La croissance économique, définie comme une augmentation durable de la production par tête, est un trait essentiel des pays occidentaux sur les deux derniers








télécharger 31.42 Kb.
titreLa croissance économique, définie comme une augmentation durable de la production par tête, est un trait essentiel des pays occidentaux sur les deux derniers
date de publication10.08.2018
taille31.42 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > économie > Documentos
La croissance économique, définie comme une augmentation durable de la production par tête, est un trait essentiel des pays occidentaux sur les deux derniers siècles. Quels sont les mécanismes à l'œuvre dans la croissance économique ? Quels sont les facteurs de la croissance ? Quelles conditions institutionnelles, en termes de rôle des acteurs (entreprises, marchés, État), permettent la poursuite du processus ? Telles sont les questions principales que se posent les théories de la croissance. Celles-ci mettent notamment en évidence le rôle clé joué par le progrès technique. Si les théories ne répondent pas directement à la question de la durabilité de la croissance, elles mettent cependant en place le cadre conceptuel dans lequel cette durabilité doit être analysée.

Représenter la croissance : le modèle néoclassique

La fonction de production
La croissance économique est définie comme une augmentation durable de la production au cours du temps. Représenter la croissance implique donc en premier lieu de représenter la production. Celle-ci est modélisée par une fonction de production, qui décrit la correspondance entre les facteurs et cette production.
Prenons l'exemple d'un agriculteur, qui utilise une année de son temps, un hectare de terre et un cheval pour produire une tonne de blé. Travail, cheval et terre sont les facteurs de production, le blé est le produit. La fonction de production (appelons-la F) s'écrira alors :
1 tonne de blé = F (1 année de travail, 1 hectare de terre, 1 cheval)
L'idée de ce modèle est que la production naît de la mise en œuvre simultanée des facteurs que sont le travail et le capital, terme générique désignant les instruments de tous ordres à la disposition du travailleur (ici, le cheval et la terre).
Supposons maintenant que notre agriculteur ait eu deux enfants, maintenant à l'âge adulte, qui reprennent la ferme alors que leur père se retire. Chacun s'équipe d'un cheval et ils défrichent un hectare supplémentaire de terre. La nouvelle situation de notre ferme s'écrit :
2 tonnes de blé = F (2 années de travail, 2 hectares de terre, 2 chevaux)
Dans cette nouvelle situation, le produit a augmenté par rapport à la période précédente, il y a eu croissance de l'économie. Le doublement du produit provient d'un doublement de la main-d'œuvre et du capital utilisés. C'est là un mécanisme de la croissance économique : l'augmentation du produit s'explique par celle de la quantité de facteurs mis en œuvre dans la production. Au niveau de l'ensemble de l'économie, disons un pays, ce modèle se transpose dans une fonction de production agrégée, qui représente le produit agrégé (le produit intérieur brut ou PIB, en termes de comptabilité nationale) comme résultant de l'ensemble du travail et de l'ensemble du capital mis en œuvre dans le pays :
1 milliard d'euros de produit = F (15 000 années de travail, 5 milliards d'euros de capital)

L'accumulation des facteurs
Dans ce cadre, la croissance économique résulte d'une augmentation de la population active employée (le nombre d'années de travail) ou du stock de capital (on met en œuvre plus de machines). Ce processus d'augmentation de la quantité des facteurs de production est appelé l'accumulation. L'accumulation de la main-d'œuvre provient dans le long terme de la croissance démographique, celle du capital provient de l'investissement. Celui-ci correspond à cette partie du produit global qui est allouée, à chaque période, à la production de biens de production (qui seront utiles pour la production dans les périodes suivantes) plutôt qu'à celle de biens immédiatement consommés. La productivité du travail est définie comme le ratio du produit sur la quantité de travail mise en œuvre : dans le cas de notre agriculteur, la productivité sera de 1 tonne par année de travail ou, dans le cas de notre économie nationale, elle sera mesurée par le PIB en volume de 67 000 euros environ de produit par travailleur. Le produit par tête d'un pays (PIB en volume divisé par la population totale du pays) sera d'autant plus élevé que la productivité du travail y est élevée et que la part des travailleurs dans la population totale y est grande (du fait de la structure par âge de la population ou du taux d'activité des femmes par exemple).

Rendements décroissants
Le processus de croissance compris comme augmentation de la quantité de produit par tête résulte dans ce cadre d'une augmentation de la quantité de capital par tête. Dans l'exemple précédent de croissance de notre ferme agricole, la productivité du travail était constante. Supposons maintenant que nos deux agriculteurs s'achètent chacun un cheval supplémentaire. La production s'écrit alors :
3 tonnes de blé = F (2 années de travail, 2 hectares, 4 chevaux)
C'est parce qu'ils disposent de plus de capital machines (ici les chevaux) que les deux agriculteurs de l'exemple précédent peuvent produire chacun plus que leur père. Ce processus a cependant des limites.
La fonction de production néoclassique est caractérisée par des rendements d'échelle constants : une multiplication de la quantité utilisée de chacun des facteurs par un nombre donné entraîne une augmentation du produit de même ampleur. Par exemple, si notre agriculteur forme une économie nationale avec neuf autres agriculteurs également dotés (chacun ayant un hectare de terre et un cheval), alors la production globale est dix fois celle de chaque producteur individuel, mais le niveau de productivité globale est strictement identique au niveau de productivité de chaque agriculteur. Cette propriété de la fonction néoclassique est extrêmement utile dans un cadre d'analyse statique, lorsqu'il s'agit de comparer ou d'agréger des processus de production se déroulant simultanément. Elle est en revanche gênante lorsqu'il s'agit d'analyser la croissance économique. En effet, elle implique directement que le capital est de moins en moins productif lorsque sa quantité augmente par rapport à celle du travail. Si la quantité de produit double lorsque la main-d'œuvre et le capital doublent tous deux, en revanche le produit fait moins que doubler lorsque le capital double mais que la main-d'œuvre est constante. Un agriculteur doté de deux charrues ne produira en général pas deux fois plus qu'un agriculteur doté d'une seule charrue. Le capital est donc de moins en moins productif lorsque sa quantité utilisée par tête augmente : or la rémunération du capital dépend de sa contribution au produit. C'est une composante centrale de la théorie néoclassique que chaque facteur est rémunéré en proportion de sa productivité marginale, c'est-à-dire la contribution à la production de la dernière unité utilisée de ce facteur. L'argument justifiant cette thèse est le suivant : si la dernière unité de ce facteur est rémunérée moins que sa productivité, alors elle coûte plus qu'elle ne rapporte et le producteur a intérêt à s'en débarrasser ; si elle est rémunérée plus que sa productivité, alors il est rentable de mettre en exploitation une unité supplémentaire de ce facteur (qui produira plus qu'il ne coûtera). La diminution progressive de l'efficacité du capital se poursuit donc jusqu'au point où sa rémunération est inférieure à son coût, les agents décidant alors d'interrompre le processus d'accumulation qui se ferait dorénavant à perte. Dans l'exemple précédent, le second cheval est moins rentable que ne l'était le premier en ce sens que la production supplémentaire qu'il permet est plus faible. Ce mécanisme, connu sous le nom de loi des rendements décroissants, a conduit au siècle dernier certains économistes (l'Anglais Ricardo notamment) à émettre des prévisions pessimistes sur le devenir de la croissance, condamnée selon eux à s'éteindre progressivement du fait d'un arrêt de l'accumulation du capital. Or la réalité historique des deux derniers siècles, en Occident, est une croissance économique persistante. Le modèle précédent, s'il décrit la production à un instant donné (dans un cadre « statique »), ne rend pas compte des changements de celle-ci au cours du temps (dans un cadre « dynamique »).
C'est l'introduction d'un troisième facteur de production, aux côtés du travail et du capital, qui offre la solution : le progrès technique. Celui-ci permet de conserver les rendements d'échelle constants dans les facteurs travail et capital (agréger deux unités de production aux caractéristiques identiques n'induit pas de changement de la productivité) tout en engendrant des rendements d'échelle dynamiques : l'accumulation du capital au cours du temps ne consiste pas à empiler toujours plus d'unités de même type (toujours plus de chevaux dans le cas de nos agriculteurs), mais à acquérir des machines de type nouveau, plus efficaces, qui assurent une constance de la rentabilité du capital malgré l'augmentation de la quantité par tête de celui-ci. Ainsi, nos jeunes agriculteurs, plutôt que d'acheter un second cheval chacun, pourraient revendre le premier cheval pour investir chacun dans un tracteur d'une valeur équivalente à celle de deux chevaux.
De façon cohérente avec la théorie, l'augmentation de la production permise par ce tracteur devrait être plus élevée que celle permise par le second cheval. Par exemple :
4 tonnes de blé = F (2 années de travail, 2 hectares de terre, 2 tracteurs)
Le rôle joué par le progrès technique dans le modèle néoclassique est double. D'une part, une technologie plus efficace affecte directement le niveau de la productivité ; d'autre part, en rétablissant le rendement du capital, le progrès technique suscite des investissements nouveaux, donc une augmentation du capital par tête, qui affecte à son tour la productivité du travail.

L'innovation à la source de la croissance

La dynamisation du cadre néoclassique est opérée au sein des théories modernes de la « croissance endogène », développées après le milieu des années 1980, qui cherchent à expliquer le rythme et l'orientation du progrès technique dans un cadre macroéconomique. Alors que la théorie traditionnelle considérait le changement technique comme résultant de forces extérieures à l'économie, «exogènes», la théorie moderne insiste sur l'influence que les forces économiques ont sur le rythme et l'orientation des progrès de la technologie. Dans ces théories, le changement technique résulte d'investissements réalisés par des agents économiques motivés par le gain, et par l'État visant au bien-être collectif. Les technologies s'accumulent tout comme les autres formes de capital. Ces investissements sont les dépenses en recherche, en activités innovantes, en formation et aussi en capital physique dans la mesure où celui-ci est source de savoir supplémentaire (la construction d'une usine nouvelle engendre un savoir-faire nouveau). La quantité d'investissement de ce type réalisée commande le rythme du progrès technique.
Qu'est-ce qui différencie la technologie des autres facteurs, notamment le capital physique, qui fait d'elle le moteur de la croissance ? C'est, selon les théories de la croissance endogène, l'existence d'économies d'échelle (ou rendements d'échelle croissants) dans la production et l'utilisation des connaissances. La loi des rendements décroissants ne s'applique pas à la connaissance. Une même connaissance peut être utilisée par un nombre quelconque d'agents simultanément, contrairement à un élément de capital physique (une machine). Un agriculteur ne peut utiliser simultanément un nombre indéfini de chevaux, alors qu'il peut tirer tout le parti d'un tracteur plus moderne, incorporant tout le savoir existant dans ce domaine technologique. De plus, chaque nouvelle connaissance ouvre la voie à des découvertes ultérieures («Nous sommes des nains juchés sur les épaules de géants », selon les mots de Bernard de Chartres au XIIème siècle : c'est le décryptage du génome humain qui permet, par des efforts subséquents de recherche, de comprendre les racines de certaines maladies). Un processus persistant, autoentretenu, d'accumulation de la connaissance est donc possible, qui entraîne à son tour l'accumulation des autres facteurs et donc la croissance. Si notre agriculteur n'est pas disposé à acheter un second tracteur, identique au premier et s'ajoutant à celui-ci, dont la productivité ne justifierait pas le coût, il peut en revanche acheter un tracteur d'un type nouveau, remplaçant l'ancien, coûtant deux fois plus cher et étant effectivement au moins deux fois plus productif.
On distingue trois stades dans le processus du changement technique. L'invention est la production de connaissance nouvelle (on parle de l'invention de la pénicilline) ; l'innovation est un dispositif nouveau, produit (un nouvel antibiotique) ou procédé (une nouvelle façon de synthétiser des molécules d'un type donné), effectivement vendu ou mis en oeuvre ; la diffusion consiste en l'adoption de ce dispositif technique à plus grande échelle, par une large population d'agents. Ces trois phases sont étroitement liées. Par exemple, les idées nouvelles permettent la mise au point et la commercialisation de produits nouveaux (une meilleure compréhension des lois de l'aérodynamique amène à concevoir de nouveaux profils pour les ailes des avions), lesquels à leur tour suscitent de nouvelles idées (les besoins de matériaux spéciaux, pour les avions par exemple, suscitent des recherches sur les propriétés de la matière) ; les produits nouveaux sont diffusés, et la diffusion encourage en retour la mise au point de produits nouveaux (« innovation tirée par la demande »).
Il existe diverses taxonomies de l'innovation. On oppose les innovations radicales (de grande ampleur : le premier micro-ordinateur) aux innovations incrémentales (de petite taille, telle une nouvelle génération de microprocesseurs légèrement plus rapide que la génération précédente mais construite sur les mêmes principes). On oppose aussi les innovations de produit aux innovations de procédé : on entend par innovation technologique de produit la mise au point/commercialisation d'un produit plus performant dans le but de fournir au consommateur des services nouveaux ou améliorés. Par innovation technologique de procédé, on entend la mise au point/adoption de méthodes de production ou de distribution nouvelles ou notablement améliorées.
La recherche est la source principale de l'innovation. La recherche et le développement expérimental (R&D) englobent les travaux de création entrepris de façon systématique en vue d'accroître la somme des connaissances, ainsi que l'utilisation de cette somme de connaissances pour concevoir de nouvelles applications. La recherche peut être fondamentale (visant essentiellement à produire des connaissances : par exemple, la recherche en astronomie) ou appliquée (ayant un objectif directement commercial : la mise au point d'un matériau nouveau pour des voitures plus légères ou plus robustes). Les autres sources de l'innovation sont l'apprentissage par la pratique (changement du type de certaines pièces sur une machine car l'usage en a montré l'utilité), l'imitation (un nouveau type de yaourt connaît un grand succès, inventé par une certaine entreprise, les autres entreprises offrent quelques mois plus tard des produits similaires sur le marché), l'achat de technologie (on achète une nouvelle machine, il faut apprendre à s'en servir) : elles jouent un rôle important pour rendre opérationnelles les découvertes issues de la recherche et ainsi en réaliser pleinement les potentialités.
Les investissements en recherche et en innovation sont réalisés par les entreprises en fonction des perspectives de gain qu'ils offrent, lesquelles résultent de multiples facteurs : la propension des consommateurs à adopter des produits nouveaux (la cassette audio-numérique a été rejetée par les consommateurs au début des années 1990) ; l'existence de technologies complémentaires qui assurent une plus grande utilité à la technologie concernée (par exemple, la diffusion de la vidéo numérique est encouragée par la disponibilité de mémoires de plus grande capacité sur les micro-ordinateurs permettant un traitement informatique des films) ; la possibilité pour l'entreprise d'accéder aux facteurs nécessaires à la production du nouveau bien (travailleurs ayant les compétences requises, capital financier disposé à s'investir malgré le risque plus grand associé à la production d'un bien nouveau, par exemple « capital-risque »).

Rôle des acteurs, rôle de l'État

Les théories de la croissance endogène considèrent en général que le taux de croissance de l'économie dans une économie concurrentielle est inférieur au taux de croissance socialement optimal (celui que commanderait l'intérêt de la société). La raison de cet écart est l'existence d'externalités. Les agents prennent leurs décisions d'investissement en fonction du rendement privé, lequel est inférieur au rendement social. Ils investissent donc moins que cela n'est souhaitable pour la collectivité.
Les externalités sont définies comme des interactions entre les agents économiques qui ont lieu en dehors du marché. Dans le cas le plus étudié, celui de l'environnement, les externalités sont négatives : le producteur de nuisances affecte négativement le bien-être des consommateurs sans les compenser monétairement (il n'y a pas de prix associé à la pollution). Dans le cas de la technologie, on a plutôt affaire à des externalités positives, les « externalités informationnelles ». Le savoir produit par l'innovateur bénéficie à d'autres agents sans compensation, monétaire ou autre, de leur part : les autres agents peuvent simplement imiter l'innovateur ou reprendre son idée pour l'améliorer, en n'ayant pas dans tous les cas à repayer le coût intégral de la recherche initiale.
En effet, la connaissance est un bien public, caractérisé d'un point de vue économique par deux traits. En premier lieu, une même connaissance peut être utilisée un nombre quelconque de fois, par un nombre quelconque d'agents, et cela simultanément et sans se détériorer. Si l'on ne peut manger la même pomme deux fois, l'on peut en revanche mettre en œuvre la même invention autant de fois que l'on veut sans l'altérer. De plus, la circulation de la connaissance se fait à un coût direct (coût de la transmission) faible par rapport à sa valeur. La conséquence directe de cette propriété, en termes économiques, est que le coût marginal de l'utilisation d'une connaissance existante est nul. Une fois qu'une invention a été réalisée, le coût de sa reproduction est essentiellement nul (le coût d'impression d'un exemplaire d'un livre donné est plus faible que le coût d'écriture de ce livre). Cela constitue une forte incitation à l'imitation. En effet, l'imitateur, contrairement à l'inventeur initial, n'encourt que le coût de production directe du bien, et non le coût de l'invention.
En second lieu, l'inventeur ne peut généralement pas exclure entièrement les autres de l'usage de son invention. Les moyens de protection existants (brevet, secret, barrières à l'entrée fondées sur le contrôle d'actifs complémentaires tels les circuits de distribution) sont au mieux imparfaits (comme l'illustre la saga du MP3 sur Internet). Ainsi, l'invention peut être utilisée par les concurrents comme base pour d'autres découvertes dont l'inventeur initial n'aura pas le contrôle. En conséquence, l'inventeur ne peut, en général, s'assurer le monopole de l'usage d'une connaissance, et donc s'approprier toute sa valeur. Une partie de celle-ci va aux concurrents, une autre partie va aux consommateurs. Les études économétriques estiment en général le rendement privé de l'investissement en recherche à 15-20 % et son rendement social au double environ.
Puisque le rendement privé est plus faible que le rendement social, l'investissement en activités innovantes effectué dans une économie de marché sera inférieur à son montant socialement désirable. Les firmes sousinvestissent en recherche, délivrant un progrès technique moindre que celui qui serait atteint si l'intérêt de la société présidait aux investissements en la matière. C'est l'objet de la politique publique, notamment sa composante scientifique et technologique, que de remédier à ce problème par une intervention appropriée de l'État. C'est sans doute dans la recherche fondamentale que le rendement privé serait le plus faible (l'appropriation privée des résultats fondamentaux est très limitée, et leurs applications économiques directes sont souvent marginales : la découverte d'une nouvelle planète ne présente pas d'Intérêt économique à un horizon proche), alors que le rendement social peut être élevé (les connaissances de base se diffusent dans des applications lointaines mais nombreuses, en aval). Il y a un décalage de quarante ans entre la théorie de la relativité restreinte d'Einstein et les premières centrales nucléaires. D'où l'importance particulière des politiques scientifiques, sans lesquelles la recherche fondamentale serait sans doute très faible, avec des conséquences dommageables sur le progrès technique dans le long terme. L'État finance donc des institutions publiques de recherche, tel le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) en France.
L'État peut aussi créer des règles institutionnelles qui assurent un niveau plus élevé au rendement privé de la recherche. Il en est ainsi du brevet, titre de propriété accordé à l'inventeur à titre temporaire (au maximum vingt ans) et qui lui assure le monopole d'exploitation de son invention sur la période. Le propriétaire peut soit produire lui-même l'invention protégée et extraire ainsi une rente du marché, soit accorder des licences, c'est-à-dire vendre à d'autres producteurs le droit d'utiliser sa découverte. Si le brevet est un outil important pour susciter l'innovation (dans nombre de cas, sans la garantie de ne pas être imitée, une entreprise n'engagerait pas les lourdes dépenses requises par la recherche), il a en revanche le défaut d'accorder un monopole à une entreprise privée, qui peut en faire un usage pas toujours compatible avec des critères sociaux plus larges que le profit (voir les problèmes rencontrés par les pays en développement pour accéder à certains médicaments brevetés).
L'État peut financer directement ou indirectement l'effort de recherche des entreprises. Les aides directes (subventions) sont distribuées selon certains critères, concernant soit le projet aidé (aides centrées sur certaines technologies, telles les technologies de l'information et de la communication), soit le bénéficiaire de l'aide (les petites entreprises sont aidées par l'établissement public OSEOANVAR, les grands programmes d'innovation industrielle sont soutenus par l'Agence de l'innovation industrielle, etc.). L'Union européenne, à travers les « programmes cadres de R&D », contribue de façon croissante aux aides directes (environ 1 milliard d'euros en France en 2005). Le crédit d'impôt recherche (aide indirecte) consiste à accorder aux entreprises une réduction de leur impôt proportionnelle au niveau et à l'accroissement de leur dépense en recherche. Son montant est, en France, de 890 millions d'euros en 2005.
L'intervention de l'État dans la recherche ne se borne pas à pallier les défaillances du marché. L'État est aussi un consommateur de technologie, en matière de défense, de santé, d'environnement ou pour satisfaire d'autres besoins sociaux. Il est souvent difficile de séparer les besoins de l'État de ceux du marché, du fait de la polyvalence de nombreuses techniques : une technologie mise au point pour un avion militaire, et donc payée par l'État, peut pour partie être utilisée dans un avion civil. Ainsi, les politiques d'achat public sont un moyen d'intervention sur le marché. C'est un objet de litiges internationaux récurrents que de savoir dans quelle mesure les gouvernements utilisent les commandes publiques comme moyen caché de subvention de la recherche privée (caché car interdit par les règles internationales de l'OMC, l'Organisation mondiale du commerce), notamment dans le cas de l'aéronautique (Boeing aux États-Unis contre Airbus en Europe).
Les politiques publiques affectant la croissance sont bien sûr plus larges que les seules mesures prises dans les domaines scientifique et technique. Les politiques d'éducation notamment, qui conditionnent la qualification de la main-d'œuvre, donc sa capacité à produire et utiliser les technologies nouvelles, mais aussi les investissements publics en infrastructures (transports par exemple) jouent un rôle clé en fournissant aux entreprises les facteurs qu'elles ne sont pas en mesure de produire elles-mêmes.

Dominique Guellec. « Croissance et innovation » in Croissance, emploi et développement. La Découverte, Coll. « Repères », 2007.

similaire:

La croissance économique, définie comme une augmentation durable de la production par tête, est un trait essentiel des pays occidentaux sur les deux derniers iconI. Comment définir la croissance économique ?
«l’augmentation soutenue d’un indicateur économique exprimé en prix constants sur une longue période» (définition académique)

La croissance économique, définie comme une augmentation durable de la production par tête, est un trait essentiel des pays occidentaux sur les deux derniers iconPeut-on dire que la concurrence represente le veritable moteur de la croissance ?
Commission pour libérer la croissance française – 2007), principe des réformes structurelles (pays développés comme pays émergents),...

La croissance économique, définie comme une augmentation durable de la production par tête, est un trait essentiel des pays occidentaux sur les deux derniers iconLa croissance démographique est-elle un potentiel ou un frein pour...

La croissance économique, définie comme une augmentation durable de la production par tête, est un trait essentiel des pays occidentaux sur les deux derniers iconChap. 1 Quelles sont les sources de la croissance économique?
«état stationnaire» prophétisé par Ricardo, mais obtenir une croissance améliorée par le progrès technique, considéré comme exogène...

La croissance économique, définie comme une augmentation durable de la production par tête, est un trait essentiel des pays occidentaux sur les deux derniers iconUn monde à gagner la vie d’un révolutionnaire Tony Cliff
«éléments bourgeois», vitaux pour la croissance économique, de quitter le pays. Lorsqu’une espèce de brute s’exclama : «Foutaise...

La croissance économique, définie comme une augmentation durable de la production par tête, est un trait essentiel des pays occidentaux sur les deux derniers icon1. environnement economique international
«Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (scape)» et sur la poursuite des efforts à déployer en vue de la stabilisation...

La croissance économique, définie comme une augmentation durable de la production par tête, est un trait essentiel des pays occidentaux sur les deux derniers iconBulletin de liaison de l’afdr
«L'eau doit être appréhendée comme un bien social et culturel et non pas avant tout comme un produit économique. La façon dont est...

La croissance économique, définie comme une augmentation durable de la production par tête, est un trait essentiel des pays occidentaux sur les deux derniers iconIntroduction à la pensée médiévale d’un point de vue métaphysique
«comme» quelque chose qui est étudié : les sciences ont une orientation accomplie et définie par leur objet, mais elles sont aussi...

La croissance économique, définie comme une augmentation durable de la production par tête, est un trait essentiel des pays occidentaux sur les deux derniers iconBureau de la communication
«la recherche d'un avenir pour les peuples et les pays polynésiens, où les cultures, les valeurs et les traditions seront protégées...

La croissance économique, définie comme une augmentation durable de la production par tête, est un trait essentiel des pays occidentaux sur les deux derniers iconL’histoire des hommes a été sans cesse marquée, ces derniers siècles,...
«Destruction créatrice»2 : «L'innovation est à la fois source de croissance et facteur de crise»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com