I. Présentation du recueil Objectif du recueil








télécharger 59.87 Kb.
titreI. Présentation du recueil Objectif du recueil
date de publication06.07.2017
taille59.87 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > documents > Documentos




RECAP 

(REcueil Commun sur les Addictions et les Prises en charge)

Guide de remplissage du questionnaire pour les structures spécialisées en addictologie (Octobre 2013)



I. Présentation du recueil 3

Objectif du recueil 3

Le champ du recueil 3

Périodicité du recueil 3

Critères d’inclusion 4

Anonymat 4

Modalités du recueil 4

II. Les questions 5

Date de situation 5

Date de début de la prise en charge actuelle 5

Nombre d’enfants 5

Nombre d’enfants à charge 5

Catégorie socio professionnelle  5

Logement  5

Entourage 6

Origine principale des ressources  6

Situation professionnelle 6

Couverture sociale 7

Niveau d’étude 7

Origine de la prise en charge 7

Prise en charge pour un problème lié à l’usage de substances psychoactives 7

Année de la première prise en charge 7

Traitement de substitution aux opiacés en cours 8

Autres traitements en cours  8

Produits consommés et addiction sans produit 8

Produits à l’origine de la prise en charge 9

Code produit et addiction sans produit 9

Mode de consommation 9

Fréquence de consommation 10

Usage/dépendance 10

Age de début de la consommation  10

Nombre de verres standard 11

Nombre d’ivresses alcooliques 11

Consommation de tabac 11

Nombre de joints par jour 11

Utilisation de la voie intraveineuse 11

Partage des seringues 11

Sérologie VIH 11

Sérologie VHC 12

Vaccination VHB complète  12

Antécédents psychiatriques  12

Incarcération 12

Contexte 12

Suivi en établissement pénitentiaire 12

Problème de polyconsommation 12

I. Présentation du recueil

Objectif du recueil


Les questions présentées dans la deuxième partie de ce document ont été conçues pour permettre de connaître et de suivre les caractéristiques des consommateurs de substances psychoactives pris en charge par des professionnels dans les centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA). Il traduit une volonté d’harmonisation des recueils de données sur les personnes en difficulté avec leur consommation tant au niveau national qu’au niveau européen.

Il a paru nécessaire tout d’abord que les structures du dispositif spécialisé en toxicomanie disposent d’un noyau commun de questions sur les personnes prises en charge. Ce noyau a vocation à être utilisé dans toutes les enquêtes pour lesquelles les structures sont sollicitées, économisant ainsi le temps et les moyens des structures.

Il était également souhaitable, compte tenu du développement récent de l’approche en termes d’addictions, d’harmoniser les recueils dans les structures spécialisées en toxicomanie et les structures spécialisées en alcoologie. Cette harmonisation permettra de fournir des données comparables sur les prises en charge des personnes en difficulté avec l’alcool uniquement, avec les drogues illicites ou les médicaments détournés de leur usage thérapeutiques, ou encore avec les deux catégories de substances.

Il était en troisième lieu indispensable d’adopter le système de recueil proposé par l’OEDT (Observatoire Européen des Drogues et de la Toxicomanie) et utilisé aujourd’hui par la quasi-totalité des pays de l’Union européenne. Le mode de recueil et les formulations utilisés dans ce questionnaire sont donc compatibles avec le protocole européen d’enregistrement des demandes de traitement élaboré conjointement par les pays de l’UE au cours de la deuxième moitié des années 1990.

Les données ainsi recueillies sont nécessaires aux pouvoirs publics pour les aider à définir et évaluer leur politique dans le domaine des drogues et notamment pour identifier les tendances dans l’utilisation des services. Les données nationales doivent également servir à alimenter la réflexion des professionnels de la prise en charge sur leurs propres actions.

Il est à noter que ce noyau commun de questions n’est pas limitatif. Chaque structure peut, pour ses besoins propres, poser d’autres questions ou détailler les questions du noyau commun pourvu que la compatibilité avec celles-ci soit respectée.

Le champ du recueil


Le recueil est réalisé depuis 2005 auprès du public accueilli dans les auprès des Centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA). RECAP concerne sauf exception toutes les structures gérées par les CSAPA, y compris les consultations jeunes consommateurs.

Périodicité du recueil


Le recueil est effectué de façon continue tout au long de l’année, du 1er janvier au 31 décembre par les centres. Les données sont transmises annuellement à l’OFDT avant le 30 avril de l’année n+1.

Critères d’inclusion


Le recueil national concerne toute personne ayant un problème d’addiction, avec ou sans substances consommées, et qui a fait l’objet d’au moins un acte dans la structure qui l’accueille au cours de l’année. La notion d’acte est ici très large, l’accueil pouvant être considéré comme un acte. Cependant les personnes qui n’entrent en contact avec un centre que pour obtenir un renseignement ne doivent pas être incluses. Les personnes consommatrices de substances vues dans les consultations jeunes consommateurs doivent également être incluses dans le recueil.

Les patients qui sont suivis sont susceptibles de voir leur situation évoluer au cours de l’année. Pour le recueil national, il importe de définir à quel moment doit être effectué ou actualisé le recueil.

Trois cas doivent être distingués :

  • Le patient accueilli est inconnu de la structure : le recueil porte sur la situation du patient au moment où il entre en contact avec la structure. Les informations peuvent être recueillies, si nécessaire, au cours de plusieurs entretiens pourvu que les données recueillies se rapportent à la situation du patient au début de la prise en charge. Les analyses biologiques effectuées à l’initiative de l’équipe et/ou la recherche d’informations auprès de tiers (par exemple auprès du médecin traitant) qui permettent de mieux décrire la situation du patient à l’entrée peuvent être utilisées pour remplir la fiche patient. En revanche, les régularisations de situation ou les prescriptions faites par le médecin de la structure ne doivent pas être prises en compte.

  • Le patient accueilli a déjà été pris en charge dans la structure mais n’a pas eu de contact avec un membre de l’équipe au cours des six derniers mois (sauf accord entre l’équipe et le patient) : comme dans le cas précédent, c’est sa situation au moment où il reprend contact avec la structure qui doit être décrite. Les données recueillies auparavant doivent donc être réactualisées.

  • Le patient est déjà connu et a eu au moins un contact avec la structure au cours des six derniers mois : dans ce cas sa situation doit être actualisée en cours d’année de façon à décrire la situation récente du patient (alors qu’une fiche non actualisée décrit dans certains cas une situation qui peut remonter à plusieurs années).

Le terme « drogues » recouvre ici l’alcool, les médicaments détournés de leur usage thérapeutique, les substances psychoactives illicites, ainsi que le tabac (voir produits consommés).

Anonymat


Ce recueil a été déclaré à la CNIL (autorisation n° 04-1059). Les données transmises sont anonymes.

Modalités du recueil


Le recueil s’appuie sur les systèmes d’information en place dans les structures spécialisées (gestion informatisée des dossiers de patients). La fusion de l’ensemble des informations recueillies par les centres est effectuée par l’OFDT à partir des fichiers transmis sous format électronique par les centres au 1er trimestre de l’année n+1.

Des précisions sur les aspects techniques sont fournies dans le document « Spécification techniques » (http://www.ofdt.fr/ofdtdev/live/donneesnat/recap/prerecap.html).

II. Les questions


Remarque générale : pour la quasi-totalité des questions il n’est prévu qu’une seule réponse possible ; font exception à cette règle les questions sur les produits à l’origine de la prise en charge et les traitements thérapeutiques hors traitement de substitutions.

Date de situation


Elle correspond à la date de l’entretien au cours duquel les données sont recueillies (patient entrant) ou actualisées (patient suivi).

Toute modification connue concernant la situation d’un patient suivi doit être enregistrées dès que possible. Il est toutefois indispensable de procéder à une actualisation de la fiche de situation du patient au moins une fois par an pour les personnes suivies et dès lors que les contacts ont été interrompus pendant au moins six mois (ce qui traduit, dans la plupart des cas, une rupture dans le suivi du patient1).

Date de début de la prise en charge actuelle


La date inscrite est celle du premier contact du patient avec le centre. Elle n’est pas modifiée en cas de rupture dans le suivi du patient.

Nombre d’enfants


Donne une indication sur le mode de vie du patient. C’est ici la réponse faite par le patient à la question qui doit être consignée, même si la réponse peut recouvrer des situations différentes (enfants biologiques ou non, vivant avec le patient ou non).

Nombre d’enfants à charge


Question abandonnée en 2008.

Catégorie socio professionnelle 


Les catégories socio professionnelle adoptées correspondent à la division en huit groupes de la nomenclature INSEE.

Une personne en cessation d’activité hors retraite (chômage, congé parental d’éducation) ayant déjà exercé une activité doit figurer dans la catégorie correspondant à l’emploi habituellement occupé. Si la personne n’a jamais occupé d’emploi, utiliser la réponse « sans profession » qui correspond aux situations suivantes : chômeurs n’ayant jamais travaillé, femmes au foyer (ni retraitées, ni au chômage), étudiants ou élèves, personnes diverses sans activité professionnelle (sauf retraité).

Logement 


Le logement sera considéré comme durable si la personne peut raisonnablement escompter vivre, pendant au moins les 6 prochains mois, soit dans ce logement soit dans un logement équivalent lorsqu’un déménagement ou un changement d’institution est prévu. Par opposition, un logement  sera considéré comme provisoire si la personne ne peut pas escompter habiter au même endroit au cours des 6 prochains mois.

La catégorie SDF comprend les personnes qui vivent dans la rue ou dans un logement de fortune (squats).

Dans le cas de CSAPA gérant de l’hébergement, ce sont les conditions de logement avant l’hébergement par le centre qui doivent être décrites pour les patients entrants. L’hébergement par le centre sera indiqué dans la première fiche de suivi.

De même, dans le cas des centres qui n’interviennent qu’en milieu carcéral (CSAPA en milieu pénitentiaire), ce sont les conditions de logement avant l’incarcération qui doivent être décrites pour les personnes vues la première fois. Les nouvelles conditions d’hébergement seront là encore indiquées dans la première fiche de suivi.

Entourage


Ces conditions de vie font références à celles ayant cours immédiatement avant l’entretient.

La catégorie « vit en institution » doit être utilisé dès lors qu’une personne vit en institution, maison de retraite, foyer, CHRS ou hébergement d’urgence. Une personne en traitement résidentiel ne doit pas être considérée comme vivant dans une institution.

Origine principale des ressources 


La période de référence est ici les six derniers mois. Lorsque plusieurs sources de revenus sont citées par la personne, ou en cas de changement de statut au cours des six derniers mois, c’est le type de revenu ayant assuré la part la plus importante des ressources au cours de la période qui doit être mentionné.

Les revenus d’emplois font référence aux revenus issus d’une activité déclarée ou conditionnés par l’exercice d’une activité antérieure (retraites et pensions invalidité). Les revenus non déclarés (« au noir »), et les revenus illégaux correspondent à la catégorie « autres revenus ».

Pour les personnes incarcérées la période de référence est les six derniers mois précédant l’incarcération, même si la personne a d’autres ressources en prison (travail, provenant d’un tiers,…).

Situation professionnelle


La période de référence est de nouveau les six derniers mois. Toute personne ayant travaillée au moins 1 heure dans les 30 derniers jours doit être considérée comme exerçant une activité rémunérée. Trois catégories d’ activités rémunérés sont distingués : contrat à durée indéterminée (CDI), contrat à durée déterminée (CDD) d’une durée supérieure à six mois ou une activité rémunérée intermittente si la personne a travaillé sur une période d’au moins trois mois au cours des six derniers mois.

Pour les personnes dont l’activité n’a pas dépassée trois mois, il convient d’indiquer la situation principale : « chômage », « étudiant » ou « autre inactif ».

Selon les définitions internationales, être au chômage suppose d’être sans travail, disponible pour travailler et à la recherche d’un travail. Les personnes au chômage sont des personnes sans emploi qui ne sont ni retraitées, ni au foyer, ni dans l’incapacité de travailler du fait d’une invalidité.

Une personne sera indiquée dans la catégorie « autre inactive » si, tout en ne refusant pas de répondre à la question, elle se trouve dans une situation ne correspondant à aucune des autres réponses possibles.

Couverture sociale


Question abandonnée en 2008.

Niveau d’étude


Pas de commentaires.

Origine de la prise en charge


Cette question permet de savoir par qui le patient est adressé à la structure. Les réponses à cette question donnent également une indication sur les recoupements entre structures, ce qui permet d’estimer une partie des doubles comptes (personnes enregistrées la même année dans un CSAPA). Lorsque plusieurs origines peuvent être mentionnées, il faut citer l’origine la plus importante pour le patient, celle qui semble avoir été la plus déterminante pour conduire le patient à entrer en contact avec la structure.

La réponse « autre hôpital ou autre sanitaires » est utilisée lorsque le patient est adressé par un établissement sanitaire public ou privé, sans qu’il y ait eu intervention d’une équipe de liaison. Sont également concernées par cette rubrique les officines de pharmacie et la médecine du travail

Les réponses « orientation post-sentencielle », « orientation pré-sentencielle » et « classement avec orientation » correspondent à des mesures prononcées par un magistrat.

Prise en charge pour un problème lié à l’usage de substances psychoactives


La catégorie « jamais » fait référence à un patient entrant n’ayant jamais été suivi pour un problème d’addiction, quel que soit le produit concerné, où que ce soit au cours de sa vie.

La réponse « prise en charge antérieure » s’applique au cas d’un patient entrant ayant déjà bénéficié d’un suivi pour un problème d’addiction, que le produit ou le comportement à l’origine de la prise en charge soit le même ou non, mais qui a rompu le contact depuis au moins six mois ou qui a repris contact avec le Centre après plus de six mois d’interruption non prévue. .

La réponse « suivi actuellement » s’applique au personne en cours de suivi dans le centre répondant ou dans une autre structure. Elle suppose un contact régulier au cours de la période récente (au moins une fois au cours des 6 derniers mois2) avec une institution ou un professionnel susceptible de prendre en charge des personnes souffrant de problèmes d’addiction.

Année de la première prise en charge


Il s’agit d’indiquer l’année du premier contact avec une institution ou un professionnel pour un problème d’addiction quel qu’il soit.

Traitement de substitution aux opiacés en cours


Cette question permet de savoir si un patient est déjà sous traitement de substitution dans le cadre d’un protocole (prescription par un médecin et suivi régulier), au moment du contact avec la structure pour les personnes nouvellement prises en charge.

Pour les personnes suivies, cet item indique si le patient est actuellement sous traitement de substitution, que celui-ci soit prescrit par un médecin du centre ou non.

Le traitement, bien que prescrit par un médecin dans le cadre d’un suivi régulier peut néanmoins faire l’objet d’un mésusage. Dans ce cas, il faut également mentionner le produit en cause parmi les produits consommés qui posent problèmes.

Lorsque les médicaments de substitution aux opiacés sont consommés exclusivement hors protocole, ils doivent figurer parmi les produits consommés uniquement et ne sont pas cités comme traitement de substitution.

Autres traitements en cours 


Comme pour les traitements de substitution, il s’agit ici des traitements prescrits dans le cadre d’un protocole.

Une première question permet d’indiquer si le patient suit un traitement médicamenteux (hors traitement somatique et traitement de substitution aux opiacés) ; ne doivent être pris en compte ici que les traitements spécifiques des addictions (hors substitution aux opiacées) et les psychotropes. Les principaux traitements sont ensuite listés un à un pour permettre de mieux cerner la prise en charge thérapeutique du patient. L’Acamprosate, le Naltrexone et le Disulfirame sont des traitements favorisant le maintien de l’abstinence vis-à-vis de l’alcool.

Produits consommés et addiction sans produit


Il s’agit des produits consommés au cours des 30 derniers jours3 qui, selon l’équipe soignante, posent actuellement le plus de problèmes au patient et motivent la prise en charge. Les produits doivent être hiérarchisés suivant l’importance des dommages actuels liés à leur consommation et les priorités de traitement qui en découlent. Le produit posant le plus de problèmes doit être cité en premier, le deuxième produit posant le plus de problème en second, et ainsi de suite, avec la possibilité d’indiquer jusqu’à cinq produits. Les dommages subis peuvent être sanitaires ou sociaux (problèmes d’insertion sociale, problèmes avec la loi). La hiérarchisation des dommages doit être faite en privilégiant les dommages sanitaires sur les dommages sociaux.

On utilisera par convention la même méthode de classement et la même période de référence pour les addictions sans produits, qui pourront ainsi coexister avec l’indication de consommation de produit.

Compte tenu de la définition adoptée, il est souhaitable que la fiche soit remplie ou complétée par un membre de l’équipe à même d’évaluer quels sont les produits qui sont les plus dommageables aux patients. Si toutefois cela n’est pas possible, le ou les produits mentionnés seront ceux cités par les patients eux-mêmes. En cas de refus ou d’incapacité de répondre, le code 98 « non renseigné » est mentionné. En revanche si une personne n’a consommé aucun produit (en dehors des produits consommés dans le cadre d’un protocole et ne faisant pas l’objet de mésusage), le code 99 « aucun produit » sera utilisé dans la première ligne. Il est nécessaire dans ce cas d’indiquer en « produit à l’origine de la prise en charge » le produit avec lequel le patient était en difficulté auparavant.

Le cas du tabac

La mention du tabac comme produit posant le plus de problèmes doit être réservée aux cas où le patient vient exclusivement ou principalement pour diminuer ou arrêter sa consommation, ou bien lorsque la consommation se traduit par des dommages immédiats nécessitant un arrêt rapide de la consommation (par exemple cas des femmes enceintes présentant une très forte dépendance au tabac). Dans les autres cas on mentionnera le statut de fumeurs dans le champ prévu à cet effet.

Produits à l’origine de la prise en charge


Dans la plupart des cas, les produits consommés posant le plus de problèmes sont ceux qui motivent la prise en charge actuelle. Néanmoins, il se peut que le patient ne consomme plus de produit ou que les produits consommés les plus dommageables ne soient pas en cause dans la prise en charge actuelle. C’est le cas par exemple d’une personne venue consulter pour consolidation d’un sevrage alcool qui consomme actuellement du tabac et/ou du cannabis. Le produit consommé le plus dommageable actuellement sera dans ce cas le cannabis et/ou le tabac (dommages à court terme privilégiés) mais il faut indiquer que le produit à l’origine de la prise en charge est l’alcool. De même un patient sous traitement de substitution peut ne consommer aucun produit s’il ne sort pas du cadre du traitement préétabli (sans mésusage). Il faut néanmoins indiquer ici l’héroïne comme produit à l’origine de la prise en charge. Comme pour les produits consommés, ces consignes sont applicables aux addictions sans produit. Une personne qui reprend contact averc le centre après plus de six mois d’interruption non planifiée des contacts doit être considéré comme commençant un nouvel épisode de traitement (une nouvelle prise en charge). Il faut donc indiquer le produit à l’origine de cette nouvelle prise en charge.

Code produit et addiction sans produit


La nomenclature des produits utilisée pour coder les produits consommés et le produit à l’origine de la prise en charge fait référence à la CIM10 dans laquelle l’alcool est identifié par 0 (F10.-), les opiacés par 1 (F11.-), le cannabis par 2 (F12.-), etc. Comme pour beaucoup de produits il est demandé un niveau de détail plus fin, on utilise un code ad-hoc à deux chiffres permettant de subdiviser les catégories CIM10 (par exemple pour les opiacés : 11 pour l’héroïne, 12 pour la buprénorphine haut dosage hors prescription, 13 pour la méthadone hors prescription, 14 pour le fentanyl et 15 pour les autres opiacés).

Par « jeux d’argent », il faut entendre les jeux d’argent et de hasard qu’ils soient pratiqués en ligne ou non. Les cyberaddictions se réfèrent aux jeux vidéo en ligne ou non et à l’Internet en général. Les troubles du comportement alimentaire concernent des dérèglements de l’alimentation communément étiquetés anorexie ou boulimie même si la personne ne présente pas l’ensemble des critères diagnostiques de la DSM IV. Une classe « autre addiction sans produit » a été définie pour tous les autres comportements compulsifs (par exemple addiction sexuel, achats compulsifs).

Mode de consommation


Le mode de consommation habituel ou le plus souvent utilisé doit être indiqué ; pour les addictions sans produit, utiliser la réponse « autres ».

Fréquence de consommation


La fréquence de consommation est un indicateur de la sévérité de l’usage de drogue. Il est fait référence aux 30 jours qui précèdent le début de la prise en charge ou la date d’actualisation de la situation du patient.

La première modalité fait référence à l’usage occasionnel d’un produit (qui a pu être toutefois être consommé de façon plus intensive donc à l’origine de dommages actuels) ; l’indication donnée est un usage au cours des 30 derniers jours au plus. Les autres modalités vont graduellement croissant.

Usage/dépendance


Usage simple : s’applique à un patient dont la consommation n’entraîne pas de dommages immédiats mais des dommages potentiels, soit en raison des circonstances de la consommation (conduite), soit en raison des modalités de la consommation (précocité, cumul de consommations), soit en raison d’un niveau supérieur à certains seuils admis.

Usage nocif (définition CIM10) : mode de consommation d’une substance psychoactive qui est préjudiciable à la santé. Les complications peuvent être physiques (par exemple hépatite consécutive à des injections de substances psychoactives par le sujet lui-même) ou psychiques (par exemple épisodes dépressifs secondaires à une forte consommation d’alcool).

Dans la définition de la CIM10, seuls les dommages sanitaires sont abordés. Pour ce recueil, il est préconisé d’élargir la notion d’usage nocif en prenant également en compte certains dommages sociaux liés à la consommation de substances psychoactives (perte d’emploi, violences à l’égard de l’entourage, problèmes avec la loi, etc.).

Dépendance (syndrome) (définition CIM10) : ensemble de phénomènes comportementaux, cognitifs et physiologiques survenant à la suite d’une consommation répétée d’une substance psychoactive, typiquement associés à un désir puissant de prendre la drogue, à une difficulté de contrôler la consommation, à une poursuite de la consommation malgré des conséquences nocives, à un désinvestissement progressif des autres activités et obligation au profit de la consommation de cette drogue, à une tolérance accrue, et, parfois, à un syndrome de sevrage physique.

Il n’est pas prévu dans RECAP de recueil systématique sur les produits pour lesquels les patients sont devenus abstinents. Seule l’abstinence au produit à l’origine de la prise en charge peut-être déduit, au stade de l’exploitation des données, si ce même produit n’apparaît pas dans les produits consommés au cours des 30 derniers jours.

Age de début de la consommation 


Pour les substances illicites il s’agit de l’âge d’expérimentation du produit.

Pour les substances licites il faut se référer au début de l’usage à risque.

  • Tabac : indiquer le début de la consommation quotidienne.

  • Alcool : indiquer le début de la consommation régulière (consommation quotidienne supérieure à 3 ou 4 verres chez un homme adulte et supérieure à 2 ou 3 verres chez une femme) ou de la répétition d’épisodes d’ivresse au cours d’un mois (survenue de plus d’une ivresse au cours des 30 derniers jours chez un mineur). Ces seuils ne peuvent être définis de façon stricte pour toutes les situations rencontrées et une marge d’appréciation est laissée à l’intervenant.

  • Pour les médicaments psychotropes tels que les hypnotiques et les tranquillisants, on peut proposer de se référer à une consommation répétée hors prescription (plusieurs fois par mois), ou un usage moins fréquent mais en association avec d’autres substances.

Nombre de verres standard


Question abandonnée en 2008.

Nombre d’ivresses alcooliques


Question abandonnée en 2008.

Consommation de tabac


Dans un premier temps, il convient d’indiquer si le patient est fumeur ou non (question « le patient fume-t-il ? » introduite en 2008). Un patient est considéré comme fumeur dès qu’il consomme au moins une cigarette par jour ; si tel est le cas, le nombre de cigarettes consommées en moyenne par jour sur la période des 30 derniers jours est indiqué.

Nombre de joints par jour


Il s’agit du nombre de joints consommés un jour habituel de consommation.

Lorsque le patient est consommateur régulier de bang, il indique généralement sa consommation quotidienne en quantité de « douilles » fumées. Il n’existe pas de correspondance admise entre le nombre joint et le nombre de douille. Toutefois, certains professionnels utilisent l’équivalence de cinq joints pour une douille qui semblent pouvoir être adoptée dans le cadre de ce recueil (bien qu’elle ne repose sur aucune évaluation précise, ni en terme de quantité de produit consommé, ni en terme de nocivité).

Utilisation de la voie intraveineuse


Les réponses sont exclusives : ne pas remplir à la fois actuel et antérieur mais « oui, antérieurement, mais pas au cours de l’année » oui « oui, au cours de l’année mais pas les 30 derniers jours » ou bien « oui, au cours des 30 derniers jours ».

Partage des seringues


Il faut prendre en compte l’ensemble de l’histoire du patient.

Presque jamais = moins de 3 fois

Occasionnellement = moins de 10 fois

Régulièrement = au-delà de 10 fois

Sérologie VIH


En l’absence de résultats de tests biologiques, il s’agit de la sérologie déclarée par le patient.

Sérologie VHC


De nouveau, en l’absence de résultats de tests biologiques, il s’agit de la sérologie déclarée par le patient.

Vaccination VHB complète 


La réponse est non si le patient n’a pas reçu les trois injections prévues dans les recommandations de la vaccination contre l’hépatite B.

Antécédents psychiatriques 


Hospitalisations antérieures

Les hospitalisations pour sevrage ne doivent pas être prises en compte. Ce sujet très important n’a volontairement pas fait l’objet d’un questionnement plus précis impliquant un diagnostic médical de la pathologie psychiatrique. L’hétérogénéité des professionnels susceptibles de remplir les fiches patients ne permet en effet pas de garantir un recueil homogène sur cette question. Ainsi la question sur la nature des comorbidités psychiatriques est facultative.

Tentative de suicide

Pas de commentaire

Incarcération


La durée totale des incarcérations doit être exprimée en mois.

Contexte


Indique si un patient est vu dans le contexte consultation cannabis ou dans le contexte CSAPA. Un patient reçu uniquement dans le cadre de la consultation jeunes consommateurs est enregistré en codant cette variable 1, s’il a été reçu uniquement dans le cadre d’une consultation « normale » (non CJC) dans un CSAPA il est codé 2. Pour les patients vus d’abord dans la consultation cannabis puis dans le cadre du CSAPA, la variable sera codée 3.

Suivi en établissement pénitentiaire




Problème de polyconsommation


Un sujet est défini comme un polyconsommateur problématique lorsque plus d’une drogue lui crée systématiquement des problèmes et quand il est très difficile et artificiel de hiérarchiser les produits pour déterminer celui qui pose le plus de problème à la personne ou apparaît comme provoquant les plus graves dommages.

L’usage de plusieurs drogues ne constitue pas en lui-même un problème de polydépendance.
La question sur la polyconsommation doit être remplie uniquement après avoir répondu à la question sur les produits consommes au cours des 30 derniers jours. Il s’agit d’une question supplémentaire que ne remplacent en aucun cas les questions sur les produits consommés.

1 Si par exemple l’équipe et le patient décident d’un commun accord d’avoir entre deux contacts un délai supérieur à 6 mois, la situation n’est pas considérée comme une rupture de suivi du patient. Voir le paragraphe « critères d’inclusion ».

2 Sauf en cas de commun accord entre l’équipe et le patient ; voir le paragraphe « critères d’inclusion ».

3 La période des 30 derniers jours correspond à la période adoptée dans les questionnaires européens pour les items portant sur les fréquences de consommation.

RECAP – Guide de remplissage (mise à jour octobre 2013) - -

similaire:

I. Présentation du recueil Objectif du recueil iconRecueil de poèmes de Guillaume apollinaire

I. Présentation du recueil Objectif du recueil iconN° 94LY00427 Inédit au recueil Lebon 4e chambre

I. Présentation du recueil Objectif du recueil iconMentionné aux Tables du Recueil Lebon

I. Présentation du recueil Objectif du recueil iconRecueil des pensée ensommeillées de Laloco Motive

I. Présentation du recueil Objectif du recueil iconRecueil des pensée ensommeillées de Laloco Motive

I. Présentation du recueil Objectif du recueil iconRecueil des actes administratifs n° 17 du 23 avril 2013

I. Présentation du recueil Objectif du recueil iconRecueil de pensées quotidiennes par Yvette de «Au jardin de l’amitié»

I. Présentation du recueil Objectif du recueil iconRecueil des Actes Administratifs Mois de mars Date de publication : 07/03/2014

I. Présentation du recueil Objectif du recueil iconRecueil des Actes Administratifs Mois de mars Date de publication : 21/03/2005

I. Présentation du recueil Objectif du recueil iconN° 340829 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 5ème et 4ème sous-sections réunies








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com