Mots-cles: budget, solde budg conjoncturel, solde budg structurel, loi de finances, pol budg relance, rigueur / conjoncturelle, structurelle/ réglementaire








télécharger 36.88 Kb.
titreMots-cles: budget, solde budg conjoncturel, solde budg structurel, loi de finances, pol budg relance, rigueur / conjoncturelle, structurelle/ réglementaire
date de publication13.07.2017
taille36.88 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > économie > Documentos
FICHE DE SYNTHESE ETAT

MOTS-CLES: budget, solde budg conjoncturel, solde budg structurel, loi de finances, pol budg (relance, rigueur / conjoncturelle, structurelle/ réglementaire, discrétionnaire), effet d'éviction, effet boule de neige, courbe de Laffer, carré magique, stabilisateurs automatiques, dette publique, déficit public, déficit budgétaire,taux d'endettement, contrainte extérieure
ELEMENTS HISTORIQUES
- Relance Kennedy et Johnson de 61 65

Combiné une politique budgétaire d'expansion et une politique monétaire souple (policy mix avec politique convergente). Politique d'inspiration keynésienne, faibles ouverture de l'économie, ancrage des anticipations d'inflation.

Nouvelle politique économique ("New Economics", SAMUELSON, GALBRAITH, TOBIN...). Objectif est de relancer l'activité en soutenant la demande et en acceptant le déficit budgétaire appelée à se résorber de lui-même grâce aux rentrées fiscales supplémentaires né de l'expansion. 3 points:

Expansion budgétaire (hausse des investissements publics dans domaine militaire et spatial pour contrer l'URSS, politique sociale de hausse des transferts)

Réduction de la fiscalité (baisse de l'impôt sur le revenu et de l'impôt sur les sociétés)

Accompagnement monétaire (baisse des tx d'int à LT pour soutenir l'investissement, contrôle tx d'int à CT pour éviter fuite de capitaux)

Résultat : croissance de 5,7 % 62, taux de chômage inférieur à 3,7 % en 66, en dessous du taux de chômage naturel ; déficit budgétaire se résorbe.

Mais : guerre du Vietnam d'où envolée des dépenses budgétaires qui accroît le déficit extérieur, revendications salariales d'où inflation

- Relance CHIRAC de 1975: à la suite du choc pétrolier de 73, la production industrielle baisse de 10 %. En 74, le rythme de la croissance du PIB se ralentit (3,1 % contre 5,4 % en 73). Les prix du pétrole ont été multiplié par quatre entre 73 et 74. Les entreprises ont dû réduire leurs marges, la rentabilité des entreprises privées a entraîné une atonie de l'investissement.

Des mesures d'assouplissement sont mises en oeuvre des 74 : taux de réserves obligatoires réduit, taux d'intéret diminue, taux d'escompte de la banque de France et baissé. Mais cette politique monétaire ne parvient pas à redynamiser l'investissement.

=> relance Chirac à travers la politique budgétaire : investissements publics supplémentaires (5 milliards de francs aux entreprises publiques en 75), bonification de crédits aux entreprises, 5 milliards de crédits accordés aux familles nombreuses et aux personnes âgées pour relancer la consommation.

=> dépenses budgétaires en 75 progressé en valeur nominale de 27,7 %, alors que les recettes n'augmentent que de 4,6 %. => déficit budgétaire (- 2,9 % du PIB)

Résultat : production industrielle augmente , croissance du pib positive des 75, hausse du chômage freiner avec politique de l'emploi volontariste.

Mais: forte progression des importations à partir de la fin de l'année 75 (taux de couverture des importations par les exportations passe de 104 au troisième trimestre de 75, à 96 au premier trimestre de 76). Face à cette situation, les opérateurs sur le marché des changes anticipe que la parité du franc au sein du serpents monétaire européen ne pourra pas être maintenue, il joue le franc à la baisse. Autorités monétaires décide de laisser flotter le franc à partir de mars et 76 (perd 20 % de sa valeur face au Mark). D'où accélération de l'inflation car augmentation du prix des importations. Détérioration des soldes de la balance commerciale et de la balance courante.

BARRE tente de rétablir les équilibres internes et externes à partir de 77.

=> La relance achoppe sur la contrainte extérieure: incapacité des stratégies de pol keynésiennes d'absorber un choc comme celui de 1974.
- Relance socialiste (1981-1982)

Le second choc pétrolier n'est pas terminée, récession dans beaucoup de pays (etats-unis, Allemagne) à cause des politiques de rigueur pour établir la stabilité des prix.

Relance budgétaire en France : relèvement de 10 % du SMIC en quatre-vingt un, augmentation de 25 % des allocations familiales et de 20 % du minimum vieillesse. Grande vague de nationalisation (rhône-poulenc, saint-gobain, Thomson, suez et paribas...), réforme fiscale favorable au bas revenus (ISF, baisse de la tva sur les produits de première nécessité..), Progression des crédits d'investissements et des aides à l'industrie, créations d'emplois dans les administrations et les hôpitaux...

MAIS: amplification des déséquilibres (creusement des comptes des administrations et inflation alimentée par la surindexation des salaires (en 82, les prix à la consommation progresse de 12 %). Écarts inflationniste défavorable vis-à-vis de l'allemagne, taux de couverture des importations passe de 94 ans 81 à 86 en 82. Solde intermédiaire de la balance des paiements se détériore, le déficit courant passe de 0,6 % en 80 à 2,1 % en 82.

On assiste à trois dévaluation du franc en 18 mois (première en octobre 81 dévaluation de 3 %, deuxième juin 82 dévaluation de 5,75 %, dernière en mars 83 dévaluations de 2,5 %).

Bilan contrasté (croissance passe à 2,5 %. 82), mais taux d'intérêt élevés.

=> « Tournant de la rigueur » mars 83: pol de désinflation compétitive.


  • Ronald Reagan a mené une politique de réduction du taux marginal d'imposition (Economie Recovery Tax Act), qui passe en 1981 de 70 % à 50 % ; une seconde diminution a été votée en 1986, ramenant le taux marginal à 28 %. Les effets de cette réforme fiscale font l'objet de jugements contrastés : si certains auteurs libéraux soulignent l'existence d'un " effet Laffer ", P.-A. Muet et A. Fonteneau (1988) estiment que la réforme menée par Reagan s'est traduite par une relance fiscale conformément aux enseignements de la... théorie keynésienne.

Pol fondée sur l'école de l'offre ( « supply-side economics ») de LAFFER et GILDER

Dans le même tps, pol monét restrictive ( tx d'int élevé entre 82 et 84: tx courts entre 8.5% et 10.5% , tx longs plus élevés)

=> Ex de « Policy Mix » avec pol croisées.
STATS: - Au cours de ces 25 dernières années, la dette des pays industrialisés a fortement cru. En France, elle est passée d’environ 20% du PIB en 1978 à plus de 66% en 2005. La moyenne en Europe était d’environ 70% fin 2002. La charge de la dette représente 14% du budget français.

- À partir du premier choc pétrolier de 1973, augmentation de la part salariale corrigée qui s'accentue jusqu'au second choc pétrolier et atteint un pic au début des années 80 (79 % de la valeur ajoutée). À partir de 83, retournement : la part salariale chute brutalement, cette baisse se poursuit tout au long des années 90. Elle atteint 65 % en 2000, soit 5 points en dessous de son niveau du début des années 70 (71 %).

Explication :

(i)Le coût de l'énergie : les hausse importante de la part salariale ont coïncidé avec les deux chocs pétroliers de 73 et 79. Cette hausse du prix des consommations intermédiaires peut avoir un impact sur la valeur ajoutée l'entreprise : six hausse du prix des consommations intermédiaires, l'entreprise pour préserver sa compétitivité de répercutera pas cette hausse sur son prix de vente. La variable d'ajustement est donc la VA.

Inversement le contre-choc pétrolier en 86 à accentuer la remontée de la part des profits.

(ii)Le coût des facteurs de production : ralentissement brutal et des gains de productivité à partir de 70, comme cause principale de l'envolée de la part salariale. Épuisement du modèle productif fordien ( CF ECOLE DE LA REGULATION). Les salaires réels ont continué de progresser au même rythme qu'auparavant (lorsque les gains de productivité été élevé).

Rq: la part salariale est le rapport entre salaire réel et productivité moyenne du travail.

=>impact du conflit de répartition : BLANCHARD tente d'expliquer les différences de trajectoire en matière de répartition primaire des revenus entre pays d'Europe continentale et pays anglo-saxons. La baisse de la part salariale observer en Europe puis un temps de s'expliquer, soit par une élévation des imperfections sur le marché des biens, soit par une modification du rapport de force entre groupes en présence. 1ère hypothèse peu crédible, seule l'érosion du pouvoir syndical peut rendre compte de la baisse de la part salariale.

=> Répartition des revenus et bouclage macro-économique : 30 glorieuses : répartition des revenus relativement stable (école de la régulation, compromis fordiste). Mais ralentissement des gains de productivité au début des années 70 ce qui a comprimé les profits par la hausse du prix de l'énergie, l'élévation des coûts salariaux. Crise typiquement classique de détérioration de la profitabilité des entreprises. Répercussions d'une partie des hausses de salaires sur leurs prix, alimentant ainsi la spirale prix salaires.

Après l'échec de la tentative de relance keynésienne de 82, les pouvoirs publics veulent restaurer la santé financière des entreprises (austérité salariale pour restauration des profits et rétablir la compétitivité nationale). 1er objectif (théorème de Schmidt), 2ème est la désinflation compétitive. (salaire indexé sur un taux d'inflation anticipée...).
- Budget : dépenses de l’Etat : 334,7 Mds (2007) ; recettes fiscales : 292 Mds. Déficit budgétaire : 42 Mds.

  1. - Dette publique : en euros constants (c'est-à-dire en neutralisant l'effet de l'inflation), la dette publique a été multipliée par cinq en 25 ans : rapportée au produit intérieur brut (PIB), c'est-à-dire à la richesse nationale, la dette a triplé en 25 ans (elle atteignait 64,6 % du PIB fin 2006, contre 20,7 % fin 1980) : 1180 Mds en 2007 contre 229 en 1980 (La dette publique est la dette au sens du traité de Maastricht, c'est-à-dire qu'elle couvre la dette de toutes les administrations publiques (État, administrations de sécurité sociale, administrations locales et organismes divers d'administration centrale)).

  2. - Déficit public en 2006 : zone euro : 69,1%, Allemagne : 67,9 ; Italie : 106,8 ; RU : 43,5% ; Japon : 178,3 ; EU : 61,5%.

  3. - Evolution du déficit public : 4,1% en 2003, depuis tendance à la baisse : 2,5% en 2006.

- Le service de la dette de l'État est en 2005 le deuxième poste budgétaire de l'État français, après celui de l'éducation nationale et avant celui de la Défense avec 14,6% du Budget en 2006.
IDEES-CLES:
Pourquoi l'etat intervient-t-il ?

MUSGRAVE: fonction d'allocations, de répartition, de stabilisation

Libéraux (SMITH...): lutter contre les défaillances de marché (externalites monopoles naturels, bien collectif..)

Théorie de la croissance endogène: infrastructures, capital humain, technologie...

KEYNES: rôle des dépenses publiques, multiplicateur d'investissement, de dépense publique, et fiscal.

Réponse à l'expression de l'intérêt général: loi de WAGNER 1876 (la demande de services augmente plus vite que le revenu), théorie des effets de déplacement (PEACOCK, WISEMAN 1960, => si événements exceptionnels, augmentation des prélèvements obligatoires par les pouvoirs publics au nom de l'intérêt général. Difficile à baisser par la suite.)

Réponse à des stratégies individuelles : école du Public Choice TULLOCK BUCHANAN

Coût de fonctionnement des services publics (théorie de la bureaucratie)

Etat au service du capitalisme et moteur de sa régulation : orthodoxie marxiste(BOCCARA) et théorie de la régulation
Quelle est la structure du budget de l'etat ?

Recettes fiscales : TVA (45%), TIPP (8%), IRPP(20%, 5 tranches d'imposition=> 0 % ; 5,5 % ; 14 % ; 30 % et 40 %), IS (15%) et ISF. Autres recettes fiscales : tabac et alcool. Recettes non fiscales : redevance, placements de l'etat, amende...

Dépense publique : dépenses de personnel (rémunération des fonctionnaires, cotisations et prestations sociales afférentes 45%), dépenses d'intervention (politique économique, surtout politique de l'emploi 23%), charge de la dette (15 %), dépenses de fonctionnement (12 %)...

Qu'est-ce qu'une politique budgétaire ?

Une politique budgétaire « désigne l'action des pouvoirs publics exercée par le biais du budget de l'etat, dans le but d'influer sur la conjoncture économique » FERRANDON

Politique budgétaire conjoncturelle : encourager la consommation, l'investissement par politique de relance ; une politique de rigueur si surchauffe de l'économie, inflation élevée ou déficit extérieur => carré magique de KALDOR

Politique budgétaire structurelle : hier, planification et nationalisations ; aujourd'hui, politique industrielle, politique de logement, politique de la concurrence...

Politique budgétaire réglementaire : définition de MANKIW. Concerne surtout la politique monétaire (cible d'inflation, indépendance des banques centrales ). Mais aussi politique budgétaire (PSC ...). Critiques de la politique monétaire discrétionnaire par KYDLAND et PRESCOTT.
Typologie des théories budgétaires

KEYNES: multiplicateur d'investissement inventé par KAHN en 1931 (quatre hypothèses), multiplicateur de dépense publique et multiplicateur fiscal.

=> théorème d'HAAVELMO: à partir d'un budget équilibré, une augmentation égale des dépenses publiques et des recettes budgétaires se traduit par une augmentation de même montant du revenu national.

KEYNES reprend l'idée de l'école suèdoise des finances publiques( MYRDAL), celle de politique budgétaire contra cyclique (relancer le budget en période de sous-emploi et réduire les dépenses en période inflationniste)=> stabilisateurs automatiques (si croissance augmente, impôts augmentent par la progressivité du taux de pression fiscale, Douvres ralentissement de la croissance. En période de récession, des revenus diminuent, donc les impôts, ce qui relancent la consommation des ménages)

Théorie keynésienne: IS-LM par HICKS en 1937., École de la régulation, NEK (YELLEN, AKERLOF, MANKIW...=> efficacité de la politique budgétaire mais uniquement en cas de déprime profonde de l'activité économique car anticipations rationnelles des agents)

Remise en cause par les Théories libérales : classiques (SMITH, intervention minimale pour les défaillances de marché et pour les domaines régaliens), néoclassiques, monétaristes (effet d'éviction par l'inflation, critique de la courbe de phillips FRIEDMAN), nouvelle macroéconomie classique ( KYLAND, PRESCOTT), théoricien de la croissance endogène, école de l'offre (LAFFER, GILDER)
Quels sont les contraintes pesant sur la politique budgétaire ?

Politique de relance est moins efficace si système de changes fixes (modèle IS-LM BP de MUNDELL et FLEMMING), et contrainte extérieure (exemple de la relance française de quatre-vingt un)

- Contraintes du déficit budgétaire : éviction par les taux d'intérêt ds les 60's (dans un premier temps, effet direct: emprunt de l'etat sur le marché financier, appel à l'épargne nationale disponible, concurrence avec les agents économiques privés d'où manque de financement pour les investissements des entreprises. Dans un second temps, effets indirects : augmentation du taux d'intérêt car demande de capitaux dépassent l'offre=> insuffisance de l'investissement des entreprises privées)

Éviction par l'inflation (critiques de la courbe de phillips par Friedmann dans les années 50 et 60)

Éviction par les anticipations par BARRO en 1974 : principe d'équivalence ricardienne (politique budgétaire inefficace car agents économiques rationnels. Anticipation de la hausse des impôts futurs, d'où épargne de précaution)

L'école de l'offre : courbe de LAFFER (" trop d'impôt tue l'impôt") => effet de substitution et effet de revenu, + GILDER. Critiquée( Plusieurs critique : (i) pas sûr que l’effet de substitution soit supérieur à l’effet de revenu, (ii) à quel niveau de TPO la zone est-elle inadmissible ?, (iii) l’impôt est vu comme une ponction, alors qu’il est aussi une dépense.)

- Contraintes de la dette publique : effet boule de neige (accroissement des déficits et des intérêts à payer pour l'etat car augmentation du taux d'intérêt aux nouveaux emprunts de l'etat). Le rapport PEBEREAU de 2005 juge que cet effet n'a pas été le principal vecteur d'endettement public de la France. La dette serait le résultat du laxisme budgétaire des gouvernants. Pour l'école des choix public (TULLOCK 62), la vie politique est un marché comme les autres (dette publique car augmentation des dépenses publiques pour satisfaire les électeurs et les intérêts personnels des hommes politiques)

La dette est-elle soutenable ?

Insolvabilité : l'etat ne peut plus remboursés à terme. Certains pensent que c'est la question du retour à l'équilibre qui est importante.

Une dette méprisable: le trésor public doit lever 130 milliards d'euros chaque année pour faire face au financement de la dette. Elle est financée avec l'argent de tous les citoyens. Elle résulte pour le rapport PEBEREAU du peu d'efforts en matière de recherche et d'enseignement supérieur, du peu d'investissement public, et du comportement des gouvernements. Faillite de l'etat argentin en 2002.

Une dette maîtrisable : l'etat ne peut pas faire faillite car n'a pas d'horizon temporel précis.

Pour GENEREUX, l'etat doit prendre le relais des investisseurs privés lorsque l'avenir est incertain pour les ménages et les entreprises. Le déficit et l'endettement sont justifiées quand ils financent des biens et des équipements publics indispensables, et dont l'effet suscitera des rentrées fiscales permettant de rembourser les crédits.
Contraintes internationales de la politique budgétaire

Contraintes commerciales. Déficit commercial (contrainte extérieure, rôle de la propension marginale à importer dans le multiplicateur keynésien), déficit jumeaux (déficit budgétaire et déficit du commerce extérieur. Exemple des etats-unis dans les années quatre-vingt)

Contraintes monétaires et financières : contrainte des prix (relance budgétaire augmente l'inflation car la demande de produits augmente, l'offre de produits diminue et les producteurs peuvent augmenter leurs prix ; également car la demande de monnaie augmente et les autorités monétaires y répondent en créant de la monnaie => perte de compétitivité prix), contrainte des taux (taux d'intérêt et taux de change)

Contrainte européenne : CF fiche sur l'Europe.
RQ:

La LOLF( loi organique relative aux lois de finances) 2001

Avant cette ordonnance, le budget de l'etat été organisée par l'ordonnance du 2 janvier 1950 neuf, texte qui donnait au gouvernement un pouvoir très fort en matière budgétaire, ce qui était relativement contestable dans une démocratie parlementaire.

2001 : consensus entre la gauche et la droite pour réformer cette ordonnance.

Première objectif : renforcer le pouvoir du parlement en matière budgétaire. Article 40 et 47 de la LOLF permettent un rééquilibrage au profit du parlement qui dispose d'un réel pouvoir budgétaire (contrôle et amendements)

Deuxième objectif : culture de la performance en matière de politique budgétaire. Rationalisation de la dépense publique qui doit être moins quantitative que qualitatives. Chaque dépense budgétaire est soumise à des objectifs de performance. Contrepartie, chaque gestionnaire dispose d'une autonomie dans la gestion des crédits alloués. Évaluation de la performance administrative (indicateurs de résultats)

Nouvelle présentation du budget de l'etat (dépenses présentées sous forme de missions et de programmes).
Bibliographie:

MUSGRAVE « Théorie des finances publiques » 1959

KEYNES « Théorie gle » 1936

SMITH « Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations » 1776

FRIEDMAN ?

KYDLAND PRESCOTT Article paru dans « Journal of Political Economy » 1977

LAFFER « The economics of the tax revolt (1979) »

GILDER «  Richesse et pauvreté (1980) »

BARRO 1974 Article paru dans « Journal of Political Economy »

HICKS « Mr KEYNES and the classics » 1937

GENEREUX « Economie politique », « Les vraies lois de l 'économie

STIGLITZ « Principes d'économie moderne »

KALDOR?

MUET P.A « La gauche face à la crise » 1987

similaire:

Mots-cles: budget, solde budg conjoncturel, solde budg structurel, loi de finances, pol budg relance, rigueur / conjoncturelle, structurelle/ réglementaire iconRésumé du budget
Ce premier budget que je présente à titre de ministre des Finances est guidé par une volonté de rigueur et de transparence. IL répond...

Mots-cles: budget, solde budg conjoncturel, solde budg structurel, loi de finances, pol budg relance, rigueur / conjoncturelle, structurelle/ réglementaire iconTout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la metallo … en 1...

Mots-cles: budget, solde budg conjoncturel, solde budg structurel, loi de finances, pol budg relance, rigueur / conjoncturelle, structurelle/ réglementaire iconDemande de solde bancaire insaisissable

Mots-cles: budget, solde budg conjoncturel, solde budg structurel, loi de finances, pol budg relance, rigueur / conjoncturelle, structurelle/ réglementaire iconAttestation du solde d’heures de dif au 31/12/2014

Mots-cles: budget, solde budg conjoncturel, solde budg structurel, loi de finances, pol budg relance, rigueur / conjoncturelle, structurelle/ réglementaire icon1950 Majoration des échelles de solde 3 et 1954

Mots-cles: budget, solde budg conjoncturel, solde budg structurel, loi de finances, pol budg relance, rigueur / conjoncturelle, structurelle/ réglementaire iconGuide pour contacter la cellule solde assistance

Mots-cles: budget, solde budg conjoncturel, solde budg structurel, loi de finances, pol budg relance, rigueur / conjoncturelle, structurelle/ réglementaire iconLoi de finances loi de financement de la securite sociale loi de...

Mots-cles: budget, solde budg conjoncturel, solde budg structurel, loi de finances, pol budg relance, rigueur / conjoncturelle, structurelle/ réglementaire iconArticle 19 de la loi de finances rectificatives 2016
«auditionneur» de devenir aviseur fiscal contre rémunération !!!! et ce dans le cadre de la loi nouvelle de l’article 109 de la loi...

Mots-cles: budget, solde budg conjoncturel, solde budg structurel, loi de finances, pol budg relance, rigueur / conjoncturelle, structurelle/ réglementaire iconFinances – Amortissement 2012- budget Principal

Mots-cles: budget, solde budg conjoncturel, solde budg structurel, loi de finances, pol budg relance, rigueur / conjoncturelle, structurelle/ réglementaire iconRépertoire Général : 13/06401
«moquettez vous» qui a effectué une compensation de créance avec la S. A. R. L b et réglé à cette dernière un solde de 18. 331,62...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com