Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte








télécharger 0.58 Mb.
titreLe signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte
page3/24
date de publication07.02.2018
taille0.58 Mb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   24

3 mars 1941

Ma chère petite Odile,

J’ai bien reçu le colis Marchal et celui de Cécile, ainsi qu’un kg de confiture de Minou, c’est très gentil, veux-tu les remercier de ma part. Que devient Marchal, le vois-tu quelquefois, il a bien de la chance de ne pas être prisonnier. Je vais envoyer ma prochaine étiquette de colis à l’oncle André. Je vous fais adresser 50 marks sur ma solde d’ici, car je ne dépense pas tout. Je ne sais quand ils partiront, je vous ferai sans doute un autre envoi plus tard. Papa voit-il maître Servin ? Pas encore reçu cake de Mme B. ni encore vos lettres no réglementaires, mais je pense qu’elles vont arriver. J’ai sacrifié ma moustache, elle n’était pas mal du tout. Peux-tu m’envoyer des caoutchoucs (jarretières) pour tenir mes bas, je dois en avoir des noires dans mon armoire. J’aurais besoin aussi d’1 culotte de sport assez large, toile bleue marine de préférence, assez grande taille (82 cm de taille) pour l’été afin de ménager mon pantalon (il me faudrait 1 culotte genre culotte de football). La farine que vous m’avez envoyée m’es très utile, car je me fais des soupes en remplacement de celles de l’ordinaire, pouvez-vous m’en renvoyer. Nous recevons maintenant de la Croix Rouge du corn-beaf, des biscuits, des dattes, quelques sardines, vous pouvez donc ralentir un peu les biscuits, car je crains que vous n’ayez encore bien du mal à vous ravitailler, j’ai vu que vous êtes encore plus rationnés pour le pain ! Nous ne pouvons imaginer d’ici, la vie que vous menez en France. Ici rien de nouveau, je vais bien, mais nous en avons tous assez de cette d’oisiveté, car on a tous bien peu la tête à travailler, par manque de tranquillité, et 2h de travail fatiguent intellectuellement, en raison peut-être de la composition de nos aliments. Il paraît qu’il vous faut justifier à la mairie de la demande d’effets dont nous avons besoin afin de pouvoir y satisfaire, est-ce exact ? La méthode allemande professée ici est le « Logophon » et non l’Assimil, ce n’est pas merveilleux pour le débutant, il faudrait savoir des rudiments d’allemand. C’est le doctorat d’économie politique que je prépare mais Maman ne trouvera certainement pas d’édition récente depuis les événements en cette matière. J’ai d’ailleurs demandé 1 livre de procédure par l’intermédiaire de la Croix-Rouge. Je serai très content de recevoir journaux de Senlis, car tout ce qui me rappelle la campagne, la forêt, les arbres me fait plaisir, car ici le paysage est désolé, nu, c’est 1 immense plaine à perte de vue, battue par le vent, sans arbres. Soest n’est pas loin, on voit les églises du camp et des maisons. Je pense souvent à des montagnes, à des voyages à pied dans de beaux sites. Comme nous en sommes sevrés ici ! Je vais à des réunions du Club alpin, ai des conférenciers exposant des voyages qu’ils ont faits : cela nous change. Bien reçu lettre de Maman du 20 février arrivée le 27. Quelles sont vos difficultés, comment allez-vous ? Comment s’est passé votre séjour à Senlis ? Nous avons quelquefois des Illustration qui nous parviennent. Je t’embrasse de tout cœur, en pensant bien à toi, ainsi que toute la famille et les petits.
13 mars 1941

Mon cher Papa,

Bien reçu ta lettre normale du 14 de Senlis, arrivée ici le 4. Pas encore reçu celles de Maman et d’Odile. J’ai l’impression que les lettres normales postées à Senlis arrivent et non celles de Paris. Je vais toujours bien mais le temps est long et quelquefois le cafard vous assaille, mais on se retape en commun. Nous avons des exercices de Carême dirigée par le RP Bonduelle, sous prieur des Dominicains de Paris. C’est un homme qui a la Foi. Bine reçu les 5kg de Maman. Ovomaltine très bonne idée ; chaussettes, cravate, musette = parfaites. La Croix-Rouge française fait 1 très gros effort pour nous ; jusqu’à fin avril, nous recevons régulièrement du tabac, des biscuits, et nourriture en général. Nous avons touché, chacun 19 paquets de cigarettes par exemple ! Pour la culotte de sport, le kaki serait peut-être préférable au bleu marine. Reçu aussi 1 beau colis de 5kg de Servin, veux-tu le remercier en m’excusant de ne pouvoir lui écrire comme je le désirerais pour l’instant. Je fais pas mal de couture et le retournage des cols, le ravaudage des chaussettes n’ont plus de secret pour moi. Nous avons maintenant 3 appels par jour, 8h1/2, 4h1/2 et 9h. S’il faut justifier à la mairie d’1 demande ‘1 prisonnier pour obtenir 1 bon d’achat de vêtements ou divers objets, dîtes-moi ce qui vous manque, je vous le demanderai dans 1 lettre afin que vous puissiez l’obtenir en justifiant de ma demande. Ne s’est-il rien passé à Senlis ? Qu’as-tu fait pour remplacer le mur effondré dans le tennis ? Y irez-vous à Pâques ? J’avais déjà lu les 2 livres que Maman m’avait envoyés. Cela m’a permis d’entrer dans 1 bibliothèque tournante en abandonnant ces 2 livres. J’ai relu avec plaisir En route de Huysmans. Les locataires de la maison sont-ils rentrés ? Comment est votre ravitaillement ? Nous suivons les événements de l’Europe centrale. Ici, il fait toujours très frais, le beau temps alternant avec la pluie. Une chose, entre d’autres, pénible, c’est de porter toujours les mêmes habits, on en est dégoûté. Comment vont les douleurs de Maman ? N’oubliez pas de mettre le n° du bloc sur vos enveloppes normales. Pas reçu de colis de Mme Baudot (*). On croit ici que Jacques Chapelier a été rappelé à cause de Michelin, c’est fort possible. Comment vont les petits ? Où Odile travaille-t-elle et les cousines que font-elles ? C’est un gros coup pour elles que l’effondrement de la maison de commerce. Toutes mes félicitations pour les pommes excellentes, comment as-tu pu les conserver aussi fraîches ? Avez-vous de bonnes nouvelles de Jean ? Quel moral a-t-il ? Je vous ai envoyé plusieurs étiquettes de colis ; ne m’envoyez que ce que vous pouvez. Ici, nous rêvons d’espace, de liberté, quand cela nous sera-t-il rendu. Reçu une très gentille carte de Minou. Nos paillasses sont très dures, la paille n’a pas été changée depuis notre arrivée. Je t’embrasse de tout cœur ainsi que toute la famille.
18 mars 1941

Ma chère Maman,

Bien reçu ta carte réponse du 1er mars, écrite avant de partir à la campagne. Combien de temps y restez-vous ? Je ne vois pas la ferme dont tu me parles, peux-tu préciser ? Je crains que ce ne soient des travaux pour des oiseaux, ce qui peut être d’1 voisinage ennuyeux. Le chef de musique s’appelle Chauderlot, il habite place La Varende et est passé chez Raguis, 18, rue Albert 1er, je ne sais d’ailleurs ce qu’il vous dira d’intéressant. Je vais toujours bien mais le moral du camp est en baisse sensible pour tous, le temps semble si long, et rien ne se dessine. Mon trousseau comprend 3 chemises, 3 caleçons, 2 paires de bas, 3 paires de chaussettes, 4 mouchoirs, 3 rasurel, 2 serviettes, 3 chandails, mais, comme je vous l’ai dit, cantine, sac, sacoche, musette, ont été perdus au moment où j’ai été fait prisonnier. Nous avons 1 ordonnance pour 3 chambres qui balaye et fait la vaisselle, je crois que je vais lui confier de temps à autre mon linge à laver, car c’était fastidieux, mais cela ménageait le linge. Veux-tu m’acheter : 1 chemise kaki solide (39) ainsi qu’1 caleçon kaki de préférence (85) que vous conserverez jusqu’à ce que je vous les demande ? As-tu de bonnes nouvelles de Jean ? J’aurais bien aimé être avec lui, nous aurions été ensemble à partager les misères et les tristesses de la vie d’ici. A-t-il bon moral ? Et Cécile, son hôpital ? Parlez-moi de vos santés à tous et de votre moral. Votre vie est-elle pénible ? À l’occasion du Carême, j’ai fait 1 confession générale, et je communie souvent, c’est le seul secours ici. Samedi et dimanche derniers, il a fait un temps magnifique, chaud même, c’est navrant de sentir enfermé par 1 si beau temps ! On rêve de forêts, de beaux sites, de tranquillité, à force de voir ce terrain nu et les 2 500 occupants. Combien sont-ils dans le camp de Jean ? Le capitaine Lux est toujours à l’hôpital de Soest, qui est très bien, où l’on est paraît-il très bien soigné. Il est inscrit pour le prochain départ de blessés et malades. Pour la nourriture, nous ne manquons de rien grâce aux colis Pétain et à vos envois. Je sais que j’ai un colis qui est arrivé, j’irai sans doute le percevoir demain. Je me lève à 8h, vais à l’appel 8h30, me lave, déjeune à 9h30, puis promenade à la cantine, à la bibliothèque, rentré vers 11h, travaille, lis, déjeuner à 12h30, travaille, lis, à 2h30 promenade, passe à la chapelle à 3h, rentre prendre le rhé où l’ovomaltine à 4h, appel à 4h30, promenade, lis dîner à 5h30, me promène ou vais à 1 conférence, joue au bridge, appel à 9h, couché à 10h. Telle est en gros ma vie. Le vendredi, nous avons Chemin de Croix. Les jours les plus longs à tirer sont les dimanches. Que faîtes-vous le dimanche, quelles sont vos distractions ? Qu’est devenu Jean Breuillaud (*), Chardon (*) ? Je tiens 1 journal chaque jour où je note les bobards si abondants dans le camp que l’on en est blasé, et que l‘on ne croit plus à rien. Je t’embrasse de tout cœur, ma chère Maman, en te disant combien de fois je pense à toi et à vous tous, dis aux petits que je pense aussi bien à eux.
7 avril 1941

Ma chère Geneviève,

Bien reçu le colis de Maman (livre de messe- tb…) et le tien (œufs durs…), ils sont toujours très bien composés et vous en suis très reconnaissant. Les journaux m’intéressent beaucoup je les prête à des camarades. Le lapin était excellent, d’où venait-il ? Ne vous croyez pas obligés de me faire toujours parvenir des colis de 5kg. Les œufs sont arrivés cassés et pourris. La censure ne m’a pas laissé le livre de Manfreid : quel titre avait-il ? Talamon a été rapatrié, je lui ai remis 1 brochure sur Soest et des dessins à vous remettre. Avez-vous reçu les cartes postales du camp que j’avais remis à Edon ? Brassillach, directeur de Je suis partout, qui était ici, a été libéré, il a dû écrire quelques articles sur le camp. Ai écrit carte à Servin. Les travaux dont vous me parliez devaient être l’autostrade à 40 kms autour de Paris. Désormais, seules les lettres-réponses sont admises ainsi que les colis étiquettes. Avez-vous des nouvelles de Corbie, Guy Crémery (*), mari d’Y. Fleury ? Getti (*) a dû rentrer ? Les 50 marks que je vous ai envoyés sont partis du camp. Vous sont-ils arrivés ? Veux-tu donner en mon nom des œufs de Pâques aux neveux, tu en prélèveras le prix sur mon compte. J’ai été très touché de leurs sacrifices en chocolat, cela représente beaucoup pour eux. Bien reçu la lettre de Gilles, très bien écrite, je lui répondrai par ma prochaine carte ; reçu carte de Bernard et lettre de Papa du 10, arrivées le 27. Voici la fête de Pâques qui arrive, irez-vous à Senlis ? Nous aurons les Offices de la Semaine sainte. Parlez-moi en toute franchises de votre ravitaillement ? En souffrez-vous, on dit ici que c’est très dur. Y a-t-il des réunions de jeunesse, des bridges, Odile sort-elle un peu ? Danse-t-on encore ? Y a-t-il parmi les connaissances des mariages ? Tout ceci m’intéresserait. Je trouve que le conseil municipal de Senlis est bien composé. Je vais sans doute vous envoyer 1 colis de livres dont je n’ai plus usage ici. J’ai vu dans les journaux que le franc remontait bien. Avez-vous des nouvelles de Jean ? J’ai pu me procurer 1 paire de chaussures, car les miennes étaient bien fatiguées. Il fait encore froid tous ces jours-ci. Je suis les événements de Yougoslavie, de Grèce et des USA. Rentrerons-nous en France cet hiver ? Ma santé est excellente, et les vôtres, celle de Maman et de Papa ? La farine Nestlé est excellente, je m’en fais une soupe quand il y a du rutabagas, car ce n’est pas fameux. Voulez-vous m’envoyer 1 paire de chaussettes de laine comme la dernière qui était parfaite. J’en ai 2 paires actuellement très fatiguées qui craquent à côté de mes réparations. J’en suis arrivé maintenant à ne plus compter les jours, ce qui vaut bien mieux, car le temps semble passer plus vite. Marcel (*) travaille-t-il toujours dans la maison de commerce ou est-elle fermée ? Le courrier arrive à 2h et à 8h, on l’attend avec impatience, et depuis me 24, je n’ai reçu de vous. Cécile est-elle toujours à son hôpital ? Nous avons eu des conférences sur la chasse au marais, très intéressantes, cela change d’ici. Amitiés à Bernard, je t’embrasse ainsi que toute la famille en vous souhaitant un bon jour de Pâques. Les petits chercheront-ils des œufs ?
28 avril 1941

Ma chère Cécile,

Merci des livres et cigarettes que tu as joints au colis de Maman. Reçu lettre de Maman du 9 le 21. Après avoir eu une semaine de beau temps, il fait très froid, ce n’est pas 1 pays agréable surtout avec toujours du grand vent. Je vous fais parvenir à nouveau 50 marks. Dites-moi quand vous aurez reçu le 1er envoi ? Maman me dit avoir beaucoup maigrie ainsi que Papa, ils doivent avoir bien des difficultés et se fatiguer dans ces queues éreintantes. Ils devraient prendre 1 femme de chambre, et je pourrais y participer financièrement, la santé est si précieuse. Pour la chemise kaki, Maman n’a qu’à acheter ce qu’elle trouve, soit en toile solide, soit en flanelle, cela m’indiffère. Pour les colis, vous pouvez les envoyer moins copieux, je sais que le ravitaillement à Paris est de plus en plus compliqué. Ici, amélioration du fait qu’il n’y a plus de rutabagas dans les caves ; nous avons des soupes au soja, pommes de terre, carottes julienne et surtout nous avons les distributions de biscuits et de singe du Maréchal Pétain. J’ai reçu 1 lettres de la petite Vaughn, elle ne me dit rien de sensationnel. Les parents ont-ils eu 1 bon séjour à Senlis ? Y as-tu été ? Je les envie bien d’avoir été à la campagne. Je prends de temps en temps des pastilles de Nutri-Vita (?), en consommez-vous aussi ? Je vous envoie des cartes colis, mais ne vous croyez pas obligés de me les retourner toutes, je sais que la vie est dure là-bas. As-tu des nouvelles de Jean ? Nous suivons les événements de Grèce et d’Afrique avec intérêt, ainsi que le convoyage des bateaux de commerce par des navires de guerre. Je reçois de temps en temps des colis de ma dactylo de chez Servin, qui d’ailleurs n’y est plus. C’est gentil de sa part, surtout dans les conditions actuelles. Je voudrais que vous m’achetiez 1 phonographe portatif, marque « La voix de son maître » coûtant, je crois, avant-guerre, environ 1 200 francs ; il y a 2 modèles, 1 petit et 1 plus grand, c’est ce plus grand que je désire : il fait 1 tout petit peu plus grand que mon ancien qui a disparu. Si vous êtes embarrassés, envoyez-moi 1 prospectus de la maison (bd Haussmann - Dronot) dans 1 colis. Seule ma marque « Voix de son maître » m’intéresse. Morel-Fatio a fait une conférence très bien sur les avocats. Le groupe des Sciences politiques dont je fais partie donne dimanche 1 déjeuner, chacun apporte quelque chose, nous y serons 35. Je vais très bien, lis beaucoup, vais aux conférences qui sont moins intéressantes. Pour le phono, Odile doit savoir ce que je veux, c’est le modèle moderne du vieux de Bernard. La 1ère hirondelle nous est arrivée le 19. Merci à l’annonce des 2 colis de Maman de Senlis. Je pense que tu dois être très prise par ton hôpital, est-ce intéressant ? J’ai vu des photos du  « Dunkerque » dans L’Illustration, le rôle des Anglais n’est pas très propre dans tout cela. Je commence à être très fort en ravaudage, car l’usure se fait sentir et il faut réparer. Mais tout ceci est bien long et on ne voit rien se dessiner. J’ai vu un modèle de cartes inter-zones, c’est assez expéditif comme correspondance. Je n’avais pas pensé que la nourriture de Kid soulevait 1 problème. Je t’embrasse ainsi que toute la famille. Sais-tu ce qu’est devenu Duquesne, l’ami de Jean ?

5 mai 1941

Ma chère Maman,

Voici le début du mois de mai, va-t-il nous apporter quelque chose de nouveau ? En tout cas, ici, il fait très froid, il a même neigé le 3 ! Quel pays ! Surtout que nous ne sommes plus chauffés. Cela va quand même et la santé est bonne. Hier, déjeuner des Sciences politiques, nous étions 30, menu copieux pour nos estomacs non entraînés, mais cérémonie longue de 11h à 3h avec quelques orateurs. Tous les dimanches, je vais à la réunion du Club alpin ; hier causerie sur les Alpes : cela fait plaisir de parler de ces régions, et je promets bien, si je le peux, de faire 1 autre ballade semblable à celle de 39. Demain au théâtre du camp, les Fourberies de Scapin. Un de nos voisins de chambre, le commandant Hervé, maire de Châteaurenard (I et L), directeur de Tannerie, a été libéré le 2. Il en pleurait de joie, et on l’envie bien. Bien reçu colis de Geneviève (sucres enveloppés dans 1 mouchoir que j’ai récupéré), veux-tu la remercier. Combien payez-vous vos boîtes de conserve de viande ? Le 1er mai, fête du Maréchal, grand messe avec allocution. J’ai réussi mes 9 premiers vendredis du mois. Vu le capitaine Lux, retour de l’hôpital, qui compte partir bientôt comme malade. Qu’est devenu Le Marois ? Quel journal lisez-vous ? La compagnie s’est abonnée au Matin, le dernier reçu est celui du 27, cela va assez vite. Voici la campagne de Grèce terminée. La pauvre Yougoslavie a été envoyée au suicide par l’Angleterre qui n’a pas encore eu le beau rôle. Ici, on s’impatiente, et on perd son temps pendant que les autres vous prennent les places. Le piston n’a pas l’air d’être mort, et facilite les départs d’ici. Y a-t-il quelque chose de changer en France ? J’ai appris à jouer aux échecs et y joue avec Basselier. Schleiter a des difficultés avec ses dents. Je crains que nous n’en ayons tous, en sortant d’ici, en raison des privations des premiers mois. Que faîtes-vous le dimanche ? C’est ici la journée la plus dure et pénible à passer. On parle beaucoup de Laval en ce moment, qui serait en conférence avec Darlan ? Que va-t-il en sortir ? Je m’arrange pour faire chaque jour environ 4km et quand il fera plus chaud, je ferai peut-être de la gymnastique car on est très rouillé. J’ai remarqué qu’il y a beaucoup de ventes à l’hôtel des ventes : Papa y va-t-il quelquefois ? Les camarades libérés qui écrivent au camp, disent tous combien la vie est difficile en France. Avez-vous eu la visite de Talamon, et avez-vous vu le capitaine Raguis à Senlis ? Ce matin, départ de 2 officiers, l’1 d’active, réformé, l’autre avocat à Paris, c’est bien ce que je disais plus haut. J’avais attendu le courrier pour acheter ma lettre mais en vain. Ce sera peut-être pour ce soir, car la dernière lettre reçue est la tienne du 9. Je pense bien souvent à vous tous et me demande quand nous nous reverrons. Quelle dure épreuve ! Avez-vous des nouvelles de Jean ? Quel dommage que nous ne soyons pas réunis, cela nous aurait aidé à supporter nos misères. Je te quitte, ma chère Maman, en t’embrassant de tout cœur ainsi que la famille. Avez-vous des nouvelles de Nounou ?
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   24

similaire:

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconAdresse au «Legislateur français»
...

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconIndex du journal documentaire de Philippe Billé

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconLes documents Justice Papa Index des mots clefs

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconSystème de règle de conflit de loi
«or» est interdite (index de variation en fonction de l’or) en droit du ci on admet la validité de la clause «or» pourtant prohibée...

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconAvant toute chose, nous voudrions rappeler que le tout premier index...

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconSommaire
«maltraitance» est apparu, pour la première fois, dans le texte de la loi du 9 juillet 1989, relative à la prévention des mauvais...

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconTexte 49-3, évolution par rapport au texte de la commission et au code du travail actuel
«raisonnable» pour le salarié et de sa répartition., IL ne pouvait être reproché à l’employeur le fait que le salarié ne respecte...

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconAdresse : Lot V a 35 Ambohitantely-Andohalo Antananarivo 101
«Scribd» renvoie aux mêmes textes sur le site de ce nom. Les différents titres sont aussi disponibles sur le site de la Bibliothèque...

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconLa difficulté principale de ce texte est que l’un des ses principaux...
«para-doxale», c'est-à-dire qu’elle s’oppose à la «doxa», terme qui en grec signifie l’opinion commune

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconLa bible fantôme et l'hexaple d'origèNE
On appelle Septante la version grecque ancienne de la totalité des Écritures bibliques (l'Ancien Testament ). Le judaïsme n'a pas...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com