médecine, écrivain, et Daniel Voguet, avocat à la Cour de Paris, militant des droits de l’Homme.

ADEN entend d’abord concourir au devoir de mémoire. Elle plaide notamment depuis sa création pour que les programmes scolaires et les programmes de recherche en Histoire et en Sciences humaines accordent à la traite négrière, à l’esclavage et au colonialisme la place conséquente qu’ils méritent. ADEN demande la création d’un «centre national d’histoire de la traite négrière et de l’esclavage».

ADEN lutte sans concession contre le racisme et les discriminations sous toutes ses formes. Nous souhaitons ainsi substituer au triste souvenir du commerce triangulaire de nouveaux échanges humains dans une fraternité triangulaire entre l’Europe, l’Afrique, l’Océan Indien et les Amériques.

ADEN se propose également d’intervenir pour le droit à réparation en faveur des peuples qui ont subi l’oppression de la traite et du colonialisme du fait de pays qui sont aujourd’hui membres de l’Union européenne.

Par droit à réparation, ADEN entend que s’établissent des rapports d’une qualité nouvelle entre les pays d’Europe et les pays du Sud. Voilà qui permettrait à ces pays de connaître un développement non imposé, maitrisé, conforme aux intérêts présents et futurs de leurs peuples.




Le Conseil général du Val de Marne mène un important travail de mémoire avec les différentes communautés qui composent son département et notamment un travail de mémoire sur la traite négrière. C’est donc tout naturellement, qu’il a accepté de participer au colloque international « La traite négrière transatlantique » organisé du 15 au 18 novembre 2007 par l’
ADEN, à Dakar et sur l’Île de Gorée, conjointement avec le Gorée Diaspora Festival.

Deux ans après cet évènement majeur, qui a vu une délégation val-de-marnaise d’une trentaine de personnes assister, en présence de nombreux officiels locaux et de représentants de l’ambassade de France, mais aussi de la presse nationale et internationale, à ce premier colloque, le Conseil général du Val de Marne a souhaiter être présent pour la conclusion de la démarche, matérialisée par la présentation de l’ouvrage à Fort de France, sous le haut patronage du Conseil général de la Martinique.




* Marie-France Maréchal : Vice-Présidente du Conseil Général du Val de Marne, chargée du Travail de Mémoire
* Daniel Voguet : Président de l’ADEN
* Marie-France ASTEGIANI-Merrain : Vice-Présidente et porte parole de l’ADEN

* Max-Jean Zins , co-directeur de l’ouvrage
Chargé de recherche CNRS

Max-Jean Zins, docteur d’Etat ès Science Politique de l’Université Paris I,  habilité à diriger des recherches doctorales, diplômé de Sciences Po et rejoint le CERI en 1981. Egalement membre associé élu du Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud, il a été chercheur associé du Centre d’Etudes Politiques de l’Université Jawaharlal Nehru (New Delhi) de 1985 à 1989 et du Woodrow Wilson International Center for Scholars (Washington D.C.) en 2001 et 2004. Il a représenté l’Institut de Recherches en Développement (IRD) en Inde de 1985 à 1987. Il  donne des conférences à l’Institut Français de la Mode (Paris) et au Collège de défense de l’OTAN (Rome).  Dans le cadre du Gorée Diaspora Festival, il a coordonné le colloque scientifique international sur la "Traite Négrière Coloniale. Regards Croisés : Europe, Afrique, Amériques" de l’Association des Descendants d’Esclaves Noirs et de leurs Amis, Dakar et Gorée, novembre 2007. Ses recherches s'inscrivent dans le Projet transversal du CERI "Sortir de la violence".

Enseignements

- Université de Paris 1, Master 2, UFR Science Politique et Institut Pierre Renouvin : Histoire politique des relations internationales, Asie du Sud.
- Sciences Po , 1ère année : Connaissance de l’Inde.
- Institut Supérieur de Gestion Asie-Pacifique, Quimper
Recherches en cours

- Histoire et anthropologie politique de l’Inde contemporaine
- Biographie de Gandhi

Publications

Ouvrages

    • Le Pakistan. La Quête de l’Identité, Paris, La Documentation Française, 2002, 200 p.

    • L’Inde. Un Destin Démocratique, Paris, La Documentation Française, 1999, 190 p.

    • La Politique de l’Inde, Paris, Presses Universitaires de France (Que sais-je ?), 1994, 128 p.

    • Histoire Politique de l’Inde, Paris, Presses Universitaires de France, 1992, 336 p.


*Aude Désiré, co-auteur de l’ouvrage
professeur-documentaliste, responsable de la médiathèque du Centre Départemental de Documentation Pédagogique du val de Marne.

Publications

Ouvrages

Co-auteur avec Eric Mesnard de « Enseigner l’histoire des traites négrières et de l’esclavage au cycle 3 » (2007)
Contribution à l’ouvrage collectif « Les Traites Négrières Coloniales » (2009)

* André Constant : Coordinateur du colloque
* Yvan Labéjoff : Homme de théatre
* Valérie Rouf : Responsable coordination artistique de l’Atrium
* Juliette Sméralda : Sociologue
* George Huyghues Des Etages : Psychologue
* Suzy Singa : Comédienne
* Jean Paul Césaire




8h30 Accueil
9h00 Ouverture du colloque
Avec la participation de

Mme Marie-France MARECHAL

Vice Présidente du Conseil Général du Val de Marne
M. André CONSTANT

Coordinateur du colloque
M. Jean-Paul CESAIRE

M. Daniel VOGUET

Président de l’ADEN
Mme Marie-France ASTEGIANI-MERRAIN

Vice Présidente et porte parole de l’ADEN

10h00 Projection du film documentaire « Regards croisés sur l’esclavage » réalisé par Lionel LECHEVALLIER, produit par le Conseil Général du Val de Marne
De 10h15 à 12h00 et de 14h00 à 17h00 début des interventions et des débats co-animés par Max-jean ZINS et AUDE DESIRE
17h30 Signature du livre et visite de l’exposition « Gorée 2007 »

A l’occasion de ce colloque, le Président du Conseil général, Claude LISE, recevra officiellement pour la Martinique les actes du colloque de Dakar réunis dans « Les traites négrières coloniales, histoire d’un crime ».








Service des Actions de Communication

et Relations Presse





similaire:

«Les traites négrières coloniales» iconL’Indien dans les sociétés hispano-américaines coloniales
«indien» solidaire face aux agressions est par définition plus récente — en réalité, elle date essentiellement des indigénismes du...

«Les traites négrières coloniales» iconTraités n° 8
«L’Homme et les Sept Dimensions» qui reprend les citations des messages de frère William Branham et les met en parallèle avec les...

«Les traites négrières coloniales» icon© Envision sbs. 2004. Tous droits réservés. Ce contenu est protégé...

«Les traites négrières coloniales» icon© Envision sbs. 2004. Tous droits réservés. Ce contenu est protégé...

«Les traites négrières coloniales» icon© Envision sbs. 2004. Tous droits réservés. Ce contenu est protégé...

«Les traites négrières coloniales» icon© Envision sbs. 2004. Tous droits réservés. Ce contenu est protégé...

«Les traites négrières coloniales» icon© Envision sbs. 2004. Tous droits réservés. Ce contenu est protégé...

«Les traites négrières coloniales» iconRecherche corum sous la direction de J. A. Keller
«sur les roses» les auteurs de lois, règlements ou traités internationaux qui sentent le soufre est devenu, en Suisse, un sport national...

«Les traites négrières coloniales» iconRecherche corum sous la direction J. A. Keller
«sur les roses» les auteurs de lois, règlements ou traités internationaux qui sentent le soufre est devenu, en Suisse, un sport national...

«Les traites négrières coloniales» iconAu cours de ce colloque seront traités, toujours sur la base de l’arabo-francophonie








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com