Idomeneo, re di Creta








télécharger 0.52 Mb.
titreIdomeneo, re di Creta
page3/16
date de publication10.08.2018
taille0.52 Mb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   16

Comment on tue la France qui gagne : l'exemple des Musiciens du Louvre Grenoble

Philippe Herlin / Les Experts, economie matin.fr du 12 décembre 2014

Le nouveau maire de Grenoble, Eric Piolle (EELV), a des idées bizarres : il bannit, dès janvier 2015, tous les panneaux publicitaires de sa ville, et se prive ainsi de 600.000 euros de recettes annuelles. Puis, pour compenser le manque à gagner, il coupe la subvention des Musiciens du Louvre (438.000 euros), un ensemble de musique baroque qui jouit d'une réputation internationale !



Les Musiciens du Louvre dirigés par Marc Minkowski, avec Les Arts florissants de William Christie, est l'une des formations françaises les plus prestigieuses dans le domaine de la musique baroque. Sa notoriété rayonne bien au-delà de nos frontières, tous les « baroqueux » de la planète connaissent cet ensemble. Fondés en 1982 et placés sous la direction Marc Minkowski, Les Musiciens du Louvre enregistrent régulièrement pour les grands éditeurs de disques et de DVD et jouent dans les grandes salles de concerts à travers le monde, ils se produiront en été 2015 au Festival de Salzbourg, le plus important festival de musique classique. On pourra les entendre à Paris à l'Opéra Comique dans La Chauve-Souris de Johann Strauss du 21 décembre au 1er janvier. Et ils donnent bien sûr de nombreux concerts à Grenoble.
Prestige d'un côté, donc, c'est-à-dire de nombreuses invitations à se produire à l'étranger, avec les recettes qui vont avec, et structure allégée de l'autre (peu de permanents, les musiciens sont embauchés en fonction des besoins), voilà qui au final permet à cette formation musicale de présenter des performances financières enviables. Sur un budget de 3,4 millions d'euros, les 2/3 proviennent des recettes propres (vente de billets, de tournées, de disques) et 1/3 des subventions publiques (Grenoble et l'Etat). Des chiffres peu courants en France, les orchestres de régions affichant plutôt un ratio inverse (1/3 de recettes propres, dans le meilleur des cas, 20% en moyenne nationale). L'argent public n'est pas dépensé en vain, et si tous les organismes subventionnés parvenaient à générer 2/3 de recettes propres, il y a longtemps que les déficits publics auraient disparu en France... Les Musiciens du Louvre Grenoble, c'est la France qui gagne !

Malgré cela, la ville de Grenoble veut couper intégralement la subvention, avant même l'échéance de la convention, ce qui ne laisse pas le temps à la formation de trouver d'autres sources de financement. Une façon de lui dire « dégagez ». Quand il y aurait tant de subventions abusives à supprimer, celle-ci concerne une structure qui obtient d'excellents résultats, on marche sur la tête. Sans doute la musique classique est-elle considérée par le nouveau maire comme trop « bourgeoise », trop élitiste, trop rattachée à un électorat qui ne vote pas pour lui. Une telle vision clientéliste, sectaire et antiéconomique est affligeante.

Libre expression du lundi 15 décembre

« Je me tiens à distance de ces lieux et j’attire l’ennemi vers ceux-ci.

Je me place face à ceux-ci et je pousse l’ennemi à s’y adosser. »
Sun Tzu, L’Art de la guerre

Messages des lecteurs


Message de lecteur 1 : Circonstances atténuantes

« Bonjour, Jean-Luc,
J'avais un retard de lecture de votre blog.

Je prends seulement aujourd'hui connaissance de la sanction qui vous a été infligée.

Quel que soit le fossé qui nous sépare sur bien des points, je tiens à vous adresser un salut solidaire dans ces circonstances. »
Gérard

La réaction : Ce Message de lecteur évoque l’avertissement que madame la Directrice m’a notifié pour avoir posté, en tant que délégué du personnel et depuis le site syndical CFDT intranet de l’OONM-LR, un message à l’ensemble des salariés dans lequel je rapportais, en substance, des propos tenus par des salariés en AG. Notre nouvelle directrice a reconnu ensuite devant les délégués syndicaux qu’elle n’était pas au fait des pratiques sur les sites informatiques.

Voici la lettre de soutien du syndicat Unsa, après celle de la CGT-Spectacle publiée la semaine dernière dans Libre expression :
Madame la directrice générale,

Le syndicat UNSA de l'Opéra National de Montpellier est solidaire avec la lettre de Gilles LOULIER, représentant syndical de la CGT spectacle, envoyée en début de mois concernant un avertissement à un délégué du personnel.

Veuillez recevoir, madame la directrice générale, mes sincères salutations respectueuses.

Claude AIN, délégué syndical


***


Message de lecteur 2 : Un cavalier qui surgit hors de la nuit

« Bonjour Jean-Luc,

Je pense que le personnel serait content d'apprendre que Monsieur Cavelier (ancien Secrétaire général de l’OONM-LR) se permet de faire des commentaires au sujet de la situation actuelle de notre Maison sur le Facebook de Philippe SAUREL, maire de Montpellier et président de l’Agglo.

Commentaires accessibles à tout le monde. » 

L’Observatrice
La réaction : Moi, on le sait, j’aime bien notre ancien Secrétaire général. Il a été, pour chaque dossier où nous l’avons sollicité (le délégué CFDT Philippe Alcaraz ou moi-même en tant que représentant des techniciens), juste et efficace. Oui.
Le commentaire de Patrice Cavelier sur le Facebook de Philippe Saurel :
https://fbcdn-profile-a.akamaihd.net/hprofile-ak-xfa1/v/t1.0-1/p32x32/10408939_1495139314092273_2576902200982423133_n.jpg?oh=790384b52719adb0453f10f7f4664d01&oe=54f972df&__gda__=1426786649_6a685d2375f4480402a6d1cb9b411218

Patrice Cavelier Guillaume Et ça veut dire quoi restructurer ? En clair ? Et dire que l'orchestre est l'âme de Montpellier... il ne faut rien exagérer... même s'il compte de bons musiciens.

1 · Hier, à 00:48
***

Message de lecteur 3 : Nous sommes tous des Jean-Luc
« Bonjour Jean-Luc,

J'espère que la situation va évoluer dans le bon sens pour vous.

Il y a eu des fautes tellement plus graves dans cette Maison, pour lesquelles les gens n'ont jamais été ou ne seront jamais inquiétés... Des intouchables ?

Courage. »

Jean-Paul

La réaction : Merci. Mais je n’ai commis aucune faute en la circonstance. Je n’ai fait que mon devoir de délégué du personnel, et ce dans un cadre autorisé. La reconsidération de cet avertissement sera évoquée en CE le 15 décembre et aux DP le 16. Oui.

***


Message de lecteur 4 : Un salarié de l’OONM-LR s’interroge au sujet de l’absence de la CFDT à la convocation des syndicats dans le bureau de madame la Directrice peu avant la réunion d’information du personnel suite au Conseil d’administration capital du 9 décembre concernant l’avenir de notre Maison et ses salariés (c’est moi qui devais, dans le bureau de madame la Directrice, remplacer le délégué CFDT Philippe Alcaraz en congé quelques semaines pour raison majeure, mais j’ai envoyé à madame la Directrice un message déclinant ma convocation)
« Monsieur Caizergues,
Vous étiez absent du bureau de la directrice. Pourquoi ?

  1. souffrant ?

  2. contrarié ?

  3. malin ? »



Pique Bouffigue

La réaction : Réponse C)
***

Message de lecteur 5 : L’Art de la guerre

« Jean-Luc,
Avant d'allumer le feu, toi qui cite Sun Tzu et Machiavel, caresse ton chat sur ton balcon (enfin, le balcon de ton banquier puisque tu n’as pas fini de rembourser) et dis-moi si on ne serait pas en train de t’énerver comme un pou pour rompre la force de combat de l'Opéra… »
Clausewitz

La réaction : Oui mais non.

***

Message de lecteur 6 : La chèvre et le chou 80

« Monsieur l’animateur de Libre expression,

Je suis accablé. L’avenir me fait peur. Toute une vie professionnelle gâchée par des gens qui se sont rempli les poches « au nom de la culture » comme vous dites et avec la bénédiction d’hommes de gauche qui viennent maintenant nous juger, nous accuser, nous condamner.

Pauvres de nous.

A la semaine prochaine. »

Anonymous

La réaction : Pauvre chou…

« Manifeste chou », de Christophe Tarkos (extrait de « Ecrits poétiques » P.O.L)

« Ça ne peut plus durer comme ça. Il y a quelque chose qui ne va pas. Dans l’utilisation faite du mot poésie, dans l’utilisation qui est faite du mot. Ce n’est pas possible. Il faut faire quelque chose. On se retrouve dans n’importe quoi, la divagation, on sait plus où on met les pieds, il y a tout et rien, personne ne sait plus ce qu’il fait, ça ne veut plus rien dire. La pensée créatrice, la beauté verbale sont réduites à des frivolités municipales, à des claquements de mains, s’engluent dans la bande sonore du championnat américain de basket, dans le chuchotement de phonèmes murmurés, ça tourne, ça peut tourner longtemps, occupe, occupe le terrain, lissé, bruisse, chauffe.

C’est chou, chouchou, un chou, deux choux, trois choux (…) »

***

Potins de merdre
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   16








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com