L’objectif principal du ps boulonnais doit être, à mon sens, de renverser la donne et d’obtenir, comme Delanoë l’a fait à Paris, que l’idée même d’alternance pour Boulogne-Billancourt devienne crédible








télécharger 193.35 Kb.
titreL’objectif principal du ps boulonnais doit être, à mon sens, de renverser la donne et d’obtenir, comme Delanoë l’a fait à Paris, que l’idée même d’alternance pour Boulogne-Billancourt devienne crédible
page1/7
date de publication08.10.2017
taille193.35 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7
Marie-Hélène Vouette.

Profession de foi.

Municipales 2008. Boulogne-Billancourt

Mes chers camarades,

 

Il  y a presque un an, quelques camarades de la section m’ont demandé de réfléchir à une candidature comme tête de liste aux municipales. J’ai donc pris le temps de la réflexion, car une campagne d’élections municipales représente un fort investissement personnel et financier. Aujourd'hui, au terme d’un mandat de conseillère municipale, au cours duquel je me suis frottée parfois sèchement au maire et à la municipalité actuelle, et forte de l'expérience passée de deux campagnes électorales menées comme candidate aux cantonales,  je me sens prête à mener ce combat avec vous et je vous présente ma vision de la situation boulonnaise, base pour la future campagne des municipales.
J’ai un projet pour la ville que j'ai envie de porter, avec vous, avec les boulonnais. Il s’agit de propositions qui ne sauraient remplacer l’indispensable travail de la section sur notre projet. Toutes les suggestions, y compris celles qui pourraient paraître secondaires ou farfelues, devraient être discutées sans tabou. C’est, à mon avis, le moyen de présenter un projet innovant et « sexy ». J'attends vos réactions, vos commentaires, positifs comme négatifs.
La règle, dans notre section, est que le démarchage téléphonique des militants n’est pas accepté. Je ne vous contacterai donc pas de cette façon. Par contre, ceux qui le souhaitent peuvent me contacter pour discuter, par mail, par téléphone, lors des réunions.

 

01 46 21 46 00
06 84 96 25 88

mhvouette@noos.fr


Amitiés socialistes

Marie-Hélène

 

Quel constat pour notre ville

 

L’objectif principal du PS boulonnais doit être, à mon sens, de renverser la donne et d’obtenir, comme Delanoë l’a fait à Paris, que l’idée même d’alternance pour Boulogne-Billancourt devienne crédible.  Il faut enclencher une dynamique. Il ne s’agit pas, dans une ville aisée comme Boulogne-Billancourt, d’expliquer que la majorité actuelle est anti-sociale et techniquement incapable, mais de montrer l’essoufflement d’une équipe qui, aujourd’hui, gère de façon pépère son petit commerce et n’ose pas, n’ose plus. La majorité actuelle, qui gère la ville depuis 33 ans, n'a pas été en capacité de régler des questions essentielles des boulonnais, malgré le carnet d’adresses de Jean-Pierre Fourcade, malgré Pierre-Christophe Baguet député, Dorothée Pineau conseillère régionale,  ou encore Pierre-Matthieu Duhamel, ancien directeur du budget et proche de Juppé : 

 

  • Le coût et la pénurie de logements,  y compris pour les classes aisées.

  • Le transit routier, avec les deux axes accidentogènes que sont l'avenue Edouard Vaillant/Général Leclerc et la route de la Reine.         

  • La densification non maîtrisée.

  • La pollution de l'air et, de façon générale, les questions liées à l’environnement.

  • L'endettement croissant.

  • Les relations avec Paris et les autres intercommunalités, qui sont insatisfaisantes. Questions en suspens : la continuité des quais de Seine, la piscine Molitor, le Parc des Princes, le stade Jean Bouin, les liaisons douces entre Paris et B-B... La valeur ajoutée de l’intercommunalité n’est pas flagrante, faute d’avoir su capitaliser et d’avoir pu s’entendre avec les communes avoisinantes.  Je ne parle même pas des relations entre la mairie et différentes associations Boulonnaises.

  • La municipalité mise tout sur le 8ème quartier, non habité, au détriment du reste de la ville. Mais elle a de mauvais relais politiques, de mauvais relais d’opinion. Elle n’a pas été soutenue ni même aidée par ses amis politiques (pas de décisions sur les implantations de l’INCA, de l’INSERM, du CNRS, du musée de l’immigration … avant que F Pinault, ami proche de Chirac, ne se fasse la malle avec l’appui d’un ex ministre UMP), il n'y aura finalement pas de théâtre sur les terrains Renault, pas de salle omnisports, pas d’action volontariste sur le patrimoine de la ville (échec pour la mise en valeur d’éléments architecturaux sur Renault Billancourt, quasi-rien sur les céramiques, l’aéronautique, l’histoire  des autres quartiers).

  • L'offre éducative : le lycée de B-B n’a toujours pas de classes préparatoires. La question est, enfin, sur la table. L’attitude de la municipalité est l’attentisme, il a fallu que la région demande expressément l’étude de l’implantation d’un lycée. 

 

Le dernier mandat est marqué par des actions qui relèvent plus d’une volonté de jouer la montre qu’autre chose : études à rallonge pour le tramway, idem pour le réseau de circulations douces (pourtant étudié par la commission extra municipale du cadre de vie lors du premier mandat Fourcade), étude bien longue sur les points location vélo à l’exemple de Lyon et, en plus, c’est la ville qui finance et non Decaux…, passerelle du pont de Sèvres à l’Ile Seguin abandonnée sans que ce soit clairement annoncé...

 

D’un point de vue budgétaire, le marquage idéologique de l’équipe nous mène à externaliser de façon inconsidérée des études chez des consultants bien payés, avec des résultats parfois tout à fait discutables.

 

Toute aussi inquiétante, cette nette tendance à filer des compétences communales à des instances non élues et non représentatives, financées par la ville, pour des projets qui vont nous engager à long terme (associations de préfiguration pour l’Ile Seguin). 

 

Propositions
Je pense qu’il faudrait axer notre campagne sur trois points, trois échecs de la majorité actuelle :


  • S’engager à régler trois problèmes essentiels non traités par la majorité actuelle : l’avenue Edouard Vaillant-Général Leclerc, la route de la reine, les nuisances du Parc des princes

  • Engager résolument la ville dans une démarche de ville innovante et active dans le domaine environnemental, les énergies renouvelables, la pollution

  • Assurer des services aux personnes à la hauteur des besoins actuels et à venir 


En 2001, j’avais choisi comme slogan pour les cantonales « Boulogne-Billancourt, une ville à vivre » (en clin d’œil à une publicité de Renault pour les Twingo). C’est un peu l’idée que je vous propose, avec en plus une volonté politique forte pour inverser la tendance à la banalisation de notre ville, et donner à Boulogne-Billancourt l’image et la réalité d’une ville du vingt et unième siècle, moderne et résolument engagée vers une conception « durable » de l’organisation de la cité : un projet prenant en compte les nouveaux modes de vie des citoyens et leur aspiration à une démocratie de proximité. Une ville qui aide les familles à concilier vie professionnelle et vie familiale, qui s’engage avec dynamisme dans un mode de vie adapté aux contraintes environnementales, climatiques, énergétiques, qui encourage les entreprises à s’installer sur la ville, qui se fixe des objectifs de qualité de vie avec des possibilités d’activités « forme », la prise en compte de l’augmentation de la population et de l'apparition d'un quatrième âge impliquant de porter une attention soutenue à la circulation routière, à l’offre éducative et sportive, aux logements, aux services, en particulier aux personnes âgées , handicapées et /ou à mobilité réduite. 

 

Pour réussir, et parce que on travaille toujours mieux en équipe que seul, il est essentiel de redynamiser les relations de Boulogne-Billancourt avec Paris et les autres communes de la région: créer des liens d’amitié et de travail avec les élus parisiens et des communes avoisinantes, la région, le département. Programmer des RV pour engager des réflexions communes avec les représentants du groupe d’élus et de la section.
L'intercommunalité avec Sèvres : nous devons avoir une discussion politique sur ce sujet, avec les socialistes de Sèvres.  Nous sommes dans un cas de figure particulier, où Sèvres, avec moins de  25000 habitants, a autant de poids au sein du conseil d'agglomération que Boulogne-Billancourt avec plus de 108000 habitants...Sans compter l'absence de mutualisation correcte des moyens entre les deux villes aujourd'hui ce qui entraîne des coûts injustifiés. Je crois que notre rapprochement avec Sèvres pourrait être plus intéressant, et pour eux et pour nous, en optimisant mieux la situation et dans le cadre d'un travail global avec les autres communes avoisinantes.
Une ville vitrine sur le plan du cadre de vie, du développement durable : il faudrait imprimer une marque forte sur ces sujets, en lien avec la politique volontariste de Delanoë.

 

  • Traiter la question de l’avenue Edouard Vaillant et celle de la route de la Reine dans une politique globale de circulation, circulations douces comprises, en lien avec les communes avoisinantes.

  • Orienter fermement les nouvelles constructions et les réhabilitations vers des techniques de bâtiments économes en énergie : au moins un bâtiment public ou privé à énergie positive comme vitrine.

  • Une implication dans les réflexions et actions des collectivités locales sur leurs émissions de carbone: le "Bilan carbone", mis au point par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie permet de quantifier les émissions de dioxyde de carbone (CO2) et autres gaz à effet de serre générés par les activités - chauffage des locaux, transports, traitement des déchets etc. - et d'établir ensuite un plan d'actions pour réduire ces émissions. Les collectivités locales génèrent plus de 10% des émissions de gaz à effet de serre.

  • Les quais de Seine rendus au public régulièrement.

  • Création d’un parcours santé/forme pour promenades, avec un accès facilité pour les vélos et les poussettes, des bancs publics, le tout en lien avec le parcours des années 30 et les autres marques du patrimoine de notre ville.

 

Un service « public » de la petite enfance et de l’enfance en général,  et une offre éducative à la hauteur des besoins des Boulonnais

En lien avec les associations, les assistantes maternelles, les services de crèches collectives et individuelles ou d’entreprises, les associations d’aide aux devoirs, les mamies et les structures liées à l’emploi, une coordination des offres et demandes de façon à ce que toutes les familles aient une solution viable pour les gardes d’enfants, l’aide au devoirs, post école …

 Offre scolaire privée et publique, université, classes préparatoires, IUT ...Aménagement des horaires de cantine, de garderie...

 

L’emploi

Les acteurs principaux de la politique de l'emploi sont l'Union européenne, l'Etat et la Région. Le département et la commune (ou intercommunalité) ne sauraient avoir qu'un rôle complémentaire. Cependant, selon une logique de subsidiarité et de proximité, on peut concevoir sans difficulté une politique territoriale de l'emploi.

 

  • Le mot d'ordre marketing : Boulogne-Billancourt : une ville du 21 ème siècle, une ville d'innovation sociale ! Boulogne doit devenir un lieu d'expérimentation sociale où employeurs, salariés et  pouvoirs publics comprennent qu'aujourd'hui, les interactions entre le monde du travail (l'entreprise) et la société sont multiples, et qu'elles sont porteuses de gisement d'emplois ... et la mairie de Boulogne-Billancourt est le premier employeur de la ville !

  • La formation tout au long de la vie : Boulogne-Billancourt doit devenir un champ d'expérimentation concret grâce au renforcement du partenariat entre entreprises, le service public de l’emploi, la maison de l'emploi, l'économie sociale devant être en mesure de jouer un rôle de sas entre l'emploi non marchand et marchand. Le développement des services de proximité doit permettre d'atteindre l'objectif d'un emploi pour tous.

  • Les moyens : une maison de l'emploi élargie dans ses missions et sa gestion au plus près des salariés et des entreprises. Pour les créateurs d'entreprises : une pépinière et un campus en lien avec l'université et les structures de recherche comme le CNRS. Une maison de la formation.

 

Le logement :

L’accès au logement constitue une condition indispensable de développement harmonieux d’une ville de + de 100 000 habitants. Pour ce faire, nous devrons conduire une politique volontariste du logement social et intermédiaire, réhabiliter l’habitat urbain, et offrir des conditions de loyers abordables qui permettent la décohabitation. Réussir demande d’avoir une démarche pédagogique auprès des habitants pour montrer que logement social ne veut pas dire « racaille », mais concerne une forte part de la population, en particulier les jeunes et les personnes travaillant au service de la ville : crèches, police municipale...

 

Le financement : redéploiement, ciblage, mutualisation avec les communes avoisinantes, présence forte d’entreprises et surtout, utiliser les marges de manœuvres budgétaires :

  • L'annulation du projet de passerelle Sèvres-Ile Seguin sans intérêt immédiat : économies 11 millions d'€.

  • La remise en cause de l'accord avec l'INCA nous contraignant à lui payer son loyer : coût 3 millions d'€ auquel il faut ajouter la perte de taxe professionnelle due à son statut. Total 5 millions d'€.

  • L'aménagement des terrains Renault porté essentiellement par le contribuable boulonnais : coût 150 millions d'€ pour les boulonnais. Le dossier est complexe, mais il faudrait remettre le conseil régional et surtout l'Etat dans le circuit pour mieux équilibrer les charges. On peut, en tous les cas, se le fixer comme objectif politique. Cela suppose, évidemment, une modification du projet, compte tenu,notamment que la production fiscale de l'ile Seguin est quasi nulle en terme de taxe professionnelle, à l'exception de l'installation de l'hôtel. Et réintégrer ce projet dans une vision globale de la ville et des communes avoisinantes.

  • Sur le plan fiscal, ne proposer éventuellement, via la Communauté d'Agglomération, qu'une augmentation de la taxe professionnelle dont le taux demeure faible pour financer notre action sociale.

  • Réduire drastiquement les frais d'étude, l'appel aux cabinets d'experts et autres consultants.

  • Par la suite, réunion avec les syndicats de la ville détenteurs de nombreuses informations.

 

Les partenaires pour notre projet

Nous n’avons aucune raison de rester paralysés devant les habiles actions politiques de Sarkozy. La question n’est pas aujourd’hui de savoir qui l’UMP local pourrait  tenter de débaucher  au sein du PS boulonnais pour se conformer aux instructions de Sarkozy, mais renverser la question : avec quels partenaires nous voulons travailler et qui nous pouvons, nous, éventuellement contacter (PC, Verts, Radicaux, MRC, Modem, ex Ump ?). A ces partenaires politiques, j'ajouterai les associations avec leur précieuse  connaissance du terrain et des souhaits de nos concitoyens.

 

Une équipe municipale

 

Pour emporter l’adhésion des boulonnais, il me semble que nous devons répondre à plusieurs conditions : donner un signal de renouvellement d’équipe, expliquer que cette équipe n’est pas là pour témoigner mais pour gagner, axer la campagne sur l’usure et l’essoufflement de l’équipe au pouvoir en place depuis 1974.

 

Bien évidemment, je ne vous dirai pas qu’il faut tout balayer dans une chasse effrénée aux sortants. Par contre, face à une équipe UMP rajeunie, je crois essentiel de marquer le changement, changement de personnes, changement de thèmes de combat politique.  Si la section me donne mandat pour conduire la liste, voici ce que je proposerai, sachant que, en fin de compte, l’approbation de la liste revient aux militants qui votent sur une proposition d’une commission constituée du secrétaire de section, du président de groupe et de la commission administrative (statuts du parti).

 

  • Une liste chabadabada (alternée homme-femme), conformément aux directives du parti, avec une attention à une répartition sociologique des personnes  en adéquation avec celle des boulonnais.

  • Les personnes en position éligible (9 en se basant sur la situation actuelle, mieux si le score augmente) étant pour un tiers des conseillers sortants et aux 2/3 des personnes nouvelles.  Ceci doit permettre de voir s’exprimer des idées nouvelles tout en gardant au sein du groupe la mémoire des dossiers de la ville.

  • La présence d’une personne, deux si possible, très disponibles pendant les horaires de bureau donc susceptibles de représenter le groupe lors des nombreuses commissions d’appel d’offres (si toutefois nous ne gagnons pas dès 2008).

 

L’organisation de la campagne:

 

Attention, nous aurons 3 campagnes à conduire en 2008 : les municipales et deux cantonales. Elles devraient s’enrichir mutuellement, en présentant à nos concitoyens des équipes crédibles, mais mordantes et innovantes.  

 

Proposition de calendrier :

 

Octobre :

  • Constituer une équipe opérationnelle solide et organisée : qui gère les aspects administratifs, qui est trésorier, qui traque la communication adverse, qui se charge de la conception du site Internet, qui collecte les contributions pour le site Internet, qui organise des évènements, qui fait partie du comité de rédaction des documents de campagne, qui organise des campagnes de distributions.

  • Constituer la liste des municipales (55 personnes) : qui accepte d’être sur la liste, qui souhaite être en position éligible « certaine », c’est-à-dire dans les 10 premiers.

  • Faire le planning des démarches administratives à engager auprès de la préfecture.

  • Négocier avec les banques et ouvrir un compte bancaire spécifique.

  • Créer une photothèque pour la campagne avec les contributions des militants.

  • Elaborer le projet : recueil des propositions, groupes de travail.

  • Prévoir un plan de communication.

 

Novembre - Décembre :

  • Voir avec M Le Saulnier ou autre pour les documents de campagne, bulletins, professions de foi, …

  • Finaliser le projet : synthèse globale, conception des documents, affiches, professions de foi, communiqués de presse…. Objectif : avoir les principaux documents prêts mi-janvier.

  • Ouvrir un site Internet.

  • Des équipes comprenant un des dix premiers de la liste regardent un domaine particulier du projet et sont chargées des réponses publiques précises sur ces questions.

 

Janvier- Février- Mars :

  • Collecter les photos et copies des papiers nécessaires pour les militants devant être sur la liste.

  • Annonces presse, évènements de campagne, distribution des documents.

 

Période post-campagne : bilan, boucler les comptes de campagne. Remboursement entre 6 mois et un an après.

 

La vie du groupe des élus

 

Aujourd’hui, chaque élu du groupe @lternance gauche.verts a ses sujets de prédilection, mais chacun intervient quand bon lui semble, sur n’importe quel sujet. Contrairement à ce que certains pourraient penser, je crois que cette organisation constitue une force (relative) face à la majorité municipale. En effet, le maire ne sait jamais à l’avance qui va porter le fer lors du conseil municipal et les questions posées et remarques faites peuvent ainsi se renouveler.

 

La réunion de groupe avant les commissions du lundi soir me semble indispensable pour étudier le dossier du conseil ensemble. Cependant, je crois qu’il serait nécessaire de prévoir des temps de réflexion sur les sujets de la ville, avec les militants de la section qui le souhaitent, par exemple de temps en temps le samedi matin. Ceci pour adapter le discours des élus et pour que la section participe mieux aux travaux municipaux. Un bilan annuel de mandat devrait être présenté devant la section. Et nouer des relations  suivies avec les élus des villes avoisinantes me semble primordial.
J'ai maintenant l'habitude de me frotter aux acteurs locaux concernés: élus, préfecture, Saem, ...ce qui est important car la tête de liste ayant vocation à devenir maire ou président de groupe, il est appelé à intervenir et répondre  régulièrement. Ce qui ne veut pas dire que j'ai une conception personnelle de la chose. Bien au contraire,

 

Boulogne-Billancourt au sein de la fédération socialiste des Hauts-de-Seine

 

Si j’en touche un mot aujourd’hui, une fois de plus, c’est que je crois que Boulogne-Billancourt, première ville de France de la région parisienne après Paris, ne doit plus être considérée comme terre de mission et servir de variable d’ajustement. A Boulogne-Billancourt aujourd’hui :

  • pas de député de gauche.

  • pas d’élu de gauche au conseil régional (nos deux candidats n’ont pas été retenus en position éligible lors des dernières élections régionales).

  • pas d’élu de gauche au conseil général.

  • perte du poste de suppléant du sénateur Robert Badinter.

  • pas d’élu européen.

 

La section doit se mettre en position de négocier avec la fédération une place éligible au conseil régional lors du prochain renouvellement. C’est un objectif raisonnable et que nous devrions porter haut et fort. A mon sens, le président de groupe au conseil municipal devra s’engager activement aux côtés du secrétaire de section et d’une délégation de la section pour expliquer notre position et obtenir gain de cause. Cet objectif n’est d’ailleurs pas limitatif. Ceci fait partie intégrante d’une stratégie de reconquête de la ville.
Notre section doit s’atteler à préparer toutes les échéances futures. Je crois que le partage des taches et la non monopolisation des postes est une condition essentielle de l'efficacité collective : une personne par mandat à conquérir.

 

Pour ceux qui viennent de nous rejoindre au PS, mes « états de service »

 

45 ans, mariée, 3 enfants de 17, 14 et 7 ans. Boulonnaise depuis 1968, exceptées quelques années lors de mes études et de mes premières années de vie professionnelle. 

Ingénieur de formation. Une première expérience dans le secteur privé comme chef de projet recherche au sein du groupe Chargeurs (dépôt d’un brevet d’invention). Une seconde expérience dans le secteur privé,  cette fois dans le domaine informatique chez Bull.

En 2003, virage vers la conduite des affaires publiques avec une réussite au concours de prepEna ce qui m’a permis de bénéficier d’une très intéressante formation de six mois pour préparer le concours de l’Ena. En 2004, rentrée à l’Ena. Deux stages de six mois, un au cabinet du préfet de Seine-Saint-Denis puis un auprès de la secrétaire générale de la Croix rouge française. Depuis avril 2006, secrétaire générale du Haut conseil de la science et de la technologie, poste basé au sein du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Dans un souci de déontologie, je ne souhaite pas occuper un poste directement lié aux affaires de la ville. Ma position actuelle constitue cependant un bon poste d’observation pour tout ce qui concerne les projets des instituts de recherche et d’enseignement supérieur autour de l’Ile Seguin.  Et comme j’ai bien le poste en mains, je peux me permettre de prendre du temps pour mener une campagne.

 

Au niveau de l’engagement politique :

Adhésion en 1996, après avoir battu le pavé lors des manifestations anti-Juppé. En 1998, Gisèle Pujo et Pierre Gaborit me demandent si je peux être la candidate féminine sur le canton nord-ouest de Boulogne-Billancourt.  Résultat: 23,01%. En 2001, candidate sur le canton sud de Boulogne-Billancourt. Une bonne surprise, nous arrivons en tête au premier tour. Un regret, il n’y a pas de triangulaire au second tour (nous atteignons néanmoins le score de 43%). Elue conseillère municipale la même année.

 

Mandat municipal :

 

Membre de la commission de l’urbanisme, membre de la commission extra municipale du cadre de vie avec politique de la chaise vide depuis que les élus ont interdiction de s’y exprimer, ex membre de la commission d’attribution des places de crèche, de la caisse des écoles, du syndicat mixte de Bachat-Bouloud (ex colonie de la ville à Chamrousse).  Membre de jurys d’urbanisme, membre de la commission préfectorale de suivi des terrains Renault . Permanences le deuxième samedi du mois.

 

QUESTIONS ORALES posées lors de ce mandat

  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

L’objectif principal du ps boulonnais doit être, à mon sens, de renverser la donne et d’obtenir, comme Delanoë l’a fait à Paris, que l’idée même d’alternance pour Boulogne-Billancourt devienne crédible iconDaniel Halévy
«idée» de l’infini, comme Descartes dit que l’on a une idée de Dieu, mais en ce sens que la pensée est comme telle ouverture à l’infini...

L’objectif principal du ps boulonnais doit être, à mon sens, de renverser la donne et d’obtenir, comme Delanoë l’a fait à Paris, que l’idée même d’alternance pour Boulogne-Billancourt devienne crédible iconMonsieur Bertrand Delanoé
«projet de construction de l’espace de glisse de Paris». Ce projet nous a été présenté comme étant la seule solution envisageable...

L’objectif principal du ps boulonnais doit être, à mon sens, de renverser la donne et d’obtenir, comme Delanoë l’a fait à Paris, que l’idée même d’alternance pour Boulogne-Billancourt devienne crédible iconThèse pour obtenir le grade de docteur de l’Université Paris I panthéon-Sorbonne
«L’Université n’entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans ce document. Ces opinions doivent être considérées...

L’objectif principal du ps boulonnais doit être, à mon sens, de renverser la donne et d’obtenir, comme Delanoë l’a fait à Paris, que l’idée même d’alternance pour Boulogne-Billancourt devienne crédible iconNouvelle adresse : 62 rue Marcel Dassault, 92100 boulogne billancourt
«dans la masse» au milieu d’autres, regroupées dans des Fondations plus générales et même si cette démarche est moins alarmante que...

L’objectif principal du ps boulonnais doit être, à mon sens, de renverser la donne et d’obtenir, comme Delanoë l’a fait à Paris, que l’idée même d’alternance pour Boulogne-Billancourt devienne crédible iconL’amour entre frères : s’aimer sincèrement comme des frères. 1 pierre 1; 22
«C’est peu que tu sois mon serviteur pour rétablir les tribus de Jacob, je t’ai établit pour être la lumière des nations, pour porter...

L’objectif principal du ps boulonnais doit être, à mon sens, de renverser la donne et d’obtenir, comme Delanoë l’a fait à Paris, que l’idée même d’alternance pour Boulogne-Billancourt devienne crédible iconBulletin de liaison de l’afdr
«L'eau doit être appréhendée comme un bien social et culturel et non pas avant tout comme un produit économique. La façon dont est...

L’objectif principal du ps boulonnais doit être, à mon sens, de renverser la donne et d’obtenir, comme Delanoë l’a fait à Paris, que l’idée même d’alternance pour Boulogne-Billancourt devienne crédible iconCommuniqué de Bertrand Delanoë au sujet du Grand Paris
«Grand Paris, 4 ans après». Le bilan présidentiel se résume finalement à peu de choses et beaucoup de temps perdu

L’objectif principal du ps boulonnais doit être, à mon sens, de renverser la donne et d’obtenir, comme Delanoë l’a fait à Paris, que l’idée même d’alternance pour Boulogne-Billancourt devienne crédible icon«Je me suis longtemps fait une certaine idée de la France […] La...
«Je me suis longtemps fait une certaine idée de la France […] La France ne peut être la France sans la grandeur» (Mémoires de Guerre,...

L’objectif principal du ps boulonnais doit être, à mon sens, de renverser la donne et d’obtenir, comme Delanoë l’a fait à Paris, que l’idée même d’alternance pour Boulogne-Billancourt devienne crédible iconRetraite de carême à la paroisse saint-léon de paris
«Nous, en effet, nous sommes le sanctuaire du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit lui-même : “J’habiterai et je marcherai parmi eux,...

L’objectif principal du ps boulonnais doit être, à mon sens, de renverser la donne et d’obtenir, comme Delanoë l’a fait à Paris, que l’idée même d’alternance pour Boulogne-Billancourt devienne crédible iconGrandir en s'inscrivant dans une collectivité
«d’acquérir une compréhension solide de ce que peut être et de ce que doit être le sens de la vie»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com