Salle de classe Manuel Valls au Royaume Uni : c’est too much








télécharger 218.32 Kb.
titreSalle de classe Manuel Valls au Royaume Uni : c’est too much
page7/7
date de publication09.08.2018
taille218.32 Kb.
typeSalle de classe
l.21-bal.com > économie > Salle de classe
1   2   3   4   5   6   7

L'entreprise fordiste bouge encore

Cela ne signifie pas que l'entreprise 2.0 s'installera dans tous les pays, dans tous les secteurs d'activité. L'économie ne sera pas entièrement organisée autour de cette combinaison de petites structures réticulaires et d'entrepreneurs sur-vitaminés. La télévision n'a pas remplacé la radio, qui elle-même n'a pas remplacé la presse écrite : comme toujours, les nouvelles technologies (et les nouvelles organisations) ne se substituent pas complètement à l'existant mais viennent le compléter.Daniel Kaplan, Délégué général de la FING (Fondation internet nouvelle génération), remarquait récemment : « On attend de l'internet qu'il soit le dé-verrouilleur mais il a aussi, lui-même, des effets inverses de captation, de concentration, de contrôle » . Le capital immatériel, nouveau facteur de différenciation compétitive, se prête à des formes d'accumulation au même titre que son ancêtre le capital matériel. Le modèle fordiste de l'entreprise intégrée, de la multinationale capable d'assimiler et synthétiser la diversité du monde, a encore des atouts.

Le premier d'entre eux est la capacité à dominer les écosystèmes, à imposer leur loi et leurs prix par le rapport de force, à verrouiller l'innovation par les brevets et la maîtrise de la propriété intellectuelle. Google a jeté son dévolu sur le gisement de matières premières de l'économie 2.0 (les données dites « personnelles ») comme la Standard Oil le faisait deux siècles plus tôt avec la matière première stratégique du moment. D'ores et déjà, les signes de la domination des grandes entreprises en réseau sont visibles : 

Sur le plan mondial, une étude conduite à l'Institut polytechnique de Zürich par trois mathématiciens, théoriciens des systèmes complexes a analysé les 43.000 entreprises transnationales définies par l'OCDE et constaté plus de 600.000 liens directs et indirects entre leurs actionnariats respectifs. Au cœur de ce réseau, 147 multinationales contrôlent à elles seules 40% de l'économie du réseau.

En France, 217 entreprises emploient à elles seules 31% des salariés, hors secteur financier et public.

Conclusion

L'entreprise n'a pas dit son dernier mot. Mais elle doit se remettre en cause pour reconstruire les bases de sa légitimité. Si elle persiste dans les travers exacerbés par la financiarisation - court-termisme, déficience dans l'inclusion des collaborateurs au sein des processus de décision, non transparence, manque d'attention portée aux individus - elle perdra ses attraits face à l'émergence de l'économie 2.0. Il faut donc dépasser la mélancolie du monde ancien : pas de nostalgie de l'entreprise ! La refondation de l'entreprise 2.0 doit commencer au plus tôt. Elle se construit autour des quatre R : elle est réticulaire, relationnelle, réflexive et responsable.

Références

Georges Friedman - « Travail en miettes » - Gallimard (1956)

Denis Pennel - « Travailler pour soi ; Quel avenir pour le travail à l'heure de la révolution individualiste ? » - Le Seuil (2013)

« Le futur du travail dans l'entreprise : l'agilité... ou le néant ? », Internet Actu, juillet 2013

Vineet Nayar - « Employee First, Customer Second ; Turning Conventional Management Upside Down » - Harvard Business Review Press (2010) ; édition française : « Les employés d'abord, les clients ensuite » - Editions Diateino (2011)

« Exploring the inner circle - Insights from the Global C-suite Study » - IBM Report, June 2014 

Actes du Colloque co-organisé par la DIRECCTE IDF, la DGT et la FING le 12 mars 2013 sur les transformations du travail liées au numérique

« Conditions de travail : reprise de l'intensification du travail chez les salariés » - DARES Analyses, juillet 2014 

« 2025, le numérique ! » - Conférence du Commissariat général à la stratégie et à la prospective, CNAM, Paris, 13 juin 2014 

Stefania Vitali, James B. Glattfelder , and Stefano Battiston - «The network of global corporate control.» Septembre 2011. 

« Un tissu productif plus concentré qu'il ne semblait » - INSEE Première n° 1399, mars 2012 

1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Salle de classe Manuel Valls au Royaume Uni : c’est too much iconManuel Valls veut revoir le droit d’asile en France
«à bout de souffle», le ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls, vient d’annoncer qu’il allait lancer une consultation nationale...

Salle de classe Manuel Valls au Royaume Uni : c’est too much icon44e the Grove, Isleworth, Middx, Londres, tw7 4JF, Royaume-Uni

Salle de classe Manuel Valls au Royaume Uni : c’est too much iconLa tva au Royaume Uni : une introduction rapide
«taxable» est en général définie comme une des entités suivantes exerçant une activité commerciale

Salle de classe Manuel Valls au Royaume Uni : c’est too much iconManuel Valls : "Reconstruire l'islam de France"

Salle de classe Manuel Valls au Royaume Uni : c’est too much iconManuel Valls : "Reconstruire l'islam de France"

Salle de classe Manuel Valls au Royaume Uni : c’est too much iconManuel Valls à l’Assemblée Nationale, le 13 janvier 2015

Salle de classe Manuel Valls au Royaume Uni : c’est too much iconM. Manuel Valls, rapporteur de la commission des affaires sociales

Salle de classe Manuel Valls au Royaume Uni : c’est too much iconManuel Valls crucifie la «ligne Bianco»
«climat nauséabond» en France. IL a annoncé sa volonté de «rencontrer» Bianco «le plus vite possible»

Salle de classe Manuel Valls au Royaume Uni : c’est too much iconManuel Valls
«Il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d’islamophobe. A partir du moment où les gens auront compris que c’est une arme contre...

Salle de classe Manuel Valls au Royaume Uni : c’est too much iconManuel Valls joue l'opinion pour réformer le Code du travail La position...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com