Rapport final








télécharger 1.61 Mb.
titreRapport final
page1/27
date de publication06.02.2018
taille1.61 Mb.
typeRapport
l.21-bal.com > documents > Rapport
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   27
²


Action de recherche n° A.8

GESTION ET VALORISATION DES EAUX USEES DANS LES ZONES D’HABITAT PLANIFIEE ET LEURS PERIPHERIES (GÈVEU)
RAPPORT FINAL

Présenté par
Le Laboratoire Environnement et Sciences de l’Eau

Ecole Nationale Supérieure Polytechnique

Université de Yaoundé I

Tél. (+237) 998 49 60 Fax (+237) 222 45 47

E-mail : emile_tanawa@yahoo.fr ou etanawa@polytech.uninet.cm

BP 8390 Yaoundé – Cameroun


L’Equipe Développement Urbain

INSA de Lyon, Bâtiment 307

Tél : (+33) (0)4 72 43 60 45 Fax : (+33) 04 72 43 84 71


E-mail : gcudu@insa-lyon.fr

20 avenue Albert Einstein

69621 Villeurbanne cedex – France



et


La Faculté des Sciences Exactes et Appliquées de N’djaména au Tchad

Tél : (+235) 52 97 40 Fax : (+235) 52 40 33

BP 1027 N’djaména, Tchad

E-mail : facs@intnet.td

Janvier 2003

Organisme coordinateur  : Ecole Nationale Supérieure Polytechnique Laboratoire Environnement et Sciences de l’Eau BP 8390 Yaoundé. Tél. : (237) 998 49 60 Fax : (237) 222 45 47 E-mail : emile_tanawa@yahoo.fr ou etanawa@polytech.uninet.cm

Organismes constituant l'équipe de recherche :


  • Laboratoire Environnement et Sciences de l’Eau / Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé - Cameroun

  • Equipe Développement Urbain / INSA de Lyon

  • Communauté Urbaine de Yaoundé / Commune Urbaine d’Arrondissement de Yaoundé IV / Société Immobilière du Cameroun

  • Faculté des Sciences Exactes / Université de N’djaména Tchad


Membres de l'équipe de recherche

Emile TANAWA ;

Henri Bosko DJEUDA TCHAPNGA et Emmanuel NGNIKAM ;

Henri TCHAKOUNTIO et Georges WOUATSA ;

Henri BOTTA ;

Jean-Michel DELEUIL et Chantal BERDIER ;

ABDERAMAN BINTOU SOUHAM.
A ces chercheurs dont les noms figuraient déjà dans la proposition initiale, se sont ajoutés :

  • Argyro TRACAS et Aurélie BARBIER, étudiantes de 5ème année aménagement urbain de l’Insa de Lyon ;

  • Jean-Philippe TAGUTCHOU, doctorant au Leseau ;

  • Benoît MOUGOUE, Géographe ;

  • Fabienne ANCEAU, Responsable de l’observatoire de la Communauté Urbaine de Yaoundé de septembre 2001 à septembre 2002 ;

  • Guilhem FROMONT, stagiaire de l’Université de Technologie de Compiègne ;

  • Ives Magloire KENGNE, biologiste et Chercheur à la Faculté des Sciences de l’Université de Yaoundé I ;

  • Sergio OLIETE JOSA, Doctorant à l’Université Polytechnique de Catalogne en Espagne ;


Remerciements à :

    • Philippe DEMARETZ, Conseiller Technique auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé ;

    • Rémi LEGENDRE, Attaché de Coopération transport et développement urbain à l’Ambassade de France à Yaoundé ;

    • Jean DUCHEMIN, Philippe GUETIER, membres du Comité Scientifique qui nous ont accompagnés tout au long de cette recherche.

Ils nous ont considérablement aidés en nous fournissant toute la logistique d’accueil de nos étudiantes en provenance de Lyon et en nous donnant l’opportunité d’utiliser le périodique « Equinoxe » de l’Ambassade de France pour parler de ce programme.

  • Arnauld DZANA, Directeur des Services Techniques de la Communauté Urbaine de Yaoundé, pour sa disponibilité constante et ses avis critiques

  • Charles NGOUNE, Ingénieur à la SIC qui nous a accompagné quelques fois sur le terrain

  • MBALLA, Directeur Technique de la MAETUR pour sa disponibilité

  • Mme TATSI et M. MBOGLE, ingénieurs à la MAETUR pour avoir accepté de discuter avec nos chercheurs, bien que nous n’ayons pas les mêmes points de vue sur les questions centrales de cette recherche.

  • Paul DONGUE, Chef de la Cellule d’Exécution et de Suivi du Programme de Réduction de la Pauvreté en Milieu Urbain au Ministère de la Ville.


Sommaire

Membres de l'équipe de recherche 2

Sommaire 4

Liste des figures : 7

Liste des photos 7

Liste des Tableaux 7

Liste des abréviations : 9

INTRODUCTION GENERALE 11

Chapitre I : Problématique générale, hypothèses et méthodologie 13

I.1/ PROBLEMATIQUE 14

I.2/ HYPOTHESES ET OBJECTIFS 15

I.2.1/ Les hypothèses de départ 15

I.2.2/ Objectifs réajustés 16

I.3/ METHODOLOGIE 17

Chapitre II : L’assainissement des eaux usées en Afrique, au Cameroun et au Tchad 19

II.1/ L’ASSAINISSEMENT DANS LES VILLES AFRICAINES 20

II.1.1/ Typologie de l’habitat et systèmes d’assainissement 21

II.1.2/ Pratiques de l’assainissement collectif en Afrique : état des lieux 23

II.1.3/ Etude des cas de lagunage en Afrique 25

II.1.4/ Macrophytes ou microphytes ? 27

II.2/ LE CONTEXTE DU CAMEROUN 30

II.2.1/ Le contexte de la ville de Yaoundé 31

II.2.2/ L’assainissement des eaux usées à Yaoundé : techniques et contraintes 36

II.3/ CONTEXTE INSTITUTIONNEL DE L'ASSAINISSEMENT AU TCHAD 38

II.3.1/ Evolution des dispositions réglementaires sur l'assainissement. 38

II.3.2/ Présentation sommaire des systèmes d’assainissement dans la ville de N’djaména. 40

Chapitre III : Analyse des dysfonctionnements des systèmes d’assainissement et des impacts sanitaires 43

INTRODUCTION 44

III.1/ TISSUS URBAINS ET DISPOSITIFS TECHNIQUES 44

III.1.1/ Monographie des quartiers et des installations 44

La maintenance des équipements publics à Biyemassi : un problème réel 47

III.2/ QUALITES ET INCIDENCES DES DECHETS LIQUIDES DANS LA VILLE DE YAOUNDE 50

III.2.1/ Qualité des cours d’eau superficiels de la ville de Yaoundé 50

III.3/ EXPERIENCE SUR LE LAGUNAGE DE BIYEMASSI : quelles leçons peut-on en tirer ? 67

III.3.1/ Détails techniques sur le fonctionnement des stations de lagunage de Biyemassi 68

III.3.2/ Coût d’exploitation de la station 70

III.3.3/ Limites techniques et sociologique dans la conception des stations de lagunage de Biyemassi 71

III.3.4/ La méthanisation constitue t – elle une alternative à l’assainissement des eaux usées ? 73

CHAPITRE 4 : Comprendre ce qui s’est réellement passé : procédures, usages et acteurs 76

IV.1/ COMMENT EN EST-ON ARRIVE A UN STADE DE DYSFONCTIONNEMENT TOTAL ? 77

IV.1.1/ Chronologie des opérations et évolution des enjeux 77

IV.1.2/ Les usagers : des acteurs à part … 85

IV.1.3/ Des usagers à l’action : les détournements des équipements d’assainissement 89

IV.1.4/ Un hiatus entre réseaux techniques et réseaux sociaux 90

IV.2/ NATURE DES DYSFONCTIONNEMENTS DES DISPOSITIFS D’EVACUATION ET DE TRAITEMENT DES EAUX USEES 93

IV.2.1/ CHOIX TECHNIQUES ET CONTRAINTES ECONOMIQUES 94

IV.3/ ACTEURS ET USAGERS : 99

IV.3.1/ Stratégies, pratiques et représentations en conflit 99

IV.3.2/ / Les acteurs institutionnels : un cadre dépassé qui facilite les dérives issues de la crise. 100

IV.3.3/ Autour de l’assainissement : des stratégies centrifuges se développent 104

CHAPITRE 5 : CONCLUSION ET PERSPECTIVES 107

Ce chapitre présente les principaux résultats issus de cette recherche et présente les perspectives pour une meilleure gestion de l’assainissement des eaux usées. 108

V.1/ Les logiques d’acteurs qui ont prévalu dans les choix, la conception et la maintenance des dispositifs : 108

V.2/ Les causes technico-économiques des échecs  108

V.3/ Usages des dispositifs techniques : leur fonctionnement et leur intégrité 110

V.4/ La collectivité publique locale : l’urgence de prendre la responsabilité du patrimoine urbain 111

V.5/ Interférences entre déchets solides et déchets liquides 115

V.6/ Les paramètres d’une meilleure adaptation des techniques et des usages : 115

V.7/ Peut-on envisager de mettre en place des systèmes d’assainissement évolutifs ? 118

V.8/ Scénarios du développement des systèmes d’assainissement à Yaoundé 119

Scénario n° 1 : Réhabilitation systématique des STEP, et poursuite de l’assainissement individuel spontané. 119

Scénario n° 2 : correction des lacunes juridiques et désignation des responsabilités. 119

Scénario n° 3 : Création d’une Société Nationale de l’Assainissement du Cameroun. 120

V.9/ APPROCHE COUT/EFFICACITE ET MODALITES DE FINANCEMENT SUIVANT LES DIFFERENTS SCENARIOS 121

V.9.1/ Les investissements : 121

BIBLIOGRAPHIE : 123

LISTE DES ANNEXES 129


Liste des figures :

Figure 1 : Taux de couverture de l’assainissement en Afrique, 1999 et 2000

Figure 2 : Assainissement dans les plus grandes villes du monde : pourcentage moyen de chaque typologie employée, par régions

Figure 3 : Coût moyen par personne utilisatrice de la construction des installations d’assainissement en Afrique, Asie et Amérique Latine et les Caraïbes.

Figure 4 : Typologie de l’habitat et Bassins Versant de la ville de Yaoundé

Figure 5. Réseau hydrographique, bassins versants points de prélèvement des eaux et quelques points de repère de la ville de Yaoundé

Figure 6 : Plan de masse des stations de Lagunage à macrophites de Biyemassi
Liste des photos

Photo 1 : Les rejets de déchets dans les drains naturels de la ville de Ndjaména.

Photo 2 :Types de drainage des eaux usées les plus répandus à N’djaména.

Photo 3: Un des tuyaux par lequel tous les déchets liquides de l’Abattoir de N’djaména

Photo 4 : Une des zones de réutilisation des eaux usées non traitées des déchets liquides des hôpitaux pour l’agriculture.

Photo 5 : Structure de collecte des eaux usées et d’excrétas qui sera vidangé dès le lendemain par les usagers.

Photo 6 : Etat de délabrement de l’un des décanteurs digesteur de Biyemassi.

Photo 7 : Les eaux usées qui s’échappent derrière le lycée de Mendong.

Photo 8  : Eaux usées de Mendong déversées dans le bas-fond

Photo 9 : La station de lagunage naturel abandonnée du Camp SIC de Biyemassi
Liste des Tableaux

Tableau 1 : Systèmes d’approvisionnement en eau et assainissement « améliorées » ou « non-améliorées » en milieu urbain dense.

Tableau 2 : Synthèse des études des cas d’assainissement dans les villes d’Afrique

Tableau 3 : Typologie d’habitat dans la ville de Yaoundé

Tableau 4 : Les stations d’épuration des eaux usées à Yaoundé

Tableau 5 : Gestion des eaux usées industrielles à N’djamena

Tableau 6 : Caractéristiques des logements individuels et collectifs de Grand Messa
Tableau 7 : Synthèse des résultats des paramètres physico-chimiques étudiées aux différentes stations de cinq cours d’eau de la ville Yaoundé

Tableau 8 :Résultats des analyses de la qualité de quelques cours d’eau superficiels qui reçoivent des rejets des industries de la ville de Yaoundé

Tableau 9 : Résultats des analyses de la qualité des rejets liquides de quelques industries et hôpitaux de la ville de Yaoundé

Tableau 10 : Types de pollution en fonction des classes des rapports CF/SF

Tableau 11 : Rapports CF/SF des cours d’eau de Yaoundé

Tableau 12 : Variation du débit d’entrée dans la 2ème station de lagunage de Biyemassi

Tableau 13 : Concentration moyenne des paramètres physico-chimiques et bactériologiques dans la station et dans quelques points le long de la Biyeme (1997 – 1998)

Tableau 14 : Concentration moyenne des paramètres physico-chimiques et bactériologiques dans la station et dans quelques points le long de la Biyeme en 2000

Tableau 15 : Concentration moyenne des paramètres physico-chimiques et bactériologiques dans la station et dans quelques points le long de la Biyeme en 2001

Tableau 16 : Concentration moyenne des paramètres bactériologiques dans la station et dans quelques points le long de la Biyeme en 2002

Tableau 17 : Valeurs moyennes des paramètres d’évaluation des cours d’eau de la ville de Yaoundé (Lami, 2002)

Tableau 18 : Dimensionnement des différents bassins de lagunage de la station 2

Tableau 19 : Dimensionnement des différents bassins de lagunage de la station 1

Tableau 20 : Bilan d’exploitation annuelle de la station de lagunage de Biyemassi

Tableau 21: Etat des unités de méthanisation construit en Afrique de l'Ouest et du Centre (NGNIKAM, 2000)

Tableau 22 : Fréquence des usagers favorables à la modification de réseau

Tableau 23 : Répartition des contacts en cas de problème sur le réseau

Tableau 24 : Indications des structures auxquelles les usagers pensent qu’ils faut s’adresser en premier en cas de problème

Tableau 25 : Typologie des différents modes d’assainissement retenus

Tableau 26 : Analyse comparative des coûts de maintenance des dispositifs d’assainissement

Tableau 27 : Confort et exigence au plan de la maintenance

Tableau 28 : Systèmes d’assainissement des eaux usées ménagères

Tableau 29: Répartitions et chevauchement des compétences

Tableau 30 : Extraits du Schéma d’aménagement Directeur des eaux usées de Yaoundé (SOGREAH, 1993)
Liste des abréviations :

AFD : Agence Française de Développement ;

ANG : Acteurs Non Gouvernementaux ;

BAT : British American Tobacco ;

BCCA : Bureau de Coordiantion des Comités d’Assainissement ;

BET : Bureau d’Etude ;

BGT : Boissons et Glacières du Tchad ;

BIAO : Banque Internationale pour l’Afrique Occidentale ;

BICIC : Banque Internationale pour le Commerce et l’Industrie au Cameroun ;

C2D : Contrat de désendettement et de développement ;

CACE : La Camerounaise d’Assainissement et de Conditionnement des Eaux ;

CF : Coliformes Fécaux ;

CFC : Crédit Foncier du Cameroun ;

CHU : Centre Hospitalier Universitaire ;

CIS : Cellule Infrastructure et Salubrité ;

CNE : Comité National de l’Eau ;

CUY : Communauté Urbaine de Yaoundé ;

DBO5 : Demande Biologique en Oxygène pour cinq jours ;

DCO : Demande Chimique en Oxygène ;

DGSA : Direction du Génie Sanitaire et de l’Assainissement ;

DHA : Direction de l’Hydraulique et de l’Assainissement ;

DIEPA : Décennie Internationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement ;

DSCN : Direction de la Statistique et de la Comptabilité Nationale ;

DSRPI : Documents Stratégiques de Réduction de la Pauvreté Intermédiaire ;

DUP : Déclaration d’Utilité Publique ;

EAT : Equipe d’Appui Technique ;

ERA Cameroun : Environnement, Recherche et Action au Cameroun ;

FED : Fons Européen de Développement ;

FMI : Fond Monétaire International ;

HYSACAM : Hygène et Salubrité au Cameroun;

ITS : Institut Tropical Suisse ;

LESEAU : Laboratoire Environnement et Sciences de l’Eau ;

MAETUR : Mission d’Aménagement des Terrains Urbains et Ruraux ;

MAGZI : Mission d’Aménagement et de la Gestion des Zones Industrielles ;

MES : Matières en Suspension ;

MINEFI : Ministère des Finances et du Budget ;

MINMEE : Ministère des Mines, de l’Eau et de l’Energie ;

MINPAT : Ministère du Plan et de l’Aménagement du Territoire ;

MINPLAN : Ministère du Plan ;

MINPTT : Ministère des Postes et des Télécommunications ;

MINTP : Ministère des Travaux Publics ;

MINUH : Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat ;

MINVIL : Ministère de la Ville ;

OMS : Organisation Mondiale de la Santé ;

ONAREST : Office National de la Recherche Scientifique et Technique ;

ONG : Organisations Non Gouvernementales ;

PCS : Professions et Catégories Sociales;

PCV : Polyvinyl Clhorures ;

pH : Potentiel d’Hydrogène :

PO : Plan d’Orientation ;

POR : Plan d’Orientation Révisé ;

PPTE : Pays Pauvre Très Endetté ;

PSE : Programme Social Elevé ;

pSEau : Programme Solidarité Eau ;

PSM : Programme Social Moyen ;

RABEDE : Réseau Africain Bio Ressources Environnement et Développement ;

RCC : Reynolds Construction Cameroon ;

SADC: Système d’assainissement Décentralisé Collectif;

SF : Streptocoques Fécaux ;

SIC : Société Immobilière du Cameroun

SIP : Société Industrielle et Pharmaceutique;

SNAC : Société Nationale d’Assainissement au Cameroun ;

SNEC : Société Nationale des Eaux du Cameroun ;

SONEL : Société Nationale d’Electricité du Cameroun ;

STEP : Station d’Epuration ;

TP : Travaux Publics ;

TTC : Toutes Taxes Comprises ;

UNICEF : Fonds de Nations Unies pour l’Enfance ;

UV: Ultra Violet;


INTRODUCTION GENERALE
Au cours de cette recherche, plusieurs activités ont été réalisées. Ces activités comportent les étapes suivantes :

      • recherche bibliographique, analyse des textes réglementaires et des dispositions institutionnelles en vigueur et touchant au service des déchets ; Inventaire exhaustif et localisation des lotissements réalisés dans les villes de Yaoundé et N’Djamena et susceptibles de bénéficier d’un assainissement de mode semi-collectif.

      • Analyse spatiale sur la base de la cartographie numérique de la ville Yaoundé, dans le but de cartographier les lotissements susceptibles de bénéficier d’un assainissement collectif ;

      • Sélection des zones représentatives. Les critères de choix ont été les suivants : situation de la zone (périurbain, plein centre ville), date de création, système d’assainissement en place, statut d’occupation des logements. Nous avons retenu les zones SIC-MAETUR de Mendong, Biyemassi, Messa et Cité-Verte.

      • Inventaire exhaustif des systèmes d’assainissement dans les cités SIC (annexe n°3), et analyse de l’évolution de l’habitat et des modes d’assainissement autour des zones d’habitat planifié.

      • Elaboration de l’historique des réalisations qui ont été effectuées, ceci dans le but de comprendre et d’expliquer comment on en est arrivé à la situation d’aujourd’hui avec 11 stations d’épurations hors service sur 13.

      • Analyse des usages et pratiques en matière d’assainissement à travers des entretiens et des enquêtes thématiques

Des entretiens personnalisés et des enquêtes ont été menées sur le terrain pour analyser les usages en matière d’assainissement.

Des contacts ont été pris avec les utilisateurs potentiels des résultats de cette recherche notamment la Communauté Urbaine de Yaoundé, la Société Immobilière du Cameroun, la Mission d’Aménagement et d’Equipement des Terrains Urbains et Ruraux (MAETUR)  en vue de leur expliquer les objectifs poursuivis.

Ensuite, les actions suivantes ont été menées :

  • Mesure des débits des eaux usées et des charges polluantes des effluents dans les sites choisis ;

  • Elaboration par enquête de la typologie des modes d’assainissement utilisés par les usagers / ménages ; Analyse comparative des différents types d’ouvrages et de leurs modes de fonctionnement,

  • Analyse de l’implication et des modes d’intervention  de chacun des acteurs en présence dans l’assainissement des eaux usées ; ceci a été effectué grâce à des enquêtes thématiques croisées auprès des acteurs, (usagers, prestataires de services, promoteurs immobiliers, bailleurs de fonds, etc.)

  • Analyses bactériologiques et physico-chimiques effectuées à l’entrée et à la sortie de la station de lagunage de Biyemassi, et à des points particuliers des cours d’eau et lacs (voir planche n° 9). Ces analyses ont été complétées par un inventaire des usages qui sont fait des cours d’eau ainsi que des personnes impliquées en vue d’évaluer les risques sanitaires auxquels les usagers sont exposés. Le Lac municipal de Yaoundé a été choisi pour illustrer les impacts enregistrés

L’analyse des résultats des enquêtes et autres investigations a été faite en équipe de manière à tenir compte à la fois des données disponibles (quantitatives et qualitatives) et d’exploiter au maximum les connaissances (naturelles ou non) que les différents chercheurs ont de leur terrain.

Les réponses aux questions de recherche ont été finalisées sur chaque question par le chercheur le plus qualifié et soumis à l’appréciation de ses collègues.

Un séminaire de validation des résultats finaux auprès des utilisateurs potentiels a été organisé les 30 septembre et 01 octobre 2002 à Yaoundé.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   27

similaire:

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport Final

Rapport final iconRapport final








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com