Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?»








télécharger 328.97 Kb.
titreManuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?»
page4/11
date de publication05.06.2017
taille328.97 Kb.
typeManuel
l.21-bal.com > économie > Manuel
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

Raymond Vidil, Président, Armateurs de France

Pour 2014, je cite les événements suivants :

  • la publication (enfin) du texte sur la piraterie pour protéger la libre circulation de nos navires et sur le raffinage (la loi de 92) ;

  • le rapport Leroy dans lequel nous mettons beaucoup d’espoirs.

  • le dépôt de bilan de la SNCM : c’est la fin d’un modèle…

Je note aussi que la surcapacité est présente dans tous les secteurs, que le coût environnemental et de la sûreté explose et qu’un besoin de rationalisation, de consolidation apparaît.

Dans ce contexte, nous attendons des pouvoirs publics plus d’efforts sur les financements (Mission Gallois - BPI) et le traitement des plus-values.

>>> Quelle place pour les entreprises françaises dans le shipping mondial ?
Animateurs : Arnaud Le Gal, Les Échos, et Thibaud Teillard, le marin

Est-ce que cela complique les choses d’être basé en France quand on est un armateur international ?

Comment développer le shipping français ?
Philippe Louis-Dreyfus, Président, Louis Dreyfus Armateurs

Il y a en France un énorme besoin pour une activité maritime, le succès de ces Assises le prouve une fois encore. Et il est possible d’être Français et de jouer un rôle dans le maritime mondial.

Bien sûr, il faut une certaine dose de patriotisme et de citoyenneté pour gérer avec un Code du travail compliqué, des contraintes environnementales… Mais on a des atouts : la compétence et la formation de nos navigants, le soutien militaire de l’Etat, une administration qui nous aide même si elle est tatillonne…

La grande différence entre la France et le reste du monde, c’est pour nous le transport de vrac que nous effectuons un peu partout à l’international. Nous intervenons notamment en Asie pour le transport et la logistique du charbon (Indonésie principalement avec ses 18 000 îles, Japon, Chine, Inde, etc.), avec une dizaine de bateaux en commande.

Notre avenir est donc en Asie sur le vrac.

Nous misons aussi sur les navires de services, le high tech, l’offshore. Mais cela prend du temps de convaincre les acteurs que le coût dans la durée d’une prestation ne se résume pas simplement au seul prix frontal des services (cf. marché spot)…
Nicolas Sartini, Directeur exécutif Lignes Asie / Europe, Groupe CMA CGM

Je suis d’accord : il est possible d’être Français et acteur important du shipping mondial !

Cela nous permet, avec nos 650 bureaux et 440 navires dans le monde, d’aller chercher la croissance où elle est, c’est-à-dire pas forcément en France ou en Europe.

Pour cela, il faut avoir une ambition, une vision et de la ténacité. Mais on doit prendre des risques et investir. En 2015, CMA CGM va prendre livraison de 19 navires supplémentaires (dont six navires de 18 000 TU) ; nous allons créer un nouveau terminal en Inde, un hub à La Réunion, etc.

Nous investissons beaucoup dans la recherche des économies d’énergie (10 à 12 % avec les nouveaux bulbes des navires…).

Pour autant, couvrir l’intégralité du réseau mondial nécessite de passer des alliances ; nous allons le faire dès 2015 en constituant un groupement (dont on aura la majorité) avec un armateur chinois et un armateur émirati qui gérera 20 lignes avec 200 navires parmi les plus grands du monde. Ainsi, nous répondons à la croissance du secteur : + 4 % en 2014 ; + 5 % en 2015.


>>> Économie mondiale et transport maritime
Paul Tourret, Directeur de l’Isémar
Au niveau mondial, l’économie maritime poursuit sa croissance continue, malgré l’indéniable crise européenne dont on commence cependant à apercevoir quelques signes positifs de sortie
Au 1er semestre 2014, les trafics de nos sept grands ports maritimes français sont en augmentation (containers, véhicules, sidérurgie…). Parallèlement, le déclin des besoins en pétrole brut est évident et cela impacte les flux, le raffinage, etc. Les tensions avec la Russie (qui ne satisfait que 7 % des besoins en gaz de la France) peuvent avoir des conséquences pour nos ports (céréales, bois…).
Au niveau mondial, les échanges conteneurisés en 2014 sont plus importants qu’en 2013 et 2012, mais on n’a pas encore une adéquation totale entre l’offre maritime et la demande (86 %).

On assiste au retour à la profitabilité des compagnies maritimes.

Il faut préciser ici que la capacité européenne en termes de transports est largement supérieure à ce

que demande l’économie européenne. Autrement dit, pour l’Europe le transport maritime est une source nette d’économie positive. Et cela doit le rester !
Les carnets de commandes pour la construction navale mondiale sont excellents au premier semestre 2014.
Pour 2015, les indicateurs sont globalement positifs, mais en notant une réduction bienvenue de la surcapacité grâce au retour de la demande, dans un contexte où le prix du pétrole est à la baisse. Cela offre donc une éclaircie pour l’économie maritime !


>>> DISCOURS de Manuel Valls, Premier ministre
Accueil par André Thomas, le marin
Monsieur le Premier ministre,

C’est un honneur pour les organisateurs des Assises de l’économie de la mer de vous accueillir aujourd’hui et nous nous remercions chaleureusement de votre venue.

Nous la considérons comme une marque de reconnaissance de l’Etat pour les activités maritimes, comme ce fut le cas lors de la venue de vos deux prédécesseurs, Jean-Marc Ayrault et François Fillon.

Votre présence ici rappelle également que le Premier ministre est par essence le seul membre du gouvernement ayant une responsabilité sur l’ensemble de la politique maritime, puisque la mer touche presque tous les ministères.

Il va de soi que tout le monde ici vous connaît. Mais il n’est pas certain que vous connaissiez tous ceux qui vont vous écouter. Je vais donc me permettre, en quelque sorte, de faire les présentations.

Les hommes et les femmes qui sont devant vous sont les fils spirituels de 400 générations de marins qui se sont succédées depuis ce qu’on sait des débuts de la navigation maritime.

Cette histoire de la maritimisation du monde, commencée il y a 14 siècles s'est poursuivie depuis lors, sans à-coups et en s’amplifiant. Et c’est le public que vous avez devant vous qui en écrit les pages actuelles.

Ces chefs d’entreprises, ces marins, ces ingénieurs, ces scientifiques qui vont vous écouter, participent à la circulation du sang de l’économie mondiale. Ils transportent le pétrole, le gaz, le fer, le charbon, les céréales, les objets de tous les jours de manière telle qu'aucun avion, ni aucun train, ni aucun camion ne pourra jamais le réaliser, avec un ratio écologique imbattable.

C’est un monde que les « terriens » connaissent mal mais sans lequel leur propre vie s’arrêterait.

Un monde où, comme le disait Kipling, on doit prendre « le maximum de risques avec le maximum de précautions ».

Songez qu’un seul grand porte-conteneur vaut une fois et demi le montant des usines que l’on construit actuellement pour produire nos futures éoliennes offshore. Et qu’en un seul voyage, il transporte une cargaison valant l’équivalent du PIB d’un petit État.

Monsieur le Premier ministre, les hommes et les femmes qui sont devant vous cherchent et trouvent du pétrole et du gaz sous plusieurs kilomètres d’eau et d’écorce terrestre. Les minéraux de demain suivront.

Les grands moulins, à eau ou à vent, qu’ils vont installer au dessus et au dessous de la mer nous transmettront l’énergie que produit la nature. Un seul d'entre eux pourra approvisionner un village entier.

Ces hommes et ces femmes posent à travers les océans les câbles sous-marins sans lesquels les inventions de Graham Bell et de Bill Gates seraient sans utilité.

Ils pêchent dans les mers les plus dures des poissons que l’on s’arrache jusqu’au Japon.

Ils cherchent et trouvent par plusieurs milliers de mètres de profondeur, dans des montagnes volcaniques sous-marines plus hautes que les Alpes, ou dans des fosses plus profondes que la largeur de Paris, des formes de vies nouvelles là où il ne devrait y en avoir aucune.

Ils produisent, sur nos côtes, les coquillages, les poissons, les algues, qui apportent les protéines supplémentaires dont l’humanité a et aura besoin à l’avenir, ainsi que les matériaux qui remplaceront les plastiques qu'un jour on ne pourra plus les produire à base de pétrole.

Ils conçoivent et exploitent des paquebots où peut vivre l’équivalent d’un 6e de la population d’Evry, ville que vous connaissez bien.

Ils dessinent et construisent des voiliers parmi les plus beaux et les plus rapides du monde.

Pour nous protéger, ils emmènent sous la mer, par plusieurs centaines de mètres de profondeur, l’équivalent de 700 fois la bombe d’Hiroshima, sans que personne ne sache où ils se trouvent et bien entendu, tout en le sachant, eux-mêmes, très précisément.

Les gens que vous avez devant vous sont totalement connectés aux autres industries. À toutes les industries, par nature, par nécessité. Ils servent les industries. Ils sont aussi clients de ces industries, par exemple de l’industrie spatiale française, car ils sont de grands utilisateurs des satellites.

Les gens qui vont vous écouter sont aussi de très bons élèves de l’économie française : leurs exportations s’élèvent à près de 50 milliards d’euros, soit plus de deux fois celles de l’aéronautique.

Les hommes et les femmes qui sont devant vous ont des racines, travaillent dans la technologie, l'innovation, ils ont de l'audace, ainsi qu'une vision naturellement mondiale.

En outre, ils entretiennent un lien tout particulier avec leur nation, dont les couleurs flottent sur leurs navires, du moins une partie de leurs navires.
En quelque sorte, les Français de la mer incarnent ce que la France peut réaliser de meilleur.

Ils ne demandent qu’à faire mieux encore, si leurs gouvernants partagent la même ambition. C’est pour cela qu’ils vont vous écouter avec grande attention.

Accueil par Francis Vallat, Président du Cluster Maritime Français
Monsieur le Premier ministre,

Nous sommes conscients de l’impulsion donnée avec vos équipes, au cours des mois les plus récents, pour que le Gouvernement s’intéresse aux activités maritimes qui représentent 300 000 emplois directs hors industrie portuaire et tourisme du littoral et 65 Md€ de CA : c’est plus que l’automobile…
Notre communauté maritime, qui travaille sans que cela se sache suffisamment car la France est essentiellement terrestre, est très heureuse de vous accueillir.

Nous sommes pleins d’espoirs par rapport à tous les dossiers en cours de discussion !

Manuel Valls, Premier ministre

(extraits significatifs du discours)
Le Cluster maritime et le marin peuvent être fiers du travail accompli depuis 10 ans pour organiser ces Assises de la Mer mettant en présence tous les acteurs du maritime.

Merci à vous, cher Francis Vallat pour votre implication et je souhaite bon vent à votre successeur, Frédéric Moncany de Saint-Aignan.
La France se doit d’être au rendez-vous de la croissance bleue, tout aussi prioritaire que la croissance verte. Car l’ambition maritime de la France n’appartient pas au passé.
Oui, la France est toujours une grande nation de la mer et une grande puissance maritime : elle doit savoir, non seulement conserver son rang, mais, mieux encore, affirmer ses positions !

>> Marine marchande
Il n’y a pas de grande nation maritime sans marine marchande !

La lutte contre le piratage est désormais simplifiée via le recours à des activités privées de protection des navires (décret du 28 novembre 2014).
Le décret du 1er août 2014 a harmonisé les conditions de travail à bord des navires opérant dans les eaux territoriales ou intérieures françaises.

L’Ademe a lancé un appel à projet de 80 M€ sur les ferries propres pour accompagner très concrètement les armateurs pour mettre à niveau leurs bateaux.
Concernant la SNCM, c’est là un aboutissement malheureux mais inéluctable après une décennie de déficits lourds. Avec les ministres concernés, je veillerai scrupuleusement à la continuité territoriale avec la Corse et à ce qu’un maximum d’emplois soit préservé dans le bassin.
L’extension de l’obligation de pavillon français au transport de pétrole raffiné a été intégrée au projet de loi sur la transition énergétique. Il entrera en vigueur à l’été 2015.
Des mesures fiscales seront prises avant la fin de l’année pour sécuriser, vis-à-vis de la Commission européenne, le dispositif de la taxe au tonnage.
Elles permettront également d’étendre aux achats en crédit-bail l’exonération des plus-values de cession de navires.

>> Grands ports maritimes
Les contrats de plan entre l’État et les régions pour la période 2015-2020 prévoient d’investir plus d’un milliard d’euros dans les grands ports. Près d’un tiers sera apporté par l’État. Ces investissements porteront sur l’amélioration et l’extension des infrastructures portuaires, mais aussi sur l’hinterland, c’est-à-dire l’accès routier et ferroviaire.
Le Conseil d’État a jugé que le vieux régime d’exonération de l’impôt foncier des grands ports maritimes ne pouvait être maintenu. On ne peut en faire abstraction. Le Gouvernement fera donc des propositions.
Le Gouvernement est mobilisé pour soutenir les autoroutes de la Mer, notamment entre St Nazaire et Vigo en 2015.
Les ports d’Outre-mer font aussi l’objet d’une attention particulière via une stratégie qui sera finalisée début 2015.

>> Construction navale : le navire du futur
Le développement de la construction navale repose sur sa capacité à réaliser les navires du futur, économes en énergie et à faible impact environnemental. Pour cela, il faut bien sûr investir. Et l’Etat soutient les industriels à hauteur de 30 millions d’euros, avec le programme d’investissement d’avenir.  


>> Développement des énergies renouvelables
Deux appels d’offres sur les parcs éoliens offshore ont déjà été réalisés pour développer à terme une puissance de 3 GW. Nous sommes à la recherche de nouvelles zones propices en 2015.
Nous avons inauguré ce matin l’usine d’Alstom qui s’inscrit dans un plan industriel remarquable reliant Saint-Nazaire, Nantes et Cherbourg.

Le projet Nemo Energie Technique des Mers porté par DCNS est soutenu par la Commission Européenne. De même, le projet GDF Suez à la Réunion est soutenu par les fonds européens et par le programme des investissements d’avenir.
Ce sont les projets Nepthyd d'Alstom-GDF Suez d'une part, et Normandie Hydro d'EDF et DCNS d'autre part, qui ont remporté l'appel à projets pour construire les premières fermes-pilotes d'hydroliennes au Raz Blanchard (Manche), au large du Cotentin.
Il n’a pas été possible de retenir tous les projets et j’ai demandé au Commissariat général à l’investissement d’identifier les technologies les plus intéressantes pour les soutenir autrement.
J’annonce le lancement en juin 2015 d'un appel à manifestation d'intérêt de 150 millions d'euros pour les premiers projets de petits parcs éoliens flottants au large des côtes françaises.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconManuel Valls veut revoir le droit d’asile en France
«à bout de souffle», le ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls, vient d’annoncer qu’il allait lancer une consultation nationale...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» icon Quel président du conseil français (= premier ministre) est enterré à Nice ?

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconInterview de Mr Delbauffe, ancien Contrôleur général des armées et...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconManuel pelissie (unifed)
«Faire avec» les personnes accompagnées pour identifier des leviers de simplification 16

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconPossédant des atouts naturels importants et un patrimoine culturel...
«Vision 2010» s'articule autour de 6 chantiers fondamentaux, qui sont de véritables leviers opérationnels, permettant de concrétiser...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconManuel de folklore français contemporain
«rite initiatique» en cela qu'il marque une étape dans la vie d'un individu, tandis que le rite d'initiation marque l'incorporation...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconLa ministre des Affaires sociales et de la Santé a dévoilé, dans...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconMadame la Ministre de l’écologie et du développement durable, Monsieur...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconManuel Valls joue l'opinion pour réformer le Code du travail La position...

Manuel Valls, Premier ministre p 16 interview de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk p 20 atelier thématiques • Construction navale : «Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ?» iconM. Manuel Valls, rapporteur de la commission des affaires sociales








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com