1. dect autisme dans la Seine et Marne 2ème phase : les groupes de travail








télécharger 187.15 Kb.
titre1. dect autisme dans la Seine et Marne 2ème phase : les groupes de travail
page1/6
date de publication09.10.2017
taille187.15 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4   5   6

logos_cedias-creahi_2011 logo-craif

1.DECT AUTISME dans la Seine et Marne

2.2ème phase : les groupes de travail


Thématique 1 : Le triptyque : détection, diagnostic et interventions précoces


Rappel des dates de réunion des groupes :

6 octobre 9h30


7 novembre 14h30

3 décembre 9h30

3.PRINCIPES D’ORGANISATION


  • Le groupe de travail bénéficie des résultats de la phase 1. Il ne démarre pas de rien.

  • C’est un lieu d’élaboration collective et de production de recommandations visant à être mises en œuvre ensuite par les acteurs. Ce n’est donc pas un lieu de formation ou d’information. Il ne vise pas non plus simplement à exposer et confronter des points de vue : il existe d’autres instances pour cela : CDCPH, conférence de territoire, colloque départementaux, séminaires de réflexion initiés par les uns ou les autres ;

  • Chaque groupe de travail se réunit trois fois sur ½ journée (3X3heures).

  • L’animateur est garant de l’expression de chaque groupe d’acteurs (personnes avec TSA, parents, professionnels de terrain) quel que soit son niveau de performance communicationnelle 

  • Chaque rapport de séance est envoyé aux participants avant la réunion suivante et suffisamment tôt pour que chacun puisse apporter les modifications qu’il jugera utile. Le rapport est validé à la réunion suivante.

  • Chaque groupe est composé d’une vingtaine de participants représentant les différents groupes d’acteurs repérés en phase 1

  • Chaque participant s’engage à participer aux 3 séances du groupe. Vu le nombre restreint de séances, est exclue la représentation à plusieurs personnes d’une même institution.

  • Chaque groupe fait l’objet d’une méthode proposée par le CEDIAS en regard de la phase 1 dont :

    • une problématique générale issue de la phase 1 censée synthétiser l’avis et les points de vue des différents acteurs ;

    • des objectifs à atteindre à la fin de la troisième séance ;

    • une problématique pour chacune des trois séances.


4.THEMATIQUE DE TRAVAIL : LE TRIPTYQUE : DETECTION, DIAGNOSTIC ET INTERVENTIONS PRECOCES

Objectif général :


Améliorer la détection, le diagnostic et les interventions précoces en repérant les points de blocage et les facilitateurs du triptyque dans la Seine et Marne et en faisant des propositions d’organisation, voire de création ou d’innovation.

Les objectifs du groupe de travail :


Ces objectifs découlent des problématiques repérés en phase 1 dans les deux premiers moments du parcours. Il s’agit de faire des propositions concernant :

  • le repérage des premiers signes que quelque chose ne va pas ;

  • l’entrée dans le processus de vérification de la présence des TSA et les premiers accompagnements ;

et dans certaines problématiques repérés dans le « temps de l’adolescence » et le « temps de l’âge adulte ».
Les problématiques à traiter dans le cadre des trois journées sont les suivantes :

  • la capacité des professionnels de la petite enfance à détecter les signes des TSA

  • L’accompagnement des enfants et des parents dans ce moment particulier et la reconnaissance par le dispositif du repérage par les parents des signes d’alerte chez leurs enfants ;

  • L’entrée dans la démarche diagnostique

  • La réalisation du diagnostic

  • La mise en œuvre des interventions précoces

  • La question des réponses du territoire dont la pertinence n’est pas évaluée

  • La réévaluation du diagnostic aux passages à l’adolescence, à l’âge adulte et en fonction du vieillissement des personnes


Si la conférence départementale retient ces différentes problématiques, cela suppose de traiter deux à trois thématiques par séance, en fonction de leur proximité d’action et d’acteurs.

  • La méthode consiste à

    • Identifier les avancées concrètes que chaque partenaire peut mettre en place ;

    • Identifier les enjeux de coopération et les projets partagés qui sont de nature à améliorer chaque élément du parcours

    • Analyser les obstacles éventuels et proposer des moyens de les dépasser et ou de las contourner

Les problématiques par séance :


  • L’animateur présente une synthèse des constats, avis et analyses collectés en phase 1 sur le thème du groupe de travail. Cette synthèse est envoyée à chaque participant en amont de la séance.

  • En tant que de besoin, le CEDIAS peut proposer des temps courts d’intervention (10 mn) pour présenter des pratiques innovantes, issues du 78 ou du 77 l’autre territoire en DECT simultanée. Les participants peuvent proposer des présentations courtes, en lien avec le thème traité.

  • L’ensemble de ces interventions (synthèse comprise) ne dépasse pas 1H 30 afin de laisser le temps à l’élaboration collective


Nous proposons l’organisation suivante de la réflexion par séance :
Séance 1 : le repérage précoce des signes de TSA

    • la capacité des professionnels de la petite enfance à détecter les signes des TSA

    • L’accompagnement des enfants et des parents dans ce moment particulier et la reconnaissance par le dispositif du repérage par les parents des signes d’alerte chez leurs enfants ;


Séance 2 : le diagnostic et la mise en œuvre des interventions

    • L’entrée dans la démarche diagnostique

    • La réalisation du diagnostic

    • La mise en œuvre des interventions précoces


Séance 3 : les ressources existantes non évaluées et la réévaluation diagnostique aux âges charnières

    • La question des réponses du territoire dont la pertinence n’est pas évaluée

    • La réévaluation du diagnostic aux passages à l’adolescence, à l’âge adulte et en fonction du vieillissement des personnes


Nous proposons qu’en séance 3, pour les deux groupes de travail, il n’y ait pas d’intervention autre que le rappel de la synthèse, afin de consacrer la dernière heure à une validation des propositions élaborées dans les 3 séances.

5.CONSTATS, AVIS  ET ANALYSES COLLECTES LORS DE LA PHASE 1 DE PRE-DIAGNOSTIC CONCERNANT LA THEMATIQUE ABORDEE

3.1 Caractéristiques du territoire et présentation de l’offre (source ARSIF)

La Seine-et-Marne est un territoire qui se distingue des autres départements de la région par sa géographie étendue (la moitié de la superficie francilienne), sa ruralité (75% des communes comptent moins de 2 000 habitants), ses perspectives de développement démographique importantes (et notamment à Marne-la-Vallée et autour de Sénart), une relative fragilité sociale et une situation sanitaire défavorable.

Au 1er janvier 2012, le département compte 1,3 millions d’habitants, dont 21% sont âgés de moins de 20 ans. Les plus de 75 ans pèsent 5% de la population seine-et- marnaise. Le revenu fiscal médian par unité de consommation est de 19 980 € (20 575 € en moyenne régionale), et l’Indice de développement humain (IDH) de 0,54 est inférieur à la moyenne régionale (0,57).

La Seine-et-Marne présente des indicateurs de santé défavorables : l’espérance de vie à la naissance comme à 60 ans est la plus faible de la région pour les hommes et les femmes. Les taux de mortalité par cancer du sein et par maladies cardiovasculaires sont les plus élevés de la région.

L’offre hospitalière du territoire est éclatée avec un nombre d’acteurs important : 8 centres hospitaliers et 11 établissements privés. Ce constat est particulièrement vrai dans la moitié sud du département, avec 5 centres hospitaliers et 6 établissements privés.

L’offre médico-sociale du département est développée sauf en ce qui concerne les personnes en difficultés spécifiques ; cela s’explique en partie par un effet " terre d’accueil " qui concerne plus particulièrement les adultes handicapés. Le territoire compte 134 structures pour personnes handicapées inégalement réparties selon le type de handicap et 118 établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), offre importante qui doit toutefois faire face à des enjeux de vétusté immobilière préoccupants.

L’offre ambulatoire rapportée à la population est peu dense, pour les omnipraticiens comme pour les spécialistes. Cette faible densité peut être un des facteurs expliquant le taux d’hospitalisation plus élevé en Seine-et Marne que dans les autres départements de la région. L’offre de psychiatrie est particulièrement sinistrée avec seulement 69 praticiens installés dans le département. L’ARS a identifié en Seine-et-Marne 8 zones déficitaires et 4 zones fragiles. Corollaire de ce constat, la permanence des soins en ambulatoire (PDSA) est très peu structurée et l’accessibilité, y compris financière, inégale.

3.2 Les acteurs de la démarche diagnostic graduée en 3 niveaux : repérage, diagnostic, interventions précoces

Les acteurs stratégiques


CG, DT-ARS, DSDEN

Les réponses tactiques


Les parents

Les professionnels de la petite enfance :

PMI : consultations et actions de prévention médico-sociale en faveur des femmes enceintes et des enfants de moins de 6 ans, agrément, formation, surveillance et contrôle des assistantes maternelles ainsi que des établissements et services d’accueil des enfants de moins de 6 ans.

Lieux d’accueil de la petite enfance et assistantes maternelles : accueil de l’enfant d’âge préscolaire, socialisation et développement de l’enfant
Les dispositifs de diagnostics et de soins:

Médecins de ville (généralistes, pédiatres) : soins et suivi de santé, repérage

Centres de diagnostic et d’évaluation de l’autisme : évaluation et diagnostic des situations complexes, élaboration du projet personnalisé d’accompagnement avec les parents, information et accompagnement des familles

CAMSP : dépistage des déficits ou handicaps, diagnostics simples, rééducation par cure ambulatoire, accompagnement des familles, lien avec les écoles, aide à l’intégration dans les structures d’accueil de la petite enfance (Crèche, Halte-Garderie, Ecole maternelle), lien avec les structures hospitalières et « de ville», pour des enfants de 0 à 6 ans.

Services de psychiatrie (sectorisés) : centre de guidance infantile ou CMP (actions de prévention, de diagnostic, de soins ambulatoires et d'intervention à domicile, d’accompagnement des familles, pour des enfants jusqu’à 16 ans environ présentant des difficultés affectives, psychologiques ou familiale), CATTP (centre d’accueil thérapeutique à temps partiel – lieu de soins qui renforce des soins existants, actions de soutien et de thérapeutique de groupe avec approche multidisciplinaire), HJ (soins polyvalents individualisés et intensifs prodigués dans la journée et le cas échéant à temps partiel, actions médicales, éducatives et pédagogiques.)

CMPP : diagnostics et soins ambulatoires, non sectorisés, accompagnant des enfants et adolescents de 0 à 20 ans et leur famille, lien avec les écoles et les structures d’accueil petite enfance.

Psychiatres en libéral : diagnostics et soins

Les professionnels proposant des accompagnements éducatifs, psychologiques et rééducatifs :

Associations de services  : accompagnements éducatifs et psycho-éducatifs à domicile, possibilités d’accompagnements en milieu scolaire (si agrément avec Education nationale)

Professionnels en libéral  : soins et accompagnements éducatifs, psychologiques, rééducatifs (psychomotricité, orthophonie, ergothérapie, etc.)
Pour la scolarisation : les professionnels de l’Education nationale (professeurs des écoles, médecins de l’Education nationale, psychologues scolaires, enseignants référents, Inspecteur de l’Education nationale, Conseiller pédagogique) , ainsi que les équipes éducatives (réunie par le directeur chaque fois que l'examen de la situation d'un élève l'exige, qu'il s'agisse de l'efficience scolaire, de l'assiduité ou du comportement, elle a pour mission de favoriser l’échange, le dialogue et la concertation entre les personnes responsables de l’éducation  de cet élève, en vue d’élaborer ou d’ajuster son projet individuel) et les équipes de suivi de la scolarisation (ESS) ( réunie par l’enseignant référent, elle coordonne la mise en œuvre et assure pour chaque élève handicapé le suivi et l’évaluation de son projet personnalisé de scolarisation)
La MDPH : accueil, information et accompagnement des personnes handicapées et de leurs proches, ouverture de droits administratifs, évaluation et élaboration des projets personnalisés de compensation, dont le Projet Personnalisé de Scolarisation, en vertu du projet de vie
Lieux ressources :

CRAIF : expertise, conseil technique, formation, informations à l’égard des familles et des professionnels

Associations de parents : accompagnement des familles, information, soutien

    1. L’équipement médico-social et sanitaire
  1   2   3   4   5   6

similaire:

1. dect autisme dans la Seine et Marne 2ème phase : les groupes de travail iconDect autisme dans la Seine et Marne 2ème phase : les groupes de travail

1. dect autisme dans la Seine et Marne 2ème phase : les groupes de travail iconDect autisme dans le Val de Marne 2ème phase : les groupes de travail

1. dect autisme dans la Seine et Marne 2ème phase : les groupes de travail icon1. dect autisme dans la Seine et Marne 2ème phase : les groupes de travail
...

1. dect autisme dans la Seine et Marne 2ème phase : les groupes de travail iconDect autisme dans les Hauts-de-Seine 2ème phase : les groupes de travail

1. dect autisme dans la Seine et Marne 2ème phase : les groupes de travail iconDect autisme dans les Yvelines 2ème phase : les groupes de travail

1. dect autisme dans la Seine et Marne 2ème phase : les groupes de travail iconDect autisme dans les Yvelines 2ème phase : les groupes de travail
«repérage, diagnostic et interventions précoces» extraits du pré-diagnostic départemental présenté lors de la conférence territoriale...

1. dect autisme dans la Seine et Marne 2ème phase : les groupes de travail iconDect autisme en Seine-et-Marne
«Zéro sans solution» va être présenté lors de la conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014. L’expérimentation de ses propositions...

1. dect autisme dans la Seine et Marne 2ème phase : les groupes de travail iconPréfecture de Seine-et-Marne – Raa n° 02 du 18 janvier 2005

1. dect autisme dans la Seine et Marne 2ème phase : les groupes de travail iconDialogue-autisme
«Promouvoir l’égalité des Droits pour les personnes avec autisme dans le domaine de l’éducation et de l’emploi»

1. dect autisme dans la Seine et Marne 2ème phase : les groupes de travail iconFédération de Seine et Marne pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique
«La désignation des lots où l'exercice de la pêche est jugé nécessaire à une gestion rationnelle des ressources piscicoles»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com