Partie 1 : Les déséquilibres macroéconomiques et financiers








télécharger 451.9 Kb.
titrePartie 1 : Les déséquilibres macroéconomiques et financiers
page1/13
date de publication05.02.2018
taille451.9 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13
Module 4 : Déséquilibres, régulation et action publique

Partie 1 : Les déséquilibres macroéconomiques et financiers
Chapitre 1 : Inflation et déflation

Orientation générale

Ce module est centré sur les déséquilibres économiques, sur leurs conséquences économiques et sociales, et sur l’intervention des pouvoirs publics. On identifiera et analysera ces grands déséquilibres. (…)

Commentaires

Il s’agira de présenter les diverses explications de ces déséquilibres en s’appuyant sur des exemples depuis le XIX siècle. On retracera les principales tendances de l’évolution des prix et on mobilisera les théories économiques sur l'inflation et la déflation.


  1. L’évolution du niveau général des prix : survol historique


Document 1 : définitions

L’inflation est généralement définie comme une hausse du niveau général des prix. Pour mesurer l’évolution des prix, on calcule des indices des prix. L’indice des prix le plus utilisé est l’indice des prix à la consommation. En France, l’indice des prix à la consommation est publié par l’Insee qui, par convention, le calcule sur la base de 110 000 produits dont les prix sont relevés dans des agglomérations de plus de 2 000 habitants. Cet indice, dit « indice pondéré des prix à la consommation » (IPC), repose sur la stabilité des caractéristiques des produits. Le taux d’inflation mesure l’augmentation en pourcentage du niveau général des prix au cours d’une période donnée.

La désinflation correspond au ralentissement du rythme de croissance de la hausse du niveau général des prix. Il y a toujours inflation mais à un taux de plus en plus faible.

La déflation constitue une baisse du niveau général des prix.


    1. Jusqu’à la seconde guerre mondiale : alternance de phases d’inflation et de déflation


Document 2 : jusqu’au 18ième siècle, des périodes récurrentes d’inflation
Au 3ième siècle, au moment où l’Empire romain d’Occident traversait une grave crise économique et politique, la hausse (prix) fut considérable ; elle était associée à une raréfaction de l’or et de l’argent, remplacée par une « mauvaise monnaie » en cuivre, étain ou plomb. En 301, l’empereur Dioclétien tenta de réglementer les prix : l’édit du maximum prévoyait la peine de mort pour ceux qui augmentaient abusivement les prix. (…)

Au 16ième siècle, l’inflation fut très vive en Europe : la hausse des prix fut de l’ordre de 400% de 1500 à 1600. Si l’inflation du 3ième siècle s’explique en partie par une pénurie de métal, celle du 16ième provient au contraire de l’abondance d’or et d’argent en provenance des colonies américaines de l’Espagne.

Mais dans les deux cas, ces phénomènes monétaires ne conduisirent à ces brutales hausses de prix qu’en raison de la faiblesse de l’appareil productif. Au 3ième siècle, l’Empire romain, traversé par une première vague d’invasions ruinant les riches provinces de Gaule et d’Asie, reposait sur l’utilisation d’une main d’œuvre d’esclaves peu productives (…). Au 16ième siècle, l’essor du siècle précédent avait fait place à la stagnation, (…) Cette période fut celle des guerres civiles et religieuses et d’une aggravation des guerres européennes. Ainsi, dans l’un et l’autre cas, l’inflation sanctionna l’insuffisance de la production. (…)

Durant les 17ième et 18ième siècles, les prix européens fluctuèrent sans connaître de tendance nette. (…)

Ces exemples montrent bien que si le développement de l’inflation est lié à celui de la création monétaire, il dépend tout autant des conditions de production, de structures sociales et des « chocs exogènes ».

Source : Pierre Bezbakh « Inflation et désinflation », La découverte, 2006, p.6-24
Document 3 : le 19ième siècle et les cycles économiques

D’une façon générale, les prix industriels tendent à baisser au 19ième siècle, sauf durant la période de guerre internationale, de la guerre civile américaine, et du boom des chemins de fer au milieu du siècle. Cela peut s’expliquer par deux facteur essentiels : le premier est l’intégration croissante des nouvelles techniques de production qui réduisent les coûts unitaires en augmentant les quantités produites ; le second est l’existence de débouchés limités qui rendent vive la concurrence entre producteurs.

Si l’on envisage la période 1790-1890, on observe une multitude d’oscillations des prix et de la production, autour de plusieurs grands cycles longs débordant sur le 20ième siècle. Chacun comprend une phase d’expansion et une phase de dépression (cf N.Kondratieff ou J.Schumpeter).

La France connaît au 19ième siècle, au même titre que les Etats-Unis et la Grande Bretagne, le même mouvement de baisse des prix de gros et le même renversement de tendance au milieu des années 1890 qui conduira à l’explosion inflationniste du 20ième siècle.

Source : Pierre Bezbakh « Inflation et désinflation », La découverte, 2006, p.6-24
Document 4 : la période de l’entre-deux-guerres, des roaring twenties jusqu’à la grande crise

Après l’inflation de pénurie, caractéristique des années de guerre, le retour de la paix en Europe permit un redémarrage de la production et une croissance plus modérée des prix, sauf en Allemagne où sévit une « hyperinflation » spectaculaire. (…) La corrélation entre fluctuations de l’activité et des prix apparaît avec netteté : croissance et hausse des prix en 1919-1920, puis de 1920 à 1926 et en 1928-1929 ; baisse des prix et de la production en1921, 1927-1928 et après 1929.

C’est bien sûr l’effondrement des prix et de l’activité durant les années 1930 qui constitue le phénomène marquant de cette période. La baisse des prix, très forte de 1929 à 1934-1935, entraîna un effondrement des profits et un blocage de l’investissement, car elle était plus forte que celle des coûts de production, et des salaires en particulier. Cela constituait un facteur d’atténuation de la dépression et favorisa la reprise à moyen terme. Mais la relance n’intervient vraiment qu’à partir de 1936, par le biais conjugué des hausses de salaires et du développement de l’investissement public. On assista alors à une reprise sensible de la production industrielle et à une remontée des prix.

Source : Pierre Bezbakh « Inflation et désinflation », La découverte, 2006, p.6-24
Document 5 : l’hyperinflation allemande

Quelques années après la fin de la Première Guerre mondiale, l'Allemagne connut une flambée des prix exceptionnelle par son ampleur et unique dans l'histoire des pays industrialisés : en novembre 1923, un dollar valait 4 200 milliards de marks, contre 60 marks en 1921 et 4,2 en 1914. Un reichsmark de 1922 équivalait à 20 milliards de marks fin 1923 et un kilogramme de pain coûtait 600 milliards de marks ! Durant cette période la masse monétaire passa de 81 milliards de marks fin 1920 à 116000 milliards au milieu de 1923, masse dérisoire à la fin de l'année par rapport à la valeur exorbitante des transactions exprimées en marks.

Source : P. Bezbakh, « Inflation et désinflation », La découverte, 2011
Document 6 : la seconde guerre mondiale, une période de vive inflation

Les années de guerre relancèrent une inflation due à l’énorme ponction sur la production nationale effectuée par l’occupant allemand. (…) Les destructions causées par les combats et les bombardements alliés allaient encore aggraver la désorganisation de l’économie et la raréfaction de l’offre. (…)

Source : Pierre Bezbakh « Inflation et désinflation », La découverte, 2006, p.6-24

Document 7 : l’hyperinflation

En situation d’hyperinflation, les prix augmentent de plusieurs centaines, voire milliers, voire millions de pourcents par an ! Les prix doublaient toutes les 49h en Allemagne en 1923, toutes les 28 heures en Grèce sous l’occupation allemande de 1941-1944, toutes les heures en Hongrie au cours de la même période d’occupation !

Source : J.Couppey-Soubeyran « Monnaie, banques, finance », Puf, 2010, p.224
Document 8 : synthèse

Illustrez

Jusqu’à la révolution industrielle

19ième siècle jusqu’à 1914

Années 1920

Années 1930

Seconde guerre mondiale

Episodes :Inflation / déflation / désinflation  ?


















  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

similaire:

Partie 1 : Les déséquilibres macroéconomiques et financiers iconPartie 1 : Les déséquilibres macroéconomiques et financiers
«indice pondéré des prix à la consommation» (ipc), repose sur la stabilité des caractéristiques des produits

Partie 1 : Les déséquilibres macroéconomiques et financiers iconRapport de Mr François marc (Sénat)
«Six Pack» adopté en novembre 2011 comprend notamment deux règlements299(*) ayant pour objet d'éviter les déséquilibres macroéconomiques...

Partie 1 : Les déséquilibres macroéconomiques et financiers icon1ère Partie Jusqu’à l’E2G : Actions ponctuelles d’accompagnement du développement de l’industrie
«carré magique de Kaldor», en d’autres termes réduire les déséquilibres structurels (output gap, inflation et chômage structurel,...

Partie 1 : Les déséquilibres macroéconomiques et financiers iconConstitution et fonctionnement du marché mondial des capitaux
«Le cycle britannique des déséquilibres financiers internationaux (xvième siècle 1944)», 2008

Partie 1 : Les déséquilibres macroéconomiques et financiers iconProgramme On étudiera le développement des mouvements de capitaux depuis le XIX
«Le cycle britannique des déséquilibres financiers internationaux (xvième siècle 1944)», 2008

Partie 1 : Les déséquilibres macroéconomiques et financiers iconProgramme On étudiera la construction de la balance des paiements...
«vend» au reste du monde : des biens, des services, des actifs financiers ou de la monnaie

Partie 1 : Les déséquilibres macroéconomiques et financiers iconDemission d’un conseiller municipal et installation d’un nouveau conseiller municipal
Le C. I. G. a souscrit depuis 1992, pour le compte des collectivités et établissements de la Grande Couronne de l’Ile-de-France,...

Partie 1 : Les déséquilibres macroéconomiques et financiers iconContact@fo-fonctionnaires fr – 01. 44. 83. 65. 55
«des principaux indicateurs macroéconomiques» (au contraire de fo qui revendique le maintien du pouvoir d’achat au minimum à hauteur...

Partie 1 : Les déséquilibres macroéconomiques et financiers iconMatin
«Diversifier les pratiques évaluatives», j’ai fait un montage avec seulement la partie contexte et la partie demande. Les documents...

Partie 1 : Les déséquilibres macroéconomiques et financiers iconModule 4 : Déséquilibres, régulation et action publique
«rigide» au dessus du salaire d’équilibre, quelle conséquence cela a-t-il sur le chômage ?








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com