Exemple d’évaluation au travers de la formation menant au Bac Pro Page 39 / 48








titreExemple d’évaluation au travers de la formation menant au Bac Pro Page 39 / 48
page1/8
date de publication07.02.2018
taille0.8 Mb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8



LE BEP

PRODUCTION MECANIQUE

Diplôme (Certification) intermédiaire

Pour le cursus

Baccalauréat Professionnel

Technicien d’usinage

(BAC PRO TU)

Recommandations pédagogiques

Gérard RENNUIT, IEN-ET/STI

et la collaboration de

Christophe VARASSE PLP Génie Mécanique Productique

Eric LORTHIOIR PLP Génie Mécanique Productique

Mai 2010

SOMMAIRE




1 : Préambule :


  • Introduction. Page 3 / 48




  • Rappel des principes pédagogiques devant permettre la construction du parcours de formation. Page 3 / 48




  • Organisation de la formation BAC PRO TECHNICIEN D’USINAGE. Page 4 / 48



  • Synoptique du cursus de formation BAC PRO 3 ans. Page 5 / 48



  • L’espace de formation. Page 6 / 48



2 : Schématisation de la certification intermédiaire (de niveau V) dans le cursus BPR3 « TU » . Page 7 / 48

3 : Remarques sur le contenu du référentiel de certification du BEP Production Mécanique. Page 8 / 48

4 : Recommandations portant sur la mise en oeuvre de la certification du BEP Production Mécanique. Page 9 / 48

  • Epreuve EP1 (Unité U1) Page 9 / 48



  • Epreuve EP2 – Première situation Page 10 / 48



  • Epreuve EP2 – Deuxième situation Page 11 / 48



5 : Le contexte de la période de formation en milieu professionnel. Page 12 / 48

Annexes :



  1. Une fiche d’évaluation de l’épreuve EP1. Page 14 / 48

  2. Un exemple d’évaluation d’épreuve EP1 Page 16 / 48

  3. Grille de positionnement de l’épreuve EP2-1 Page 17 / 48

  4. Une fiche « Evaluation de l’attitude de l’élève en PFMP (EP2-1) » Page 19 / 48

  5. Une fiche d’évaluation de l’épreuve EP2-1 Page 20 / 48

  6. Exemple de livret d’accompagnement (livret du stagiaire) pour une période Page 23 / 48

  7. Une fiche d’évaluation de l’épreuve EP2-2 Page 37 / 48
  8. Exemple d’évaluation au travers de la formation menant au Bac Pro Page 39 / 48


1-Préambule :

Introduction :

Les élèves entrant en seconde professionnelle, première année d’un parcours en trois ans, visent l’obtention du baccalauréat professionnel. La formation dispensée permet l’acquisition progressive des compétences et connaissances définies dans le référentiel du baccalauréat professionnel avec les niveaux d’exigence associés. La professionnalisation des élèves doit débuter dès la classe de seconde. Le référentiel du BAC PRO « TU » n’est pas modifié au niveau des enseignements professionnels.

Tous les élèves sous statut scolaire se présentent à une certification intermédiaire afin d’obtenir un diplôme de niveau V : le BEP Production Mécanique. Les élèves sont inscrits à cette certification par l’établissement lors de la classe de Première BPR31. L’obtention de ce diplôme de niveau V ne conditionne ni le passage en classe supérieure, ni l’inscription au baccalauréat professionnel.

L’objectif de la certification intermédiaire est de valider un niveau de compétences reconnu par les professionnels et d’éviter ainsi une éventuelle sortie sans qualification. Cette certification s’appuie sur la formation BPR3 et notamment celle dispensée en classes de seconde et de première sans pour autant remettre en cause l’objectif visé qui est bien la préparation du baccalauréat professionnel.

L’écriture des certifications intermédiaires dans le champ « Production et conception mécaniques » a conduit à la rédaction de deux diplômes distincts : le BEP Production Mécanique et le BEP Représentation Informatisée de Produits Industriels (RIPI). Le référentiel du BEP Production Mécanique est commun, comme certification intermédiaire, aux Baccalauréats Professionnels Technicien d’Usinage, Technicien Outilleur et Productique Mécanique option Décolletage. Les équipements pour la formation restent identifiés aux diplômes préparés (Baccalauréats Professionnels Technicien d’Usinage, Technicien Outilleur, et Productique Mécanique option Décolletage) et spécifiques aux métiers.

La certification intermédiaire BEP Production Mécanique compte cinq unités dont deux pour le domaine professionnel U1 et U2 (EP1 et EP2) et trois pour le domaine général UG1 et UG2 (EG1 et EG2) dont une pour l’EPS : UG3 (EG3 : Eduction Physique et Sportive).

Le référentiel BEP Production Mécanique propose un contenu et une certification qui s’intègre complètement dans les référentiels des Baccalauréats Professionnels Technicien d’Usinage, Technicien Outilleur et Productique Mécanique option Décolletage.

Un changement de baccalauréat professionnel en fin de première année est possible, la fin de seconde professionnelle n’étant pas pour autant un palier d’orientation. Il se fera dans le cadre d’un « échange » établissement – famille, de préférence dans le champ professionnel Production et conception Mécaniques. Pour suivre l’élève dans cette évolution voulue, l’équipe pédagogique et en particulier les enseignants du domaine professionnel de la classe de seconde, l’accompagneront en lui proposant autant que possible des activités individualisées en lien avec le nouveau diplôme visé.
Rappel des principes pédagogiques devant permettre la construction du parcours de formation :
L’enseignement professionnel basé sur la pédagogie du détour conserve sa spécificité. Construit à partir d’activités pratiques pour transmettre les compétences (savoir-faire et savoirs associés) ; il permet, notamment en début de cursus, à chaque jeune de retrouver confiance et goût d’apprendre par la pratique (je fais, je réussis, je comprends), par une relation « physique » avec la discipline (touché des matières et matériaux caractéristiques) et par l’authenticité des exercices proposés. Ces derniers s’appuient sur des contextes caractéristiques d’activités métier et de problématiques réelles. Cette mise en situation des activités pédagogiques (pratiques et théoriques) donne du sens aux enseignements. Cette approche inductive de transmissions des savoirs plus proche des mécanismes mentaux d’apprentissage des élèves de lycée professionnel que la pédagogie déductive est à conserver en BAC PRO 3 ans.

1 BPR3 = Baccalauréat professionnel en 3 ans.

La formation dispensée s’appuie sur une progression pédagogique permettant de transmettre l’ensemble des notions théoriques et pratiques définies dans le référentiel du BAC PRO. Rédigée pour les trois années, cette progression propose des activités pédagogiques caractéristiques du métier. Les séquences pédagogiques (cours, TD, TP, remédiation, synthèse, évaluation) sont organisées par centre d’intérêt. Elles permettent de mettre en place aisément les situations CCF tant de BAC PRO que de BEP. L’organisation de la certification est à programmer en début de formation lors de l’écriture de la progression pédagogique.

Dans le cadre d’expérimentations (article 34 de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école (article L. 401-1 du code de l'éducation)), la modularisation du parcours peut être envisagée, cette dernière peut notamment faciliter la mise en œuvre des dispositifs de remédiations.

Le BAC PRO retient, depuis sa création, le principe de l’alternance des lieux de formations (le centre de formation et l’entreprise). La période en entreprise, d’une durée totale de 22 semaines, est un espace d’apprentissage et de certification à part entière. L’acquisition des compétences professionnelles et des savoirs associés est à répartir entre ces deux lieux de formation, l’organisation de cette alternance est de la responsabilité des enseignants tout comme l’accompagnement des tuteurs dans leur rôle formateur.

De même, les projets (techniques, PPCP, …), supports possibles de remédiation, sont également porteurs d’apprentissage. Leur mise en œuvre est importante tant elle modifie la relation aux savoirs et la posture de l’enseignant dans sa relation avec l’élève ; c’est un espace pour apprendre autrement que chaque équipe ne doit pas négliger. La progression pédagogique doit tenir compte de ces espaces de formation en identifiant les notions qui peuvent y être acquises.

L’individualisation des parcours de formation, inscrite dans le concept du lycée des métiers et accentuée par la rénovation de la voie professionnelle devient essentielle pour accompagner chaque jeune dans la réalisation de son projet professionnel que ce soient les élèves en difficultés, ceux se réorientant et ceux se préparant à poursuivre en BTS. Sa mise en œuvre relève d’une action d’équipe et est essentiellement pluridisciplinaire.

Organisation de la formation BAC PRO TECHNICIEN D’USINAGE :

Pour le BAC PRO TECHNICIEN D’USINAGE, la répartition des activités sur les trois années de formation peut retenir le principe ci-après décrit, afin de faciliter la mise en œuvre de la certification intermédiaire tout en laissant une large autonomie aux équipes disciplinaires, qui par ailleurs sont encouragées à conduire une vraie réflexion pédagogique et didactique pour l’écriture de ce nouveau cursus de formation d’une durée de trois ans et conduisant chaque jeune au BAC PRO. La notion de projet, l’utilisation des TIC comme outil pédagogique, l’individualisation des parcours élèves et le développement d’un accompagnement personnalisé doivent prendre toute leur place dans les nouvelles organisations définies par les équipes.

La formation dispensée en Bac Pro Technicien d’Usinage propose des activités permettant d’appréhender les différentes situations de travail en entreprise, à savoir :

  • La préparation de fabrications

  • Le lancement et le suivi de production

  • La réalisation en autonomie de tout ou partie d’une production

  • Le redémarrage d’un moyen de production 

  • Le maintien en état des moyens de production

En seconde professionnelle, les activités proposées aux élèves doivent leur permettre d’appréhender progressivement trois types de tâches :

  • Préparation de postes de travail à partir des moyens et des ressources techniques relatives à la réalisation et à l’assemblage d’éléments constitutifs de tout ou partie d’un mécanisme.

  • Réalisation des opérations d’usinage et d’autocontrôle pour la production de pièces mécaniques.

  • Réalisation d’opérations de maintenance des moyens de production 

En première, les élèves confirment les savoirs et savoir faire acquis lors des activités menées précédemment développant ainsi une certaine autonomie leur permettant d’être évalués pour la certification intermédiaire (qui doit être terminée pour fin janvier).

L’année de terminale s’attarde sur les fonctions :

  • Lancement et le suivi de production

  • Réalisation en autonomie de fabrication

  • Elaboration de processus d’usinage

tout en amenant les élèves à maîtriser la chaîne numérique au niveau taxonomique attendu.

Les thèmes abordés particulièrement en terminale sont issus de situations industrielles

Il n’existe pas dans la progression pédagogique d’activités de BEP et d’autres de niveau BAC PRO .Les activités développées conduisent à la maîtrise de l’ensemble des compétences et savoirs nécessaires aux métiers de Technicien d’Usinage.

Rappelons que le jeune titulaire d’un BAC PRO TECHNICIEN D’USINAGE est un technicien capable de :

  • Mettre en œuvre un système de production

  • Conduire un système de production

  • Contrôler une production en assurant le suivi

  • Maintenir la disponibilité du système de production

Lorsqu’il aura acquis de l’expérience, il pourra également prétendre encadrer une équipe d’exécutants (jeunes titulaires d’un diplôme de niveau V).

Synoptique du cursus de formation du Baccalauréat Professionnel « en 3 ans » :


SECONDE

PREMIEREECONDE

TERMINALE





4s

4s

4s

6s

4s

PFMP 

3s

3s

4s

4s

4s

4s

PFMP 

Ci- dessus, deux exemples de répartitions des périodes de formation en milieu professionnel donnés à titre indicatif.



La « progression pédagogique » et « l’apprentissage » des fonctions prennent appui sur les supports du plateau technique.

Définition et mise en œuvre de Centres d’Intérêt sur le cycle de formation du Baccalauréat Professionnel « en 3 ans » :

Tableau présentant une formation s’appuyant sur la notion de Centres d’intérêt et donné à titre d’exemple



L’espace de formation :

L’espace de formation du BAC PRO Technicien d’usinage reste organisé dans le respect du repère pour la formation de mai 2004.

L’ensemble des espaces définis est maintenu.

L’ensemble des machines outils (commandes numériques, commandes assistées, …) et équipements jusque là dédiés à la formation BEP sont bien évidemment conservés pour développer les apprentissages des notions de bases fondamentales à la formation BAC PRO Technicien d’Usinage.

2 : Schématisation de la certification intermédiaire (de niveau V) dans le cursus BPR3 TU :

Le diplôme de BEP Production Mécanique ne demande pas de complément de formation spécifique. Il est certifié au cours du parcours pédagogique du BAC PRO TU. Le titulaire du Brevet d'Etudes Professionnelles Production Mécanique est capable de :


  • Préparer un poste de travail à partir des moyens et des ressources techniques relatives à la réalisation d'éléments constitutifs de tout ou partie d'un mécanisme.

  • Réaliser des opérations d'usinage et d'autocontrôle pour la production de pièces mécaniques.

  • Réaliser les opérations de maintenance des moyens de production.

  • Il communique et travaille en équipe.


FORMATION SUR 3 ANS : Le BAC PRO Technicien d’Usinage (TU) et sa certification

Incluant la certification intermédiaire « prise au passage au fil de l’eau » du BEP « Production Mécanique



SECONDE


PREMIEREECONDE

TERMINALE

E31

E32

E33

Evaluation de la formation en milieu professionnel

Lancement et suivi d’une production qualifiée

E2

Elaboration d’un processus d’usinage




EP2-1 s’effectue à l’issue de 6 semaines mini en entreprise. Son positionnement dépend de la politique adoptée dans l’établissement de formation.





La certification intermédiaire : Le BEP Production Mécanique prise au passage « au fil de l’eau »





EP1 Analyse et exploitation de données et préparation d’une production

EP2-1 Evaluation d’une situation professionnelle en entreprise

EP2-2 Conduite d’un système de production mécanique

(4h maxi)

EP2-1

Réalisation en autonomie de tout ou partie d’une fabrication


La certification intermédiaire de niveau V et celle du BAC PRO s’inscrivent dans une continuité sans remettre en cause la définition et les modalités de certification des unités du BAC PRO « TU ».

Eventuellement, les situations proposées pour l’évaluation de l’unité E32 «Lancement et suivi d’une production qualifiée » du BAC PRO TU peuvent être partiellement exploitées pour évaluer la seconde situation de l’épreuve EP2 : EP2-2 conduite d’un système de production mécanique.

3 : Remarques sur le contenu du référentiel de certification du BEP Production mécanique :

Le référentiel du BEP Productique mécanique a été écrit à partir du référentiel du BEP MPMI (Métiers de la Production Mécanique Informatisée)

Pour autant il apparaît que :

  • Le BEP Production mécanique n’est pas considéré comme une orientation vers un BAC PRO mais comme une évaluation intermédiaire en cours de formation au travers du cursus de formation du baccalauréat. L’obtention du BEP n’est pas une contrainte pour la poursuite du cursus.



  • Tâche 1 : Préparation du poste de travail à partir des moyens et des ressources techniques relatives à la réalisation d'éléments constitutifs d'un mécanisme

    • dans les moyens : disparaissent les machines conventionnelles



  • Les opérations élémentaires d’assemblage et de contrôle de tout ou partie d’un mécanisme n’apparaissent plus « en clair » comme tâches, (telles que définies dans le référentiel de l’ex BEP « MPMI » : Tâche 3 = Réalisation des opérations élémentaires d’assemblage et de contrôle de tout ou partie d’un mécanisme).

Cependant la tâche 1 du BEP « Production Mécanique » inclue la notion d’assemblage et l’épreuve EP2-1 (évaluation d’une situation de travail en entreprise) met bien en évidence, la possibilité de mettre en place une évaluation sur un poste de travail stabilisé (usinage, assemblage, parachèvement, mise au point, ….).

On notera également que les opérations d’assemblage ont également à être développées dans le cadre de la formation au Bac. Pro.

  • Pour la Compétence C21 – « Prévenir les risques professionnels et assurer la sécurité dans la situation de travail », apparaît l’application des procédures de mise en œuvre du poste :

    • en termes de sécurité,

    • en termes de production.



  • Pour la Compétence C2.2 : Organiser et équiper le poste de travail, apparaît « La mise en œuvre des procédures permettant d’assurer le bon fonctionnement des équipements » :

    • état de propreté,

    • approvisionnement de matière,

    • niveaux de lubrifiant…



  • Compétence C2.3 : Si la notion de mise en œuvre de machines dites « conventionnelles » apparaît toujours au niveau de la capacité « Réaliser, Contrôler » (Page 10 du référentiel du BEP « Production Mécanique »), les compétences en relation avec cette capacité ne sont pas évaluées dans le cadre des certifications (BEP, Bac. Pro.).



4 : Recommandations portant sur la mise en œuvre de la certification du BEP Production

Mécanique

La certification BAC PRO TU reste définie par le référentiel (arrêté du 16 février 2004):


  • L’unité E2 – «  Elaboration d’un processus d’usinage » est certifiée dans le courant de la dernière année de formation.

  • L’unité E31 – « Evaluation de la période de formation en entreprise » est certifiée dans le dernier semestre de l’année de terminale en prenant appui sur un dossier complet.

  • L’unité E32 – « Lancement et suivi d’une production qualifiée » est certifiée dans le courant de la dernière année de formation

  • L’unité E33 – « Réalisation en autonomie de tout ou partie d’une fabrication » est certifiée dans le courant de la dernière année de formation


Le domaine professionnel du BEP Production mécanique est certifié grâce à deux unités : EP1 et EP2.

  • EP1 est une vérification théorique des « connaissances».

  • EP2 vérifie des savoir-faire.

La certification par CCF s’appuie sur trois situations d’évaluation (1 pour EP1 et 2 pour EP2).

Remarque : la validation par épreuves ponctuelles (deux : 1 pour UP1 et 1 pour UP2) conserve pour leur élaboration un caractère académique. Il est d’ailleurs conseillé aux inspecteurs de l’éducation nationale en charge dans les académies de cette filière, de s’appuyer sur des situations de CCF pour faire élaborer les épreuves terminales ponctuelles. Il convient donc de noter que le caractère national d’élaboration de l’épreuve EP1 du BEP « des Métiers de la Production Mécanique Informatisée » est également abrogé. Le nombre très réduit de candidats relevant de la forme ponctuelle ne justifiant pas le maintien du dispositif national.

Épreuve EP1 (Unité U1) : Analyse et exploitation de données et préparation d’une production.

Coefficient : 4



Cette unité vise à évaluer les compétences C1.1, C1.2, C1.3 qui sont tout ou partie traitées sachant que cela permet de certifier principalement la Tâche 1 : « Préparation du poste de travail à partir des moyens et des ressources techniques relatives à la réalisation d'éléments constitutifs d'un mécanisme ».

En CCF ou épreuve ponctuelle, il s’agit d’une épreuve théorique.

Le support est un ensemble mécanique constitué d’un nombre de pièces limité.

L’ensemble proposé, support de l’évaluation, est numérisé.

Le candidat :

  • ANALYSE les caractéristiques fonctionnelles et structurelles de l’ensemble (liaisons, pièces en mouvement, solutions constructives…).

  • EXPLOITE les différents éléments de la chaîne numérique d’une pièce de cet ensemble afin d’éditer les documents de définition et de fabrication nécessaires pour conduire les opérations d’usinage.

  • IDENTIFIE les spécifications (dimensionnelles, géométriques, d’états de surface) et données de production permettant d’assurer la mise en œuvre et la qualité de la fabrication d’une pièce.

  • DECODE les documents du dossier de fabrication : analyser les données techniques et les contraintes de production en vue de la mise en œuvre des équipements pour réaliser et/ou contrôler une des pièces constitutives de l’ensemble.

  • IDENTIFIE au moins une relation entre outil/forme usinée/dimension.

  • JUSTIFIE le choix d’un appareil de mesure


Certification par Contrôle en Cours de Formation :

Les apprenants sont évalués « lorsqu’ils sont prêts » durant la période définie par le référentiel (premier semestre de la classe de première BPR3). Tous les apprenants ne sont obligatoirement pas évalués en même temps.

Les situations d’évaluations retenues (voir annexe B) et les fiches de notations correspondantes sont construites (identifiées) et mises en œuvre conjointement « enseignant Construction Mécanique/enseignant ou équipe de Productique Mécanique » en collaboration avec un professionnel au moins. Cette démarche permet de pallier l’absence du professionnel au moment de l’évaluation (du temps de correction) CCF.

La fiche de notation (exemple donné en annexe A) est établie par les enseignants en fonction de l’épreuve, elle détaille l’ensemble des points évalués et les critères. Elle est à disposition du jury de délibération ainsi qu’un exemplaire des supports des évaluations.

Certification par épreuve ponctuelle :

Chaque académie développe une organisation propre et les sujets nécessaires. (à moins que des informations nouvelles ne soient données officiellement).

Épreuve EP2 (Unité U2) : Prise en charge d’un poste de production de produits mécaniques.

Coefficient : 8 +1 pour PSE (Prévention – Santé – Environnement)

La certification se déroule sous forme de deux situations d’évaluation d’égale pondération (Coefficient 4 et Coefficient 4)

1ére situation : Evaluation d’une situation professionnelle en entreprise (Coefficient 4)

Cette première partie d’épreuve permet de juger si le candidat est apte à prendre en charge un poste de travail stabilisé, en production (usinage, assemblage, parachèvement, mise au point).

On vérifie :

- qu’il suit les consignes relatives à la production,

- que les procédures de sécurité sont appliquées,

- que les contrôles demandés sont réalisés

- que le règlement intérieur est respecté

- que le candidat appréhende l’environnement dans lequel s’insère son poste de travail.

Certification par CCF :

.

Cette situation (EP2-1) est évaluée en entreprise par le tuteur et l’enseignant du domaine professionnel en utilisant une grille de certification établie à partir du référentiel (un exemple est donné en annexe : annexe D et E) à l’issue d’une rencontre entre ces deux personnes en entreprise et en fin de période en entreprise retenue pour la certification BEP (6 semaines minimum, mais avant EP2-2, voir référentiel page 32. Suivant l’organisation retenue pour les PFMP par l’établissement de formation, cette évaluation pourra se faire soit en fin de seconde professionnelle, soit en début de première professionnelle). La grille sera à la disposition du jury.

Afin de répartir au mieux « la charge d’apprentissage » entre l’établissement de formation et l’entreprise, l’enseignant contractualisera avec le tuteur des situations professionnelles support de la formation en entreprise et de la certification en utilisant une fiche de positionnement (annexe C). Cet échange va être l’occasion d’expliciter au tuteur la certification qui sera à conduire conjointement en fin de PFMP. L’évaluation des compétences s’appuie sur des situations professionnelles clairement identifiées ; celles-ci seront reportées dans le livret d’évaluation de EP2 (voir exemple donné en annexe : annexes D et E).

Chaque candidat remplira établira un carnet de bord (voir exemple donné en annexe, annexe F) dans lequel il rassemblera les activités réalisées durant la période en entreprise ; ce carnet de bord est remis aux évaluateurs avant la rencontre. Cette évaluation ne met pas en place d’entretien oral avec le candidat ; le carnet de bord n’est pas évalué et la forme proposée est donnée en exemple.

Certification par épreuve ponctuelle :

Il s’agit dans ce cas d’une épreuve orale s’appuyant sur un dossier établi par le candidat (dossier technique et compléments apportés par le candidat), qui décrit les opérations d’usinage, de contrôle, de parachèvement ou de mise au point menées en entreprise de productions mécaniques qu’il a menées dans le cadre d’une activité salariée ou d’une PFMP »

La durée de l’épreuve est de 20 minutes et comme pour l’évaluation en CCF, on évaluera les compétences acquises (tout ou partie de C1.3, C1.4, C2.1, C2.2, C2.3, C2.4, C3.1, C3.2) et l’aptitude du candidat à :

  • positionner ses activités dans le contexte général de production,

  • et à mettre en relation les activités exercées avec les procédures et consignes relatives à la maintenance de 1° niveau, au contrôle et à la sécurité, en place dans l’entreprise.

2éme situation : Conduite d’un systéme de production numérique (Coefficient 4)

Cette unité vise à évaluer tout ou partie des compétences C1.4, C2.1, C2.2, C2.3, C2.4, C3.1, C3.2.
En CCF ou épreuve ponctuelle, il s’agit d’une épreuve pratique.
Le poste de travail mis en œuvre est une machine outil à commande numérique travaillant par enlèvement de métal.
On vérifie que la candidat est capable de :

  • Analyser les données opératoires de la phase d’usinage,

  • Préparer les éléments nécessaires à la mise en œuvre du système d’usinage,

  • Mettre en œuvre la machine outil à commande numérique,

  • Contrôler la production,

  • D’assurer la disponibilité du poste de travail.


Les compétences mobilisées pour mettre en œuvre la machine à commande numérique sont :

  • Identifier, préparer et assurer la disponibilité des équipements associés au poste de travail

  • Mettre en oeuvre un système d'usinage numérique par outil coupant,

  • Mettre en marche la machine

  • Prises d'origines machine si nécessaire

  • Installer la pièce (ou la barre)

  • Installer un outil (mini) et rentrer sa jauge

  • Régler la lubrification (si nécessaire)

  • Conduire l'usinage conformément au contrat de phase et aux exigences de qualité

  • Contrôler la production et proposer des corrections face aux dérives constatées

  • Remettre en ordre le poste de travail

  • Prévenir les risques professionnels dans la situation de travail


Certification par CCF :

.

Cette situation (EP2-2) est évaluée en établissement scolaire, dans le premier semestre de la deuxième année de formation donc après l’évaluation EP2-1 Cette certification prend appui sur un exercice de la progression pédagogique BAC PRO. Les situations d’évaluations sont construites (identifiées) en collaboration avec un professionnel au moins. Cette démarche peut pallier leur absence au moment de l’évaluation CCF.

Les apprenants sont évalués « lorsqu’ils sont prêts ». Tous les apprenants ne sont obligatoirement pas évalués en même temps.

Une grille d’évaluation est proposée en annexe (annexe G).
Cette grille d’évaluation est à disposition du jury de délibération ainsi qu’un exemplaire de la situation support des évaluations et la grille d’évaluation de chaque candidat.

Certification par épreuve ponctuelle :

L’épreuve est d’une durée de 4 heures.

Les exigences de cette épreuve ponctuelle sont identiques à celles définies pour la seconde situation d’évaluation en CCF.

5 : le Contexte de la période de formation en milieu professionnel

La durée réglementaire de la période de formation en milieu professionnel (P.F.M.P.) est prévue à 6 semaines (p4/286 du BP spécial N°9 du 15/11/2009), incluse dans les 22 semaines de P.F.M.P. prévues pour le Baccalauréat Professionnel Technicien d’Usinage. A noter que le référentiel du diplôme (BEP « Production Mécanique) indique, page 32, que l’évaluation par CCF s’effectue à l’issue d’une période de formation en entreprise, d’une durée minimum de 6 semaines.

La répartition de ce temps dans le cursus de formation de l’élève est laissée à l’appréciation de l’équipe pédagogique et de l’établissement scolaire. L’organisation prendra en compte :

  • les contraintes matérielles des entreprises et des établissements scolaires ;

  • les objectifs pédagogiques spécifiques à ces périodes ;

  • les cursus d’apprentissage.

Les périodes de formation en milieu professionnel sont des phases déterminantes de la formation menant au diplôme et, à ce titre, doivent être en interaction avec la formation donnée en centre de formation.

Elles concourent à l’acquisition des compétences requises pour l’obtention du diplôme et visent à développer les capacités d’autonomie et de responsabilité du candidat à l’issue de sa formation. A cet effet, elles doivent permettre au futur diplômé :

  • de participer à des activités afin de conforter et d’acquérir des savoirs et savoir-faire ;

  • d’utiliser les matériels ou les outillages spécifiques ;

  • d’appréhender par le concret les contraintes économiques, humaines, techniques de l’entreprise;

  • d’appréhender les contraintes de sécurité et les méthodes de travail ;

  • d’observer et d’analyser au travers de situations réelles les différents éléments d’une stratégie de qualité et de percevoir concrètement les coûts induits de la non qualité ;

  • de prendre conscience de l’importance de la compétence de tous les acteurs et services dans une entreprise.

L’équipe pédagogique accompagne le tuteur dans son choix d’activités proposées à l’apprenant. Celles-ci sont notées dans l’annexe pédagogique jointe à la convention réglementaire.

Objectifs

La formation en milieu professionnel vise à développer les compétences et les savoirs associés définis par le référentiel de certification et en particulier ceux visés pour l’épreuve EP2.

Rôle du tuteur

La formation du futur professionnel s’appuie sur toute personne de l’entreprise, mais particulièrement sur le tuteur désigné par l’entreprise ou la collectivité d’accueil.

Ce tuteur a pour rôle d’accueillir le candidat au baccalauréat professionnel et de suivre sa progression en l’aidant à évoluer dans le contexte professionnel.

Il transmet ou fait transmettre au candidat les connaissances spécifiques, pratiques et techniques indispensables au futur professionnel.

Il lui facilite l’accès aux différents secteurs présentant un intérêt professionnel, économique et social pour sa formation. Tout en lui apportant les informations de base indispensables, il doit favoriser sa capacité d’autonomie et encourager sa curiosité dans le cadre d’une situation de travail et d’un environnement nouveau.

Il est, enfin, l’interlocuteur privilégié de l’équipe pédagogique et le coresponsable de la notation de la période de formation en milieu professionnel.

Un suivi (préparation, organisation, encadrement, évaluation) de la formation en milieu professionnel s’effectue lors de rencontres entre le tuteur et les membres de l’équipe pédagogique.

Modalités

La recherche des entreprises d’accueil est assurée conjointement par l’élève en lien avec l’équipe pédagogique, sous la responsabilité de l’établissement de formation.

L’organisation des périodes de formation en entreprise fait l’objet d’une convention entre le chef d’entreprise accueillant les élèves et le chef d’établissement scolaire où ces derniers sont scolarisés.

Cette convention est établie conformément à la convention type définie par note de service n° 2008-176 du 24-12-2008

- BO n°2 du 8 janvier 2009.


  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Exemple d’évaluation au travers de la formation menant au Bac Pro Page 39 / 48 iconNotes de cours, de sites internet Conventions adoptées
«//») et les changements de page par «/p. Xx/», où XX est le numéro de la nouvelle page (par exemple : «/p. 25/»)

Exemple d’évaluation au travers de la formation menant au Bac Pro Page 39 / 48 iconInstitut de formation en soins infirmiers et de formation aide soignante
«citations» préalablement nommées dans la page de texte ou explicitent un sigle et sont identifiées par un numéro indicé

Exemple d’évaluation au travers de la formation menant au Bac Pro Page 39 / 48 iconAtelier de Formation sur l’Evaluation Environnementale et l’Intégration

Exemple d’évaluation au travers de la formation menant au Bac Pro Page 39 / 48 iconDe ‘’À la recherche du temps perdu’’
«jeunes filles en fleurs» (page 17), Albertine (page 18) – dans ‘’La prisonnière’’ (page 21) – dans ‘’Albertine disparue’’ (page...

Exemple d’évaluation au travers de la formation menant au Bac Pro Page 39 / 48 iconCentre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale
«Par curiosité, je ne connaissais pas l'entreprise, ni à travers mes études, ni à travers la profession de mes parents»

Exemple d’évaluation au travers de la formation menant au Bac Pro Page 39 / 48 iconEducation / formation le projet des Socialistes
«formation initiale» et «formation tout au long de la vie». IL doit y avoir totale complémentarité

Exemple d’évaluation au travers de la formation menant au Bac Pro Page 39 / 48 iconCe document présente un exemple de mise en forme pour la réalisation...

Exemple d’évaluation au travers de la formation menant au Bac Pro Page 39 / 48 iconBibliographie Page 8 Annexes Page 9 Code de la route, Article L235-1,...
«Mildt: l'obsession anticannabique, Manœuvres à la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie»

Exemple d’évaluation au travers de la formation menant au Bac Pro Page 39 / 48 icon2 Les caractéristiques du projet Le calendrier du projet Les emplois...

Exemple d’évaluation au travers de la formation menant au Bac Pro Page 39 / 48 iconDir/pro/DP/ 00 /01 1








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com