Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société»








télécharger 1.15 Mb.
titreRecherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société»
page1/21
date de publication06.06.2017
taille1.15 Mb.
typeRecherche
l.21-bal.com > économie > Recherche
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   21



Groupe de recherche sur la consommation durable(GRECOD)
Une étude des profils de consommation écologiques
Novembre 2012

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société »pour le compte de l’ADEME par Jean Belin, Ali Douai, Sébastien Lavaud, Nathalie Lazaric, Fabrice le Guelet Vanessa Oltra,

Dans le cadre des laboratoires : GREThA, CNRS Université de Bordeaux IV ; GREDEG, CNRS, Université de Nice Sophia Antipolis et de ADIS, Université de Paris 11, Sceaux.

Coordination et direction scientifique : Nathalie Lazaric et Vanessa Oltra

Coordination technique :IsabelleSannie, Direction de la Recherche et de la Prospective, ADEME (Paris)





Rapport final

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite selon le Code de la propriété intellectuelle (art. L 122-4) et constitue une contrefaçon réprimée par le Code pénal. Seules sont autorisées (art. 122-5) les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé de copiste et non destinées à une utilisation collective, ainsi que les analyses et courtes citations justifiées par la caractère critique, pédagogique ou d’information de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, sous réserve, toutefois, du respect des dispositions des articles L 122-10 à L 122-12 du même Code, relatives à la reproduction par reprographie.



description : logo des tutelles : medde et recherche


L’ADEME EN BREF

L'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME) participe à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de l'environnement, de l'énergie et du développement durable. Afin de leur permettre de progresser dans leur démarche environnementale, l'agence met à disposition des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public, ses capacités d'expertise et de conseil. Elle aide en outre au financement de projets, de la recherche à la mise en œuvre et ce, dans les domaines suivants : la gestion des déchets, la préservation des sols, l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables, la qualité de l'air et la lutte contre le bruit.
L’ADEME est un établissement public sous la tutelle du ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie et du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche.www.ademe.fr.

About ADEME

The French Environment and Energy Management Agency (ADEME) is a public agency under the joint authority of the Ministry of Ecology, Sustainable Development and Energy, and the Ministry for Higher Education and Research. The agency is active in the implementation of public policy in the areas of the environment, energy and sustainable development.
ADEME provides expertise and advisory services to businesses, local authorities and communities, government bodies and the public at large, to enable them to establish and consolidate their environmental action. As part of this work the agency helps finance projects, from research to implementation, in the areas of waste management, soil conservation, energy efficiency and renewable energy, air quality and noise abatement.
www.ademe.fr www.ademe.fr

SOMMAIRE


  1. Introduction :La consommation durable derrière la définition, des interrogations sur notre société future ……………………………………………… 5




  1. Hypothèses et cadrage du débat sur la consommation durable …………...……. 6

2.1. La «surconsommation » un thème ancien : la consommation dite ostentatoire ……………... 7

2.2. Imitation entre groupes sociaux et conditions d’émergence de la consommation «verte »..… 8

2.3. L’altruisme : les implications pour la CD …………………………………………………………... 9

2.4.Les habitudes, les bonnes intentions et les actes……………………….………………………...10

2.5. Le débat consommation durable version « faible» ou version « forte »……………………...….12

2.6. Les résultats empiriques antérieurs et la méthodologie de notre questionnaire……………....16

3. Présentation des résultats de l’enquête………………………………………………. 20

3.1 Note méthodologique….…………………………………………………………………………... 20

Méthode d’analyse factorielle ACM

Classification sur les résultats de l'ACM

3.2 Les profils socio-économiques : l’analyse du signalétique……………………….…………22

Les variables

Les résultats

3.3 Les profils environnementaux………………………………………………………….………… 26

Les variables liées aux actions

Les résultats liés aux actions

Les variables liées aux perceptions et aux intentions

3.4 Les résultats sur la consommation de yaourts ……………………………………………….45

Les critères d’achat

Les résultats sur les changements de comportement

3.5 Les résultats concernant le lave-linge ………………………………………………………….48

Les critères de choix

Les résultats sur la consommation de produits sur connexes

Les résultats sur les changements de comportement

3.6 Approfondissement de la compréhension des comportements et de leurs déterminants: le recours aux modèles économétriques et de score…………………………………….……….57

Une pratique commune : le tri et ses déterminants

Pratiques alimentaires durables 

Pratique lave-linge

Pratiques énergie

Synthèse des pratiques : la pratique globale.

3.7.Analyse de l’effet âge et entourage social : un test économétrique complémentaire …………………………………………………………………………………………………………….....70

La construction d’une variable de score

L’Alpha de Cronbach ou le test de validité de la variable de score

Le modèle économétrique

Estimation du modèle économétrique et interprétation des résultats

L’interprétation d’un modèle Logit ordonné

Interprétations des résultats économétriques

4.Conclusionsetrecommandations…………………………………………………......85

5.Valorisationde la recherche ……………………………………………………………..92

Bibliographie…………………………………………………………………………………… 93

Annexe 1 : table des illustrations………………………………………………………….. 95

Annexe 2 : questionnaire d’enquête…..………………………………………………….. 96

Annexe 3 : Tris à plat………………………………………………………………..………..104

Résumé:

L'évolution des modes de consommation vers une consommation dite 'durable' fait partie des priorités en matière de politique environnementale. Même si la majeure partie de la communauté scientifique et politique s'accorde à dire qu'il faut soutenir et développer la consommation durable, le concept reste flou et ses contours mal définis. C'est dans ce contexte que s'inscrit notre étude des comportements de consommation dits "verts" ou écologiques. Il s'agit, grâce à une enquête de grande ampleur auprès d'un panel de consommateurs représentatifs, de caractériser les différents profils de consommation durables en termes de critères d'achat, de préférences et de modes de consommation. Grâce à une enquête de grande ampleur portant sur plus de 3 024 ménages en France, nous avons qualifié différents profils de consommation plus ou moins «verts». Nos profils sont établis pour chaque type de pratique habituelle(tri,énergie,mode de transport et achat de bien alimentaire)et pour l’ensemble des pratiques habituelles concernées.

Nos résultats soulignent l’importance des variables traditionnelles pour déterminer le profil plus ou moins « vert» de la consommation durable, telle que l’âge, la CSP, le niveau d’éducation, la région et le genre. De manière plus novatrice, nos résultats soulignent l’importance de l’enchâssement social, c'est-à-dire que la consommation durable est fortementdépendantedes pratiques habituelles de l’entourage. Ce résultat est celui qui est d’une part celui qui est le plus significatif, d’un point de vue statistique, et, d’autre part, le plus original d’un point de vue scientifique. Il entraine des préconisations en matière de politiques environnementales qui visent à prendre en compte plus explicitement la dimension collective de la consommation durable.
Abstract:
To identify consumer’s green behavior’s involved in sustainable consumption; we need to define sustainable consumption more precisely.We conducted an original survey among more than3024 households in France (phone interviews). Our results scrutinize habits of consumption habits for 2 types of goods: the consumption of yoghourts and the use of washing machines in order to observe recurrent purchases such as food (and associated waste collection practices) and less frequent acts of consumption such as buying a new equipment for home. Surveyed households are also interviewed on their own definition and perception of sustainable consumption. This set of questions enables to characterize the profile of consumers in terms of their perceptions and their motivations on environmental concerns. We apply factorial and cluster analysis to identify groups of households that exhibit similar environmental practices or intentions. Such analysis is applied for each set of variables: socio-economic characteristics, general environmental behaviour, habits of consumption of dairy products and of washing machines. We observe a bunch of practices around single acts of consumption (transport habits, energy habits, ...) that constrains behaviors and shapes preferences.
Our results provide some evidence on the role of personal characteristics – age, education, type of housing, employment status, income, place of living – and of intentions on general environmental behavior and on the habits of consumption of the two products. We discuss how much some of these groups are likely to adopt behaviors towards more ors less green behaviors. Groups are producing significant levers for change and may promote social new behaviors. They are playing an important role in inducing change given the tendency for people to imitate some individuals that are considered as reference. In this perspective, our empirical findings try to identify such group for characterizing the heterogeneity of consumer’s green behaviors and their various profiles.



  1. Introduction 



La consommation durable : derrière la définition, des interrogations sur notre société future
L’expression « consommation durable » est composée de deux termes a priori antinomiques. Le terme « consommer » vient du latin consummare, qui signifie achever, alors que le terme « durable » exprime une vocation à durer longtemps(Bonnin 2009 ; Bonnin et Lazaric 2012).
La consommation, terme issu de la science économique, est définie comme un ensemble de comportements réalisés par les individus, les entreprises ou l’État dans le but de satisfaire des besoins, depuis la décision d’achat jusqu’aux interactions amont ou aval qui entourent l’acte d’achat et son usage. La consommation s’oppose, en principe, au concept de production et dépend du pouvoir d’achat, du niveau des prix, de l’accès au marché, des groupes de pression et de la réglementation en cours.
Aujourd’hui, la consommation fait partie intégrante de la langue courante. Même si les économistes classiques, tels que Adam Smith ou Jean-Baptiste Say, soulignent le rôle de la consommation comme but de toute production, il faut attendre le début du XXe siècle et, notamment, les travaux de Thorstein Veblen, pour avoir une vision globale de la consommation dans le système capitaliste en tant qu’instrument d’imitation sociale, et source potentielle de gaspillage. Le mouvement consumériste américain des années 60 va, par la suite, donner non seulement des lois de protection du consommateur, mais aussi, en quelques années, une nouvelle branche du droit : le droit de la consommation.
La consommation durable est une déclinaison de la notion de développement durable. En effet, selon le Rapport Brundtland, le concept de développement durable (les auteurs du Rapport parlent de « strategies for sustainabledevelopment ») met l’accent sur la nécessité d’adopter des modes de consommation durables pour assurer à la fois un développement économique pérenne et la protection de l’environnement dans l’intérêt des générations présentes et futures. Par ailleurs, la Commission Brundtland définit la consommation durable comme « l’utilisation de services et de produits qui répondent à des besoins essentiels et contribuent à améliorer la qualité de la vie tout en réduisant au minimum les quantités de ressources naturelles et de matières toxiques utilisées, ainsi que les quantités de déchets et de polluants tout au long du cycle de vie du service ou du produit, de sorte que les besoins des générations futures puissent être satisfaits »
Cette définition met bien en évidence les différentes dimensions de la consommation durable, qui s’inscrivent dans une perspective de satisfaction des besoins individuels, mais également collectifs. Toutefois, il demeure difficile de définir plus précisément en quoi consistent les modes de consommation durables et quelles sont les orientations attendues au niveau de l'évolution de la demande des consommateurs. Faut-il consommer moins et/ou différemment ?
Lors du Sommet de la Terre qui s’est tenu à Rio en 1992, les États ont considéré l’élimination des modes de consommation non durables comme une priorité pour assurer un développement durable. Toutefois, les intérêts économiques du moment et de court terme ont longtemps prévalu sur l’adoption de mesures efficaces pour promouvoir une modification des modes de consommation. Ainsi, au niveau international, les textes encourageant l’adoption de modes de consommation durable n’ont pas de valeur contraignante (Déclaration de Rio, Agenda 21, Principes directeurs des Nations Unies pour la protection du consommateur, Plan de mise en œuvre du Sommet mondial pour le développement durable). Pour autant, il ne faut pas sous-estimer l’influence de ces instruments juridiques issus de ce que l’on appelle la « soft law » (« droit mou », par opposition au « droit dur » constitué notamment des règles issues des textes constitutionnels, légaux ou règlementaires) sur les législations nationales.
La consommation durable est un concept dynamique qui évolue dans le temps sous l’effet des pressions exercées sur l’environnement et la capacité d’action des différentes parties prenantes (pouvoirs publics, entreprises, organisations non gouvernementales et consommateurs). Si le consommateur apparaît comme l’acteur central de ce processus, il est néanmoins essentiel de ne pas négliger la dégradation de l’environnement causée par les modes de consommation des consommateurs, au sens du consommateur final. La consommation finale des ménages comprend la sélection, l’achat, l’utilisation, l’entretien, la réparation et la disposition juridique (abusus) d’un produit ou d’un service. La consommation durable envisage donc les produits « du berceau à la tombe » (« fromcraddle to grave »).
Le terme consommateur appartient à la fois au langage commun, au lexique juridique et à l’économie. Le consommateur est l’agent économique qui détruit et consomme un bien ou service. Considéré comme un être paradoxal dans les pays occidentaux, il peut conjuguer à la fois un individualisme hédoniste et consumériste, tout en louant un culte au bien-être matériel qui consiste à la fois à satisfaire un besoin essentiel et à s’accorder un plaisir qui va au-delà de ce strict besoin. Le consommateur est également mu par la satisfaction de valeurs altruistes. Ses convictions éthiques et environnementales vont orienter ses choix sur le produit consommé, ou encore sur l’acte même de consommer.
Le concept de consommation durable va alors permettre de relier les intérêts économiques des consommateurs, et les valeurs altruistes recherchées par les « consommateurs-responsables » ou les « consommateurs-citoyens ». Ces derniers vont alors exprimer des positions éthiques, environnementales ou politiques par des choix marchands.
Une question fondamentale se pose alors inéluctablement : dans quelle mesure les consommateurs ont-ils la possibilité d’agir de façon responsable et durable sur les marchés à travers notamment leurs actes d’achat ? La consommation durable conduit à intégrer à la fois des préoccupations environnementales et sociales. C’est à l’ensemble de ces questions que s’est positionnée la recherche du groupe GRECOD. Face à ces interrogations qui ont animées notre recherche, une grille d’analyse pluridisciplinaire, pour repérer en France les enjeux et formes éventuelles de consommation durable au sein d’un échantillon représentatif des ménages français, a vu le jour. Ce présent rapport montre les différentes étapes qui ont permis d’alimenter notre réflexion initiale et de construire le questionnaire sur la consommation durable.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   21

similaire:

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconLe programme local de prévention des déchets sera, comme dans les...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconProgramme cadre Recherche et Développement de l’Union Européenne...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconTravail de recherche effectué dans le cadre de

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconAperçU
«bonne» dans tous les essais effectués dans le cadre du programme d’évaluation indépendant de l' Insurance Institute for Highway...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconRapport final ( janvier 2015 ) La présente étude a été réalisée par...
«Transports, énergie, infrastructures et société de l'information» (ten) du cese, à savoir

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconNote de dossier
«OM, cendres, matériaux de démolition, vieilles ferrailles, déchets divers, à l’exclusion d’hydrocarbures et de produits ou déchets...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconLe serpent de mer de l’enfouissement des déchets radioactifs à vie longue de bure
«phase industrielle pilote», prévue à l'horizon 2025, et définit la notion de «réversibilité» du stockage de déchets nucléaires en...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconRésumé Cette recherche exploratoire a pour objectif d’étudier l’émergence...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconTransfert de compétence en matière d’élimination et de valorisation...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconProgramme cadre de français 19








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com