Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?»








télécharger 328.97 Kb.
titreManuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?»
page5/11
date de publication05.06.2017
taille328.97 Kb.
typeManuel
l.21-bal.com > économie > Manuel
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

>> Aires marines protégées

Trois événements sont marquants en 2014 : création du parc marin d’Arcachon en juin 2014 ; installation du sanctuaire de protection des mammifères marins dans les Antilles ; mise à l’étude du parc naturel marin du Cap Corse ; création du parc naturel de la Mer de Corail de 1,3 million de km².
Le projet de loi sur la biodiversité prévoit de nouvelles protections d’espaces et d’espèces.
Des mesures emblématiques de lutte contre la pollution marine ont été prises comme l’interdiction des sacs plastiques au 1er janvier 2016 et l’interdiction du rejet des eaux de ballast. 

>> Recherche
Nous avons 3 000 personnes engagées dans la recherche marine et maritime dans des établissements publics ; 4 laboratoires sont financés dans le cadre des investissements d’avenir.

Réunis au sein de l’alliance AllEnvi - Alliance nationale de recherche pour l'environnement -, tous ces acteurs ont élaboré un programme Mer qui met en commun les compétences.
Je me réjouis de la signature, il y a quelques semaines, du contrat d’objectif entre l’Ifremer et les ministères chargés de la Recherche et de la Mer.

>> Plateau continental : un premier permis minier
L’autorité internationale des grands fonds marins et l’Ifremer ont signé en novembre dernier un contrat pour explorer les gisements de sulfure polymétalliques en Atlantique Nord.
L’État prépare, pour la première fois, une exploitation du plateau continental au large des îles Wallis et Futuna. Une expertise scientifique a été conduite pour que cette exploitation soit respectueuse de l’environnement. Un permis minier devrait pouvoir être attribué rapidement.

8 projets d’exploitation dans le minier sous-marin sont accompagnés.

D’ici 10 ans, le nombre des élèves de l’ENSM passera de 1 000 à 1 500 et de nouvelles filières permettront de répondre aux nouveaux enjeux du milieu maritime.

>> Pêche
Je prône une pêche durable et responsable, fondée sur des avis scientifiques solides, et je salue les efforts des professionnels pour parvenir à une pêcherie bien encadrée, contrôlée permettant de fixer des niveaux de quotas satisfaisants.
L’exemple du thon rouge montre les bienfaits d’une ressource bien gérée ; cet exemple doit guider notre position dans les débats communautaires.

Et cela notamment sur un sujet aussi sensible que la pêche profonde : entre l’interdiction et le laisser-faire, il faut trouver un chemin avec l’appui des scientifiques. 
Les quotas de pêche sont importants pour l’économie française et essentiels pour nos pêcheurs ; ils seront prochainement discutés à Bruxelles pour 2015 : vous pouvez compter sur l’engagement du Gouvernement à défendre des niveaux tenant compte à la fois des expertises scientifiques et de l’impact économique sur la filière.

Pour la période 2014/2020, les crédits européens pour la pêche et l’aquaculture vont augmenter de plus de 70 %.
Avec nos partenaires, nous allons mettre en œuvre une nouvelle politique commune de la pêche ; elle comporte certaines dispositions nouvelles comme l’interdiction des rejets ; sur ce sujet, nous devons nous appuyer sur les expériences des pêcheurs pour construire un dispositif équilibré.

Le gouvernement souhaite renforcer l’ambition aquacole de la France en valorisant le travail de nos chercheurs et de nos entrepreneurs en poursuivant les démarches de simplification.

>> Sureté – Sécurité
Sous l’égide du Secrétaire général à la Mer, il faut préparer une stratégie française de sûreté maritime en complément de celle adoptée par l’Union européenne.

L’Outre-mer devra y occuper une place importante car la question de souveraineté s’y pose souvent.

Il faut donc des moyens d’action comme ce premier bâtiment multi mission qui sera livré à la Marine Nationale en 2015. Deux patrouilleurs seront affectés prochainement en Guyane pour la lutte contre la pêche illégale.

Je souhaite saluer l’action des bénévoles de la SNSM et nous devons veiller à ce que sa capacité d’action soit préservée.
Je rappelle enfin deux échéances : le débat à l'Assemblée nationale sur la politique maritime au second semestre 2015, suivi d'un Comité interministériel de la mer. Le Conseil national de la mer et du littoral y jouera un rôle important de propositions et d’avis.

>>> INTERVIEW de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk
Débats animés par André Thomas, le marin et Arnaud Le Gal, Les Échos

La sécurisation des navires avec des équipes privées est désormais possible puisque le Premier ministre vient (enfin) d’en signer le décret d’application (décret n° 2014-1415 du 28 novembre 2014).
Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk

La France est le dernier pays européen à se rallier à la protection privée embarquée… Jusqu’ici, c’était la Marine Nationale qui assurait le travail.

Certes, notre société, Prorisk, démarre avec des concurrents anglo-saxons établis, dans un contexte où les actes de piraterie diminuent dans l’Océan Indien. Pour autant, le nombre de bateaux à sécuriser augmente avec le développement des flux maritimes et nous pensons donc pouvoir gagner une place dans ce marché de la protection embarquée qui est très encouragé par les assureurs.

Notre « plus » est de former d’anciens militaires pour offrir toutes les garanties d’expérience et de responsabilité aux armateurs.

D’ailleurs le décret du 28 novembre 2014 spécifie un niveau de formation des équipes et prévoit de sélectionner les sociétés capables d’assurer cette protection.
Je note que la protection privée embarquée ne se limite pas à la lutte anti piraterie. En effet, nous assistons à l’émergence de la maritimisation et l’enjeu de demain sera d’accompagner tous les pays qui vont se tourner davantage vers la mer car ils voudront sécuriser leurs abords portuaires, protéger leur pêche, organiser les secours, lutter contre les trafics, etc.

>>> ATELIERS THÉMATIQUES
Construction navale :

Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?
Animateurs : Jean-Marie Biette, Infomer et Frédéric Auvray, le marin
Jean-Marie Biette : Je suis responsable d’Infomer, la société qui édite notamment le marin.

Cette table ronde est en partenariat avec Ouest-France Entreprises, dont le site est dirigé par Sophie Fuchs.

Sophie Fuchs : Ouest-France Entreprises est le site d’informations économiques du journal Ouest-France qui prend le parti d’encourager le dynamisme du territoire en accompagnant l’actualité des entreprises du grand Ouest et plus largement l’actualité économique au quotidien. Je vous invite à visiter notre site et à vous abonner à notre une newsletter quotidienne et gratuite.
Frédéric Auvray, le marin

Cette table ronde a trait à la construction des navires à passagers, point fort de l’Ouest, particulièrement Nantes Saint-Nazaire.

L’Europe et la France ont une part très importante de ce marché: pour les grands paquebots de croisière, nous en réalisons environ 90 % ; nous avons aussi une spécialité avec les mégayachts (70 % sont fabriqués par les Européens) et nous avons une part importante pour les ferries RoPax, navires à passagers de taille plus petite (environ 50 %). Sur tous ces navires, il existe une problématique de sécurité et de réglementation environnementale.
Jean-Bernard Raoust, Président d’honneur, BRS Group

La croisière moderne a démarré dans les années 70 avec quelques entrepreneurs européens à Miami, en partant souvent de navires convertis. Début 80, ces mêmes armateurs ont eu l’idée de commander des navires adéquats à leurs clients.

Ce qui fait aujourd’hui la force de l’Europe, c’est cette longue coopération de plus de 30 ans entre les chantiers et les armateurs qui ont su développer des bateaux compliqués et capables de s’adapter au mieux à tous les nouveaux règlements.

De plus, la présence d’un tissu dense de sous-traitance autour des chantiers a rendu l’implantation de nouveaux venus très difficile.

Il suffit de voir les gros déboires de Mitsubishi qui ne parvient pas à revenir dans la course !
Xavier Leclercq, Directeur technique et développement navires, STX France

Saint-Nazaire partage le savoir-faire de la construction de paquebots avec quelques autres acteurs européens.

Quelques chiffres pour illustrer la complexité de cette activité : un navire comme l’Oasis, c’est une ville de 8 400 personnes, 2 732 cabines, 100 000 appareils à éclairage, 350 km de tuyaux, 5 600 m² de cuisines, 2 000 m² de chambres froides, 20 restaurants, 35 bars, avec 50 tonnes de glaces par jour… etc. Entre le moment où l’on a signé le contrat et celui où le bateau va quitter Saint-Nazaire, il se sera écoulé 36 mois seulement ! Durant ce temps, on aura coordonné 626 équipementiers, on aura 442 sous-traitants et à partir de maintenant, on va avoir environ 2 500 personnes qui travaillent ensemble sur l’Oasis.

En études, on a un processus très cadencé puisque 350 personnes vont échanger pendant 24 mois en plateau des millions d’information (la maquette numérique a décrit 8,7 millions d’objets, la coque métallique faisant déjà à elle seule 470 000 pièces…) : c’est un produit de taille très exceptionnelle, de 224 000 UMS. Et pour lequel, sans dévoiler les innovations, on peut dire que l’optimisation énergétique sera conséquente, de l’ordre de 23 % par rapport au navire de référence Allure.
Philippe Donche-Gay, Executive Vice-Président, Bureau Veritas

Au-delà de mes activités de responsable du bureau Veritas, j’ai le privilège de présider l’Association internationale des sociétés de classification (IACS). Deux tragédies récentes, le Costa Concordia et le Sewol coréen, ont un bilan humain lourd en matière de navires de croisière.

Mais en remettant les choses en perspectives, on voit que de 2002 à 2011 il n’y a eu que 28 décès sur 220 millions de personnes transportées. En fait, de nouvelles réglementations ont été imposées : en 1994-1996, on a mis des règles de compartimentage, de stabilité pour les rouliers. En 2006, on a vu le safe return to port s’appliquer pour tous les navires neufs, avec une mise en application depuis un peu plus d’un an.

Il faut pouvoir évacuer les personnes, bien sûr, mais, il faut aussi envisager que le navire lui-même reste l’endroit le plus sûr : zones sûres à bord, systèmes de retour du navire (propulsion, manœuvrabilité) pour minimiser la probabilité d’un recours à l’évacuation.

Ajoutons à cela un très grand nombre de contrôles et des propositions de recommandations opérationnelles avec des exercices d’évacuation, d’accès à la passerelle, etc.

On doit préciser que pour les nombreux ferries à passagers d’Asie du Sud Est, Indonésie et Philippines particulièrement, la réglementation internationale ne s’applique pas puisqu’ils opèrent dans leurs eaux territoriales propres et que leur taille, plus petite, les fait échapper à la classification IACS.

L’OMI cherche à poursuivre l’avancée de procédures précises pour ces pays.
Erminio Eschena, Directeur général, MSC Croisières France

Toutes les améliorations techniques que peut apporter l’industrie auront du sens si l’on a une volonté armateuriale et une puissance d’investissement. La convention Solas est portée, voire poussée plus loin par les armateurs !

Le domaine de la sécurité, par définition, est en évolution permanente. Les dispositifs safe return to port sont déjà sur les navires en construction. Dans les anciens navires de la classe Lirica, on a intégré les nouveaux dispositifs Solas actuels.

Mais les dispositifs Solas vont continuer à évoluer et nous sommes résolument tournés vers la sécurité, en collaboration avec les constructeurs (STX pour nous à Saint-Nazaire).

On essaie de devancer les règlements, par exemple, pour les exercices d’évacuation, que chaque passager doit faire obligatoirement sur nos bateaux.

De même, dans le cadre de la sécurité autour des pannes électriques éventuelles, la redondance et la qualité des grands équipements électriques permettent d’assurer une sécurité optimale : ascenseurs, propulsion, appareils médicaux à bord, etc.
Hervé Germain, Vice-président, Neopolia Marine

Neopolia est une association de chefs d’entreprise de la région de Nantes Saint-Nazaire ; la plupart sont des coréalisateurs des navires construits dans cette région !

Notre problématique principale concerne les variations de charge, avec l’alternance des périodes creuses et fortes : nous avons donc décidé de nous regrouper pour « chasser en meute » sur les marchés.

Notre chance, en matière d’innovation pour les navires, a été de rencontrer un armateur CroisiEurope ultra innovant en matière de navires fluviaux, leader européen, avec 41 bateaux en propre, 1 5OO salariés et déployé sur le monde entier.

Nous avons donc conçu un navire fluvial avec un membre de Neopolia, dans l’objectif d’obtenir le tirant d’eau le plus faible (70 cm !). La 2ème problématique était de passer facilement sous les ponts quand il y a trop d’eau.

L’innovation principale de ce navire vient effectivement de la propulsion à roue. Je peux vous dire que les clients ont apprécié puisque toutes les croisières ont été très vite vendues sur la 1ère année. Question sécurité, le navire est redondant puisqu’il a 4 salles de machines. Le design a également été une clé importante du succès.

Nous nous sommes attelés à dupliquer le savoir faire de l’armateur (alsacien), chez nous à Saint Nazaire. CroisiEurope est donc resté maître d’œuvre et on s’est coordonnés tous ensemble.

On a construit sur un mode collaboratif, peu courant dans ce domaine.

L’armateur a apprécié puisqu’il nous a commandé un 2ème bateau à roue puis 3 autres bateaux !


Formation : « Gestion des compétences et évolution des parcours au sein de l’économie maritime française »

Animatrice : Anaïs Boulay, le marin

Avant de rentrer dans le sujet de notre atelier, je vous propose une brève présentation de l’Observatoire de l’égalité professionnelle par Marie-Noëlle Tiné chargée au Cluster maritime français des relations extérieures, conseillère du commerce extérieur de la France et secrétaire générale de Wista France.
Marie-Noëlle Tiné, Cluster maritime français

Je tenais à souligner et féliciter les organisateurs de cette manifestation car cette année des efforts de féminisation ont été accomplis, autant pour les intervenantes que pour les animatrices.

Je précise que c’est un des groupes synergie du Cluster maritime, « égalité professionnelle femme-homme » créé en 2013 à l’initiative de Wista (réseau des femmes professionnelles à poste à responsabilités du maritime), des armateurs de France, d’Agefos-PME, de l’OPCA Transports et d’autres entreprises membres du Cluster, qui est à l’origine de cet Observatoire.

Plusieurs constats ont été tirés : d’abord, historiquement, vous le savez, c’est un monde d’hommes.

Il y a seulement 21 % de femmes dans l’économie maritime contre 49 % dans la moyenne des activités. On a constaté que dans d’autres pays comme les Etats-Unis, les pays asiatiques ou des pays d’Europe, il y a beaucoup plus de femmes travaillant dans le maritime, notamment pour des postes de direction.

Notre objectif étant de promouvoir la mixité et l’égalité dans les entreprises, nous allons mettre en place des outils pour mesurer l’évolution de la place des femmes, c’est l’Observatoire Cap sur l’égalité professionnelle. Durant 3 ans et pour une trentaine d’entreprises représentatives du maritime, un questionnaire annuel sera envoyé et une journée de rencontre sera organisée pour permettre d’échanger sur les bonnes pratiques.

Nous essayons de recenser toutes les initiatives à tous les niveaux, régional, national et international. Nous communiquerons au 1er semestre 2015 sur les premiers résultats de cette analyse.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconManuel Valls veut revoir le droit d’asile en France
«à bout de souffle», le ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls, vient d’annoncer qu’il allait lancer une consultation nationale...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» icon Quel président du conseil français (= premier ministre) est enterré à Nice ?

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconInterview de Mr Delbauffe, ancien Contrôleur général des armées et...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconManuel pelissie (unifed)
«Faire avec» les personnes accompagnées pour identifier des leviers de simplification 16

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconPossédant des atouts naturels importants et un patrimoine culturel...
«Vision 2010» s'articule autour de 6 chantiers fondamentaux, qui sont de véritables leviers opérationnels, permettant de concrétiser...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconManuel de folklore français contemporain
«rite initiatique» en cela qu'il marque une étape dans la vie d'un individu, tandis que le rite d'initiation marque l'incorporation...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconLa ministre des Affaires sociales et de la Santé a dévoilé, dans...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconMadame la Ministre de l’écologie et du développement durable, Monsieur...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconManuel Valls joue l'opinion pour réformer le Code du travail La position...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconM. Manuel Valls, rapporteur de la commission des affaires sociales








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com