Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?»








télécharger 328.97 Kb.
titreManuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?»
page9/11
date de publication05.06.2017
taille328.97 Kb.
typeManuel
l.21-bal.com > économie > Manuel
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

Alexandre Eykerman, Directeur des ventes, Wärtsilä France

Actuellement le marché de la propulsion par GNL ne concerne que 5 % des bateaux en construction.

Mais cela représente cependant plus de 3 000 navires équipés à ce jour en GNL dans la marine marchande, les ferries, les méthaniers, les remorqueurs et les supply vessels.

Certains de ces bateaux sont 100 % GNL et d’autres sont munis d’un système de « back fuel » qui permet de brûler aussi du fuel lourd.

A noter que nous venons de mettre au point un nouveau type de moteur 2 temps à injection basse pression, moins polluant et plus simple à opérer, dont Total a passé commande pour deux méthaniers en Australie.
Pierre Cotin, Directeur, Elengy

Nous sommes propriétaires et exploitants des trois terminaux d’importation de GNL en France (deux à Fos et un à Montoir-de-Bretagne) et nous proposons à nos clients de se fournir en GNL dans nos installations (dont par des transbordements).

Notre expérience en la matière nous conduit à confirmer que le GNL est un produit très propre, dépourvu de souffre ; c’est bien le carburant de demain !

Certes, le démarrage est lent malgré les nouvelles normes qui s’imposent au 1er janvier 2015…

Nous sommes prêts à monter en puissance : les quantités de GNL dont nous disposons sont très largement suffisantes pour approvisionner sans problème le marché de détail des navires au GNL. Et nous travaillons sur le coût de la chaîne logistique globale…

En 2011, Brittany Ferries et STX ont envisagé de travailler ensemble pour créer un ferry fonctionnant au GNL en initiant ainsi une filière française de GNL… Où en est-on aujourd’hui de ce projet Pegasis ?
Jean-Marc Roué, Président, Brittany Ferries

Dans le projet Pegasis, l’idée était d’avoir un ferry au GNL qui soit au moins équivalent, économiquement et opérationnellement, à un ferry au fuel lourd.

Nous venons d’ajourner ce projet pour des raisons opérationnelles (appel d’offres trop tardif), financières (fonds dédié, crédit export..), économiques (calendrier contraint…) et règlementaires (exemptions).

Suite à l’abandon des exemptions en octobre dernier, nous avons préféré choisir le « tout scrubber » pour la flotte existante….

Pour autant, nous pourrions relancer ce projet dans un calendrier non contraint, ce qui sécuriserait davantage les partenaires privés.

Il faudrait alors que le gouvernement français maintienne son appel à projets sur les ferries propres.

Pour le financement de la construction, il faudrait qu’on soit logé comme nos concurrents : aujourd’hui un armateur français ne peut pas bénéficier du crédit export s’il commande son bateau en France ! Donc tout ce qu’a mis au point STX n’est pas abordable pour nous, actuellement.

Un fonds dédié au financement des armateurs français serait aussi le bienvenu !


>>> Quel essor pour les acteurs français des énergies marines renouvelables ?
Animateurs : Jean-Jacques Lerosier, Ouest France, et Loïc Fabrègues, le marin

A la fin du premier semestre 2014, l’Europe disposait de 2 300 éoliennes offshore fournissant 7 GW.

La France n’a pas encore d’éoliennes au large de ses côtes mais cela ne saurait tarder : deux appels d’offres pour une puissance totale de 3 GW ont été attribués en 2013 et 2014 notamment à EDF EN et Alstom (240 éoliennes pour 1,5 GW) et à GDF Suez et Areva (124 éoliennes pour 1 GW).

Quelle est l’avancée de ces projets ?
Béatrice Buffon, Directrice générale adjointe, EDF EN France

Nous avons beaucoup travaillé sur les trois champs attribués en avril 2012 (autorisations et études d’impact environnemental) et nous avons déposé nos demandes de concessions en octobre dernier. En parallèle, nous avons poursuivi les études de conception (mât de mesure) et nous avons lancé les grands appels d’offres industriels (fondations, sous-stations, câbles, etc.).

Tout cela mobilise une centaine de personnes à plein temps pour respecter l’ensemble des jalons fixés par l’Etat : début des travaux à terre en 2016 et des installations en mer en 2018/2020.

Concernant le tarif de l’électricité produite par les EMR (200 €/Mwh dans l’appel d’offres 2012), je pense que c’est qu’on fera baisser les prix en faisant du volume et avec de l’innovation.

Avec comme objectif du syndicat des EMR, un prix de 110 €/Mwh en 2030…

Sur l’AMI pour l’éolien flottant, nous serons candidats avec la société Nenuphar dédiée à l'éolien vertical dont Areva est actionnaire.
Denis Cochet, Président, Alstom France

Nous avons inauguré hier la nouvelle usine de nacelles et de générateurs de St Nazaire (300 emplois), en présence du Premier ministre, de la ministre de l’Environnement et du secrétaire d’Etat aux Transports. C’est à ce jour la première usine de ce type en France. Elle commencera la production début 2015. A Cherbourg, la construction des deux usines (500 emplois) va démarrer en 2015 et nous respectons parfaitement dans les délais prévus.

Au total, il y aura environ 7 000 emplois directs et indirects générés par les 3 projets, ce qui n’est pas neutre dans l’ambiance actuelle en France !
A noter que le rapprochement entre Alstom et General Electric (GE) se déroule comme convenu et que les EMR feront partie d’une société commune Alstom/GE, gérée au jour le jour par GE.

Concernant l’AMI sur l’éolien flottant, nous serons candidats avec DCNS pour aller vers une industrialisation à moyen terme.
Raphaël Tilot, Directeur projets offshore, GDF SUEZ Energie France

GDF Suez a fait des EMR et de la transition énergétique l’un des piliers de sa stratégie.

Nous croyons beaucoup en particulier dans l’éolien offshore posé et nous avons remporté les parcs du Tréport et de Noirmoutier (2 fois 500 MW) avec nos partenaires.

A ce jour, avec des procédures administratives simplifiées qui pourront raccourcir les délais, il est prévu de terminer la phase de levée des risques fin 2016 et de démarrer effectivement la construction des parcs début 2019 pour une mise en service entre 2021 et 2022.

Tout ce travail va nous offrir des opportunités uniques en termes industriels et économiques pour nous positionner sur le marché mondial avec le soutien des acteurs locaux.
Arnaud Bellanger, Directeur, Areva Wind

Au Havre, nous allons déposer les permis de construire des 4 usines pour le début de la construction mi 2018. Nous sommes dans le timing prévu pour le projet 8 MW.

Avec les usines des mâts de Dunkerque et du Havre, tout cela représente 6 000 emplois globaux directs et indirects pour la construction. 500 emplois pérennes sont prévus pour l’exploitation par projet.

Gamesa et AREVA ont signé en juillet dernier les accords engageants pour la création d’un leader mondial de l’éolien en mer. La nouvelle société commune, forte de nos expériences et technologies respectives, sera positionnée pour devenir un acteur majeur de l’éolien en mer avec un portefeuille de projets de 2,8 GW et l’objectif de remporter près de 20 % de part de marché en Europe d’ici à 2020.
Les EMR ne se résument pas aux seules éoliennes posées. La France va bientôt disposer de fermes pilotes hydroliennes dans le Raz Blanchard qui seront sous la responsabilité des gagnants de l’AMI de l’Ademe : Gdf Suez associé à Alstom et EDF EN avec DCNS.

Manuel Valls a annoncé ici qu’un AMI doté de 150 M€ serait lancé en juin 2015 pour l’éolien flottant.
Bernard Planchais, Directeur général délégué, DCNS

Ce sont d’excellentes nouvelles car, 50 ans après le barrage de la Rance, nous allons pouvoir lancer une nouvelle technologie en matière d’énergie des courants dans l’Ouest de la France, avec des potentiels très importants : on peut installer sous l’eau devant Flamanville l’équivalent en puissance de 2 EPR…

Le projet, mené avec GDF Suez, consiste à installer une ferme pilote de 7 hydroliennes (chacune de 1 000 t pour une puissance de 2 MW) dans le Raz Blanchard pour qualifier industriellement et valider nos modèles économiques dès 2018. Avec l’espoir de pouvoir ensuite répondre aux appels d’offres internationaux de fermes de plusieurs centaines de MW avant 2020.

Nous venons d’ailleurs de remporter un contrat au Canada pour 2 hydroliennes qui produiront dès 2015, puis pour une installation d’une ferme de 40 MW en 2017 et de 300 MW en 2020.

Signalons aussi que DCNS participe à l’installation en 2018 d’une centrale thermique des mers de 16 MW à la Martinique (projet Nemo). Ce sera pour ce territoire une formidable opportunité de développer une filière pour la construction et la maintenance.
Sur l’éolien flottant et l’AMI de juin 2015, nous proposerons des démonstrateurs avec Alstom pour qualifier le système et valider le modèle économique car la technologie est moins mature que l’éolien offshore ou l’hydrolien.

Enfin, je souhaite qu’on ne limite le débat sur le prix de l’électricité produite par les EMR au tarif français. En effet, ailleurs, notamment dans l’Asie du Sud-Est, des demandes existent aujourd’hui à 300 / 400 €/Mwh…
Raphaël Tilot, Directeur projets offshore, GDF SUEZ Energie France

GDF Suez et Alstom sont aussi les gagnants de l’appel d’offres du projet de fermes pilotes au Raz Blanchard. Nous allons nous y engager depuis Cherbourg avec la technologie Oceade (fish friendly) developpée par Alstom pour essayer ensuite de développer nos marchés en France et à l’international.

Concernant l’AMI pour l’éolien flottant, nous n’avons pas encore communiqué sur le nom d’une technologie et d’un partenaire équipementier…
>>> Les grandes infrastructures en mer

Animateur : André Thomas, le marin

Les grandes infrastructures marines vont du porte-avions et du porte-container aux plateformes pétrolières, FPSO et FLNG. Et même au-delà en termes de taille, notamment avec les ports flottants !
François Demoulin, Président du Pôle Mer Méditerranée

En région PACA, nous avons un réseau important de compétences : une centaine de PME et les grands groupes participent au Pôle Mer dans le groupe sur l’offshore profond. Une vingtaine de projets collaboratifs ont été lancés sur la manière de travailler efficacement jusqu’à 6 000 m de profondeur pour l’oil & gaz et pour l’exploitation des grands fonds.

On traite les problèmes d’automatisation, de communication, de télé-opérations, de connectique humide, de manutention, etc. dans l’offshore profond.

Avec le projet Abyssea* (déjà financé), nos PME et grands groupes vont pouvoir tester en vraie grandeur leurs innovations (à 1 300 m et à 2 400 m de fond) et offrir une vitrine de leurs savoir-faire sur deux plateformes à l’est de l’Ile du Levant.

De plus, avec Abyssea, nous pourrons faire de la qualification et de la certification in situ.
*Ndlr. Le 9 décembre 2014, dans un courrier adressé au préfet du Var, la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal dit avoir chargé le Conseil général de l'environnement et du développement durable "d'étudier un autre lieu d'implantation" pour Abyssea et, dans l'attente de ses conclusions, "de ne pas poursuivre la procédure d'autorisation".
Antoine Rabain, Indicta

Pour la maritimisation de l’économie mondiale et spécialement pour la production d’hydrocarbures en mer, des besoins nouveaux de rationalisation apparaissent : plateformes de 100 MW embarqués, FPSO reliés à des centrales électriques flottantes pour libérer la puissance embarquée, ports offshore, etc.

En même temps, il faut parvenir à utiliser les EMR pour le travail en mer, et non pas simplement pour l’énergie à ramener sur la terre.

Aujourd’hui, on pense aussi à déplacer en mer un certain nombre d’activités portuaires pour tenir compte de l’actuelle course à la puissance sur les navires avec des tirants d’eau qui dépassent les capacités des ports existants.

Le port offshore multifonctions (10 ha environ) est une réponse adaptée à ce contexte, en organisant derrière les flux logistiques vers la terre.

Reste à finaliser les études de faisabilité et de modularité (en Guyane notamment) et à sécuriser le droit maritime international pour ces nouvelles infrastructures…

Ainsi, on se positionnera très tôt pour profiter du marché qui s’ouvre !


>>> L’économie de la mer solidaire

Animateur : André Thomas, le marin

Comment se portent la SNSM et Marins sans frontières ?
Xavier de la Gorce, Président, SNSM

La SNCM va bien grâce à l’enthousiasme de ses 7 000 bénévoles qui secourent 8 000 personnes par an ; mais elle est un peu trop fragile sur le plan financier

A ce sujet, nous avons des inquiétudes suite à la réforme territoriale (suppression de la compétence générale) et nous demandons une compétence de substitution au bénéfice des départements et des régions qui assurent aujourd’hui la moitié de notre financement.

Il faut aussi que l’Etat remonte sa participation de 8 % du capital à 15 % au moins, soit 1,7 M€ supplémentaires si l’on veut sauver l’outil irremplaçable de la SNSM.

Enfin, nous devons accroître le nombre de nos donateurs (72 000 aujourd’hui), ce qui est trop peu par rapport aux 350 000 bateaux en état de naviguer sur nos côtes.

Je fais donc appel à chacun d’entre vous, d’autant plus que vos dons seront défiscalisés à 66 % !
Jean Ducluzeau, Président, Marins sans Frontières

Merci aux Assises de la Mer de nous donner la parole au moment où nous fêtons nos trente ans d’existence ! Merci aussi à la SNSM pour ses dons des vedettes de sauvetage mises à la réforme que nous réparons pour apporter assistance et secours aux populations isolées par les eaux.

Nous sommes implantés à Madagascar principalement, avec des bateaux en mer et sur les fleuves pour des missions de logistique (avec Armada) et de secours.

L’association a fait l’objet d’un « coup de cœur » du Cluster maritime français cette année.

Nous faisons appel à vous tous, en particulier pour que notre équipe soit renforcée par vos compétences et disponibilités. Merci d’avance !


>>> INTERVENTION de Jean-Marie Biette, Secrétaire général, le marin
Une fois n’est pas coutume, voici quelques informations sur les organisateurs de ces Assises.

Concernant le marin, un nouveau site a été lancé, il y a quelques jours ; il est plus clair, plus ergonomique, notamment sur les smartphones…

Il y a maintenant un accès intégral à toutes les archives du marin depuis 1946. Un moteur de recherche très performant facilite votre navigation.

La newsletter quotidienne du marin va paraître désormais à 19 h 30 tous les soirs.

Elle devient payante (8 € par mois dans la formule de base) pour assurer sa qualité, son champ d’investigations, sa diffusion, sa pérennité et son indépendance.

N’hésitez pas à consulter toutes nos offres et à nous contacter à ce sujet !
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconManuel Valls veut revoir le droit d’asile en France
«à bout de souffle», le ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls, vient d’annoncer qu’il allait lancer une consultation nationale...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» icon Quel président du conseil français (= premier ministre) est enterré à Nice ?

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconInterview de Mr Delbauffe, ancien Contrôleur général des armées et...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconManuel pelissie (unifed)
«Faire avec» les personnes accompagnées pour identifier des leviers de simplification 16

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconPossédant des atouts naturels importants et un patrimoine culturel...
«Vision 2010» s'articule autour de 6 chantiers fondamentaux, qui sont de véritables leviers opérationnels, permettant de concrétiser...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconManuel de folklore français contemporain
«rite initiatique» en cela qu'il marque une étape dans la vie d'un individu, tandis que le rite d'initiation marque l'incorporation...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconLa ministre des Affaires sociales et de la Santé a dévoilé, dans...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconMadame la Ministre de l’écologie et du développement durable, Monsieur...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconManuel Valls joue l'opinion pour réformer le Code du travail La position...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconM. Manuel Valls, rapporteur de la commission des affaires sociales








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com