Schéma de «quelques» notions du cours pour s’y retrouver un peu








télécharger 121.59 Kb.
titreSchéma de «quelques» notions du cours pour s’y retrouver un peu
page1/4
date de publication07.10.2017
taille121.59 Kb.
typeCours
l.21-bal.com > économie > Cours
  1   2   3   4
Les marchés du Tourisme

Schéma de « quelques » notions du cours pour s’y retrouver un peu :


Marché du tourisme



Consommateur

Producteur




Fonction de production

Relation de préférence



Concurrence imparfaite

Concurrence parfaite



Duopole

Monopole



Modèle de Cournot

Concurrence monopolistique


Modèle de Hotelling

Modèle de Bertrand


Avant propos :
Le marché du tourisme s’intéresse aux entreprises et leurs clients. De ce fait, on va tout d’abord s’intéresser aux producteurs (exemple : les hôtels) et les consommateurs (exemple : les clients des hôtels).

Les consommateurs vont avoir des goûts (relation des préférences), (par exemple : un consommateur va préférer passer ses vacances à la mer plutôt qu’à la campagne), et les producteurs ont un fonction de production, c’est-à-dire une fonction mathématique qui associe à tous les inputs (ex : machine, personnel,…) la production maximale qui peut être obtenue avec ces inputs.

A partir de là, on va se retrouver devant deux situations de marché :

- soit le marché est un marché à concurrence parfaite,

- soit le marché est un marché à concurrence imparfaite.
On regarde si le marché répond à 6 conditions que sont :

  • atomicité des agents

  • homogénéité des produits

  • libre entrée/sortie des agents

  • information parfaite entre les agents (transparence des informations)

  • mobilité des facteurs de production

  • pas d’entente entre les agents


Si ces 6 conditions sont présentes sur le marché, on est dans un marché dit « parfait ». On peut donc confronter l’offre et la demande et trouver un point d’équilibre où sera fixé le prix et la quantité de bien ou service à produire.
Or souvent, on n’arrive pas à retrouver ces 6 conditions, on est donc dans un marché imparfait.

Dans un marché imparfait, on peut se retrouver dans différentes situations :

  • situation de monopole

  • situation d’oligopole

  • situation de duopole

  • situation de concurrence monopolistique

  • situation du modèle de Cournot

  • situation du modèle de Hotelling

  • situation du modèle Bertrand

  • etc…


Le cours de X. Decelle reprend une partie de toutes ces situations, l’objectif étant toujours le même dans chacune des situations : retrouver le point d’équilibre s’il y en a un.
- J’ai essayé de reprendre les cours et de les synthétiser dans des parties distinctes et de les compléter s’il fallait.

- Les passages en italique sont des reprises de cours que je n’ai pas compris.

- La présence de « XXX » correspond à quelques lignes de cours (moins de 5 en générale) qui me paraissaient éloignés de la partie du cours, je ne les ai donc pas repris.

- J’ai, enfin, essayé de faire des parties pour regrouper des éléments qui me paraissaient dispersés.

Introduction :
L’industrie touristique est-elle concurrentielle ? Poser cette question n’a de sens que pour le secteur marchand des services. Dans une économie de marché, on cherche à s’approcher du modèle de concurrence pure et parfaite, c'est-à-dire dans une situation avec une multitude d’offreur (entreprises) et de demandeur (clients). Plus, on s’approche de ce modèle, plus le marché est efficient, c’est-à-dire qu’on arrive à un équilibre avec un optimum de Pareto.
En clair, dans un monde idéal, dans une situation où la concurrence serait pure et parfaite, la rencontre de l’offre et de la demande formerait un équilibre, et c’est équilibre serait le meilleur équilibre qu’il soit (= un optimum de Pareto).
Cependant, on se rend bien compte que ce « monde idéal » n’est pas très réaliste, et la théorie économique admet qu’il y a des défauts du marché, ces défauts venant d’externalités.
Dans le tourisme, les externalités peuvent prendre la forme de biens publiques, collectifs, ce qui forme de fait des situations de sous-optimalité. Il existe donc des défauts de coordinations entre les agents provenant de l’incomplétude des marchés.
Exemple d’externalité : la pollution comportement opportuniste.
Dans le tourisme, il y a une forte standardisation qui s’accompagne de l’importance des marques et des enseignes. Il y a une volonté d’assurance et de rassurer le client. Cette volonté a pour but de tendre vers une concurrence plus parfaite en luttant contre l’incomplétude et l’opacité informationnelle.

….L’INTRODUCTION NON TERMINEE…



Chapitre 1 : Le marché touristique est-il un marché concurrentiel ?

A- Comment se retrouve t’on dans un situation de CPP ?
Rappelons que dans un monde parfait selon Walras, il y a 6 hypothèses pour être dans un marché de cette CPP.
Atomicité : multitude d’offreur et de demandeur.

Ces agents doivent être suffisamment petits et nombreux pour que la modification du comportement d’un agent n’entraîne pas une modification des conditions générales du marché. S’il y a atomicité, il n’y a pas de position dominante.
Liberté d’entrée et de sortie.

Il doit y avoir une intervention minimale de l’Etat et pas de protectionnisme au niveau international.
Comportement des acteurs.

Pas de cartel ou d’entente entre les acteurs (en gros, ne pas faire comme SFR-Bouygues Telecom-Orange).
Homogénéité des produits.

Les produits doivent être parfaitement substituables.
Transparence du marché.

L’information doit pouvoir être parfaite. Il ne doit pas y avoir d’asymétrie d’information.
Mobilité des facteurs de production.

Il doit pouvoir y avoir une mobilité sectoriel ou géographique.

Le Tableau de Stackelberg est intéressant puisqu’il reprend l’hypothèse de l’atomicité du marché pour établir les différents champs concurrentiels existants.
Tableau de Stackelberg


demande

offre

1

Quelques

Beaucoup

1

Monopole bilatéral

Monopole contrarié

Monopole

Quelques

Monopsone contrarié

Oligopole bilatéral

Oligole

Beaucoup

Monopsone

Oligopole

CPP


Dans le tourisme, on se trouve souvent en situation d’oligopole concurrentiel à plusieurs niveaux.
On peut reprendre les conditions définies par Walras et dressé un tableau de concurrence dans les principaux secteurs de l’offre touristique :



Conditions de la CPP

Hôtel/resto

PME…..CHAINE

TO

Spé…. généraliste

Transports aériens

Animation

PME…….grandes

Liberté d’entrée/sortie

Atomicité

Homogénéité

Transparence

Mobilité facteurs L- K

Mobilité du patrimoine














Avec la mondialisation, il y a eu une concentration des firmes, ce qui a diminué le nombre de PME et donc a altéré le niveau concurrentiel de l’industrie touristique.
Dans les transports aériens, la mondialisation a favorisé une violente destruction de la concurrence, et ce, malgré la politique d’opensky.
Dans l’hôtellerie, on trouve 2 phénomènes :

  • dans les PME, il y a un caractère personnalisé de l’hôtel.

  • Dans les chaînes d’hôtel, au contraire, on a une faible personnalisation de l’hôtel et une plus forte standardisation.


Pour le tour operating, le phénomène est également double :

  • dans les gros TO, on retrouve des sociétés généralistes.

  • Dans les petits TO, on retrouve des sociétés spécifiques avec une plus forte différenciation, afin de limiter l’acuité concurrentielle. On assiste souvent à des stratégies de niche.


B- Confrontation de l’offre et de la demande en situation de CPP
Un marché c’est la confrontation d’une offre et d’une demande. De la même manière que lorsqu’on va dans une vente de voiture, il y a une confrontation entre l’acheteur potentiel et le vendeur. Par tâtonnement, on arrive à déterminer alors un prix de vente…

Sur le marché du tourisme, c’est la même chose, il faut juste imaginer plus d’acheteur (demande) et plus de vendeur (offre).

Le schéma ci-dessous représente la fixation du prix selon l’offre et la demande dans une situation de CPP.

Prix

Offre



surplus



Point d’équilibre


pénurie




Demande



Quantité



S’il y a une pénurie, alors il y aura une hausse des prix sur le produit jusqu’à ce que les prix monte au point d’équilibre (on y arrive par tâtonnement).
Souvenez-vous, que dans un marché parfaitement concurrentiel, les offreurs et les demandeurs sont suffisamment petits pour ne pas influencer le marché, on est dans une situation de price taker.

De plus, dans un marché parfaitement concurrentiel, la quantité optimale n’est pas la quantité maximale. On est dans une situation optimale lorsque le coût marginal et égal au coût moyen.


Cm




Prix




P*
Quantité

CM

RM

Q*


Cm = coût marginal

CM= coût moyen

RM= Recette moyenne

CT = coût total

CV = coût variable

CF = coût fixe
CT = CF + CV

CM = CT / Q
Le coût marginal est le coût pour la construction d’une unité supplémentaire (c’est le coût à la marge). Attention, la notion de coût marginal est importante pour comprendre comment est fixé le prix sur un marché.
Dans une situation de CPP, le prix est fixé lorsque le Cm = CM.

Pourquoi est-ce à ce point qu’est fixée la quantité à produire et le prix ?

Parce que si l’entreprise décide de produite une autre unité de bien, le Cm > CM (regardé le schéma). Elle n’a donc aucun intérêt à produire d’autres biens.
Une fois fixé P* et Q*, on peut trouver la RT qui est égale à P*Q*.

On obtient donc le profit de l’entreprise :

∏ = RT - CT

Donc, en résumé, dans une situation de CPP, une entreprise peut faire des bénéfices lorsque le prix sur le marché est supérieur au coût moyen de l’entreprise.
Or dans une situation de CPP, en se retrouvant à l’équilibre, on élimine les surprofits.
Voyons ce qui ce passe dans une situation de monopole
Chapitre 1 : Le situation de monopole
Notions de départ :
Le markup c’est la différence entre le prix du marché et le coût marginal (la rente).

Markup = P* (prix du marché) – Cm

A rappeler que dans une situation de CPP, ce markup est égal à 0.
Markup x quantité = Profit
Dans une situation de monopole, contrairement à une situation de CPP, le monopoleur peut fixer les prix.

Mais, il s’agit pour le monopoleur de ne pas établir des prix élevé (il risquerait de surproduire), ni d’établir des prix trop faible (car ses marges diminueraient beaucoup).
Souvent lorsqu’on s’intéresse à un marché qui n’est pas parfait (comme le monopole), on raisonne en équilibre partiel, c’est-à-dire qu’on isole un marché du reste de l’économie et qu’à partir de l’équilibre sur ce marché, on considère que toutes les autres données restent constantes.
Pour connaître la manière de trouver l’équilibre en monopole, voir le polycopié.
A retenir :

Ce qu’il faut retenir, c’est que dans une situation de monopole, plus l’entreprise vend et plus sa recette marginale diminue. De ce fait, l’équilibre est atteint pour un monopoleur au moment où Cm=Rm.
En sus :

Indice de Lerner : L = (p-Cm)/Cm
  1   2   3   4

similaire:

Schéma de «quelques» notions du cours pour s’y retrouver un peu iconNote : Ce carnet ne contient que des chants rares ou peu utilisés...

Schéma de «quelques» notions du cours pour s’y retrouver un peu iconNotes du cours de Michel Murat 1
«communisme de la pensée» et du travail collectif. La collaboration est active, et peu-à-peu se forge une mythologie des groupes

Schéma de «quelques» notions du cours pour s’y retrouver un peu iconRapport provisoire
«schéma unique» (lisibilité pour le citoyen, efficacité de la planification…). Ils se sont interrogés sur le lien entre leur contribution...

Schéma de «quelques» notions du cours pour s’y retrouver un peu iconExigences linguistiques en matière d’emploi – Quelques notions et actualité
«défense» d’exigence professionnelle justifiée soit admise, l’employeur doit démontrer que

Schéma de «quelques» notions du cours pour s’y retrouver un peu iconCours n° 1 : Notions de physique

Schéma de «quelques» notions du cours pour s’y retrouver un peu iconA travers les échanges de cette année, huit thèmes de travail reviennent...
«plus vite» dans les cours au lp qu’à la segpa. Quelques matières mettent plus particulièrement les «anciens segpa» en difficulté,...

Schéma de «quelques» notions du cours pour s’y retrouver un peu iconActivité 1 : écoutez le début du reportage pour retrouver la fin des phrases

Schéma de «quelques» notions du cours pour s’y retrouver un peu iconCours Théorique de Plongée Niveau 1
«phare» permet de révéler les couleurs naturelles pour peu que son action ne soit pas contrecarrée par la présence de particules...

Schéma de «quelques» notions du cours pour s’y retrouver un peu iconComposition du personnel à la date de l’Assemblée Générale du 31. 05. 2005
«La Bienvenue», IL m’appartient de vous souhaiter à toutes et à tous une cordiale et chaleureuse bienvenue. C’est un plaisir de vous...

Schéma de «quelques» notions du cours pour s’y retrouver un peu iconL’evolution recente du droit de la famille est le relet de notre societe
«Les concubins ignorent la loi, la loi les ignorent» telle était la devise de Napoléon. IL appartiendra donc à la jurisprudence de...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com