Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte








télécharger 0.58 Mb.
titreLe signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte
page24/24
date de publication07.02.2018
taille0.58 Mb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > documents > Documentos
1   ...   16   17   18   19   20   21   22   23   24

14 mai 1945

Ma chère Patsy,

Savez-vous que vous m’avez sauvé la vie, par vos colis et surtout dans les 6 derniers mois par les cigarettes que, si gentiment, vous m’avez envoyées. J’échangeais une boîte de Pall Mall contre 1kg ½ de pain allemand. J’ai acheté aussi du sucre, des biscuits. C’est ce qui m’a permis de tenir le coup à la fin.(…). Mes parents m’ont dit combien vous aviez été gentille pour eux. Que de démarches n’avez-vous pas faîtes pour moi, pour m’envoyer des colis ! Hélas, pas un seul ne m’est parvenu dans les derniers mois. Les Allemands, stockant tous ces colis dans des magasins et ne nous les distribuant pas, voulant par là nous affamer et nous affaiblir afin d’être tranquilles avec nous en nous affaiblissant, évitant ainsi toute révolte de notre part. Nous avons vu ces monceaux de colis de toute provenance, Croix-Rouge, anglais française, américaine, turque, colis de nos familles, entassés à côté de nos camps et nous vivant à côté, affaiblis par la faim.

Nous avons quitté Hoyerswerda le 18 février, à pied devant l’avance russe, avons franchi l’Elbe à Meissen, et sommes arrivés à un petite pays près de Penig à Lützenau, environ à 20 kms de Chemnitz (NO). Environ 160 kms à pied (18 à 20 par jour, parfois plus), nourris seulement de 400gr de pain, un peu de saucisson avarié et un petit cube de margarine. Beaucoup atteints de dysenterie. Nos gardiens étaient des SS hongrois, de sinistres brutes. 5 de mes camarades sont morts d’épuisement. Nous avons rencontré des prisonniers anglais qui se repliaient comme nous. L’un deux avait été dans « training camp » près de Barnstaple.

À Lützenau, nous étions sur la paille, très serrés, très mal installés. C’est là que la faim s’est fait le plus sentir ; c’est là surtout que les Américain nous ont délivrés le 15 avril à 3 h (armée Patton). Journée formidable !

Emmenés en camion le 20, nous sommes allés à Gera, puis Erfurt. L’Allemagne détruite, des villes complètement détruites (un régal de voir cela !!). Le 2 mai départ d’Erfurt, en train de marchandises pas très confortables, mais qu’importe. Marche très lente. 5 jours et 5 nuits. Francfort-sur-Main rasé, Saarbrucken dévasté, un plaisir à regarder ! Du beau travail. Accueil à Longuyon, arrivée à Paris le 7 mai à 5h du matin.

(…). Je ne suis pas gras. J’ai perdu un peu mes cheveux, mais je suis rentré !

(…) Mon beau-frère est rentré aussi le 12. Toute la famille se retrouve au complet après 5 ans !

(…) Je ne vous ai jamais raconté comment j’avais été fait prisonnier, souvenir bien triste que je n’aime pas raconter (…). Nous avons quitté la ligne Maginot le 13 juin 40. Les Allemands menaçant de nous encercler par la gauche, nous avons vu à ce moment que la situation était très grave. Seule la garnisons des ouvrages restait. Nous avons donc pris la route à pied, par Metz et Nancy. Accrochés un moment par des chars allemands ayant déjà crevés le flanc gauche. Mais arrivés à Nancy, les Allemands nous rejoignirent et le combat s’engagea à Laneuveville, au sud de Nancy. Je vis d’abord arrivé une ambulance allemande, à croix rouges qui ,faisant un brusque crochet, dévoila une colonne de blindés allemands. Je fis aussitôt ouvrir le feu avec mes 3 canons anti-chars de 25. Les 3 obus atteignirent le 1er char. Les Allemands sortirent de leur tank et furent abattus par mes mitrailleuses ; il y en avait environ 10. Ce sont les seuls Boches que ma section ai tué. Les autre chars disparurent. C’était le 18 juin. Quelques Stukas, avions de bombardement en piqué, lancèrent leurs bombes sifflantes sur nous, sans dommage. Nous ne voyons aucun avion français. L’artillerie allemande commence alors à tirer jusqu’à la nuit et le lendemain à midi, nous reçûmes l’ordre de nous replier, car, paraît-il, nous étions déjà encerclés.

En fait, à 12 km de là, à Flavigny (Meurthe-et-Moselle), poursuivis par les avions allemands, qui nous bombardaient, nous avons rencontré une colonne de chars allemands. Que pouvions-nous faire contre des tanks et des avions, nous qui n’avions que des mitrailleuses et des cheveux ? C’est alors qu’il fallut se rendre, moment que je n’oublierai jamais comme humiliation. Nous en pleurions tous. Mais quelle revanche maintenant ! C’était le 19 juin à 17h. Beaucoup de tués dans ma compagnie. Les pauvres qui n’ont pas vue la victoire.

-----------

I N D E X

- Alain : Ravier, mari d’Odile Desaubliaux.

- André : Crémery, frère de Madeleine Desaubliaux.

- Anne-Catherine : Crémery, femme de Raymond.

- Antoinette : Desaubliaux, cousine issue de germaine de Maurice.

- Auguste-Dormeuil : cousins germains de Maurice par les Crémery.

- Barberon : cousin des Desaubliaux par les Crémery-Debrotonne.

- Bernard : Bernard Baudot, beau-frère de Maurice.

- Bernard Desaubliaux : cousin germain de Maurice.

- Baudot : parents de Bernard. Habitent Tours et Boissanté.

- Boissanté : propriété de la famille Baudot près de Tour et St

Aignan.

- Bonne-maman : grand-mère Crémery de Maurice, née Debrotonne.

- Breuillaud : cousins éloignés de Maurice.

- Cécile : Cécile Desaubliaux, sœur de Maurice, mariée à Jean

Duchesne.

- Chabert : voisins des Desaubliaux à Paris. Cousins des Lejeune.

- Chaisemartin (de) : famille amie ou cousinage très éloigné par les Crémery-Debrotonne

- Chapelier : Jacques, Jean, René, oncle : cousins éloignés de Maurice par les Crémery-Debrotonne

- Chardon : cousin éloigné de Maurice.

- Chastaing : ancien maire de Senlis.

- Chastel : médecin de Senlis.

- Châtillon-sur-Seine : propriété de la famille Duchesne.

- Chauchat : famille alliée aux Lejeune.

- Chevreux : Robert, ami d’enfance de Maurice. Cousin des Lejeune par les Panhard.

- Corbie : voisins de Senlis.

- Coudert : cousins germains de Maurice par les Jacques Desaubliaux.

- Cour Maillol : adresse de la maison Duchesne à Châtillon-sur-Seine.

- Delaporte : famille amie de Senlis.

- Dognin : cousins germains de Maurice par les Crémery- Auguste-Dormeuil.

- Dominique : Baudot, 3ème fils de Bernard et Geneviève Desaubliaux.

- Ducastel : cousins de Maurice par les Desaubliaux-Prestat.

- Dupuis : prêtre de Senlis.

- Dupuy (Pierre) : cousin éloigné de Maurice par les Crémery-Debrotonne. Tué en 1940.

- Du Temps : colonel, cousin des Lejeune par les Panhard.

- François Desaubliaux : cousin issu de germain de Maurice.

- Friedman : prêtre prisonnier avec Maurice. Auteur de livres sur l’histoire religieuse de Paris.

- Geneviève : Geneviève Desaubliaux, sœur de Maurice, mariée à Bernard Baudot.

- Georges (oncle) : Georges Desaubliaux, grand-oncle de Maurice.

- Gérard : Desaubliaux, cousin germain de Maurice.

- Getti : beau-frère de Jean Duchesne, époux de Cécile Dx.

- Gilles : fils de Bernard et Geneviève Baudot.

- Gillet : prisonnier au camp de Maurice. Artiste de renom, décorateur notamment de la chapelle du camp de Soest.

- Guite : tante Marguerite Auguste-Dormeuil, sœur de Madeleine Desaubliaux.

- Guillemot : famille apparentée aux Auguste-Dormeuil.

- Guy : Crémery, cousin germain de Maurice, officier de marine, fils de Pierre.

- Guy : Desaubliaux, cousin issu de germain de Maurice, fils de Robert Dx. Mort accidentellement pendant l’occupation.

- Hallo : ami de Jean Desaubliaux. Peintre célèbre à Senlis.

- Henry Desaubliaux : cousin germain de Maurice, fils de Jacques Dx.

- Herbet : amis de Senlis.

- Hussenot-Desenonges : sans doute Etienne, cousin éloigné par les Lucy-Sédillot- Desaubliaux.

- Jacques Desaubliaux : frère de Jean Desaubliaux, parrain de Maurice.

- Jean : Auguste-Dormeuil, cousin germain de Maurice.

- Jean : Duchesne, beau-frère de Maurice.

- Jean-Michel : Baudot, fils de Bernard et Geneviève Baudot. Filleul de Maurice.

- Jo : Joseph Dognin, cousin germain de Maurice par les Crémery- Auguste-Dormeuil. De nationalité américaine.

- Kid : chien de la famille Desaubliaux.

- Lagneaux : prêtre de Noyon, ami des Crémery.

- Le Chatelier : ami des Desaubliaux de Senlis.

- Lefèvre : mari de Germaine Dx, cousind de Maurice par les Georges Desaubliaux.

- Le Sourd : époux de Marie-Louise Crémery, cousine germaine de Maurice.

- Louat : maire de Senlis.

- Maman : Madeleine Desaubliaux, née Crémery.

- Manon : Auguste-Dormeuil, cousine germaine de Maurice. Future madame Bouclier.

- Marchal : amis de Senlis.

- Marcel : Auguste-Dormeuil, cousin germain de Maurice.

- Marcel : Desaubliaux, oncle de Maurice, fils de Georges Dx..

- Margueritte (Pierre) : oncle de Maurice par sa grand-mère paternelle.

- Marie Desaubliaux : épouse de Jacques, frère de Jean Desaubliaux. Elle meurt pendant l’Occupation.

- Marie-Louise : Crémery, épouse Le Sourd, cousine germaine de Maurice.

- Minou : René-Machard, amie de la famille.

- Moquet : ami de la famille.

- Noël : Desaubliaux, cousin issu de germain de Maurice, fils de Robert Dx.

- Noyon : la famille Crémery était originaire de cette ville. Elle y a possédé une maison jusqu’en 1920, et des terres agricoles.

- Oberthür : nom de jeune fille de la femme de Robert Desaubliaux. Son père était dessinateur animalier.

- Odile : Odile Desaubliaux, sœur de Maurice. Elle se marie en 1943 avec Alain Ravier.

- Panhard : famille amie des Desaubliaux, habitait rue Bayard. Cousins des Lejeune.

- Papa : Jean Desaubliaux.

- Patsy : Patricia May, amie anglaise d’Odile Desaubliaux.

- Paul-Dauphin : cousin éloigné de Maurice. A servi avec lui sur la ligne Maginot.

- Pestel : cousins de Maurice par les Crémery- Debrotonne.

- Les Petits : les fils de Bernard et Geneviève Baudot.

- Pierre : Crémery, frère de Madeleine Desaubliaux. Ancien officier, père de Guy.

- Potel : cousins éloignés des Desaubliaux par les Crémery-Debrotonne..

- Raymond (Crémery) : cousin germain de Maurice. Tué en 1940.

- René (Desaubliaux) : cousin germain de Maurice, prêtre, fils de Jacques Dx.

- Richou : Jacques Desaubliaux, frère de Jean, a épousé une Richou.

- Rivière (Mgr) : ami de la famille.

- Robert Desaubliaux : cousin germain de Jean Desaubliaux, oncle de Maurice.

- Roger : Auguste-Dormeuil, cousin germain de Maurice.

- Saint-Germain : Saint-Jean-Saint-Germain, propriété des Georges Desaubliaux près de Loches.

- Schleiter (François) : camarade de captivité de Maurice. Il sera sénateur et vie-président du Sénat.

- Servin : avoué de Paris chez qui Maurice était principal avant la guerre.

- Simone : Lescophy, cousine germaine de Maurice, fille de Jacques Dx..

- Tony : Antoine Potel, cousin des Crémery-Debrotonne.

- Valadon : cousins de Maurice ? Ou amis de la famille ?

- Viard : famille cousine des Desaubliaux par les Crémery.

- Zitt (oncle) : surnom donné par les enfants Baudot à Maurice.
1   ...   16   17   18   19   20   21   22   23   24

similaire:

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconAdresse au «Legislateur français»
...

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconIndex du journal documentaire de Philippe Billé

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconLes documents Justice Papa Index des mots clefs

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconSystème de règle de conflit de loi
«or» est interdite (index de variation en fonction de l’or) en droit du ci on admet la validité de la clause «or» pourtant prohibée...

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconAvant toute chose, nous voudrions rappeler que le tout premier index...

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconSommaire
«maltraitance» est apparu, pour la première fois, dans le texte de la loi du 9 juillet 1989, relative à la prévention des mauvais...

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconTexte 49-3, évolution par rapport au texte de la commission et au code du travail actuel
«raisonnable» pour le salarié et de sa répartition., IL ne pouvait être reproché à l’employeur le fait que le salarié ne respecte...

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconAdresse : Lot V a 35 Ambohitantely-Andohalo Antananarivo 101
«Scribd» renvoie aux mêmes textes sur le site de ce nom. Les différents titres sont aussi disponibles sur le site de la Bibliothèque...

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconLa difficulté principale de ce texte est que l’un des ses principaux...
«para-doxale», c'est-à-dire qu’elle s’oppose à la «doxa», terme qui en grec signifie l’opinion commune

Le signe (*) renvoie à l’index, en fin de texte iconLa bible fantôme et l'hexaple d'origèNE
On appelle Septante la version grecque ancienne de la totalité des Écritures bibliques (l'Ancien Testament ). Le judaïsme n'a pas...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com